Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Voler au secours d'une ex (cam ♥ )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Mar 16 Juin - 11:54

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
Aujourd’hui, c’était la journée des courses. Enfin, c’était ce qu’Erwan s’était dit en se réveillant ce matin. Allongé dans son lit, il fut réveillé par la lumière du soleil et c’est à ce moment-là qu’il remarqua qu’il n’avait même pas fermé ses rideaux. Le jeune homme se redressa en grimaçant, il venait de faire la fête et vu l’état de sa tête, il avait du sérieusement abusé de l’alcool. Il quitta son lit, se retrouvant en boxer dans son appartement. Mais il s’en fichait, il n’était pas du genre pudique et il habitait tout seul alors il pouvait se permettre de se promener dans cette tenue non ? Il prit de suite la direction de la salle de bain afin de prendre un cachet pour son mal de tête puis direction la cuisine. Il ouvrit l’un des placards à la recherche d’un verre puis une fois celui-ci rempli d’eau, avala le cachet. Il avait toujours un mal fou à avaler. Erwan se passa une main dans les cheveux, décidant qu’il était temps pour lui de manger un petit déjeuner. Sauf qu’en ouvrant le frigidaire, l’idée fut assez compromise. Depuis quand n’avait-il pas fais les courses ? C’était la question à trois millions d’euros. Il était pratiquement vide seuls quelques restes de pizza se trouvaient à l’intérieur. Mais il était hors de question qu’il mange ça dès le matin. Rien de tel pour qu’il vomisse. Il soupira et se servit donc un café, il ne pouvait même pas mettre de lait à l’intérieur et pur, c’était vraiment infecte. Il passa son temps à grimacer à le buvant.

Finalement, il renversa le reste dans son levier et se dirigea vers la douche. Après s’être déshabillé, il entra dans la cabine de douche et ferma les yeux en sentant l’eau chaude sur son corps. Cela faisait un bien fou et il resta assez longtemps à l’intérieur. Sortant de celle-ci avec pour unique vêtement, une serviette autour de la taille, il se dirigea vers sa chambre afin de choisir des habits propres. Hors de question de remettre ceux de la veille, ils devaient sûrement sentir l’alcool et la clope à plein nez. Il choisit alors un jeans et un t-shirt qui montrait assez bien sa musculature. Erwan s’habilla en vitesse puis il se retrouva dehors après un bon quart d’heure. Il était temps d’aller faire les courses. Et le moins qu’on puisse dire, c’était qu’il était ravi d’y aller. Ironie.

Il se rendit dans le petit supermarché du coin et y acheta tout ce qui lui semblait nécessaire. Il y ressortit avec deux sacs pratiquement remplis et énervé, il avait eu horreur de patienter à la caisse. Le client devant lui avait acheté des tomates sans les peser du coup, il avait du y aller. Et à croire qu’il avait deux vitesses, lente et très lente. Erwan avait été prêt à lui jeter ses tomates en pleine tête. Alors qu’il reprenait la direction de chez lui, il vit une silhouette qu’il pensait connaître mais sans pouvoir y mettre un dos. En tout cas, il devait reconnaître que de dos, elle était plutôt pas mal. Mais il ne put guère l’admirer plus longtemps qu’elle s’écroula devant lui. Paniquant légèrement, il accéléra le pas, lâchant ses sacs une fois à ses côtés. « Camille ? » dit-il en la reconnaissant même s’il savait qu’elle ne pouvait pas lui répondre. « Ohé Camille, tu m’entends ? » Il lui donna de légères petites claques afin qu’elle revienne à elle.  

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Mar 16 Juin - 17:24



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Camille était déjà au travail à la librairie. Elle se donnait corps et âme à son travail seulement voilà, ce matin elle n'avait pas pris de petit-déjeuner car elle n'avait pas faim et elle pensait qu'elle tiendrait le coup au moins jusqu'à la pause déjeuner du midi. Seulement elle était déjà mal et bien sûr elle n'avait rien pris à manger alors que presque toujours elle avait au moins un truc sucré dans son sac en cas de coups de barre. C'était comme ça qu'elle appelait ses nombreuses hypoglycémies. Elle le savait une fois de plus elle avait joué avec le feu en sautant son petit-déjeuner. Oui Camille pouvait être aussi têtue qu'une bourrique lorsqu'elle le voulait. Pourtant ses parents et le médecin lui disaient sans cesse de prendre ses précautions mais elle ne les écoutait que d'une oreille, préférant faire comme elle en avait envie. Elle n'était donc pas au top de sa forme aujourd'hui au travail et en plus elle était seule puisque son patron avait dû s'absenter pour une raison qu'elle ne connaissait pas. Par chance pour elle il était midi et donc elle pouvait fermer la boutique le temps de retourner manger chez ses parents en attendant d'ouvrir de nouveau à 14 heures.

Camille marchait plus ou moins rapidement car elle était pressée d'arriver chez elle pour pouvoir enfin manger quelque chose car elle se sentait de plus en plus mal. D'ailleurs si elle ne se dépêchait pas elle allait finir par tomber par terre, elle en était sûre. Ça ne lui était arrivé qu'une seule fois mais elle n'avait pas du tout envie de revivre ça. En règle générale lorsqu'elle est mal elle a toujours quelque chose sous la main pour empêcher que le malaise ne se produise. Même lorsqu'elle était dans son état normal, Camille si elle était seule pressait toujours le pas car elle n'était pas à l'aise seule dans les rues de Paris depuis ce qu'elle avait subi deux ans plus tôt. Alors autant se dépêcher pour enfin se sentir en sécurité à la maison. Seulement là Camille avait trop joué avec le feu et il était trop tard. Elle était trempée comme si elle avait couru un sprint, elle se sentait toute vide et d'un seul coup elle n'entendit plus rien comme si elle était devenue sourde et boum elle venait de s'écrouler inconsciente sur le trottoir.

Combien de temps était-elle restée ainsi ? Aucune idée... Cependant elle entendit quelqu'un crier son nom et c'est ce qui la ramena à elle. Comme la première fois où elle avait fait un malaise lors d'une sortie scolaire... Doucement elle revint à elle se demandant ce qu'il venait de se passer. Elle fut aveuglée dans un premier temps par la lumière du soleil puis lorsque sa vue était plus ou moins redevenue normale elle vit qui était là près d'elle et ce visage elle l'aurait reconnu entre mille puisqu'il s'agissait de son ami d'enfance Erwan avec qui elle avait flirté durant l'été de ses douze ans. Elle soupira doucement en tentant de se remettre de ses émotions et essaya de se relever mais elle était encore trop faible. Erwan... Ils ne s'étaient pas parlés depuis au moins six ou sept ans. Pourtant elle savait ce qu'il était devenu, elle avait des nouvelles de lui par des personnes qu'ils connaissaient tous les deux. Elle sentit ses joues en feu et posa ses mains dessus en regardant Erwan de travers et lui dit "Ça va tu t'es bien défoulé sur mes joues ?" Avec lui elle avait toujours été cash et directe dans ses paroles, parfois même un peu cassante mais il avait l'habitude après tout. Malgré tout là elle savait qu'elle ne devrait pas lui parler comme ça mais elle lui en voulait d'avoir coupé les ponts avec elle. Se sentant toujours mal et ayant l'impression qu'elle allait retomber dans les pommes elle lui dit "Excuse-moi. Merci d'avoir été là mais si tu ne me donnes pas quelque chose de sucré tout de suite je vais repartir là je le sens..." Camille était toujours plus ou moins couchée sur le trottoir, pas encore assez forte pour se relever. Bien qu'elle était encore dans un sale état, elle remarquait la foule qui s'agglutinait autour d'elle et dit à Erwan "Par pitié s'il te plait dis leur de dégager, j'ai besoin d'air là..."
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Mar 16 Juin - 18:22

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
Erwan n’était pas en service mais il avait toujours son bipper sur lui, au cours ils auraient besoin de lui à la caserne. C’était un miracle qu’il ait pensé à le prendre, il faut dire que la dernière fois, il s’était fais passer un savon pour l’un de ses collègues parce qu’il n’était pas venu. Mais à vrai dire, dans l’état dans lequel il se trouvait, il avait bien fais. Erwan n’était même pas sûr qu’il ait eu la force de porter la lance d’incendie. Cette nuit-là, il avait encore une fois abusé de la boisson.  S’il continuait sur cette lancée, Erwan finirait probablement chez les alcooliques anonymes dans une dizaine d’année. Mais il était jeune et il voulait profiter de la vie. Et des filles aussi. Parce que s’il y avait une chose qu’il aimait plus que l’alcool, c’était bien les filles. Il ne pouvait s’empêcher de draguer dès qu’il croisait le regard d’une fille qui était possible de lui plaire. Cela lui avait d’ailleurs causé quelques soucis dans le passé. Mais il s’en était toujours sorti vivant, c’était le principal. Du moins jusqu’à aujourd’hui. Peut-être que dans quelques heures, il ne penserait plus la même chose.

Le jeune homme avait vraiment horreur de faire les courses. Il passait son temps à tourner en rond dans le supermarché à la recherche de ce qu’il lui fallait absolument et après coup, il se rendait compte qu’il devait sûrement avoir oublié des choses. Cela avait le don de l’agacer grandement. Puis l’attente à la caisse. Si cela ne tenait qu’à lui, il aurait hurlé à l’une des caissières d’en ouvrir une autre vu le nombre de personnes qui attendaient. La patience n’était pas du tout son fort au jeune homme. Mais maintenant, il était enfin sorti d’affaire. Du moins, c’était ce qu’il croyait. Alors qu’il rentrait tranquillement chez lui, le destin le fit tomber sur Camille. Cela faisait des années qu’il ne l’avait pas revu et il dut reconnaître que l’âge avait fais des merveilles sur la jeune femme. Il essayait de la tenir assis, la giflant par moment afin de la faire revenir à elle. Erwan sourit néanmoins en la voyant ouvrir de nouveau les yeux. Quelques minutes de plus et il aurait téléphoné à ses collègues pour qu’ils puissent l’emmener à l’hôpital.

Il éclata de rire à ses mots, décidément elle n’avait pas changé niveau caractère. Et c’était celui-ci qui lui avait plu en premier. Cela l’amusa plus qu’autre chose, il fallait bien le reconnaître. « Oui ça peut aller mais ne fais pas ta chochotte, je ne t’ai pas giflé assez fort pour que tu aies mal, juste pour te réveiller. » dit-il en fronçant les sourcils.  Erwan était peut-être un crétin mais il savait les premiers secours. En même temps vu son métier, c’était parfaitement logique. Il avait d’ailleurs avant de la gifler vérifier qu’elle respirait encore et que son rythme cardiaque était stable. Il n’avait jamais autant aimé son métier qu’aujourd’hui. Il aimait venir en aide aux personnes dans le besoin, peut-être parce que lui-même en avait eu besoin mais qu’aucune personne n’était réellement venu ? Ou plutôt rester... Les gens à qui il s’attachait finissaient soit par le décevoir soit par l’oublier. « Ce n’est pas grave, t’en fais pas. Je ne vais pas t’en vouloir pour ça. Tu as fais une baisse de sucre ? C’est quand la dernière fois que tu as mangé ? » Erwan avait les sourcils froncés et il devait lui poser quelques questions afin de savoir son état de santé. Avec l’une de ses mains, il attrapa le premier sac de course qu’il put attraper et par chance, il y avait du thé pêche. C’était fortement sucré. Il en ouvrit une bouteille et l’approcha doucement de la bouche de la jeune femme. «  Tiens, bois, ça te fera sûrement du bien. » Il était passé en mode Erwan le Pompier ! « Vous avez entendu la jeune femme, il lui faut de l’air alors oust. Elle va bien et je suis pompier, elle ne craint rien. Je m'occupe d'elle. Donc circulez, il n’y a rien à voir. » dit-il d’une voix forte, regardant la foule qui avait commencé à les entourer. Il les incendia du regard et d’un geste de tête, leur fit comprendre qu’ils devaient partir s’ils ne souhaitaient pas avoir d’ennui. Il ne valait mieux pas l’énerver ce garçon.

