Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dance, drink & trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 389
► célébrité : Cody Christian
► âge : 22
► nationalité : Française
► métier : En terminale au lycée (merci les redoublements --')
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Ven 31 Juil - 23:15

Dance, drink & trouble
Tim, Kev, Erwan, Kyl, Bébert & Cam




Les deux garçons étaient déjà en train de se taquiner et Kévin était mort de rire à cause d'Erwan qui faisait semblant d'être vexé par ce que le brun lui avait dit. "Oh mon pauvre... Oui tu as raison bois pour oublier ça sera mieux." Le jeune lycéen ne pouvait s'arrêter de rire mais faisait toutefois l'effort de se calmer pour pouvoir répondre à son ami lorsque cela était nécessaire. D'ailleurs Kévin avait confirmé les dires du pompier en disant qu'on n'était jamais mieux servi que par soi-même. Ce qu'Erwan confirma à son tour en ajoutant que de toute façon les autres finissaient toujours par vous laisser tomber. Le brun arqua un sourcil en regardant son pote. Lui de ce côté-là Kev était mitigé. D'un côté il y avait ses parents qui ne s'étaient pour ainsi dire jamais occupés de son frère, de sa défunte soeur et de lui-même. Mais à côté il avait une belle bande de potes depuis l'enfance, ce qui compensait tout de même un peu l'affaire. Le brun préféra ne rien répondre même s'il était moyennement d'accord avec Erwan.

Le jeune Ferrand avait remarqué la manière dont son ami regardait un type au bar. Il lui avait donc demandé pourquoi il le regardait ainsi mais comme Erwan n'avait pas l'air d'avoir bien compris, il rectifia le tir mais visiblement le pompier prenait mal la chose. "Eh je n'ai jamais dit que tu étais un idiot. J'ai cru que tu avais mal compris c'est tout. Je voulais juste éclaircir les choses." Kévin ne put s'empêcher de rire face à ce que lui annonçait Erwan. "Toi un justicier ? Tu te prends pour Zorro ? Oh ok ben dans ce cas j'espère pour toi que ça fonctionnera alors." Kévin ne connaissait pas le type qui était un manipulateur d'après son ami mais si Erwan préparait quelque chose contre ce type, alors il le soutenait dans sa démarche. D'autant plus que lui n'aime pas non plus les personnes de ce genre donc il pouvait très bien comprendre Erwan... Après tout ce n'était pas parce qu'il fumait de l'herbe qu'il était un salopard et qu'il n'avait pas de coeur ou autre. Bien qu'il cachait tout ça profondément.

Kévin fut beaucoup amusé par ce que lui disait Erwan. Et voilà que maintenant il se prenait pour un chérubin avec son arc et ses flèches. "Cupidon ? Ah ouais carrément ? Tu t'es pris un coup sur la tête non dernièrement ? Rendez-moi mon pote !" Kévin était encore une fois mort de rire. Mais oui il commençait sérieusement à se demander si des aliens n'avaient pas enlevé son pote pour le remplacer par un clone. Il ne voyait pas d'autres explications face aux dires de son ami. Il avait l'impression de ne pas le reconnaître. "Mais tu ne m'as pas dit, ça te rapporte quoi dans l'histoire ?" En effet le jeune Kev se montrait assez curieux parfois mais c'était de la faute d'Erwan, il n'avait qu'à pas se montrer si mystérieux aujourd'hui. Et puis il fallait bien avouer qu'il avait bien aiguisé sa curiosité. Alors forcément Kéké ne pouvait faire autrement que de lui poser les questions qui passaient dans sa tête.

Et voilà que Kévin commençait à se la raconter comme Erwan. Ils faisaient bien la paire tiens tous les deux ce soir. A croire que trop le fréquenter lui faisait prendre le melon à lui aussi. Bon en même temps ils étaient là pour rigoler alors ils ne s'en privaient pas ni l'un ni l'autre. Kéké secoua la tête d'un air amusé en voyant Erwan rire tandis qu'il lui disait qu'ils étaient tous les deux trop bons.

Tout en parlant de leur semaine, Kéké ne savait pas pourquoi mais il avait parlé d'une amie de sa soeur qui le surveillait un peu trop à son goût. Erwan avait plaisanté sur le sujet mais le jeune lycéen lui ne riait pas parce qu'elle l'agaçait fortement et qu'il aurait largement préféré qu'elle lui fiche la paix plutôt que de venir chez lui pour le surveiller. Par chance il avait réussi à récupérer les clés que sa défunte soeur lui avait confiées. Ainsi il serait peut-être enfin tranquille chez lui. Surtout qu'en ce moment il était seul à la maison puisque son petit frère était parti en vacances chez des amis à lui. Autant dire que Kévin était comme un coq en pattes chez lui. D'ailleurs il ne pouvait pas rêver mieux.

Après ça les deux garçons étaient partis dehors puisque le brun avait besoin de nicotine. Ils étaient donc à l'extérieur et Kévin fumait tranquillement tout en dansant jusqu'à ce qu'il remarque qu'Erwan s'adressait à une jolie brunette accompagné par un mec qui avait l'air un peu plus jeune qu'elle. Le visage de ce garçon lui disait vaguement quelque chose mais il ne voyait pas du tout d'où il pouvait le connaître. Le brun s'arrêta aussitôt de danser et préféra écouter les piques que s'envoyaient Erwan et la fille qui visiblement ne voulait pas lui parler. Cette petite scène amusait beaucoup le jeune homme qui chambra un peu Erwan pour la forme. Ce dernier répliqua aussitôt et Kévin leva les mains en l'air comme pour se rendre. "Ah mais ça je n'en sais rien... Je remarque juste les faits actuels. Oh mais de rien ça te coûtera juste une conso." Kéké éclata de rire à cause de la connerie qu'il venait de lancer. Cependant il ne répondit pas à ce que disait Erwan sur l'accompagnateur de la fille. Il n'était pas du genre à se moquer comme ça des gens sur le physique ou même à se moquer d'eux tout court. Surtout qu'il ne leur avait rien fait et que le brun ne comprenait pas vraiment pourquoi son ami s'en prenait à lui. Du coup il préféra garder le silence et continua de fumer tout en écoutant la suite de la discussion. Il fit juste une petite intervention pour râler parce que la demoiselle était en train de les traiter de mauvaises graines et qu'il n'avait pas apprécié. Surtout qu'elle ne le connaissait pas. Alors qu'elle parle d'Erwan qu'elle avait l'air de connaître d'accord, mais qu'elle ne parle pas de lui dans ce cas. Or, il avait cru voir dans son regard que c'était adressé à eux deux. Kévin écouta ce que lui disait Erwan mais ne répliqua pas. La fille avait de nouveau pris la parole pour demander au pompier de le suivre. Kéké commença à rire en imaginant le savon qu'il allait se prendre par elle. Il la regarda s'éloigner et termina sa clope puis jeta le mégot par terre avant de boire une seconde gorgée de son Mojito en observant au loin ce qui se passait. Il se tourna vers le garçon qui était avec la fameuse fille. "Dis donc elle a l'air d'avoir un sacré caractère ta copine. Je crois qu'Erwan va passer un sale quart d'heure. En même temps il ne l'aura pas volé... Mais bon ne lui dis pas ça sinon il va me tuer après." Kev riait tout en continuant à boire son Mojito.  