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Mer 17 Juin - 14:54



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Camille venait de faire un malaise en plein milieu d'un des trottoirs de la ville et elle avait eu cette chance que son ex et ancien meilleur ami Erwan devenu pompier ait été présent à ce moment-là. Elle avait du mal à reprendre le dessus, étant encore faible puisqu'elle n'avait toujours rien avalé de sucré. De ce fait elle était soutenue par le jeune homme mais comme par le passé avec lui, elle n'avait pas hésité à montrer son petit caractère. Elle s'était tenu les joues durant quelques secondes parce que celles-ci étaient un peu chaudes à cause des claques qu'Erwan lui avait mises pour la faire revenir à elle. Selon la jeune femme c'était plus le fait d'avoir entendu son prénom qui l'avait fait revenir à elle. Par chance Erwan qui la connaissait très bien avait pris à la rigolade la pique qu'elle lui avait lancée. Cependant ce qu'il lui avait répondu l'avait fait réagir même si elle était toujours faible "Eh je suis pas une chochotte !"

Camille savait qu'elle n'aurait pas dû "agresser" Erwan de la sorte et elle lui avait présenté ses excuses tout en lui disant qu'il ferait mieux de lui donner quelque chose de sucré s'il ne voulait pas de nouveau la voir tomber inconsciente. Evidemment vu ce qu'elle venait de lui dire, il avait compris qu'elle était en pleine crise d'hypoglycémie. Il lui avait également dit qu'il n'allait pas lui en vouloir pour ce qu'elle avait dit quelques instants plus tôt. Camille toujours sur les nerfs à cause du manque de sucre ne mâchait pas ses mots. "Bravo Sherlock bonne déduction !" En même temps vu la manière dont il ne cessait de la regarder avec les sourcils froncés ne pouvait que la rendre comme ça et puis c'était sa façon de lui faire payer le fait qu'il avait coupé les ponts avec elle. La question que venait de lui poser Erwan mit un peu mal à l'aise la jeune femme car elle était prête à parier qu'il allait la gronder lorsqu'il entendrait sa réponse. "Euh... Hier soir vers 19h30." Camille n'osait pas le regarder et se préparait mentalement à entendre les sermons du jeune pompier. Après des secondes qui lui semblèrent durer des heures, enfin Erwan lui donna quelque chose de sucré, du thé à la pêche. Voulant faire la fière, Camille attrapa la bouteille pour montrer qu'elle pouvait se débrouiller seule et puis elle ne voulait pas qu'il agisse avec elle comme si elle était une petite fille. Camille avala une grande gorgée de thé à la pêche. Le thé glacé elle avait toujours adoré ça même si la boisson n'était pas très fraîche. Elle se souvient que lorsqu'elle était adolescente sa mère en courses achetait des sachets, une préparation et qu'il suffisait de la mettre dans un pichet d'eau pour avoir un bon thé glacé et celui-ci était tout bonnement excellent. Un petit sourire vint se loger sur son visage à cause de ce souvenir. En repensant à la boisson qui n'était pas fraîche un autre souvenir lui revint en mémoire. Lorsqu'elle était plus jeune et qu'Erwan et elle étaient en train de faire un semblant de partie de foot sauf qu'à la place du ballon c'était une bouteille à moitié vide de son contenu (de l'eau avec du sirop de menthe). Ils se faisaient donc des passes et à un moment le jeune Erwan avait décidé de récupérer la bouteille pour boire un coup. Camille se rappellera toujours de la grimace qu'il avait faite et qu'il lui avait dit que c'était chaud et dégueulasse.

Revenant à la réalité avec un nouveau sourire aux lèvres à cause de ce second souvenir qui lui était revenu en mémoire et trouvant qu'elle avait assez bu, elle rendit la bouteille à Erwan tout en le remerciant. "Merci." Ses forces n'étaient pas encore revenues mais elle avait tout de même remarqué que les gens commençaient à affluer autour d'eux, du coup elle avait demandé à son ancien ami de les faire partir. Par chance il l'écouta et les incita fortement à partir. Cependant lorsqu'il prononça les mots "Jeune femme" Camille n'avait pas pu s'empêcher de lever les yeux au ciel. Heureusement pour elle Erwan n'avait pas pu le remarquer puisqu'il était occupé à faire dégager les passants. Camille le savait, en cas de crise sévère comme elle venait d'avoir, il lui faudrait un bon moment pour s'en remettre toutefois elle ne voulait pas rester là sur le trottoir et elle ne voulait pas retenir Erwan non plus. Du coup elle lui dit "Merci encore mais tu peux y aller, je vais me débrouiller." Comme pour confirmer ses dires elle essaya de se lever mais bien évidemment elle n'avait pas beaucoup de force et tentait à peine sur ses jambes toutes tremblantes. Du coup elle s'était vite retrouvée de nouveau les fesses par terre. Elle soupira parce qu'elle savait que même si elle avait voulu faire la forte, elle était incapable de bouger. Elle devrait attendre que le sucre du thé fasse son effet au moins un minimum pour pouvoir se lever et aller s'asseoir ailleurs que sur le trottoir.
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Jeu 18 Juin - 15:01

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
Erwan ne pensait pas revoir la jeune brune de sitôt, ils s’étaient éloignés avec le temps. Parfois, même les meilleurs amis pouvaient évoluer dans des milieux différents. Erwan avait pris un mauvais chemin, il sortait beaucoup, buvait et fumait et il draguait aussi. Il ne comptait plus le nombre de filles qu’il avait dragué lorsqu’il se rendait en boite de nuit, ni d’ailleurs le nombre de vent également. On ne pouvait pas plaire à tout le monde après tout. Néanmoins, il fut soulagé de voir que Camille avait repris connaissance. Lorsque cela arrivait à un inconnu, c’était toujours plus facile de porter le masque professionnel mais quand ça touchait des proches, c’était plus difficile. Il n’était pas paniqué ayant un bon self-control mais tout de même. Erwan aurait préféré la croiser dans d’autres circonstances. Mais, il put constater qu’elle avait toujours ce fameux petit caractère qui lui avait tant plu, il y a quelques années. Et cela ne put que le faire sourire, il y avait des choses qui ne changeraient jamais et heureusement. « Bien sûr que oui, tu te plains de mes gifles. Crois-moi, j’aurais pu faire plus mal et tu n’as même pas de marques sur les joues donc de quoi tu te plains ? » dit-il en se pinçant la lèvre. Malgré les années de séparations, les piques qu’ils se lançaient revenaient naturellement à la surface et il ne put que rouler des yeux à ses mots. Erwan cherchait à l’aider et elle se moquait de lui, cela lui apprendrait à être sympa. Certes, le jeune brun ne le prenait pas mal sachant que Camille venait de faire un malaise en pleine rue et que ce n’était pas forcément al chose la plus agréable. « Si je suis Sherlock, ça fait de toi Watson non ? » Il la regarda avec un petit sourire moqueur, marque de fabrique de Chameroy. Il l’utilisait presque tous les jours celui-là.  Ce n’était pas vraiment méchant mais Erwan l’arborait souvent.

Néanmoins, son sourire disparut quand elle répondit à sa question. Ses yeux, s’ils avaient pu, lui auraient de suite lancés des éclairs. « Tu m’étonnes que tu aies fais un malaise, tu es inconsciente ou quoi ? Je vais peut-être passer pour le relou de service mais peu importe, on t’a jamais dis qu’il ne fallait jamais sauter un repas ? Et que le petit déjeuner était le plus important de la journée ? » Bon, d’accord, là il agissait vraiment comme le pompier qui était accro à son travail mais en même temps, c’était ce qu’il était. Il adorait son travail et savoir que c’était à cause de la jeune femme qu’elle s’était retrouvée allongée par terre ne l’avait guère aidé à se calmer. Il avait les sourcils froncés et maintenant il la regardait boire quelques gorgées de son thé pèche. Heureusement pour eux, il venait tout juste de faire les courses sinon ils auraient été plutôt dans le brin. Erwan surveilla la jeune femme faisant attention à ce qu’elle boit bien et qu’elle ne refasse pas un malaise. Elle reprenait peu à peu des couleurs, c’était déjà un bon point. Il récupéra la bouteille puis la referma, s’assurant que le bouchon était correctement fermé. Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait eu la désagréable surprise de voir son sac de course trempé parce que monsieur avait eu soif et qu’il n’avait pas été capable de refermer la bouteille. Cela lui arrivait aussi lorsqu’il faisait son jogging du dimanche matin sauf qu’à la place d’un sac, c’était dans la poche de son short qu’il plaçait sa petite bouteille. Autant dire qu’il le ressentait de suite lorsque l’eau froide coulait. « De rien, c’est normal. » Il secoua les épaules avec un sourire. Après tout, il n’allait pas la laisser évanouie sur le sol, d’une part parce qu’il était médecin et de l’autre parce que malgré tout, elle restait une amie. Même si certains faits les avaient éloignés.

Puis, Erwan éloigna les passants qui étaient sans doute là juste par curiosité, comme d’habitude. Il suffisait qu’il se passe quelque chose pour qu’un tas de monde se précipite tel des vautours. Cela avait le don de l’agacer grandement et il se retenait de ne pas leur hurler dessus. Lorsqu’elle lui annonça qu’elle pouvait se débrouiller, il fronça de nouveau les sourcils la laissant se lever puis il pouffa en la voyant chuter une nouvelle fois. « Ah oui, je vois ça. Tu vas vraiment pouvoir te débrouiller toute seule.. Je suis impressionné. » Il marqua une pause puis reprit la parole. « Laisse-moi au moins t’aider à t’installer correctement. » Même s’il essayait de faire abstraction du lien qui les reliait, il ne pouvait s’empêcher d’être un peu mal à l’aise. Erwan la redressa légèrement afin d’être parfaitement droite au cas où elle ferait un malaise de nouveau. Mais même si elle comptait le laisser en plan après, elle pouvait toujours courir. C’était son devoir après tout de s’assurer du bien être des gens n’est ce pas ?

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Ven 19 Juin - 17:10



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Bizarrement même s'ils ne s'étaient plus vus depuis plusieurs années, instantanément Camille et Erwan reprenaient leurs bonnes vieilles habitudes. A savoir se lancer des piques. Ce qui était par le passé un de leurs passe-temps favoris. Après dire s'ils pensaient vraiment ce qu'ils disaient ? Ça devait sûrement dépendre des moments. Bon ok là Camille avait voulu embêter son ami en lui disant qu'il s'était défoulé sur ses joues mais après tout elles devaient être rouges quand même puisqu'elle sentait que ça chauffait. Evidemment Erwan ne s'était pas gêné pour la traiter de chochotte et elle avait aussitôt répliqué et il fit de même. Camille leva les yeux au ciel pour embêter un peu plus Erwan et lui répondit "Je me plains que ça chauffe je le sens. Je suis sûre que mes joues sont rouges !" Après ça était venu évidemment le sujet des hypoglycémies de Camille. Une nouvelle fois elle avait voulu charrier son ancien ami en l'appelant Sherlock comme Sherlock Holmes parce qu'il avait deviné qu'elle était en manque de sucre. Apparemment ça n'avait pas plu au jeune pompier, elle l'avait remarqué à sa façon de pincer sa lèvre. Aussitôt il lui fit remarquer que dans ce cas elle devait être Watson. La jeune femme haussa des épaules en disant "Oui probablement. Je ne regarde pas ce genre de truc même si j'ai déjà entendu parler de ce fameux Watson. Donc oui je suppose que c'est son acolyte ou un truc du genre. Enfin je crois." Camille termina sa phrase en riant vu qu'en fait elle ne connaissait rien à ce duo en dehors de leurs noms respectifs. Ce qui était déjà pas mal selon elle.

Par la suite comme l'avait si bien deviné la demoiselle, Erwan la gronda sur le fait qu'elle n'avait rien avalé depuis la veille au soir. Elle évitait tout bonnement son regard accusateur malgré tout elle l'écouta même si elle avait déjà entendu ce genre de discours à de maintes reprises. "Oui ben je n'avais pas faim ce matin alors je n'allais pas me forcer à manger... Et si on me l'a déjà dit mais je n'en fais qu'à ma tête et ça tu le sais aussi bien que moi. N'est-ce-pas ?" Camille fit un grand sourire, fière de ce qu'elle venait de dire. Ce même sourire qu'elle faisait lorsqu'elle était gamine et qu'elle était ravie d'embêter son complice Erwan. Surtout lorsqu'elle arrivait à lui clouer le bec ou à lui faire admettre qu'elle avait raison. Certes là elle était loin d'avoir raison mais ça l'amusait quand même. Et même si elle n'avait plus beaucoup de force, elle voulait quand même montrer qu'elle restait forte.

Enfin Camille put prendre un peu de sucre grâce à la bouteille de thé pêche que lui tendait Erwan. Tout en buvant plusieurs souvenirs d'enfance lui revinrent en mémoire mais elle les garda pour elle. Une fois qu'elle avait bu suffisamment selon elle, elle rendit la bouteille à son ex en le remerciant. Celui-ci qui avait gardé le bouchon dans ses mains la referma avant de la ranger dans son sac de courses. A croire que pour le coup le bon Dieu avait été du côté de la jeune femme puisque le pompier revenait de courses avec des sacs remplis. S'il n'avait rien eu de sucré sur lui, ils auraient probablement dû aller chercher quelque chose en vitesse avant qu'elle ne retombe de nouveau dans les pommes. Les gens étaient agglutinés autour d'eux mais heureusement Erwan avait réussi à les faire partir suite à la demande de Camille qui n'était pas à l'aise avec autant de monde autour d'elle.

Déjà à la base elle n'a jamais aimé être trop entourée sauf lorsqu'elle allait en boîte avec ses copines d'enfance qui elles aussi ne faisaient plus partie de son cercle d'amis puisqu'elles avaient déménagé... Et même à ce moment-là elle était tout de même gênée et ne lâchait pas ses copines d'une semelle. Mais il faut bien avouer que depuis deux ans c'est encore pire, elle se méfie de chaque personne qu'elle croise...  

Comme souvent la jeune femme en présence d'Erwan avait voulu faire sa maligne mais sa faiblesse la ramena bien vite à la réalité. Elle voulait lui montrer qu'elle pourrait se débrouiller seule mais ce n'était pas le cas... Pourtant Dieu sait qu'elle aurait voulu que ça marche pour ne pas qu'Erwan soit forcé de rester avec elle. Après tout si elle n'était pas tombée dans les pommes ils ne se seraient pas revus... Elle lança un regard noir au brun tandis qu'il se moquait d'elle parce qu'elle était de nouveau assise sur le trottoir. Toutefois elle ne fit pas de remarque à ce sujet et décida de s'avouer vaincue puisque ses forces n'étaient pas encore revenues, elle ne pouvait rien faire d'autre que d'accepter son aide même si ça lui coûtait beaucoup. Elle attrapa donc son sac et laissa Erwan l'aider à se relever. Elle regarda autour d'eux et désigna un banc libre du doigt avant de le regarder et de lui dire "Tiens tu peux me laisser là-bas s'il te plait ? Après je ne te retiendrai pas plus longtemps. Tu pourras rentrer chez toi ranger tes courses. Moi j'attendrai que ça passe pour retourner à la maison après." Elle espérait d'ailleurs que son taux de sucre allait vite remonter car si ce n'était pas le cas, elle serait obligée de rester chez elle et ne pourrait donc pas retourner travailler l'après-midi comme c'était prévu. Ce qui allait sérieusement l'embêter car elle ne voulait pas faire faux bond à son patron.
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Sam 20 Juin - 18:04

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
A croire qu’ils ne s’étaient jamais quittés mais après tout, les vieilles habitudes revenaient vite quand on retrouvait la personne. Même si cela n’avait pas été intensionnel. Jamais, Erwan n’aurait jamais imaginé la recroiser dans Paris. Pas après tout ce qui s’était passé entre eux. Leur relation avait connu pas mal de péripéties, ils avaient d’abord été meilleurs amis pour finalement sortir ensemble et cela n’avait pas marché. C’était en parti de la faute du jeune homme. Il ne pouvait s’empêcher de draguer d’autres filles. Dès qu’il l’avait vu qu’il s’attachait un peu trop à la jolie brune, il avait repris ses bonnes habitudes.  Et aujourd’hui, c’était encore pire. Il n’avait jamais connu de vraies relations et il ne voulait même pas en entendre parler.  Pour lui, l’amour, c’était une belle connerie. Il n’y croyait pas. Pourtant, ses parents adoptifs avaient été vraiment amoureux mais la rancœur d’avoir été mis de côté était plus forte que d’y penser. Puis, il voulait savourer sa jeunesse, il n’allait pas rester jeune et beau toute sa vie. « Mais pas du tout, tu te fais des idées. J’aurais su que tu réagirais comme ça, crois-moi que je n’aurais pas hésité à te gifler plus fort. Au moins, tu aurais eu une bonne raison de te plaindre. » dit-il en soupirant. Erwan se retenait de lever les yeux au ciel une nouvelle fois. Décidément, elle n’avait pas changé, elle avait toujours ce petit quelque chose qui l’agaçait à chaque fois qu’ils se parlaient. « Cela s’appelle avoir de la culture, je n’arrive pas à croire que tu n’aies jamais lu un seul livre de ce détective. Même moi, je le connais quoi. Et pourtant, ce n’est pas vraiment le genre de film que je regarde la plupart du temps. Je préfère quand il y a des cris et du sang. » Lorsqu’il ne sortait pas pour boire, il lui arrivait souvent de se faire des soirées télé-pizza et bières. Erwan préférait largement les films d’actions, au moins il était certain de ne spas s’endormir devant. Il détestait les films policiers qui pouvaient donner des idées à des déséquilibrés parfois.

Même s’il était jeune, Erwan avait déjà du assister à plusieurs événements qui l’avaient marqués à cause de son métier. Il n’avait pas choisi le plus facile et parfois, c’était difficile de rester de marbre. Et pourtant, il y parvenait. Sauf aujourd’hui. Il ne put s’empêcher de lui faire la morale. Il ne l’avouerait jamais à la jeune brune – ni à lui-même d’ailleurs – mais il s’inquiétait de sa santé. « Oh que oui je le sais mais je pensais que tu étais plus intelligente que ça. Et tu n’as même pas ressenti la faim ? Tu aurais pu grignoter quelque chose…. » Il soupira en secouant la tête. « Tu as fais preuve d’inconscience et tu as eu de la chance que je sois passé par là sinon tu aurais sûrement atterri à l’hôpital. » Les passants auraient sûrement fini par se rendre compte que la jeune femme était couchée par terre et aurait téléphoné aux pompiers, inquiets. Ceux-ci ne l’auraient sûrement pas laissé repartir et l’aurait conduit directement là-bas afin de s’assurer de son bien-être. Erwan la laissa boire doucement, faisant attention qu’elle ne boit pas trop vite non plus. Il n’avait jamais été aussi chanceux qu’aujourd’hui, le destin avait voulu lui faire une fleur, il faut croire. Et heureusement pour lui parce qu’il aurait du aller chercher quelque chose au supermarché et pendant ce temps, elle aurait pu refaire un nouveau malaise. De quoi bien stresser le jeune homme.

Le jeune brun fit partir le groupe de personnes trop curieuses. Pour venir aider, il n’y avait personne mais quand il s’agissait de satisfaire leur curiosité, là vous pouvez être certain qu’il y a du monde. Erwan la laissa se relever et il ne put que rouler des yeux en la voyant de nouveau chuter. Erwan se mit à rire lorsqu’elle lui lança un regard noir, cela ne l’atteignait même pas. Parce qu’après tout, ce qui disait était juste la vérité. « Pas de soucis, je vais te conduire là-bas mais je ne vais sûrement pas te laisser toute seule. Tu serais capable de croire que tu vas mieux et de vouloir rentrer chez toi jusqu’à ce qu’un autre malaise arrive. Hors de question que ça arrive. Désolé de devoir te dire ça mais tu vas devoir me supporter encore un petit moment.  Si tu tiens tant que ça à rentrer chez toi, on peut attendre quelques minutes et je t’aiderais à aller jusqu’à chez toi ? Tu habites loin ? » Non, il ne se renseignait pas du tout l’air de rien. Même s’il devait avouer qu’il aimerait bien savoir où elle loge maintenant. Du moins, il ignorait si elle habitait encore chez ses parents ou bien si elle avait pris son envol comme lui l’avait fait. Erwan passa son bras autour de sa taille, prenant dans ses mains ses sacs de course par terre. Hors de question qu’on lui pique et il l’emmena jusqu’au banc le plus proche. Puis il lâcha ses sacs s’installant également sur le banc. Il s’étira prenant ses aises. « Tu veux boire encore un peu ou ça va aller ? »  dit-il avec un sourire. Erwan se passa une main dans les cheveux, les décoiffant légèrement. Ils avaient toujours été en pagaille même quand sa mère adoptive avait essayé d’utiliser le gel pour les aplatir. Il avait eu l’air ridicule et était rentré de l’école en pleurant parce que les autres enfants s’étaient moqués de lui. Le lendemain, il s’était vengé et avait obtenu une punition, la maîtresse lui avait dis que ce n’était pas gentil de frapper ses camarades

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Lun 22 Juin - 23:32



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Evidemment Camille avait surtout envie de titiller Erwan comme par le passé, allez savoir pourquoi... Oui même quand elle était mal elle ne pouvait s'empêcher d'embêter son monde et lorsqu'il s'agissait de lui c'était encore pire. Ça avait toujours été comme ça entre eux et il était certain que d'un point de vue extérieur, rien n'aurait pu montrer qu'ils ne s'étaient pas parlé depuis au moins six ans. Camille fit semblant d'être outrée par ce que lui disait le jeune pompier. "Han comme quand on était enfants c'est ça ? Mais dois-je te rappeler qu'à l'époque c'était moi la plus forte ? Bon par contre maintenant je ne parierai pas là-dessus..." En effet étant enfant la jeune Camille avait pas mal de force mais à l'adolescence cette dernière s'était envolée comme par magie au moment même où elle avait gagné d'un seul coup les dix derniers centimètres qui manquaient à sa taille actuelle.

Toujours pour taquiner Erwan, Camille l'avait appelé Sherlock. Ce à quoi il lui avait répondu qu'elle était Watson. Evidemment là elle s'était fait avoir puisqu'elle ne connaissait pas l'histoire de ces deux-là. Tout ce qu'elle connaissait c'était leurs noms respectifs et le fait que Sherlock Holmes menait des enquêtes. Du coup elle avait tendu une sacrée perche à Erwan pour qu'il se moque d'elle. Elle fit la moue. "Oui ben ce n'est pas le genre de littérature ou de film que j'aime c'est tout... Oui ben moi aussi mais je ne pense pas qu'on parle des mêmes films." Dit Camille en riant. Elle pensait plutôt aux séries qu'elle regardait du genre Buffy contre les vampires, True Blood et compagnie alors que lui devait parler de films d'horreur.

Après ça Erwan avait sermonné Camille sur le fait qu'elle était inconsciente de ne rien avoir mangé depuis la veille au soir. Du coup elle lui avait donné son point de vue même si elle se doutait qu'il s'en fichait pas mal. Après tout pourquoi en aurait-il eu quelque chose à faire puisqu'il avait coupé les ponts avec elle depuis plusieurs années sans chercher à prendre de ses nouvelles... Encore un qui s'en prenait à son intelligence, mais qu'est-ce-qu'ils avaient tous avec ça ? Elle était si idiote que ça ou quoi ? Camille soupira et lâcha ce qu'elle pensait et tant pis si ça ne plaisait pas à Erwan. "Oui roh ça va hein ! Je crois que je vais commencer à le savoir que je ne suis pas intelligente entre mon copain et toi qui me le dîtes..." Une nouvelle fois la jeune femme soupira avant de prendre de reprendre la parole pour répondre à ce que lui avait demandé le pompier "Si j'ai commencé à avoir faim il y a environ une demi-heure mais je n'avais rien sur moi. Là je rentrais justement à la maison pour aller manger... Mais je n'ai pas eu le temps d'arriver comme tu le sais..." De nouveau Erwan prit la parole pour lui dire qu'elle avait eu de la chance qu'il soit passé par là car sinon elle aurait atterri à l'hôpital. "Oh ça va je commence à le connaître l'hôpital et non merci j'en ai assez soupé. Pas envie d'y retourner. Oui encore merci c'est tout ce que je peux te dire..."

Camille avait pu boire un peu du thé à la pêche que son ex lui avait tendu. Une fois fait elle lui avait rendu la bouteille qu'il avait refermée et rangée à sa place initiale. Après ça il avait fait partir les passants comme le lui avait demandé Camille. Même si le sucre n'avait pas encore fait son effet, elle avait voulu se montrer forte en disant à Erwan qu'il pouvait partir et en se levant. Seulement c'était raté, son corps n'était pas d'accord avec elle et le lui avait fait savoir en la faisant de nouveau tomber au sol sous les yeux du brun qui se moquait d'elle. Chose qu'elle n'avait pas appréciée et qu'elle lui montrait en lui lançant un regard noir qui en disait long sur ce qu'elle pensait. Il lui avait proposé son aide pour l'aider à se relever. S'avouant vaincue elle avait accepté en lui indiquant un endroit où il pourrait la laisser. Elle avait pris son sac et il accepta de l'aider mais lui disait déjà qu'il ne la laisserait pas seule. Camille se retint de soupirer cette fois et se contenta d'écouter ce qu'il avait à lui dire. Le moins que l'on puisse dire c'est que ces deux-là sont aussi têtus l'un que l'autre.  