►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Kévin & Bertrand
... ⊹ lumos maxima


Code:
[color=#009900][b]"Bla bla"[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► âge : 25
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Dim 2 Aoû - 16:54

Dance, drink & trouble
ERWAN
feat.
GROUPES


 

 



 

 

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Il n’y avait pas plus hétéro qu’Erwan, il aimait bien trop la compagnie des filles pour envisager un jour de changer de bord. Même si ce serait mentir de dire qu’il n’avait jamais eu d’avances d’autres hommes, il les avait gentiment repoussé avec un petit sourire en coin. Il n’était pas le genre de personnes à être insultant envers ceux qui avaient une sexualité différente de la sienne. Certes, Erwan n’était pas un garçon très recommandable mais le jeune bouclé était toujours respectueux et il n’hésitait jamais à donner son aide à quelqu’un dans le besoin. Sûrement un contre coup de son métier qui lui collait à la peau. « Je vais boire jusqu’à ce que je ne me souvienne plus de ton prénom, il faut que je t’oublis. » dit-il avant de se mettre à rire. Ok, il n’avait pas encore bu qu’il se comportait déjà comme un type bourré. A croire que dès qu’il franchissait les portes de ce bâtiment, son cerveau s’envolait et l’alcool qu’il avait ingurgité le week-end précédent faisait de nouveau effet. Il n’avait même pas hésité à dire que la plupart de son entourage finissait par partir un jour ou l’autre, il n’était pas bon pour garder des proches, il semblerait. Dès qu’il commençait à s’attacher un peu trop, il les faisait fuir.

Et il était bien décidé aujourd’hui à boire pour oublier ce détail et sa rencontre avec une personne. Quoi que maintenant qu’il voyait le petit ami de cette même personne, son cerveau tournait à plein régime. La soirée s’annonçait des plus palpitantes et il espérait que le jeune blondinet lirait son message au plus vite afin qu’il débarque avant que celui-ci ne parte. Il manquerait plus qu’il le lise le lendemain et ce sera le drame, ils avaient une occasion en or aujourd’hui et il ne fallait surtout pas la rater. « Ouais ouais, peut-être mais je reste d’avis que tu penses que j’en suis un. » dit-il clairement amusé, se passant une main dans les cheveux. « Non tout de même pas, je ne suis pas quelqu’un qui porte une cape et qui se promène sur un cheval noir. Mais je viens en aide à quelqu’un et crois-moi, il faut que ça marche sinon ça ne va pas le faire. » Il fronça légèrement les yeux, jetant parfois quelques petits coup d’œil au brun toujours accoudé au comptoir. Erwan ne pensait pas que l’autre garçon avait autant changé, puis après tout Kylian devait bien le connaître et savait comment faire pour le faire succomber. Du moins, il l’espérait sinon ils seraient dans une galère pas possible surtout si Timaël décidait de le repousser. Aucune chance qu’ils s’embrassent devant la copine de celui-ci.

Surtout que le blond ne semblait pas être non plus quelqu’un qui forcerait une autre personne à l’embrasser contre sa volonté. Erwan se mit à rire à ses paroles tout en secouant la tête. « Non, je te rassure, je vais très bien. Je ne sais même pas pourquoi j’ai dit de pareilles conneries. Même si je serais sûrement canon avec juste un boxer blanc et un arc en main. Je devrais peut-être poser comme ça, cela me fera un sacré souvenir. » Dans le genre, je raconte n’importe quoi, la palme d’or était attribué au jeune homme. L’ambiance de la boite de nuit lui faisait perdre la raison, il n’y avait pas d’autres explications. Un petit sourire en coin apparut sur ses lèvres à sa question et il marqua un temps d’arrêt avant de prendre la parole de nouveau. « Une fille bien entendu, que veux-tu que ça m’apporte d’autre ? Ce type ment à tout le monde et surtout à sa copine. J’aide un ami à le récupérer et la fille me tombe dans les bras, je suis très doué pour consoler les gens. » dit-il avec un petit sourire entendu. Même s’il se doutait que Camille ne se laisserait sûrement pas approché aussi facilement, il allait devoir utiliser une ruse pour y parvenir mais il n’avait pas dit son dernier mot.

Erwan était même prêt à trainer dans la boue l’autre jeune homme blond pour parvenir à ses fins. Le bouclé aimait bien passer des soirées en sa compagnie, Kévin était quelqu’un qui ne se prenait pas la tête et c’était ce qu’Erwan appréciait chez quelqu’un. Même s’il savait qu’il consommait autre chose que de l’alcool mais le garçon avait la décence de ne pas lui en proposer. Il ignorait s’il serait capable d’y refuser. D’ailleurs, Kévin et lui avaient pris la décision de sortir prendre l’air afin que le brun fume. Une fois assis sur le muret, il regarda l’autre garçon fumer et à danser en même temps ce qui déclencha chez lui un fou rire. Fou rire qui fut vite calmé quand il aperçut une jolie brune. Il ne pouvait se demander ce qu’elle faisait là mais une chose était sûre, hors de question qu’elle rentre et qu’elle tombe sur un blond en train de draguer son copain. « Si ça me coûte juste qu’une conso, alors je veux bien faire un effort. » Il lui fit un clin d’œil avant de s’en prendre au jeune garçon qui accompagnait Camille. Il n’avait pas envie d’être méchant avec lui – après tout il avait l’impression de voir un jeune qu’on aurait envoyé dans une cage aux lions, il ne devait sûrement pas être habitué à fréquenter ce genre de lieux – mais il avait besoin d’énerver la jeune femme et au lieu de l’attaquer elle, et bien il s’en prenait à son ami.

Erwan croisa les bras alors que Camille se tournait vers le garçon – Bertrand d’après ce qu’il avait pu comprendre et lui donner les clés de la voiture – Il leva un sourcil interrogateur puis laissa apparaître un petit sourire tout fier lorsqu’elle prit la parole pour s’adresser à lui. « Ok, je te suis. » dit-il avant de sautiller du muret, buvant la fin de son verre. « Bon, le devoir m’appelle, désolé de te laisser seul mais comme tu le remarques, je suis très demandé. Occupes-toi bien de son ami pendant ce temps-là. » Erwan lui fit un petit clin d’œil avant de se diriger vers l‘endroit où se trouvait la jeune femme. Il mit les mains dans les poches, s’arrêtant à quelques pas de Camille. « Alors, de quoi tenais-tu tant à parler ? Tu sais si tu voulais qu’on s’isole tous les deux, il fallait simplement le demander.. »


© Gasmask








►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux qui nous délaissent ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 220
► célébrité : Thomas Brodie-Sangster
► âge : 24
► nationalité : Anglaise
► métier : Etudiant en 4ème année/5 afin de devenir professeur d'Anglais dans un collège ou un lycée.
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 3 Aoû - 0:45

     

Kylian & Co'

Dance, drink & trouble.
K
ylian était devant le comptoir en compagnie de Timaël et ne savait plus trop sur quel pied danser. Il savait ce qu'Erwan attendait de lui mais n'était franchement pas certain d'y parvenir. Il avait même le sentiment que ça serait totalement l'inverse et qu'il allait se ramasser un bide monstrueux. Et encore si ça n'était que ça, ça irait. Il espérait surtout que ça se passerait mieux que la dernière fois où il l'avait vu dans la rue. Parce que ça pour sûr il ne l'oublierait pas de sitôt. Cependant il devait essayer de faire abstraction de tout ça s'il ne voulait pas qu'on remarque son malaise. Le blondinet discutait tranquillement avec Timaël. D'ailleurs il était un peu surpris que celui-ci ne l'envoie pas bouler mais c'était tant mieux que ça se déroule de cette manière. Sinon, il aurait été bien embêté si le brun avait refusé catégoriquement de lui parler.

Tim avait confié à son ex qu'il venait ici de temps en temps mais que d'ordinaire c'était en compagnie de ses potes. À la différence que ce soir personne n'était libre et du coup il s'était retrouvé là tout seul. Le blondinet lui avait dit que ce n'était pas de chance et Tim lui avait répondu qu'il valait mieux ça que d'être mal accompagné. Il lui montrait même son unique compagnon, son verre de boisson. Kylian laissa s'échapper un petit rire et secoua la tête, amusé. "J'avoue c'est toujours mieux que rien et comme tu dis oui il vaut mieux ça..." Là Mister Poher se demandait si son ex insinuait qu'il était de mauvaise compagnie ou non. En tout cas lui penchait plus pour le fait que oui Tim devait penser qu'il l'était. Ça l'embêtait un peu mais après tout il pouvait le comprendre. Lui-même aurait peut-être pensé la même chose à sa place. Sa bouteille de Desperados en main, Kylian but une gorgée tout en écoutant Timaël qui lui demandait s'il était déjà venu ici. Il avait hésité au sujet de la réponse à lui fournir mais lui avait dit la vérité. Ça avait l'air d'amuser Tim qui disait qu'il était un petit nouveau ici et qu'il devrait goûter leur spécialité. Kylian le regarda et haussa les épaules. "Oui je suppose qu'on peut dire ça. Pour l'instant je me contente de ma DSP mais plus tard pourquoi pas oui. Et sinon c'est quoi leur spécialité ? Ce que t'es en train de boire ?"

Si Kyl n'avait pas prévu de boire jusqu'à plus soif, apparemment Timaël lui était parti dans cette voie. Ce qui ne pouvait que faire sourire le blond qui pensait que ça l'aiderait grandement à le faire craquer. D'autant qu'il était ravi que l'ambiance ne soit pas aussi tendue que la fois d'avant. En plus Tim lui avait confirmé qu'il ne le dérangeait pas donc c'était juste parfait. Ils continuèrent même à parler et le blond avait dit à son ex qu'il était venu seul puisqu'il ne connaissait pas grand monde à Paris. Ce qui était la stricte vérité. Kylian était amusé de voir que Tim commençait à bouger la tête sur la musique qui passait. Au moins lui ne faisait pas semblant pour montrer qu'il était soi-disant à l'aise, pas comme un certain petit blond. Voilà que Timaël conseillait à Kylian de rencontrer des gens pour ne pas déprimer s'il restait seul. Il était vrai qu'ici en dehors de son cousin qui l'hébergeait et d'Erwan, il ne connaissait personne d'autre... Surtout qu'Erwan n'était pas vraiment un ami. C'était surtout une connaissance avec laquelle il avait un but commun. Alors que le brun le regardait droit dans les yeux, il sentit comme une boule se former au niveau de sa gorge et décida de tenter de la faire disparaître en buvant une seconde gorgée de sa DSP. Le blond avait décidé de ne pas répondre à la dernière phrase de son ex. Il n'était pas obligé de savoir qu'il était quasiment seul dans cette ville. Il n'avait pas non plus à savoir qu'il était mal en ce moment et ce uniquement à cause de lui, de leurs retrouvailles...

Le blond regarda son ex avaler à une vitesse fulgurante sa boisson, ce qui le fit arquer un sourcil. Il se demandait pourquoi il buvait si vite. *Si ça se trouve il fait ça pour partir plus vite et tu vas te retrouver tout seul comme un con dans cette boîte où tu n'as même pas envie d'être...* Effectivement sans le SMS d'Erwan, Kyl ne serait jamais venu ici ce soir. Il serait probablement chez lui en train d'écouter de la musique, allongé sur son lit en déprimant parce qu'il serait en train de penser à Tim, en train de l'imaginer dans les bras de cette Camille. Et même s'il ne savait pas du tout à quoi elle ressemblait, il l'inventait et c'était déjà trop pour son moral. Pour essayer de chasser ça, il avala le reste de sa bouteille tandis que Timaël lui venait de finir son verre et qu'il faisait une drôle de tête. *Ça devait être fort comme boisson ce truc...* Pensa-t-il en regardant le verre vide du brun alors qu'il posait sa bouteille sur le comptoir. Le blondinet arqua encore une fois un sourcil en voyant Timaël quitter son tabouret. Il craignait vraiment de le voir quitter le club. Il tentait de ne pas paraître trop désespéré et regardait ailleurs pour ne pas que Tim remarque qu'il était obnubilé par lui. Cependant au contact de la main de son ex dans son dos, le jeune Anglais sursauta parce qu'il ne s'attendait pas du tout à ça. Après la surprise il sentit des frissons parcourir sa colonne vertébrale. Il se tourna donc vers lui pour le regarder et s'assurer que c'était bien lui et pas un autre qui venait de le toucher. Kylian ne put faire autrement que de sourire lorsque son ex lui demanda de venir danser avec lui et ce fut encore plus le cas lorsqu'il sentit sa main venir chercher la sienne.

Sans mot il se contenta de suivre Timaël jusque sur la piste de danse sans lâcher sa main. Le blond n'était pas forcément doué pour la danse mais il s'en fichait. Il faisait du mieux qu'il le pouvait et puis du moment que ça faisait plaisir à Tim, il le faisait sans rechigner. Finalement une fois sur la piste de danse il lâcha la main du brun même s'il n'en avait pas vraiment envie mais il ne voulait pas non plus passer pour le type désespéré bien que c'était un peu le cas tout de même. Le blondinet essayait de danser en rythme avec la musique même s'il n'était pas franchement certain d'y parvenir. Ça lui était égal du moment qu'il dansait et s'amusait. Parce que oui s'il n'était pas un pro de la danse, il avait toujours adoré ça quand même. En même temps, écouter de la musique sans remuer c'était impossible pour lui. Il suffisait de le voir quand il était chez lui.    

GleekOut!





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Plus on essaie d'oublier quelque chose,
plus on y pense...

© Ecstatic Ruby


Code:
[color=#6600FF][b]"Bla bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 468
► célébrité : dylan baby spray.
► âge : 20
► nationalité : française
► métier : étudiant + stagiaire dans une station de radio
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 3 Aoû - 11:43



dance, drink & trouble
"passe ta souris dessus"
made by effet mer.



   
prendre la vie du bon côté

Bertrand s’était mis dans une galère monstre et il ignorait comment il allait bien pouvoir sortir de là sans avoir trop de dommages. Parce qu’il savait que son geste ne serait pas sans conséquences. Lorsque l’autre garçon apprendra la vérité sur son identité, il risquait plus de se venger que de l’accueillir les bras ouverts en lui pardonnant. Enfin, il espérait vraiment que le jeune homme passe l’éponge et décide tout simplement de l’ignorer. Même si cela allait sans doute lui briser le cœur mais il préférait ça plutôt qu’il se ligue avec ses potes contre lui et fasse de sa dernière année de lycée en calvaire. Il allait sûrement appréhender chaque jour qui passe dans ce fichu bâtiment. Lui qui avant faisait tout pour le croiser, là il allait l’éviter. Dans la voiture de sa cousine, il ne put s’empêcher de pousser un léger soupire se passant une main dans les cheveux. Par chance, il pouvait toujours compter sur sa chère cousine pour lui changer les idées. Heureusement qu’il l’avait parce que sinon il aurait craqué bien avant.  « C’est certain, je ne peux pas changer qui je suis vraiment mais peut-être que si j’avais été comme tout garçon normal, j’aurais eu moins de soucis. Dommage pour elles, je suis complètement insensible à leurs charmes. Tu verrais leurs têtes à chaque fois que je leur annonce que je ne suis pas intéressé, je n’ai pas honte de dire ce que je suis réellement mais tout de même quand je les regarde, elles sont presque dégoûtées de voir que les filles, ce n’est pas du tout mon truc. Je trouve pas que je suis mignon, moi.. » dit-il en descendant le cache soleil afin qu’il se regarde dans la petite glace. Bertrand faisait un peu encore enfant mais ce qui frappait le plus chez lui quand on le voyait, ce sont ses yeux. Ils étaient d’un bleu éclatants où il était si simple de se noyer à l’intérieur.

Sauf que pas de chance pour lui, la seule personne qu’il aurait voulu regarder droit dans les yeux ne semblait pas être du même avis. Le jeune homme secoua les épaules, il s’était fait à l’idée qu’il ne rencontrerait pas l’amour toute suite surtout qu’il avait tendance à tomber amoureux des personnes qu’il ne fallait pas. Enfin, tomber amoureux était un grand mot, Bertrand ne pouvait pas admettre que l’autre garçon n’était pas qu’un simple béguin. Il se voyait la face de peur de souffrir encore plus après. Après tout, comment il pourrait l’aimer sachant qu’il lui mentait depuis le début ? Toute leur histoire n’était basée que sur un mensonge. « Je pense qu’on doit être les deux seules exceptions mais bon, on ne sait jamais. Peut-être qu’aujourd’hui, ce sera mon jour de chance. » dit-il en secouant les épaules. Il n’était pas sûr que les garçons présents en boîte de nuit, d’une part soit homosexuels et de l’autre qu’ils cherchent vraiment des relations à longue durée. Bertrand n’était pas du tout le style à enchainer les plans d’une seule nuit. De toute façon, il était complètement innocent dans cette affaire et il n’avait aucune expérience dans ce domaine. Même s’il avait pu compter sur son crétin de frère pour lui faire un schéma, à croire que celui-ci s’amusait à le voir rougir comme une tomate dès qu’il prononçait le mot commençant par s.