La jeune libraire garda le silence jusqu'à ce qu'elle arrive sur le banc où elle s'installa toujours avec Erwan sur les talons. "Merci mais je t'assure te sens pas obligé de rester pour moi si t'as des trucs à faire. Je te promets que je ne bougerai pas de là tant que ça n'ira pas mieux." Oui Camille essayait encore de le faire partir... Pour quelle raison au juste ? En fait elle ne le savait pas trop... Peut-être parce qu'elle lui en voulait toujours ou tout simplement parce qu'elle pensait qu'il se forçait à rester avec elle... Finalement après quelques instants elle lui répondit "J'habite toujours en face de chez tes parents. Donc toujours chez les miens si tu veux tout savoir..." Erwan s'était donc assis non loin d'elle et souriait en lui demandant si elle voulait de nouveau boire encore du thé. Camille le regarda et tendit le bras devant lui pour qu'il lui passe la bouteille puis lui dit "Oui je veux bien merci."
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Jeu 25 Juin - 11:08

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
Lorsqu’Erwan était encore enfant, il n’était pas rare qu’il soit retrouvé dans une bagarre parce que quelqu’un avait osé de se moquer de ses cheveux. il faut dire qu’à l’époque, il ressemblait légèrement à un petit mouton. Par chance, depuis il avait connu le coiffeur et dès que cela frisait un peu trop à son goût, il les coupait. Mais il ‘avait toujours accepté les moqueries de la jeune brune. D’une part, parce que c’était sa meilleure amie et de l’autre parce qu’il savait que ce n’était pas vraiment méchant. Pas comme les autres. « C’était parce que je te laissais gagner sinon tu ne m’aurais jamais battu. J’étais juste galant et surtout parce que je n’avais pas envie de t’entendre me hurler dessus sous prétexte que mademoiselle avait perdu. Aujourd’hui, c’est certain que ti n’aurais aucune chance de me perdre. Je suis devenu un peu trop compétitif pour te laisser gagner. Mon égo en prendrait un sacré coup. » C’était étrange de discuter de nouveau avec elle comme si de rien n’était. Comme si ils ne s’étaient jamais vraiment quittés. Peut-être que les reproches viendront plus tard, Erwan profitait juste de cet instant. Il était rare qu’il prenne le temps de discuter en réalité. Il était toujours sur le qui-vive. Sauf lorsqu’il était en soirée mais là, c’était différent. C’était plus pour pouvoir pécho que d’avoir une conversation qu’il se rendait dans ce genre d’endroit. « Non en effet, on ne doit pas avoir les mêmes surtout que tu es une fille… Et les filles, ça n’aiment pas trop ce qui est violent. Moi, ça me fait juste rire. » dit-il en souriant. Lui quand il regardait un film d’horreur, son rire se déclenchait à la minute même où la première morte hurlait.

Il n’y avait rien de drôle là-dedans et pourtant, il partait toujours dans un fou-rire. En même temps, à chaque fois la victime était idiote. Elle courrait dans tous les sens au lieu de se planquer discrètement. Erwan n’avait pas pu s’empêcher de la sermonner, il aurait peut-être pas eu le même discours si cela avait été une parfaite inconnu. « Parce que ton copain te dit que tu es idiote ? sympa celui-ci.. Tu as l’air d’être tomber sur une vraie perle et ça fait longtemps que tu es avec ? Parce que vu la manière dont il te traite, soit vous êtes déjà dans une routine affreuse soit y a un soucis.. » Il ne put définir le sentiment qu’il ressentit lorsqu’elle annonça qu’elle avait quelqu’un dans sa vie. Après tout, c’était normal, elle était assez jolie et les garçons devaient sûrement se battre pour avoir la chance de sortir avec. En tout cas, il était sûr d’une chose, peu importe qu’il ne l’ait jamais rencontré, Erwan ne l’aimait déjà pas. Mais il ne pouvait guère expliquer les raisons de cette haine soudaine. « C’est malin.., tu aurais du boire avant de partir, ça aurait retardé la chute. Enfin, ça aurait pu être pire. Tu as juste fais un malaise mais tu es revenue assez rapidement à toi, c’est le principal. » Erwan se contenta de secouer les épaules et il ne put qu’afficher un petit sourire quand elle parla de l’hôpital. « Pas la peine de me remercier, c’est en partie mon métier d’aider les gens. Tu n’aurais pas eu trop le choix à mon avis, quitte à te porter, mes collègues t’auraient sûrement transporté là-bas. » Erwan aurait du le faire également afin de suivre la procédure mais n’étant pas en service, il pouvait se permettre de faire une légère entorse.

Et après tout, ses collègues n’allaient pas l’apprendre, ce n’était pas comme s’ils étaient très populaire et qu’on parlait d’eux dans tout Paris. Il n’y avait que dans les séries américaines pour faire ce genre de chose. Il ne put s’empêcher de rire en voyant son regard noir. « Tu sais que tu ne fais pas peur comme ça ? » Puis Erwan la conduisit jusqu’au banc le plus proche, la tenant par la taille afin d’être sûr qu’elle ne fasse pas une rechute. Le jeune brun s’installa sur le banc, croisant les jambes. Il fit attention à bien mettre ses courses, il n’avait nullement envie que celles-ci se renversent partout. Il avait déjà pas mal galéré à les mettre dans un sac, hors de question qu’il recommence. « Je ne partirais pas, de toute façon, je n’ai rien pas grand-chose à faire chez moi hormis de ranger mes sacs alors ça peut attendre… puis je sais que ça te fait plaisir que je sois là, ne le caches pas. » dit-il ironiquement. Il avait légèrement remarqué qu’elle essayait de le faire partir à tout prix, le poussant ainsi à rester juste pour la contrarier. Chiant lui ? Pas du tout, ce n’était absolument pas dans sa nature. Erwan se passa une main dans les cheveux puis il hocha la tête. « Ah ok, j’ignorais que tu étais encore chez eux. Ça fait un moment que je ne suis pas passé voir mes parents adoptifs, on ne s’entend plus très bien.. » Erwan soupira, ils avaient toujours eu une préférence pour leur vrai enfant et il pouvait le comprendre mais ils l’avaient mis de côté. Et ça, Erwan avait eu du mal à la digérer et dès son dix-huitième anniversaire, il était parti. Lorsqu’elle lui répondit qu’elle voulait encore boire, il se contenta de secouer la tête puis lui tendit de nouveau la bouteille.

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Lun 29 Juin - 0:40



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Camille depuis tout à l'heure n'arrêtait pas de revoir plein de souvenirs d'enfance remonter à la surface à cause de la présence d'Erwan près d'elle. Mon Dieu ce qu'elle regrettait cette partie de sa vie... Cette époque où ils étaient si insouciants et où ils n'avaient guère de problèmes. Bien que la petite Camille n'est pas été aussi casse-cou que les autres enfants. Au moins elle se sentait mieux dans ses baskets que ces dernières années mais également durant son parcours scolaire en général. En effet elle subissait souvent les moqueries des autres. Pour être tout à fait franc c'était surtout depuis le collège qu'elle avait eu du mal à se défendre des autres car avant ça elle n'avait jamais hésité à les envoyer bouler s'ils venaient l'importuner. Mais tout le monde sait que le collège c'est la jungle... En revanche au lycée ça avait été plus calme sauf durant la dernière année, celle du bac où elle avait dû faire face à des rumeurs lancées à son sujet par une bande de filles qu'elle croyait des amies... Surtout l'une d'entre elles... Mais non elle s'était fait avoir comme une bleue.

Revenant à la réalité Camille ne put s'empêcher de rire face à ce que venait de dire son ancien ami. "Mais bien sûr et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu. J'étais plus forte que toi et tu le sais très bien. Du moins jusqu'à l'entrée au collège... Oh et puis arrête je n'ai jamais été mauvaise joueuse tout comme je ne t'ai jamais hurlé dessus. T'es de mauvaise foi là Wawan !" Sans qu'elle n'ait fait attention elle l'avait appelé par le surnom qu'elle lui donnait lorsqu'ils étaient encore enfants. Se rendant compte de ce qu'elle venait de dire elle ajouta "Excuse, vieux réflexe. Et dommage alors si je ne peux pas te perdre comme tu le dis si bien. Pourtant je voulais t'abandonner ici et que tu ne me retrouves pas." Lui dit-elle pour le narguer comme elle savait si bien le faire. En effet Erwan s'était mal exprimé et elle avait saisi là l'occasion de le chambrer à ce sujet. Même lorsqu'elle était mal Camille arrivait encore à sortir des âneries. Enfin tout dépendait des fois mais là c'était plus fort qu'elle. Il fallait qu'elle le fasse juste pour embêter son vieil ami d'enfance. Elle arqua les sourcils, se retenant de lever les yeux au ciel et de lancer une réflexion à Erwan qui parlait de ses goûts en matière de films. Elle préférait se taire plutôt que se ridiculiser en citant des noms de séries ou films qu'elle regarde, surtout si lui après se moque d'elle. Du coup elle avait gardé le silence même si elle n'avait pas trop apprécié sa réflexion au sujet des goûts des filles.

Bizarrement Camille avait confié à son ex qu'elle avait un petit-ami. En même temps tout comme Timaël il lui avait fait comprendre qu'elle n'était pas intelligente donc elle n'avait pas pu s'empêcher d'en parler. Inconsciemment elle avait peut-être aussi fait exprès de parler de Tim' juste pour montrer à Erwan qu'elle n'était plus aussi seule qu'il y a quelques années en arrière mais aussi pour qu'une fois qu'elle irait mieux, il parte vite loin d'elle... En effet elle ne pouvait s'empêcher de vouloir qu'il parte. Après tout il l'avait laissée tomber il y a quelques années... Leur amitié qui durait depuis l'enfance, il l'avait brisée en ne lui adressant plus la parole et ça elle ne l'avait pas supporté. Lui son plus vieil ami qui n'avait pas hésité à la laisser. Sans compter que ce que lui disait Erwan lui rappelait vaguement toutes les fois où il avait essayé de casser tous les mecs auxquels s'était intéressée... Comme pour ne pas qu'elle s'intéresse à d'autres que lui. Alors que lui ne se gênait absolument pas pour courir les filles et elle n'avait jamais rien dit à ce sujet d'ailleurs... Elle l'avait toujours laissé tranquille et ne se mêlait aucunement de ses histoires de coeur. En revanche lui dès qu'il savait qu'elle avait un coup de coeur pour un autre que lui, ce n'était pas la même histoire... Il les cassait sans cesse comme pour la dégoûter et c'était un peu en partie à cause de ça qu'ils avaient fini par doucement s'éloigner... Parce qu'elle ne supportait plus qu'il soit comme ça avec elle. Même si au final c'était lui qui avait mis un terme à leur amitié. Camille amusée rétorqua "Hey tu ne casses pas comme ça mon Timaël. Si tu veux tout savoir il a dit ça sur le ton de la rigolade en expliquant qu'on n'avait pas la même intelligence puisqu'il est dans l'informatique et que moi je bosse dans une librairie. Tu ne le connais absolument pas alors ce n'est pas la peine de le critiquer. Je n'en ai que faire de ce que tu penses de lui. Pas la peine que tu fasses comme quand on était ado et que je kiffais un mec... Et puisque tu as l'air si intéressé par ma relation avec lui... Ça fait quelques semaines que je sors avec lui. C'est grâce à Raph' si on est en couple. En effet on s'est rencontrés à une soirée chez lui. Parce que oui notre acolyte d'enfance ne m'a pas laissée tomber lui... Voilà t'es content ou tu veux d'autres détails ?" Et oui Camille avait laissé parler sa colère cette fois... Elle lui avait lancé plusieurs reproches, sur le fait qu'il l'empêchait de s'intéresser à d'autres que lui quand ils étaient plus jeunes mais également sur le fait qu'il avait foutu en l'air leur relation d'amitié. Au moins c'était dit maintenant et elle se fichait totalement de savoir comment il allait réagir. Après tout c'était de sa faute, il n'avait plus qu'à assumer maintenant. Et même s'il la laissait plantée là, elle n'en avait que faire. Elle se débrouillerait pour rentrer chez elle ou appellerait quelqu'un d'autre pour qu'il lui apporte quelque chose à boire ou à manger.