Bertrand avait beau avoir dix-huit ans, il ne se sentait pas à franchir ce pas même si pour le moment il était encore célibataire. C’était quelque chose de vraiment intime et il ne voulait surtout pas donner sa première fois à quelqu’un qui s’en fichait. Cela n’arrivait qu’une fois et il était peut-être ringard de penser ça mais il souhaitait que cela soit spécial à ses yeux. « Et je peux te dire que ça te va très bien, tu devrais en mettre plus souvent. Dommage que ton Tim n’est pas là sinon il aurait complètement craqué. » dit-il avec un grand sourire. Certes, il était peut-être gay mais Bé’ savait tout de même reconnaître une jolie fille d’une fille moche. Et sa cousine faisait partie de la première catégorie même s’il savait qu’elle ne voulait pas le reconnaître. Il allait sans doute devoir la surveiller dans la boite de nuit et empêcher les lourds de service de s’approcher d’elle. Puis, ils se mirent à parler de leurs frères respectifs, tous deux avaient des cas et Bertrand se demandait encore comment il faisait pour le supporter. Celui-ci avait le don de l’agacer et de le faire sortir de ses gongs. « Moi aussi, si cela arrive un jour, je souhaiterais bonne chance à la fille en question. Il lui faudra beaucoup de courage pour le supporter et j’espère qu’elle le tiendra correctement en laisse. » Il ne put retenir un petit rire en imaginant son grand frère complètement dominé par une fille. Si seulement, cela pouvait être possible.

Mais son frère était tellement difficile à cerner et à supporter qu’il doutait que cela arrive un jour, sauf si la fille en question voulait du challenge. Il se passa une main dans les cheveux alors qu’il l’écoutait parler à son tour de son frère, il secoua les épaules avant de prendre la parole. « Ton père est un idiot alors s’il ne voit que ton frère et ta sœur, parce que tu es la meilleure de la famille. Heureusement que je peux compter sur toi quand je ne vais pas bien parce qu’à la maison, ce n’est pas facile à vivre. Entre un père qui t’ignore, un frère qui s’amuse à te torturer et ta mère qui essaye de t’aider sans y parvenir, j’ai failli plus d’une fois craquer. Dans les débuts, tu te poses forcément la question, es ce que c’est de ta faute s’il agit comme ça ? Je me suis demandé si j’avais commis quelque chose qui pouvait entraîner sa haine mais rien. J’ai fini par comprendre que c’était tout simplement parce que j’existais. Oh c’est super pour toi, je pourrais venir squatter quand j’en aurais marre ? » dit-il en la regardant avec un grand sourire amusé. Comme si c’était son genre d’aller s’inviter chez les autres. Même quand il était invité, il avait du mal à y aller, toujours un brin gêné.

Les deux jeunes gens atteignirent enfin la boite de nuit où l’ambiance se faisait entendre de l’extérieur. Et vu la foule qui attendait dehors, Bertrand devina que c’était sans doute la meilleure boite de la ville. Ils auraient peut-être du choisir un autre lieu parce que là ils risquaient plus de se faire marcher dessus que de pouvoir vraiment danser. Il allait sans doute devoir jouer du coude pour pouvoir se frayer un chemin. Mais ils furent interrompus dans leur marche pour rentrer quand Camille repéra quelqu’un qu’elle connaissait. Et vu sa réaction, Bertrand devinait sans mal que ce n’était pas une bonne nouvelle. « Ah d’accord, je vois le genre. il était vraiment stupide, enfin au moins il t’a avoué qu’il avait quelqu’un d’autre. C’est déjà ça, il aurait très bien pu sortir avec deux filles en même temps. Je ne compte même plus le nombre de fois où une dispute éclate à cause de ça dans mon lycée. C’est un peu un remake des feux de l’amour là-bas, on ne s’ennuie pas. Après, c’est peut-être mieux que vous vous soyez éloignés, qui sait où il aurait pu t’entraîner parce qu’excuses-moi de dire ça mais il n’a pas l’air d’être très sain si je peux me permettre. Pourquoi tu ne m’as pas dit que tu avais fait un malaise ? Ce n’est peut-être pas une bonne idée qu’on rentre si jamais, tu ne te sens pas bien ? On peut choisir un coin plus calme, on arrivera bien à se changer la tête quelque part où y a moins de monde et moins de bruit ? » Certes, le jeune homme savait réagir lorsqu’une personne faisait un malaise mais il n’avait surtout pas envie que ça arrive à sa cousine, il risquait plus de perdre ses moyens que d’être vraiment utile.

Mais son cerveau arrêta d’y penser quand son regard se posa sur la personne qui accompagnait l’ancien meilleur ami de sa cousine. Son cœur avait sans doute fait un bond dans sa poitrine et sa respiration commençait à devenir de moins en moins régulière. Il n’avait pas prévu de le voir il espérait qu’il ne puisse pas deviner qui il était vraiment. Le jeune homme commençait à perdre ses moyens et il dut se forcer pour prêter attention à ce qu’on lui racontait Camille. « Dis-toi que s’il a rompu votre amitié, c’est peut-être un mal pour un bien. Vu ce que tu me dis, il n’a pas l’être très fréquentable donc il t’aurait peut-être changé sans que tu t’en aperçoives. Enfin, c’est juste que mon avis, je ne le connais pas alors c’est difficile d’avoir une opinion sur la question. » dit-il en secouant les épaules. Son regard était figé sur le jeune homme et il ne put s’empêcher de se mordiller la lèvre en le regardant. Ok, il se gifla mentalement se traitant d’adolescente. « J’espère qu’il a été sincère sur internet parce que grâce à Aris, j’ai pu découvrir une autre facette de lui. Mais non, je ne pense pas qu’il vienne me parler, on n’est pas ami. Lui, est populaire  alors que moi… »  Bertrand se faisait le plus discret possible, il ne voulait pas qu’on vienne l’enquiquiner. Il faisait sa vie de lycéen sans se mêler des histoires des autres. il ne put s’empêcher de rire un peu aux paroles de Camille. « Mince alors, tu as découvert mon secret, je vais devoir te faire disparaître. » Le jeune homme se passa une main dans les cheveux essayant de se calmer. S’il réagissait comme ça devant Kévin, nul doute qu’il allait le trouver louche comme type.  

« Oui, tu as sûrement raison, il faut que je me calme. Si j’ai choisi ce visage, c’était parce qu’il ne me ressemblait pas du tout. » dit-il en prenant une grande respiration avant qu’Erwan ne les repère et interpelle sa cousine. Bertrand ne put s’empêcher de baisser les yeux quand Erwan lui en mis plein la tête. Il ne le connaissait même pas qu’il se permettait déjà de le juger. Ca commençait bien. Finalement, il était plutôt content que sa cousine et lui aient perdu contact. Il ne la voyait pas du tout amie avec cet imbécile. Néanmoins, il était plutôt content de voir que Kévin ne disait rien sur lui, il aurait pu rejoindre le délire et pas sûr que Bertrand supporte ses remarques. Le jeune brun sursauta en voyant sa cousine se tourner vers lui et lui donner les clés de la voiture. Qu’est ce qu’elle comptait faire au juste ? Il leva un sourcil interrogateur avant de la voir s’éloigner et de dire à Erwan de le rejoindre. Bertrand croisa les bras et il se figea quand il entendit une voix à ses côtés. Il n’osait même pas le regarder. « Elle ne se laisse juste pas marcher sur les pieds et ce n’est pas ma copine. Pas de soucis, je ne lui dirais pas, de toute façon je n’ai pas vraiment envie de lui parler même si c’est pour lui balancer des horreurs au visage. C’est un vrai idiot, pour être poli, ton pote. » Bertrand essayait d’être le plus naturel possible et il croisait les doigts pour que Kévin ne devine pas qu’il était intimidé à ses côtés. Il avait imaginé un autre scénario pour leur première vraie rencontre.