Toujours irritée en partie à cause d'Erwan mais aussi à cause de son hypoglycémie qui jouait sur ses nerfs Camille lui répondit "Puisque je t'ai dit que je n'avais rien sur moi... Je n'avais donc ni rien à manger ni à boire sucré. Mais oui ça aurait pu être pire mais ce n'est pas le cas." La jeune femme tentait doucement de se calmer et lui expliqua qu'elle connaissait déjà les hôpitaux mais qu'elle n'avait absolument pas envie d'y retourner. Une nouvelle fois elle remercia le jeune pompier qui lui expliqua que c'était son boulot. Il lui dit également que si elle était tombée sur ses collègues il ne lui aurait pas demandé son avis et l'aurait emmenée à l'hôpital. Pour toute réponse elle lui accorda un simple "Je suppose." Elle était assez fatiguée et se sentait toujours vide. Fort heureusement Erwan avait sur lui une boisson sucrée. Elle en but un peu pour essayer de faire remonter son taux de glycémie. Elle espérait que ça se ferait assez rapidement car elle ne voulait pas rester trop longtemps en compagnie de son ancien meilleur ami. Grâce à Erwan la foule était partie et Camille avait tenté de se relever en disant qu'il pouvait partir mais évidemment elle avait chuté car le thé glacé n'avait pas encore agit. Evidemment ça avait fait rire le pompier qui n'avait pas pu s'empêcher de se fiche d'elle. Pour toute réponse elle lui avait lancé un regard noir. Et une fois de plus il se moquait d'elle. Elle haussa les épaules ne souhaitant pas s'exprimer à ce sujet.

Après ça Erwan l'avait conduite sur un banc libre. Elle voulait qu'il parte mais non il comptait rester. Camille s'était retenue de soupirer. D'autant que d'une part il ne lui faisait pas confiance et pensait que dès qu'il aurait eu le dos tourné elle serait partie pour rentrer chez elle. Mais en prime elle avait compris qu'il comptait rester rien que pour l'embêter. Elle manqua de s'étouffer en entendant la fin de son discours. "Mais si tu peux rentrer, en plus si tu as du congelé ce n'est pas bon de le laisser dégeler. Il ne faut surtout pas le recongeler ensuite donc je t'en prie va ranger tes courses. Ah parce que tu crois que ça me fait plaisir ? Mais c'est ça, t'es en train de rêver je crois là." Oui elle tentait encore de le faire partir même si elle se doutait que ça ne marcherait absolument pas mais au mois elle essayait. Tout comme elle continuait à le casser pour lui faire payer toutes ces années de silence...

Décidément elle trouvait qu'Erwan était drôlement curieux et qu'il tenait à savoir beaucoup de choses à son sujet. Comme s'il cherchait à rattraper le temps qu'ils avaient perdu. Pourtant jamais ils ne pourraient le rattraper même si et seulement si Camille venait à lui pardonner son absence. Toutefois elle lui indiqua quand même ce qu'il voulait savoir, là où elle vivait. Il lui expliqua qu'il n'était plus en très bons termes avec ses parents et qu'il n'était plus allé les voir depuis un bon moment. Camille lui répondit "Je sais..." En effet elle était au courant de ça puisque de temps en temps ses parents papotaient avec ceux d'Erwan. Tout comme les fois où Camille croise la mère d'Erwan, celle-ci se plaint de ne plus le voir. Bizarrement depuis qu'il ne vivait plus chez eux, sa mère avait l'air d'apprécier un peu plus Camille que par le passé. Comme le jeune homme lui proposait de nouveau à boire, Camille accepta et tendit son bras puis attrapa la bouteille qu'il lui tendait de nouveau. Elle l'ouvrit et but une bonne gorgée de thé avant de rendre la bouteille refermée à Erwan.
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Ven 3 Juil - 18:01

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
Erwan avait fait main basse sur le passé, il avait décidé de tout oublier. De tourner une page, après tout ce n’est pas en repensant aux souvenirs que les choses changeront. Il avait décidé de l’avant et jusqu’à aujourd’hui, il y était plutôt bien parvenu. Il s’était construit une vie qu’il ne changerait pour rien au monde. Erwan avait réussi à grandir tout seul, sans l’aide de personne. Il avait envoyé promener tout ce qu’ils lui proposaient son aide quand ils remarquaient que ses parents adoptifs étaient plus pour leur vrai enfant que lui. Mais il avait toujours considéré la nouvelle venue comme sa sœur. C’était l’une des rares personnes qu’il ne laisserait jamais tomber quoi qu’il arrive. C’était un peu la femme de sa vie même si quand il y pensait, il ne pouvait s’empêcher de grimacer. Il ne croyait pas en toutes ses idioties. Il n’y avait que les filles pour croire à de pareilles conneries. L’amour finissait toujours mal. Après tout, combien de couples aujourd’hui tenaient le coup ? Très peu et parfois ils restaient ensemble juste pour les enfants. Erwan ne put s’empêcher de rouler les yeux aux paroles de la jeune femme. Il ne savait pas d’où elle sortait ça mais c’était bizarre. Il ne se souvenait pas qu’elle prononçait de telles choses auparavant. Mais à croire que l’âge les avait éloigné que ce soit physiquement que mentalement. Lui avait grandi dans une bulle rempli de fête, de filles.

« Euh oui si tu veux, je ne vois pas trop le rapport mais si tu le dis. C’est ce que je te faisais croire, je n’avais pas vraiment envie que tu te fâches à l’époque puis ça me faisait plaisir de te voir gagnante alors, je n’allais pas me priver. Même si je devais pour ça perdre contre une fille. Pourtant, je me souviens de quelques fois où je te contrariais et que tu finissais toujours par me hurler dessus. Wawan vraiment ? Jai plus cinq ans. Je me rends compte qu’avant, on avait vraiment des surnoms de brins. Par chance, plus personne ne m’appelle comme ça. Mes collègues de boulot risqueraient de se foutre de moi si jamais ils le savaient. » dit-il en secouant les épaules. Erwan avait grandi et il s’était peu à peu éloigné de son entourage. Au grand dam de sa mère adoptive qui le voyait changer sans y faire quelque chose. « Le reflexe est revenu vite apparemment, à croire que tu pensais encore à moi quelques fois pour te souvenir de ce surnom. Dommage pour toi, il va falloir me supporter encore un moment. Mais t’en fais pas, après tu auras la paix. Je te laisserais retourner à ta petite vie et moi à la mienne. » D’ailleurs, il se demandait ce qu’il allait bien pouvoir faire le soir même. Comme tous les soirs probablement, il finirait en soirée avec des potes et il ne se souviendrait plus de son prénom. C’était une habitude chez lui, il avait d’ailleurs plus d’une fois du dormir dans sa voiture parce qu’il ne se souvenait même plus de son adresse.

Erwan était resté un adolescent dans sa tête, il ne voulait guère prendre de grandes responsabilités et lorsque ses collègues parlaient mariages et enfants, le jeune bouclé ne pouvait s’empêcher de grimacer. Ce n’était pas pour lui. L’idée même d’avoir une famille lui serrait un peu le cœur étant donné qu’il n’avait guère eu d’exemple vraiment concret. Etant donné qu’il avait été abandonné par sa mère lorsqu’il était encore qu’un nourrisson, il n’avait pas de souvenirs d’elle, juste une lettre qui lui disait les raisons de son abandons. Le bouclé lui en avait longtemps voulu avant que sa colère ne se dirige vers son père. Père dont il ignorait encore l’identité. Et pour être franc, il ne tenait pas du tout à le savoir, il serait capable de lui mettre un poing dans la figure pour toutes ses années de malheur. Qui sait, peut-être que s’il n’avait pas laissé sa mère biologique seule, elle l’aurait gardé et ils auraient vécu ensemble. Mais ça, Erwan ne le serait jamais. Il s’était souvent posé la question lorsqu’il était encore adolescent. « Donc ton copain se nomme Timaël, pas très français son prénom. Tu l’as trouvé où celui-là ? Et tu as choisi un geek en plus, tu n’as pas peur qu’il te préfère un jour à son écran d’ordinateur ? Enfin tout dépends ce qu’il y fait dessus hein ! C’est vrai, tu as raison, je ne le connais et je ne le connaîtrais jamais je suppose. Après du moment que tu es heureuse, c’est bien pour toi. Raph devrait travailler dans une agence matrimoniale dans ce cas, s’il a permis à vous deux de se rencontrer. Je n’agis pas de la même façon, je me fiche plutôt pas mal que tu sortes avec Timaël, Samaêl enfin peu importe son prénom. Être un couple n’est pas du tout ma priorité, je savoure ma vie de célibataire. Non merci, tu as satisfait toute ma curiosité. Je ne tiens pas vraiment à savoir toutes les choses que vous pouvez faire. » dit-il en affichant clairement une grimace. Il n’avait guère envie de savoir s’ils avaient franchi le cap ou pas.

Même s’il en doutait après tout, quelques semaines, c’était largement suffisamment pour se retrouver dans le même lit non ? Pour lui, c’était clairement le cas même bien avant même, une heure suffisait pour savoir si la fille et lui était compatible pour une unique nuit. Mais il ne pensait pas que Camille soit ce genre de personne. « Tu ne me prévois jamais rien… tu aurais très bien pu prendre une petite pause à dix heures en voyant que tu n’avais rien pris juste pour acheter quelque chose à grignoter. Et y a même pas un distributeur dans ta librairie ? C’est pour ça que je ne vais jamais dans ce genre d’endroit. D’une parce que lire, je n’aime pas ça et de deux, tu n’as rien à manger. » La lecture et lui, ce n’était pas du tout le grand amour. Il fallait qu’en le force pour qu’il tienne un livre dans les mains. De toute façon, il n’avait pas le temps pour ce genre d’activité. Il était plus physique qu’intellectuel même s’il était tout de même intelligent. Il savait se servir de son cerveau. Heureusement pour eux qu’Erwan revenait des courses, il ne pouvait pas être plus fier de lui qu’à ce moment-là. Sinon il aurait du y aller en trombes et attendre à la caisse.

Camille aurait eu le temps de refaire un malaise entre temps étant donné que celle-ci n’était pas la plus rapide qui puisse exister. Et il doutait que d’annoncer que sa boisson était pour une malade l’aurait franchement aidé à doubler les autres. Certains étaient aimables mais d’autres non. Les places étaient chères. Le bouclé soupira alors qu’ils s’installaient sur le banc, s’étirant les muscles. Il n’avait pas pris de surgelé pour une fois et c’était un peu un coup de chance parce que sinon ils auraient fais une drôle de tête et il aurait du sûrement les jeter à l’arrivée. « Bien essayé mais t’as pas de chance, je n’ai pas acheté de surgelé, seulement des conserves, plus facile à cuisiner. Donc arrête de chercher à te débarrasser de moi, tu n’y parviendras pas. Et si tu tiens vraiment à ce que je range mes courses très bien mais je t’emmène avec moi. Je n’habite pas très loin et tu pourras manger quelque chose chez moi avant de repartir. Je ne voudrais pas t’imposer plus longtemps ma présence vu que celle-ci te gène il semblerait ! » Erwan fit une légère moue en se passant une main derrière la nuque.