►◄►◄►◄►◄►◄►◄


t'es tout le temps dans ma tête, quand je ferme les yeux j'imagine que tu es là, à côté de moi et qu'on est heureux. merde, ça fait mal de t'aimer ! j'aurais aimé avoir une chance, juste une de voir ce que ça fait, pour la première fois de ma vie, j'ai envie d'aimer. ♥ — kévrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► âge : 25
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 3 Aoû - 18:40



Dance, drink & trouble.
Camille & Co'

Camille sentait bien que son cousin n'était pas au meilleur de sa forme mais elle allait tout faire pour lui rendre le moral et qu'il oublie ses problèmes, au moins le temps de la soirée. La jeune femme n'avait pas trop apprécié ce que Bertrand venait de lui dire et n'avait pas hésité à lui faire comprendre. En effet, elle n'aimait pas quand il se dévalorisait de la sorte. À croire que c'était de famille puisqu'elle aussi se jugeait toujours négativement, même si souvent c'était injustifié. Seulement, elle ne pouvait pas laisser son petit Bébert se descendre comme il le faisait. Il était hors de question qu'il fasse comme elle. Ça n'apportait rien de bon de se dévaloriser de la sorte. "Peut-être comme tu dis mais ça ne sert à rien de penser à ça puisque tu ne le sauras jamais... Donc ne te tortures pas l'esprit avec ça." Cam ne put s'empêcher de rire lorsque son cousin lui conta ses anecdotes avec les filles. "En même temps je peux les comprendre. Je crois que ça me ferait le même effet si j'avais un mec en vue et qu'il s'avère ne pas être intéressé par les filles." La jeune libraire retint un rire lorsque son cousin se regarda dans le petit miroir du pare-soleil en disant qu'il ne se trouvait pas mignon. "Ne cherches pas, le charme c'est familial. Enfin je crois..." Bon ok là Camille était en train de se complimenter indirectement même si elle n'en pensait pas un traître mot. Il suffisait de voir la fin de sa dernière phrase pour comprendre qu'elle ne se trouvait pas particulièrement jolie. Loin de là même !

Toujours dans le but de rendre le sourire à son cousin, la jeune femme lui avait dit qu'il trouverait peut-être l'amour aux Rex Club même si c'était loin d'être gagné. En effet, il était clair que dans ce genre d'endroit il était rare de trouver des personnes qui soient sur la même longueur d'onde que vous. Mais après tout, peut-être que comme venait de le dire Bertrand, ça serait son jour de chance. Camille lui fit un sourire avant de lui répondre. "Oui peut-être que nous sommes les seules exceptions, ça on ne sait pas. Ah ah oui ça serait bien en tout cas. Ça te ferait le plus grand bien je pense." Si seulement les souhaits de la brunette pouvaient se réaliser, ça serait vraiment génial pour son cousin. Malheureusement contrairement à Aladdin elle n'avait pas rencontré le génie de la lampe et ne pouvait pas lui demander d'agir pour le bien-être de Bertrand, même si elle aurait adoré pouvoir faire ça pour lui.

Le sujet du mariage avait été brièvement abordé suite à une petite boutade que Camille avait lancée. Son cousin lui avait dit qu'il aurait aimé la voir en robe de mariée. La jeune femme avait été touchée par cette révélation et lui avait donc dit que même si ce n'était pas une robe de mariée qu'elle portait, il pouvait déjà l'admirer dans une robe. Ce qui était disons extrêmement rare. En effet Miss Bonnet n'est pas très friande des robes ou des jupes et met toujours des pantalons ou des pantacourts. Seulement ce soir elle avait fait un effort vestimentaire. Et d'ailleurs ça avait l'air de plaire à son cousin. Elle ne put être que ravie de savoir ça. Et heureusement qu'elle n'était pas du genre à rougir car sinon ça aurait été le cas face au compliment que lui faisait Bertrand. "Merci t'es adorable, c'est gentil." Toutefois elle ne releva pas ce qu'il disait au sujet de Tim pour la simple et bonne raison qu'elle ne savait pas du tout ce qu'il aurait dit de sa tenue et que comme l'avait si bien Bébert, il n'était pas là. Du coup, elle préférait ne pas trop penser à lui, même si c'était difficile de ne pas le faire. Surtout qu'elle quand elle aime, elle ne peut s'empêcher de penser à cette personne H24. Oh bien évidemment il n'y a pas qu'a lui qu'elle pense... Elle pense beaucoup aussi à ses amis même si elle en a peu.

Les deux cousins étaient en train de rire en parlant du frère aîné de Bertrand. Ils étaient tous les deux d'accord sur le fait qu'il faudrait beaucoup de courage à la fille qui se mettrait en couple avec lui. Tous deux espéraient qu'il tomberait amoureux d'une fille qui saurait le remettre à sa place et qui porterait la culotte dans le couple. Autant dire que si un jour c'était le cas, ils n'hésiteraient pas à fêter ça comme il faut tous les deux. "N'empêche que si ça arrive, je crois que ça sera une bonne copine et que je lui donnerai même des conseils pour bien lui pourrir la vie comme il faut." Non Camille n'était pas du tout méchante mais elle n'aimait pas du tout son cousin et si elle pouvait lui faire payer tout le mal qu'il a fait à Bertrand depuis l'enfance, elle n'hésiterait pas une seule seconde à le faire en donnant des "bons" tuyaux à la femme qui partagerait sa vie.

Cam fut très touchée lorsque son cousin lui avouait qu'elle était la meilleure de sa fratrie. C'est simple si elle n'était pas en train de conduire, elle lui aurait fait un câlin en guise de remerciement mais là elle ne pouvait pas se le permettre. Du coup elle se contenta de se tourner quelques secondes vers lui pour lui sourire et lui dire. "Merci beaucoup cousinou. Ça me touche ce que tu me dis là." Après ça elle continua de l'écouter et elle le comprenait mieux que personne puisqu'elle avait vécu un parcours quasi similaire au sien. "Mais de rien, c'est normal que je sois là pour toi. Je t'adore, t'es comme un frère pour moi... En tout cas t'es celui que j'aurais voulu avoir. Je serai toujours là pour toi, quoi qu'il arrive. Je sais ce que c'est t'en fais pas. Oui comme tu dis, tu n'as rien fait de mal. Il ne supporte juste pas que tu sois né. Laisse le, c'est un idiot voilà tout." Lorsque Bertrand lui avait confié qu'il pourrait peut-être partir de chez ses parents quand il aurait assez d'argent, la jeune femme avait rebondi sur le sujet pour lui confier que dès qu'elle aurait trouvé un logement elle déménagerait. En effet elle n'avait pas encore eu le temps de lui en parler. Du coup elle venait de saisir l'occasion de le faire. Elle ne put que sourire lorsque son cousin lui avait dit que c'était cool et elle ria doucement lorsqu'il lui demanda s'il pourrait venir squatter chez elle lorsqu'il n'en pourrait plus de son frère. "Évidemment que tu pourras venir quand tu veux. Tu seras toujours le bienvenu chez moi et tu le sais. Donc oui, tu pourras squatter si tu supportes mon chien et la présence d'une de mes cousines. Parce que oui je vais vivre en colocation avec une cousine du côté de ma mère. D'ailleurs elle vit à la maison actuellement. C'est une histoire assez compliquée."

Quelques instants plus tard ils étaient arrivés sur le parking de la boîte de nuit et étaient descendus de voiture. Seulement elle avait déjà repéré un indésirable et en avait fait part à son cousin qui lui avait demandé des explications à propos d'Erwan. Elle lui avait donc résumé en vitesse leur histoire. À présent elle écoutait ce que lui disait Bertrand. Elle était plus ou moins d'accord avec ce qu'il lui disait. Certes il avait raison, elle préférait nettement le fait qu'il lui ait avoué avoir une autre fille que de devoir supporter un ménage à trois. Pour ça oui, il avait raison. En revanche sur le fait qu'il avait peut-être bien fait de s'éloigner d'elle. Ça, non elle ne pouvait pas être d'accord... Elle n'avait pas supporté qu'il la délaisse de la sorte et lui en voulait toujours pour ça d'ailleurs. "Oui ben heureusement qu'il me l'a dit parce que sinon je l'aurais clairement mal pris et je crois que je lui aurais fait payer très cher... Quoique à l'époque, non, je n'aurais probablement rien fait." Camille ria en pensant à ce que son cousin lui avait dit à propos de son lycée. "Ah bah ça va il y a de l'ambiance dans ton bahut." Elle arqua un sourcil lorsque Bertrand lui dit qu'Erwan n'était pas très sain. Qu'elle elle le pense c'est un fait puisqu'elle le connait, mais lui il ne le connaissait pas. Du coup elle se demandait ce qui lui permettait de dire ça. D'ailleurs elle ne se gêna pas pour lui poser la question. "Et qu'est-ce qui te fait penser qu'il n'est pas sain ?" Camille se sentit un peu mal à l'aise en remarquant que son cousin la voyait comme un petit ange. Visiblement il n'était pas au courant du fait qu'elle avait traîné pendant près de trois mois avec une bande de drogués qui consommait également pas mal d'alcool. Si elle n'avait jamais touché à la drogue, il n'en était pas de même pour la boisson. Oui elle avait traîné avec eux tous les soirs pendant trois mois mais dans cette bande, il y avait deux personnes qui l'avaient connue alors qu'elle n'était qu'un bébé. Elle avait une confiance aveugle en ces deux garçons mais comme beaucoup d'autres personnes ils lui avaient fait du mal en s'éloignant d'elle et en coupant les ponts. Cam essaya de chasser ses souvenirs et se concentra sur son cousin qui lui demandait pourquoi elle ne lui avait pas parlé du malaise qu'elle avait fait. Il continua en lui disant qu'il serait peut-être préférable d'aller ailleurs. Camille secoua négativement la tête. "Non, on reste là et ne t'inquiètes pas j'ai tout ce qu'il faut en cas de besoin." Elle joignit le geste à la parole en tapotant son petit sac. Elle repensa à sa question et décida d'y répondre. "Je ne te l'ai pas dit pour ne pas t'inquiéter. Je te rassure d'habitude je ne tombe pas dans les pommes mais ce jour-là je n'avais rien sous la main. C'est de ma faute, j'aurais dû prévoir quelque chose..."

Après ça vint le moment où le jeune Bertrand avait montré à sa cousine le fameux Kévin qui faisait battre son coeur. Elle ne savait pas trop quoi penser de ce type mais n'en avait pas une bonne image rien que par le fait qu'il traîne avec Erwan. D'ailleurs la discussion revint aussitôt sur le pompier. Cam écouta son cousin qui lui donnait son point de vue sur lui. Elle secoua les épaules elle aussi face à ce qu'il disait. "Je ne sais pas... Oui je me doute t'inquiètes pas." Elle se doutait bien qu'il devait être dur pour Bertrand de se faire une idée sur Erwan alors qu'il ne le connaissait pas. La jeune libraire ne put s'empêcher de laisser s'échapper un petit rire en voyant le comportement de son cousin qui matait le jeune Kévin. "T'es vraiment mordu !" Ne put-elle s'empêcher de lui dire avant de l'écouter. Elle espérait elle aussi que ce type avait été sincère avec son cousin et qu'il n'avait pas joué un jeu avec lui sur le net. Cependant si lui l'avait été, c'était loin d'être le cas de Bébert qui s'était fait passer pour une fille afin de lui parler. Rien que d'y penser Camille se disait qu'il s'était vraiment mis dans une belle galère et qu'il aurait bien du mal à en sortir indemne. "J'espère pour toi alors... Ça populaire ? Ben dis donc je n'ose pas imaginer les autres élèves de ton lycée. Alors que toi quoi ?" Au moins Cam comprenait grâce aux paroles de Bébert qu'ils ne se parlaient pas d'ordinaire. Elle pensait que c'était peut-être d'ailleurs pas plus mal mais se garda de le dire. Après ça la jeune femme avait fait de l'humour en faisant allusion à une de ses séries préférées, Pretty Little Liars. Elle ne savait pas si son cousin connaissait mais en tout cas il était rentré dans son jeu. "Oh mais non tu ne peux pas me tuer, je suis trop jeune pour mourir. Et puis que ferais-tu sans moi ?" Leur petit jeu s'était vite interrompu parce que la demoiselle avait remarqué que son petit protégé était en train de paniquer. Alors pour le calmer elle lui avait fait un câlin et avait tenté de le rassurer par ses paroles. Quand elle jugea qu'il était assez calme, elle se retira de ses bras.

Ensemble ils se dirigèrent jusqu'à la file d'attente mais très vite leur tranquillité fut interrompue par Erwan qui avait encore une fois décidé d'embêter la jeune femme qui n'avait pourtant rien demandé. Mais le pire était qu'en prime il s'en prenait à son cousin et ça elle ne le supportait pas du tout. Qu'il s'en prenne à elle s'il le voulait mais il n'avait pas le droit de faire ça à Bertrand. Au début elle avait répondu à ses attaques puis avait décidé par la suite de garder le silence, ne voulant pas faire un esclandre dans la file d'attente. D'autant plus qu'elle avait l'impression de gêner les autres clients. De ce fait elle avait demandé au pompier de la suivre pour qu'ils puissent s'expliquer ailleurs. Elle avait confié ses clés de voiture à son cousin au cas où il voudrait se réfugier dedans en attendant qu'elle revienne. Une fois ceci fait, elle avait trouvé un endroit tranquille et avait croisé ses bras sur sa poitrine en attendant qu'Erwan arrive. Par chance il ne s'était pas trop fait attendre. En même temps elle se doutait qu'il allait la suivre puisque visiblement il avait décidé de s'en prendre à elle ce soir. Elle leva bien les yeux au ciel en entendant ce qu'il lui disait puis soupira avant de prendre la parole à son tour. "D'une part je ne tenais pas particulièrement à passer du temps avec toi et arrêtes ton baratin de dragueur. Ça ne marche absolument pas avec moi ! Moi de quoi je voulais parler ? C'est toi visiblement qui voulais me parler puisque t'es venu m'enquiquiner alors que je ne t'avais rien demandé et que je voulais juste aller danser. Mais revenons-en à ce que tu m'as dit dans la file d'attente... Tout d'abord puisque ça a l'air de t'intéresser, Bertrand n'est pas mon petit ami mais ça tu l'as sûrement compris quand tu m'as entendu l'appeler par son prénom. Ensuite si tel avait été le cas, je me serais passé de tes commentaires sur le fait qu'il n'est pas un vrai homme selon toi. Et puis d'abord pourquoi tu t'en prends à lui ?" Camille arrêta de parler quelques secondes et se rapprocha d'Erwan pour le pousser plus ou moins doucement en le touchant au niveau de son torse tout en reprenant de nouveau la parole. "Tu ne le connais pas alors fiche lui la paix bon sang ! D'ailleurs je t'interdis de t'en prendre de nouveau à lui. Sinon crois-moi que je vais me montrer très méchante ! Et crois-moi que tu ne m'as jamais vue comme ça auparavant." Camille repensa aux autres propos qu'Erwan avait tenus quand elle était encore dans la file d'attente. "Ensuite je n'ai pas du tout besoin que tu me montres ce qu'est un vrai mec. Quant à ce que j'ai dit au sujet de la mauvaise graine... Ma foi tu étais moins con à l'époque. Enfin je crois. Et puis ce n'est pas la question de toute façon... Je ne vois même pas pourquoi on parle encore de ça. Ah et dernier point, je ne juge pas sans connaître mais quand on vient nous importuner mon cousin et moi oui ça me gonfle et je le fais savoir ! Et moi je ne me préoccupe pas des autres ? Alors là c'est la pelle qui se fout du fourgon !" Camille recula de quelques pas afin de prendre des distances et croisa de nouveau ses bras. "Si tu n'as plus rien à ajouter. C'est bon je peux retourner voir mon cousin et aller danser tranquillement ou c'est trop te demander que de me fiche la paix ce soir ?"
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 06/05/2015
► paroles rapportées : 784
► célébrité : dylan fucking perfect o'brien
► âge : 24
► nationalité : c'est un petit british
► métier : je travaille comme programmateur de site web dans une société informatique
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 3 Aoû - 22:36