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Lun 6 Juil - 0:07



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Camille avait sorti l'une de ses expressions favorites. Visiblement il ne l'avait pas compris. A croire qu'il ne regardait jamais les publicités à la télévision. Pourtant cette pub était connue depuis bien des années. Toutefois elle ne releva pas sa remarque, parce qu'elle n'avait pas envie d'épiloguer sur le sujet avec lui. Ce que son ancien ami lui avait dit par la suite ne la surprenait absolument pas. Il n'avait pas changé et ne voulait toujours pas admettre lorsqu'il avait tort. Il était prêt à dire n'importe quoi juste pour ne pas dire qu'elle avait raison. Elle se mit à rire en disant "Oui si tu veux..." Comme si il l'avait laissée gagner mais bien sûr. Surtout lorsqu'il avait sous-entendu que c'était parce que ça lui faisait plaisir de la voir gagner. Alors ça c'était sûr que c'était complètement faux. Surtout lui le mauvais perdant... Elle l'écoutait toujours et secouait la tête "Arrête de raconter n'importe quoi franchement..." Décidément il n'avait pas de bons souvenirs d'elle, voilà ce qu'elle se disait en l'écoutant. Elle ne put s'empêcher de rire en l'entendant parler de leurs surnoms d'enfance et de la honte qu'il aurait si ses collègues étaient au courant du sien. "Ça ça peut toujours s'arranger." Lui dit-elle en faisant mine de siffloter. Toujours en parlant de leurs anciens surnoms, Erwan n'avait pas pu s'empêcher de faire une réflexion à Camille qui leva les yeux au ciel. *Mon Dieu il est toujours aussi modeste, ça fait peur...* Alors qu'elle pensait ça, elle ne pouvait s'empêcher d'être en même temps en colère... A croire que lui aussi avait été comme tous les autres... Qu'il l'avait abandonnée sans le moindre remord, sans n'en avoir rien à faire de ce qu'elle était devenue. Si elle avait souffert ou non... *Pfff tous les mêmes.* Pensa-t-elle. Elle ne savait pas si elle devait se taire ou monter sur ses grands chevaux... En effet elle était en furie. Parce que le pire c'est qu'il avait raison. Elle n'avait pas pu l'oublier tout comme elle n'avait jamais réussi à oublier les autres soi disant amis qu'elle avait connu depuis toujours. Du coup il allait prendre pour lui mais également pour les autres. "En même temps je ne suis pas du genre à oublier quelqu'un que j'ai connu petite pendant X années. Contrairement à toi et d'autres qui m'avaient laissée tomber comme si j'étais une vulgaire chaussette... Sans vous retourner, sans chercher à savoir comment j'allais, rien... Donc oui excuse-moi d'avoir souvent pensé à toi. Toi mon ancien meilleur ami..." Camille avait entendu les dernières paroles d'Erwan et ça lui avait fait mal bien qu'elle savait qu'il le ferait... Après tout depuis plus de six ans ils n'avaient eu aucun contact. Voilà pourquoi elle ne voulait pas retomber sur lui, parce qu'à cause de lui plein de choses remontaient à la surface et qu'elle avait envie de pleurer. Mais non elle n'allait certainement pas lui offrir ce plaisir. Surtout qu'il viendrait encore à se moquer d'elle, ça elle en était sûre... Malgré tout, Camille pouvait faire tous les efforts du monde qu'elle voulait, la pauvre avait toujours eu un visage clairement expressif. Surtout qu'elle ne savait pas faire semblant d'avoir le moral quand ce n'était pas le cas. Du coup on devinait en un clin d'oeil si elle était triste ou en colère. Enfin pour sa famille c'était facile en tout cas. Et si elle n'avait pas été aussi mal et à bout de forces elle se serait déjà levée pour aller ailleurs, loin de lui et qu'il ne devine pas qu'elle était affectée par ces retrouvailles imprévues. Bien que si ça se trouve il l'avait parfaitement deviné vu tout ce qu'elle lui avait déjà dit.

Passablement irritée aussi bien à cause de son hypoglycémie qu'à cause d'Erwan elle lui avait répondu assez sèchement lorsqu'il avait osé insinuer que son petit-ami n'était pas sympathique. Du coup elle lui avait bien rappelé ce qu'il faisait par le passé en lui disant que ce n'était aucunement la peine de recommencer. Tout comme elle lui avait une fois de plus fait un reproche quant au fait qu'il l'avait abandonnée. Elle était toujours énervée lorsqu'il lui demanda où elle avait rencontré Timaël. Surtout qu'elle venait de lui dire, à croire qu'il ne l'avait pas écoutée. Ce qui ne l'aurait cependant pas étonnée tant que ça. Pour toute réponse elle lui accorda un regard noir. Ce fut encore pire lorsqu'il commença à le critiquer. Elle soupira assez fortement pour qu'il comprenne qu'elle n'avait plus envie de parler de ça. Finalement elle prit de nouveau la parole et se montra encore plus cinglante à son égard "Et qu'est-ce que ça peut te faire s'il préfère son ordinateur à moi hein ? Si t'en avais eu quelque chose à faire de moi tu ne m'aurais pas abandonnée..." Camille n'écoutait plus qu'à moitié ce qu'il lui disait tellement elle était énervée. Tout était en train de se mettre en branle chez elle. Ses nerfs qui commençaient à la rendre méchante, qui lui donnaient envie de pleurer et surtout le fait qu'elle soit faible. Elle était en train de se maudire d'avoir fait ce fichu malaise. Si elle n'était pas tombée dans les pommes elle n'aurait jamais revu Erwan et ils n'auraient pas cette discussion qui était en train de lui faire un mal de chien. Voilà l'un des torts de la jeune Cam', toujours trop s'attacher à des gens qui se fichent d'elle. Malgré son énervement elle avait remarqué la grimace que son ancien ami avait fait alors qu'il parlait de Tim et elle. Pour elle c'était un signe qu'il ne supportait toujours pas qu'un autre garçon puisse s'intéresser à elle. Pourtant il n'avait pas du tout son mot à dire là-dessus. D'ailleurs il ne l'avait jamais eu même s'il avait tout fait pour lui pourrir la vie par le passé...

A croire que l'agacement de la jeune femme ne gênait pas du tout le pompier qui continuait à lui parler. Elle n'en avait franchement plus envie. Elle était exténuée et voulait juste rentrer chez elle même si c'était encore impossible. Evidemment il continuait à lui reprocher le fait qu'elle n'avait rien bu ou mangé. La brunette souffla un grand coup avant de lui répondre "Non je ne pouvais pas, j'étais seule à la librairie. Du coup je ne pouvais pas quitter mon poste avant la pause de midi." Elle n'avait pas souhaité s'exprimer plus donc elle s'était arrêtée là. En ayant marre de se battre elle était redescendue d'un cran. Après tout à quoi ça servait de s'énerver devant quelqu'un qui s'en fichait ?

Après avoir bu du thé glacé et fait une première tentative pour se relever, c'était finalement avec l'aide d'Erwan qu'elle avait pu se rendre sur un banc libre où ils s'étaient tous les deux assis. Camille cherchait encore et toujours à le faire partir mais rien ne fonctionnait. Décidément il ne voulait pas la lâcher... Bon déjà par le passé lorsqu'il était avec elle, il la suivait partout. A tel point qu'il aurait pu passer pour son ombre mais là c'était différent aujourd'hui... Camille avait bu une seconde gorgée de thé glacé avant de rendre la bouteille à Erwan. Et voilà que maintenant il lui disait carrément qu'elle pouvait venir chez lui. Elle le regarda et lui dit "Dommage j'aurais tout essayé... Ah parce que tu crois vraiment que je vais venir chez toi ? Pas question ! Demandes-toi pourquoi ta présence me gêne et on en reparlera après... Surtout que je crois que tu as très bien compris maintenant..." Elle avait remarqué sa moue mais après tout il croyait quoi ? Il croyait qu'elle allait lui sauter au cou comme ça après au moins six ans de silence ? Il pouvait toujours rêver ! Car ça oui la petite est rancunière et ne pardonne pas si facilement quand on la blesse. S'il comptait vraiment faire de nouveau partie de la vie de Camille il faudrait qu'il rame et pas qu'un peu.
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Mar 7 Juil - 17:24

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
Erwan regardait très peu la télévision, il avait beau la mettre en marche à chaque fois qu’il passait les pieds dans son salon, il ne l’écoutait que d’une oreille peu attentive. Sauf quand bien entendu, il se mettait un dvd, là toute son attention était focalisé sur l’écran mais sinon, c’était rare qu’il prête attention à tous ce qu’il se racontait. Et encore moins lorsqu’il s’agissait de pub. Il y en avait tellement et son cerveau ne pouvait pas les retenir et heureusement sinon sa tête aurait fini par exploser. Puis, la télévision rendait les gens idiots et il n’avait pas besoin de ça pour l’être. Il suffisait qu’il sorte et boit plus de raison pour devenir un crétin fini. Mais cela devait être monnaie courant chez les individus trop souvent délaissés. Il avait besoin de se vider la tête, de tout oublier pour essayer d’avancer. Même s’il ne voyait pas le futur, il ne s’en préoccupait même pas. Certains s’imaginaient déjà avec de grandes carrières, lui ne pensait qu’à rester en vie. C’était déjà un bon point, jamais il ne pourrait se l’ôter comme il avait pu voir certains cas. Cela serait donné raison aux personnes qui n’en valent pas la peine. « Ah ouais et qu’est ce qui te fais dire que c’est n’importe quoi ? Ce n’est pas parce que tu es incapable d’admettre que je pouvais te laisser gagner que forcément, ce sont des conneries. Enfin bref, je ne vais pas me disputer avec toi sur de pareilles futilités. Si tu penses ça alors très bien, je m’en moque de toute façon. » dit-il en secouant les épaules. Il n’avait pas envie de déclencher une dispute surtout qu’elle venait de faire un malaise et dans ces cas là, ce n’était pas le bon moment pour l’énerver. Il ne fallait pas trop la brusquer au risque de la perdre de nouveau.

Erwan roula des yeux quand elle prononça un vieux surnom. Cela faisait des années qu’il n’en avait pas entendu. La plupart du temps, ceux qui osaient lui donner un autre nom finissait soit avec un coup de poing dans le visage soit Erwan se tirait. Mais pour cette fois, il faisait l’effort de rester même s’il ne pouvait pas s’empêcher de l’incendier du regard, montrant son désaccord. « Je ne vois pas comment, sauf si tu vas leur dire et je ne suis pas sûr qu’ils te croient vu qu’ils ne te connaissent pas. Ils penseraient surement que tu es une de mes ex aigri par la rupture et prête à tout pour se venger. » Il roule de nouveau les yeux, c’était déjà arrivé qu’une de ses anciennes conquêtes se pointent au boulot croyant que parce qu’ils avaient passé du bon temps ensemble, ils étaient liés pour la vie. Erwan l’avait fais redescendre brutalement sur terre et il avait hérité d’une belle gifle. Ses collègues ne s’étaient pas privés pour se foutre de sa tronche d’ailleurs. Le jeune homme ne put retenir le léger soupir en entendant ses paroles. Il se doutait bien que le sujet allait sortir un jour ou l’autre. « Que tu es sentimentale… cela arrive que les amis s’éloignent, j’ai pris une direction différente de toi c’est toi. J’avais besoin de voir autre chose que mon amie d’enfance, j’avais beaucoup d’autres contacts et j’ai pu me découvrir, c’est tout. Si j’avais continué à te parler, on ne se serait plus entendu ou alors je t’aurais entraîné dans les différentes fêtes auxquelles j’ai participé et tu aurais été surement été différentes. Quand tu mets les pieds là-bas, crois-moi-tu changes. Et j’ai changé, je ne suis plus ce garçon que tu as connu alors c’est bien beau de parler du passé, mais il faut avancer dans la vie. On ne peut pas rester accroché à certains passages au risque d’y rester bloquer. Ok, je n’ai pas demandé de tes nouvelles mais tu m’as l’air d’aller bien non ? Et je ne pense pas que ça t’as vraiment fais du mal, tu as sûrement eu d’autres amis hein. »  Erwan ne voulait pas parler de ce côté de sa vie, s’il l’avait fui, c’était pour fuir quelque chose qui le dépasser et il ne voulait pas y repenser.

Lorsqu’il était plus jeune, il se rendait compte de l’importance de plus en plus croissante qu’elle prenait dans sa vie et il en avait eu peur. Peur de la voir partir tôt ou tard, trouvant quelqu’un de mieux. Après tout, c’était toujours comme ça. Sa mère qui l’attendait pendant neuf mois et finalement l’abandonnait dans un hôpital. Ses parents adoptifs qui désespéraient d’avoir un enfant, qu’ils l’avaient aimés pour finalement le laisser sur le banc de touches quand ils purent enfin avec le leur. Non, il avait trop souffert pour revivre ce passage. Alors il s’était éloigné et le fait qu’il soit un vrai dragueur l’avait un peu aidé. il ne pouvait pas s’en empêcher, c’était presque maladif mais cela l’avait aidé à avancer. Il s’était jeté corps et âme dans les courbes des autres filles pour oublier celle qui l’intéressait réellement. Et il n’avait pas non plus envie d’en savoir plus sur sa vie actuelle. Elle avait un petit ami, grand bien lui face après tout. « Je serais toi, je douterais parce que si un mec préfère son pc à sa meuf, c’est que forcément il cache quelque chose. Ou alors comme beaucoup de mecs, il a des dossiers dans celui-ci et cela ne doit pas être joli à voir… Je t’ai peut-être abandonné mais tu n’as pas cherché non plus à essayer de me retenir hein… » Il n’aimait pas qu’on lui rejette tout sur le dos, certes il avait ses tords mais si elle tenait réellement à lui, elle aurait cherché à le contacter surtout connaissant le caractère têtu de la jeune femme. Quand elle lui avait annoncé que son copain travaillait dans l’informatique, il ne pouvait pas s’empêcher de son moquer. Un vrai petit geek qui ne devait sûrement pas sortir souvent, il devait sûrement être coincé d’ailleurs. Bon, il était méchant sur ce coup mais cela ne lui plaisait pas de voir qu’elle avait quelqu’un dans sa vie. Mais en même temps, c’était normal, elle n’allait pas attendre qu’il revienne surtout sachant qu’Erwan n’était pas tenté de le faire.