dance, drink & trouble
kylaël x bertrin x erwille
Timaël ne savait pas comment agir avec lui, il accordait très rarement sa confiance aux personnes et encore moins quand celles-ci l’avait déjà trahi. Mais avec Kylian, c’était différent. Il y avait toujours ce petit quelque chose qui faisait qu’il perdait pied à chaque fois que son regard croisait le sien. Il l’avait déjà remarqué lors de leur retrouvaille mais ce soir, c’était encore plus flagrant. C’était peut-être du également à l’alcool qui commençait peu à peu à faire effet. Tim avait beaucoup du mal à supporter ce genre de boisson, il évitait d’en prendre la plupart du temps sachant qu’il deviendrait vite incontrôlable par la suite. Mais il en avait eu besoin ce soir, il voulait absolument oublier toute sa vie. Il ne faisait que jouer la comédie et mentir à tout monde.  Et pourquoi ? Juste pour éviter de crier haut et fort qu’il était en réalité gay. Il savait que ses amis n’allaient pourtant pas s’éloigner de lui mais il ne se sentait pas capable de l’admettre. Alors, il jouait le parfait petit hétéro, allant même jusqu’à sortir avec une fille. Camille. Franchement, plus le temps passait et plus, il se détestait pour ce qu’il lui faisait vivre. Elle n’était pas au courant de sa vraie nature et si jamais, elle l’apprenait, il risquait gros. Elle allait sans doute le haïr et ne plus vouloir lui parler. Et mine de rien, ça lui pesait un peu sur le moral.

Il aimait bien la jeune brune, après tout ils partageaient plusieurs choses en commun et il était facile de discuter avec elle. Tim avait déjà été tenté de lui dire les raisons pour lesquelles il sortait avec mais à chaque fois, sa lâcheté avait pris le dessus sur lui. D’ailleurs, cela lui faisait penser qu’il aurait peut-être du lui envoyer un message avant de partir. C’était ce que faisaient les petits amis en temps normal. Non pas que Tim est une grande expérience dans ce domaine. Il n’avait eu que deux relations. Celle-ci, puis une autre avec le jeune blond près de lui. Le jeune brun se mit doucement à rire lorsqu’ils commencèrent à discuter de compagnie, il ne lui avouerait jamais mais il appréciait la sienne. Et il ne pouvait s’empêcher de se traiter d’idiot quand il y pensait. Avec tout le mal qu’il lui avait fait, celui—ci trouvait encore grâce à ses yeux. « C’est triste en y pensant.. » dit-il en soupirant, regardant le fond de son verre comme si c’était la chose la plus intéressante au monde. Le jeune brun n’avait pas envie de déprimer, il était justement sorti de chez lui pour éviter ça, ce n’était guère une fois dans la boite de nuit qu’il allait sombrer. Hors de question.

Tim aurait très bien pu couper à la conversation, trouvant une excuse grotesque pour éviter de lui parler mais c’était plus fort que lui. Peut-être que l’alcool lui montrait qu’il lui avait manqué, même après tout ce qu’ils avaient vécu ensemble. Il n’en savait rien et il s’en fichait pas mal. Pour une fois, il voulait juste profiter de l’instant présent et ne pas penser aux conséquences de ses actes. « Il faut absolument que tu la goûte, franchement, tu ne peux pas ressortir d’ici sans avoir au moins bu un verre de leur spécialité. C’est hors de question. Bon, par contre, tu en deviens vite accro après. Tu as tout compris, c’est ça, c’est un peu un mélange de tout et au départ, quand tu commences à boire, tu as l’impression que tu as la gorge en feu. » dit-il avant de se mettre à rire. La première fois qu’il avait essayée, il avait vraiment eu du mal à finir son verre. Il avait senti la boisson descendre le long de son œsophage et sa voix avait été un peu déraillé. Mais à force, il s’y était fait, il fallait juste boire pour petites gorgées afin d’éviter tous soucis. Le brun se passa une main dans les cheveux alors qu’il conseillait à son ancien petit ami de faire connaissance avec d’autres personnes. Même s’il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il était là lui et qu’il n’avait besoin de personne d’autre. Attitude égoïste et surtout idiot. Ce n’est pas parce qu’il lui parlait aujourd’hui que leur relation allait changer. Y avait eu trop de souffrance pour que Tim songe à redevenir ami avec Kylian.

Puis afin d’éviter de penser à tout ça, il but cul sec le restant de son verre. Grave erreur et il allait sans doute le ressentir dans peu de temps. Autant cette boisson était bonne, autant l’effet de l’alcool était presque quasiment instantané. Surtout quand on en avait déjà bu un verre et qu’on était à cran comme l’était le jeune homme. Une musique passa et Tim eut l’envie de danser et il ne s’en cacha pas. il aurait pu laisser Ky’ tout seul au comptoir mais non, il avait envie de danser avec lui. Sûrement grâce à l’alcool, sa main alla rejoindre la sienne afin de le conduire jusqu’à la piste de danse. Timaël n’était pas un expert en danse, loin de là mais du moment qu’il s’amusait, il se fichait bien de ce que les autres pensaient. Et encore plus quand il était un brin pompette. Une fois sur la piste, il se mit à bouger – ou du moins essayer – au rythme de la musique, ses yeux ne quittant pas le blond qui se trouvait devant lui. Il eut une petite moue boudeuse quand celui-ci lui lâcha la main.

Son regard était un peu brumeux surement du à l’alcool mais qu’importe, il ne voyait que lui dans la salle. L’alcool l’aidait à ne pas se poser de questions et à agir comme il le souhait réellement, sans mensonge ni tromperie. Il se mordilla la lèvre, ses yeux ne quittant pas le visage du blondinet. Timaël se rapprocha de lui, leurs torses se touchant et il ne put résister à l’envie de poser l’une de ses mains sur son torse et d’agripper son haut. « Si tu savais à quel point, je t’ai détesté.. J’ai eu l’impression de mourir mais j’ai remonté la pente. Et.. et je pensais pas te revoir, tu m’as brisé le cœur et pourtant tu me manquais.. Tout me ramenait à toi. Je ne voyais que toi. » dit-il d’une voix presque triste. D’ordinaire, il n’avait pas l’alcool triste mais à croire qu’aujourd’hui, c’était différent. Peut-être à cause des circonstances. Sa main relâcha son t-shirt pour glisser doucement sur son torse avant de s’enlever. Timaël se remit à sourire lorsqu’une autre chanson fut diffusée et il se mit à bouger au rythme de celle-ci. Il sautillait partout, chantant certaines paroles qu’il connaissait même si c’était très faux. Tim n’était pas un chanteur né et ça s’entendait. Mais il n’en avait pas honte, de toute façon vu l’état dans lequel il se trouvait, il se fichait pas mal d’être ridicule ou pas. Il souhaitait juste profiter de cette soirée, quoi qu’il se passe. Et si c’était en compagnie du blond, c’était encore mieux.

© flappy bird.