« Et tu ne pouvais pas fermer un peu plus tôt la librairie juste pour l’occasion ? Dans le pire des cas, tu aurais ouvert plus tôt dans l’après-midi, ce n’était pas la mort et vu que tu étais toute seule, personne n’aurait rien su. Tu ne dois pas avoir une foule de client. Ouais, tu achètes un livre de temps en temps. Je connais peu de monde qui passe sa vie dans ce genre de magasin. » Erwan avait eu du mal à trouver sa voix, il ne voulait pas être sous les ordres de quelqu’un qui n’en valait pas la peine ou qui ne faisait rien hormis donner des instructions. Alors que là, dans son boulot, chacun était utile à sa façon et il aimait être au contact des personnes, voir le sourire sur leurs lèvres quand ils les sauvaient. C’était ce qu’il y avait de plus beau dans son métier. Et il aimait l’adrénaline qu’il ressentait à chacune de ses missions, comme si il prenait du plaisir à se dire qu’il ne reviendrait peut-être pas d’une mission. Sa caserne avait connu des pertes et pourtant, elle avait réussi à y faire face. Même si Erwan avait quelques brûlures sur le corps. « Oh c’est bon, tu préfères que je t’emmène à l’hôpital ? C’est toi qui choisit, soit tu acceptes de venir chez moi juste le temps de reprendre des forces soit je te conduis à l’hôpital et là les médecins ne te laisseront sûrement pas sortir toute suite. Tu devras faire des examens complémentaires et les entendre te rabâcher les oreilles qu’il faut manger. Mais c’est comme tu veux, fais ta forte tête. Je sais très bien pourquoi, je ne suis pas idiot ! Mais tu ne peux pas mettre ta rancœur de côté juste pour ta santé ? Ou alors tu préfères faire un autre malaise sous prétexte que tu m’en veux et que tu n’es même pas capable d’y faire abstraction. Enfin, t’es assez grande pour prendre des décisions hein ! Mais ne comptes pas sur moi pour te suivre et te ramasser une nouvelle fois si tu refais un malaise en allant chez toi. » Erwan soupira en secouant la tête ; Il croisa les jambes en regardant autour de lui.

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Mer 15 Juil - 0:12



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Comme l'aurait parié Camille, l'ambiance au fil des minutes s'était dégradée à cause des vieilles rancœurs qu'elle avait envers Erwan. En même temps c'était sa faute si elle lui en voulait. Il n'avait qu'à pas la laisser tomber comme il l'avait fait. Pour elle en tout cas ce n'était pas comme ça que fonctionnait l'amitié mais à croire que de nos jours ça ne compte plus vraiment pour personne. Le monde est devenu individualiste et quasiment presque toutes les personnes sont nombrilistes. Ce qui est loin d'être le cas de la jeune femme. En effet elle fait passer ses amis et certains membres de sa famille avant tout et il n'y a que comme ça qu'elle se sent bien. Elle ne souhaite que le bonheur des gens qu'elle aime et ne pense au sien qu'après et encore... Le sien lui importe peu, du moment que les autres se sentent bien. Camille écoutait Erwan et était de plus en plus exaspérée par son comportement et ses paroles. Elle inspira profondément tout en pensant *Ouais ça je l'ai bien remarqué...* Cam' ne se sentait plus à l'aise avec lui et ne voulait que partir même si elle ne le pouvait pas... Elle n'aimait pas du tout le fait qu'Erwan remue autant de souvenirs et d'émotions chez elle. Au moins quand elle ne le voyait pas, elle n'était pas aussi retournée...

Sans vraiment faire attention la libraire avait appelé Erwan par son surnom d'enfance et visiblement ça ne lui avait pas plu du tout. Pourtant elle se rappelait encore cette fois où au 14 juillet il s'était mis à la fenêtre de sa chambre et où il criait dans la rue en chantant "C'est moi Wawan !" Rien que d'y repenser elle avait presque envie de rire mais s'abstenait de le faire. Lorsqu'il avait abordé le sujet de ses collègues elle avait voulu le taquiner mais le garçon était sur les nerfs lui aussi apparemment vu ce qu'il lui avait répliqué. "Moi aigrie ? Ah mais pas du tout ! Et je disais ça pour rire Monsieur Erwan..." Camille secoua la tête en pensant à ça. Si elle avait voulu jouer aux ex aigries elle l'aurait fait il y a fort longtemps de ça. Mais non à l'époque elle n'avait rien dit... Elle avait encaissé la nouvelle comme elle l'avait pu. La seule chose qu'elle regrettait c'était d'être sortie avec lui alors qu'il se fichait sûrement pas mal d'elle et qu'il l'avait simplement utilisée le temps des vacances d'été. En tout cas c'était ce qu'elle avait toujours pensé.

Ne pouvant plus se retenir davantage la jeune femme avait laissé parler sa colère et Erwan avait pris pour toutes les personnes qui l'avaient laissé tomber, dont lui... Elle n'avait plus envie de lui répondre, elle l'écouta donc tout en gardant le silence et en le regardant de travers. Il croyait qu'elle allait bien. S'il savait tout ce qu'elle avait enduré depuis qu'ils ne se parlaient plus... Seulement elle ne lui raconterait certainement pas. Pour quoi faire ? Après tout il s'en fichait comme de l'an 40... Et puis déjà que peu de personnes sont au courant de tous les détails de sa vie, alors ce n'était pas à lui qu'elle allait se confier. Surtout qu'il l'aurait peut-être prise en pitié et ça elle le refusait. Ou alors il aurait insinué comme sa mère une fois, qu'elle était une salope... Ça elle avait eu du mal à le supporter, que sa mère pense qu'elle avait chauffé ce type alors qu'elle n'avait absolument rien fait... Alors non elle ne lui parlerait sûrement pas de ça. D'ailleurs pourquoi elle pensait à ça là tout de suite ? Son cerveau était vraiment en train de tourner à mille à l'heure et l'embarquait vraiment dans tout et n'importe quoi. Rien que de penser à tout ça elle se sentait encore plus mal, elle avait le coeur qui se serrait et se retenait de pleurer. Hors de question qu'elle craque devant lui. Jamais elle n'avait pleuré devant lui et ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait commencer. En effet elle s'était toujours montrée fière devant Erwan. Elle jouait toujours à la fille forte devant lui, même si c'était loin d'être le cas.

La discussion tournait à présent autour de son petit-ami et elle ne supportait pas la manière dont il parlait de lui. Il ne le connaissait pas et pourtant il le jugeait déjà. Elle lui lança un énième regard noir en lui disant "Tim' n'est absolument pas comme ça. Ce n'est pas un obsédé sexuel lui !" Oui c'était bien Erwan qu'elle visait en terminant sa phrase. Elle se rappelait lorsqu'ils étaient adolescents et qu'il s'amusait à mater des revues pornos qu'il avait trouvé Dieu sait où alors qu'ils avaient à peine douze ans et qu'il avait ensuite voulu voir si Camille avait autant de poitrine que les filles de ce torchon. A l'époque ça l'avait plus amusée qu'autre chose mais maintenant elle comprenait mieux pourquoi sa mère l'appelait le précoce et pourquoi elle avait craint qu'ils ne jouent ensemble au Docteur une fois où ils étaient allés passer un week-end tous les deux chez la grande soeur de Camille. Cam' décida de rebondir sur un sujet qu'il venait d'aborder "Pourquoi j'allais te retenir alors que tu t'en fichais pas mal de moi ? Tu crois que je n'avais pas compris que j'étais juste un bouche-trou pour toi ?"

Tandis qu'Erwan lui reprochait le fait de ne pas avoir fermé plus tôt la librairie, la jeune Camille se contenta d'hausser les épaules parce qu'elle était épuisée par cette discussion qui jouait sur ses nerfs. Et de toute façon non elle n'aurait pas fermé plus tôt. Son patron lui faisait confiance et certains clients n'auraient sûrement pas apprécié le changement d'horaire.

Après ça Erwan avait bien fait comprendre à Camille qu'elle ne se débarrasserait pas de lui si facilement. C'était dommage car vraiment elle préférait qu'il parte maintenant... Le pire c'est qu'il avait osé lui dire de venir chez lui. Alors là elle lui avait bien dit qu'elle n'y mettrait certainement pas les pieds. Elle ne tenait pas du tout à aller chez lui ni même à faire la paix si facilement avec lui. En effet la petite est très rancunière et c'était certain qu'elle ne lui pardonnerait pas si vite. Surtout qu'il lui avait clairement dit qu'ils ne se reverraient pas par la suite. Alors autant ne pas se rendre chez lui... Elle le regarda en plissant les yeux et lui répondit du tac au tac "Et oui je n'ai pas changé. J'ai toujours mon fichu caractère et la rancune qui va avec. Tu m'as fait du mal, assume ! Et sois sûr que non je n'irai pas à l'hôpital. Ou alors il faudra que tu me forces et rien que pour ça je te souhaite bon courage. Mais tu sais quoi je m'en fiche de tomber dans les pommes. Et pas besoin de me suivre ! Si je crève ça ne fera pas une grosse perte pour grand monde !" Camille en ayant vraiment marre de tout ça, se leva du banc sans même savoir si elle avait retrouvé un minimum de force. Elle attrapa son sac qu'elle posa sur son épaule et commença à marcher en silence, des larmes roulant sur son visage.
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]


Dernière édition par Camille Bonnet le Mar 28 Juil - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Sam 18 Juil - 16:13

❝ les ex, c'est comme la prison : si t'y retournes c'est que ta rien compris x Cam & Erwan ❞  
Erwan ne supportait vraiment plus le tournant qu’avait pris la conversation, il avait voulu être serviable et l’aider et voilà qu’il commençait peu à peu à en prendre plein la tête. Lui ne vivait plus dans le passé, il avait arrêté de s’en préoccuper quand il s’était aperçu que cela ne changerait rien. Qu’il ne pourrait pas rattraper les erreurs qu’il avait faîte, et il en avait fait pas mal. Il était certain que s’il faisait une liste, il en oublierait beaucoup. Erwan avait du apprendre à se débrouiller seul très vite, mis de côté par des parents adoptifs qui semblaient l’oublier peu à peu. Le jeune homme s’était forcé une carapace que presque aucune personne n’avait réussi à briser. Et pourtant, il avait fallu qu’il rencontre cette petite brune et qu’il s’attache à elle. Plus le temps passait et plus il voyait l’importance qu’elle prenait dans sa vie, il avait toujours ce besoin constant de la voir sourire, de la faire rire et ça le rendait dingue. Il ne voulait pas souffrir alors au fils du temps, il s’était éloigné, se trouvant une bande de copains pour y parvenir. Il n’avait pas côtoyé que des saints et certains étaient en partie responsables de sa chute aux enfers.  Avec son boulot, il arrivait tout de même à tenir le choc et heureusement qu’il l’avait sinon Erwan ne préférait même pas imaginer ce qu’il serait devenu. Il aurait peut-être même fini en taule à force de trainer avec des gens malhonnêtes, qui sait. « Je m’en doute que tu disais ça pour rire, je te vois mal débarquer sur mon lieu de travail. Déjà parce que tu as beau savoir que je suis pompier, à Paris, il y a plusieurs casernes donc t’as une chance sur je ne sais combien de tomber sur la bonne. Je n’ai pas dit que tu l’étais seulement que mes collègues penseraient ça de toi. Ils ont déjà eu affaire à une fille très spéciale et ça ne les étonneraient sans doute pas d’en voir débarquer une autre. » dit-il simplement, secouant les épaules. Erwan avait arrêté d’être sentimental, es ce qu’il l’avait été un jour d’ailleurs ? Peut-être au début de sa relation avec la brune, il était sorti avec elle mais encore une fois, il avait prit peur. Il fallait qu’il la fuie pour se protéger. Quitte à ce qu’elle le déteste, ce qui était proche aujourd’hui.

Il avait alors cherché une fille et en avait trouvé une qui avait accepté de suite de sortir avec lui, après tout il suffisait qu’il la regarde dans les yeux pour qu’elle accepte tout. C’était un charmeur et parfois, il ne pouvait s’empêcher de soupirer en voyant les filles répondre à ses avances. Il aimerait du challenge et avec la brune, il en avait. Elle avait un caractère bien trempé et ça le faisait déjà sourire. Puis le fait de savoir qu’elle avait refait sa vie, ça ne lui plaisait pas du tout. Il ne connaissait pas son copain mais il ne pouvait s’empêcher de la traiter de tous les noms d’oiseaux qui lui passaient pas la tête. Erwan se demandait à quoi il ressemblait d’ailleurs. Es ce qu’il était blond, es ce qu’il était brun ? Es ce qu’il était petit ou grand ? Enfin ce genre de chose même si maintenant qu’il apprenait qu’il était une petit génie de l’informatique, il l’imaginait avec des lunettes et une tête d’intello. Puis, il ne put s‘empêcher de rouler des yeux à ce qu’elle venait de dire. Il se passa une main dans les cheveux, souriant amusé. « Mais moi non plus, je ne pense pas qu’à ça mais bon, on est jeune, il faut en profiter. Il aura bien le temps de profiter de son ordinateur quand il aura quelques années de plus. Sauf si c’est déjà un vieux, là c’est un cas irrécupérable. Puis me fait pas croire que vous n’avez encore jamais rien fait, ce serait encore plus louche. »  Erwan n’était pas un pervers, il profitait juste de la vie comme elle venait et de sa jeunesse. On avait qu’une vie et il ne voulait surtout rien regretter plus tard. Puis, Camille était tout de même une fille magnifique, il fallait être aveugle pour ne pas le remarquer alors forcément, elle devait avoir du succès niveau garçon. Mais il se retint de trop la détailler du regard. Elle allait encore penser qu’il était un obsédé après.

Erwan soupira assez bruyamment à ses mots, décidément elle n’avait strictement rien compris. Es ce que les filles étaient toutes comme ça ou alors il n’avait simplement pas de chance d’être tombée sur elle ? « C’est vraiment ce que tu penses de moi ? Que j’ai feint toutes ses années ? Et bien, tu as vraiment une sale image de moi. Si je me suis éloigné, ce sont pour des bonnes raisons que je ne te dirais pas parce qu’elles ne regardent que moi mais je ne t’ai jamais pris pour bouche-trou. T’étais ma vraie seule amie. Alors ouais, tu aurais pu faire l’effort de me retenir ou au moins d’essayer. Je y’aurais peut-être envoyé promener ceci-dit. A l’époque, je commençais à fréquenter des gens douteux.. » A défaut d’avoir essayé la drogue, lui n’avait tenté que l’alcool. Même si parfois en soirée, on lui en avait proposé moult fois. C’était la barrière qu’il ne devait pas franchir et il le savait. S’il plongeait, Erwan savait qu’il était fichu et qu’il ne pourrait pas remonter la pente. « Je t’ai fait du mal, mais bien sûr. On a juste grandi de façon différente, c’est tout. Tu aurais préféré que je reste ami avec toi et que je t’entraine dans es soirées boissons ? Non alors estimes toi chanceuse que je me suis éloigné..  Tu ne me crois pas capable d’y arriver ? Il suffit juste que j’appelle mes collègues pour les prévenir d’un malaise et ils arriveront dans la seconde et ils ne sont pas tous aussi patients que moi. Quoi que tu leur dises, ils t’emmèneront. » Erwan roula des yeux en soupirant. «  T’en as pas marre de faire un tel cinéma ? Tu manquerais à du monde, t’es pas toute seule non plus, n’exagères pas. » Erwan secoua la tête puis prit ses sacs et la suivit. « Tu as beau fuir, je te suivrais Camille ! T’as pas le choix ! »

code by lizzou × gifs by tumblr





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   Mer 29 Juil - 0:38



Voler au secours d'une ex.
Erwan & Camille

Erwan avait le don de mettre Camille dans tous ses états. Là elle était assez énervée et passait littéralement ses nerfs sur lui. De toute façon c'était bien fait pour lui. Il n'avait plus qu'à encaisser tout ce qu'elle avait à lui reprocher. Elle avait tout gardé pour elle ces six dernières années puisqu'elle ne l'avait plus revu mais là qu'elle l'avait en face d'elle, il allait en prendre pour son grade et tant pis si ça ne lui plaisait pas. Au moins là elle allait pouvoir vider son sac et pourrait peut-être ensuite passer à autre chose.

Camille avait tout de même essayé de faire de l'humour mais apparemment le pompier ne l'avait pas bien pris. Comme si elle était du genre à aller dans la caserne où il travaille pour aller faire un esclandre. Non vraiment pas son style. Elle préférait largement parler entre quatre yeux que de laver son linge sale en public. Bien que là les passants s'ils tendaient l'oreille pourraient les entendre mais là elle n'avait pas pu faire autrement. C'était le hasard qui les avait réunis de nouveau et elle ne savait pas si elle le reverrait. Alors elle avait sauté sur l'occasion pour régler ses comptes avec Erwan. Face à tout ce que lui avait dit Erwan, Camille se contenta de dire assez bas. "Ouais je vois le genre..." Effectivement elle imaginait assez bien le genre de fille avec qui il avait dû coucher et qui était venue à sa caserne pour le voir. Elle l'imaginait bien du genre bimbo hystérique, tout l'inverse d'elle. Allez savoir pourquoi elle voyait cette fille comme ça.

Pendant un certain temps Camille après s'être bien énervée sur Erwan avait gardé le silence face à tout ce qu'il lui avait dit. Elle s'était perdue dans ses pensées les plus sombres et s'était retenue de craquer devant lui. Elle faisait toujours son maximum pour ne pas pleurer en public et c'était encore pire en sa présence à lui. Tout simplement parce qu'elle savait ce qu'il ferait si elle venait à fondre en larmes. Alors non elle allait prendre sur elle quitte à ce qu'elle passe de nouveau ses nerfs sur le pompier. Comme lorsqu'il avait osé insinuer que son Timaël devait avoir des trucs pornographiques sur son ordinateur. Elle n'avait pas pu le laisser dire ça et avait répliqué directement. Elle leva les yeux au ciel lorsqu'il lui répondit qu'il n'était pas un obsédé sexuel. *Ouais c'est ça on y croit !* Avait-elle fortement pensé sans toutefois le dire. Visiblement il cherchait à en savoir davantage sur Tim. Ça se voyait à sa manière de parler de lui. Camille avait compris son petit jeu. Il cherchait à chopper des informations sur lui. Cependant elle se demandait dans quel but il cherchait à savoir tout ça ? Il voulait savoir s'il était vieux. Alors là il pouvait courir, elle ne lui dirait pas même s'il cherchait à la provoquer pour qu'elle réplique. Toutefois sa dernière phrase l'avait mise assez mal à l'aise. Elle qui n'aimait pas parler de ce genre de choses et qui ne courait pas après ça non plus avait détourné la tête pour ne pas le regarder. De toute façon pourquoi il lui parlait de ça ? Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire que Camille ait eu ou non des rapports sexuels avec son petit-ami ? Pour essayer de cacher son malaise la jeune femme avait répliqué. "Ça ça ne te regarde point." S'il s'attendait à ce qu'elle acquiesce ou démente le fait d'avoir couché avec Tim, il pouvait toujours rêver. Elle ne lui ferait pas ce plaisir.

Cam n'en revenait pas du culot qu'avait Erwan de lui reprocher le fait qu'elle ne l'ait pas retenu alors qu'il avait coupés les ponts avec elle. "J'ai tellement l'habitude de ce genre de personnes que oui je t'ai mis dans le même panier. En même temps tu m'as grandement déçue à l'époque. Alors que veux-tu que je te dise ? Oui je t'en ai voulu et je t'en veux toujours. Si tu le dis... Si j'étais ta vraie et seule amie comme tu dis... Tu n'aurais pas pris tes distances avec moi. Parce que pour moi un vrai ami ce n'est pas ça... Oui alors là tu vois c'est exactement pour ça que je n'ai jamais rien fait. Je n'avais pas envie de me prendre des vents ou de me faire refouler. Très peu pour moi." L'amitié avec un grand A pour Camille était loin d'être ça. Pour elle les vrais amis sont une sorte de seconde famille, une famille de coeur. Celle que l'on se choisit et qu'on ne voudrait perdre pour rien au monde. Ce sont ceux qui passent avant les autres. Ceux avec qui on a toujours envie d'être. Ceux à qui on peut parler des heures et des heures sans jamais s'ennuyer. Ceux avec qui on peut rire, pleurer, se confier... Et chaque jour que Dieu fait, Camille a la peur de les perdre. Parce qu'elle s'est trop souvent attachée à de mauvaises personnes qui lui ont brisé son petit coeur sans remord. Alors oui maintenant elle n'a plus beaucoup d'amis, mais ceux qu'elle a, ce sont de vrais amis à ses yeux. Elle ne doute pas d'eux mais espère sincèrement qu'ils ne lui feront jamais de mal et ne l'abandonneront pas comme d'autres l'ont fait auparavant.

Plus les minutes passaient et plus la tension se faisait ressentir. Il était très difficile pour la jeune femme de garder son calme et de ne pas craquer devant Erwan. Elle continua donc à s'énerver en lui répondant. "Ah parce que tu crois quoi ? Que je suis restée la sainte Camille ? Je n'étais pas non plus un ange je te rappelle. Et je n'ai pas eu besoin de toi pour fréquenter les mauvaises personnes. Il m'a suffi de traîner avec la bande de mon frère. Tu sais très bien ses potes drogués etc... Alors tu vois les soirées boissons je les ai très bien connues avec eux et en plus j'adorais ça si tu veux tout savoir. Donc ouais j'aurais très bien pu faire les mêmes soirées en ta compagnie. Surtout que quand ce n'était pas avec eux que je passais des soirées boissons c'était avec mes copines d'enfance en boîte de nuit. Mais de toute façon je n'ai plus de contact avec aucun d'entre eux. Parce qu'ils m'ont fait le même coup que toi ! Aussi bien les filles que les mecs." Elle ne savait pas pourquoi elle lui racontait tout ça mais il fallait croire que ça avait besoin de sortir. La preuve ça venait tout seul, même si elle ne voulait pas forcément lui révéler autant de choses. Tandis qu'Erwan la menaçait avec ses collègues, elle ne se démonta pas. "Niet, je n'en veux pas de tes collègues !"

Tandis que Camille lui avait dit qu'elle pouvait mourir, qu'elle ne manquerait pas à grand monde, Erwan avait répliqué en s'énervant à son tour. Elle était déjà en train de marcher en commençant à pleurer. Elle espérait qu'il allait la laisser tranquille mais non visiblement il tenait à la pousser à bout. Elle serra ses poings pour essayer de se calmer mais il n'y avait rien à faire. Elle ne pouvait pas s'arrêter de pleurer. Tant pis, il se moquerait d'elle ou ferait ce qu'il voudrait mais elle en avait marre de se cacher derrière une carapace plus ou moins solide qu'elle s'était construite au fil des années. Elle se retourna vivement et lui fit face avec les larmes sur les joues. "Oh arrête Erwan tu ne sais plus rien de ma vie ! Tu ne sais pas ce que j'ai traversé ou non ! Et tu n'as pas compris après ce que je t'ai dit que je n'étais pas si entourée que ça ???? Et moi je fais du cinéma ???? Alors là pas du tout ! Je suis juste une fille hypersensible qui s'est pris X nombre de coups dans la vie et qui n'a pas grand monde sur qui compter. Voire peut-être même personne si tu veux tout savoir. Alors non je ne rigole pas quand je dis que je ne manquerai pas à grand monde ! Maintenant fiche-moi la paix s'il te plait ! D'autant plus que tu n'as pas l'intention de reprendre la place que tu avais dans ma vie alors laisse-moi... Par pitié !" Toutes les barrières qu'elle avait installées étaient tombées et elle se sentait comme nue devant Erwan. Il allait être content, il allait pouvoir se moquer d'elle comme ça et l'entasser encore plus... Surtout qu'elle n'avait pas du tout aimé le fait qu'il lui dise qu'elle faisait du cinéma. C'était une chose qu'elle avait entendue de la bouche d'une soi-disant amie à plusieurs reprises. Une chose qui n'était absolument pas fondée mais malheureusement ça avait toujours blessé la jeune femme. Pour cause elle est tout ce qu'il y a de plus sincère et honnête alors quand on lui dit qu'elle joue la comédie ou ce genre de choses, ça a du mal à passer. Alors oui sans le savoir Erwan avait touché encore un de ses points faibles.
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations
me contacter

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voler au secours d'une ex (cam ♥ )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Voler au secours d'une ex (cam ♥ )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
memories in the city :: BIENVENUE A PARIS :: 6ème arrondissement au 10ème-