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

We can make it happens
The past influences the present I do not know even any more what wants to say us You indeed want to take me in your arms?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 389
► célébrité : Cody Christian
► âge : 22
► nationalité : Française
► métier : En terminale au lycée (merci les redoublements --')
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: n tu    Mer 5 Aoû - 0:59

Dance, drink & trouble
Tim, Kev, Erwan, Kyl, Bébert & Cam




Kévin ne savait pas pourquoi mais il avait l'impression qu'il allait bien s'amuser ce soir et ne pas s'ennuyer le moins du monde en compagnie de son pote Erwan. La preuve ils étaient déjà en train de rire et de dire n'importe quoi. Du moins plus le pompier que le lycéen. Pourtant ça aurait dû être l'inverse vu que Kévin avait déjà bu et fumé de l'herbe avant de venir. Cependant il encaissait plutôt bien l'effet des deux vu que ça faisait plusieurs années déjà qu'il était tombé là-dedans. Quant à Erwan il n'avait aucune raison de sortir des âneries pareilles puisqu'il venait d'arriver et qu'il n'avait pas encore bu une goutte d'alcool. Kéké écouta encore Erwan et lui répondit "Oui fais donc ça !" Avant d'éclater de nouveau de rire.

Après ça le pote de Kev avait parlé des personnes qui vous abandonnaient toujours. Le brun avait préféré garder le silence parce qu'il ne voulait pas trop s'étendre sur le sujet. Surtout qu'il n'était pas venu là pour penser à ce genre de chose. Et puis il n'était pas tout à fait d'accord avec son copain de soirées. Le sujet avait donc été vite clos puisque Mister Ferrand avait préféré ne pas répondre à propos de ça. En revanche il ne s'était pas gêné pour demander à son ami qui il fixait de la sorte et pourquoi. Ce à quoi il avait obtenu comme réponse que le type assis au bar était un menteur et un manipulateur. Mais voilà apparemment Erwan avait mal pris une réflexion du lycéen qui lui avait donc mieux expliqué les choses sauf que Mister Chameroy persistait, ce qui fit soupirer son pote. Pourquoi diable croyait-il que Kévin le prenait pour un idiot ? Ce n'était absolument pas son genre même s'il adorait taquiner ses amis. Une nouvelle fois Kev avait préféré faire l'impasse et n'avait pas répondu à Erwan.

Visiblement le jeune pompier voulait venger quelqu'un d'après ce qu'avait compris son ami. Ce qui ne l'avait pas empêché de plaisanter sur le sujet en l'appelant Zorro puisque c'était le premier nom qui lui était passé par l'esprit lorsque son pote avait parlé de justicier. Erwan lui répondit que non il ne portait pas de cape et n'avait pas de cheval noir. "Oh c'est dommage ça j'aurais bien voulu faire un tour à dos de Tornado." Bon ok le jeune homme avait beaucoup regardé la série télévisée lorsqu'il était enfant. Une fois même sa mère lui avait fait un déguisement de Zorro pour qu'il aille fêter le mardi gras avec ses amis. Oui il était un grand fan de ce personnage à l'époque et ne ratait aucun épisode. Même lorsqu'il n'était pas chez lui il tannait sa mère pour rentrer plus tôt à la maison afin de pouvoir suivre son feuilleton. Une fois sorti de ses souvenirs le jeune homme répondit aux dires de son ami. "Ok je ne sais pas pourquoi mais j'ai vraiment du mal à t'imaginer en train d'aider quelqu'un en dehors de ton boulot... Va savoir pourquoi... Mais ça a l'air de te tenir à coeur, alors bonne chance !"

Par la suite le brun ne pouvait s'arrêter de rire à cause de ce que disait Erwan. À présent il se prenait pour Cupidon et son ami trouvait vraiment ça très drôle. D'ailleurs il n'avait pas pu s'empêcher une fois de plus de le charrier à propos de ça. Sauf que le pompier enchérissait encore plus sur le sujet et Kévin ne put que pouffer littéralement. "Je t'avoue que je me pose la question moi aussi là. Euh... Je n'ai pas envie de t'imaginer dans cette tenue donc la prochaine fois évites d'en parler merci !" En effet Kev pouvait le remercier pour le fait de lui avoir mis de telles images en tête. Non mais franchement il commençait à dérailler ce soir et Kévin se demandait s'il devait vraiment le laisser boire ou non vu les trucs qu'il sortait déjà.

Voulant à tout prix oublier ça mais aussi et surtout à cause de sa curiosité le jeune Ferrand avait demandé à son pote ce que lui rapportait l'aide qu'il allait apporter à sa connaissance. Parce que oui il l'avait bien entendu dire quelques minutes plus tôt qu'il ne faisait pas ça gratuitement. Alors maintenant il voulait savoir ce que serait le fruit de son travail. Évidemment Kévin ne put que lever les yeux au ciel en entendant la réponse de son ami. "Ah oui en même temps je ne sais pas trop pourquoi j'ai posé cette question. J'aurais dû m'en douter." Cependant quant à ce qu'Erwan avait dit par la suite, il avait quand même un sérieux doute et lui en fit part. "Tu crois vraiment que ça va marcher comme ça ? Permets-moi d'en douter mais je ne pense pas qu'elle tombera dans tes bras si elle réalise que son mec est un menteur... Enfin moi je dis ça, je dis rien..." Il n'avait pas pu s'empêcher de donner son point de vue même s'il ne connaissait pas toute l'histoire. En repensant à ce qu'il venait de dire Kev secoua les épaules. Après tout ça ne le regardait pas et si Erwan y croyait lui, grand bien lui fasse.  

Ayant besoin de fumer le jeune homme avait pris sa boisson et était sorti dehors en compagnie d'Erwan puisque ce dernier ne voulait pas rester seul. Kev avait fumé une clope tout en parlant avec son ami et avait surtout regardé la scène qui se jouait devant lui en lançant quelques fois des petites réflexions à Erwan qui visiblement se prenait un gros bide par la fille à laquelle il parlait. D'ailleurs en plaisantant le brun avait dit que ça coûterait une consommation à Erwan. Le pire c'est que son pote avait accepté. Il afficha un sourire vainqueur tout en continuant à fumer. Il écouta le reste de la conversation jusqu'à ce que la fille demande à Erwan de le suivre et que celui-ci s'en aille. Kevin rigola en écoutant les propos de son ami. Il secoua la tête en le regardant s'éloigner et termina sa clope qu'il jeta au sol puis attrapa son verre et en but une nouvelle gorgée. Il décida finalement de parler à l'ami de la jeune fille. En attendant que celui-ci réponde il termina son Mojito d'une traite et posa son verre vide sur le muret où il partit s'asseoir par la suite tout en écoutant la réponse de l'autre garçon. Il éclata de rire en entendant ce qu'il disait au sujet d'Erwan. "Ouh je vois que tu n'as pas apprécié le fait qu'il s'en prenne à toi. Oui enfin quand je disais copine, je pensais plus à une amie parce que je me doute bien que vous n'êtes pas ensemble. Sans vouloir te froisser comme l'a dit Erwan, tu me parais plus jeune qu'elle donc voilà... Enfin bref. Oui ça j'ai bien remarqué qu'elle ne se laisse pas faire et elle a bien raison d'ailleurs. De là à dire que mon pote est un idiot, non je ne crois pas même si j'avoue que je ne comprends pas son comportement ce soir." Tout en terminant sa phrase Kévin jeta un oeil vers son pote et pile au moment où il l'observait de loin, il put remarquer qu'il se faisait légèrement bousculer par la brunette et il ria de nouveau avant de se tourner vers l'ami de la demoiselle. "Je confirme elle a vraiment du caractère ta pote ! Une vraie tigresse ma parole ! J'aime ce genre de fille."






►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Kévin & Bertrand
... ⊹ lumos maxima


Code:
[color=#009900][b]"Bla bla"[/b][/color]


Dernière édition par Kévin B. Ferrand le Sam 8 Aoû - 0:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► âge : 25
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Mer 5 Aoû - 23:17

Dance, drink & trouble
ERWAN
feat.
GROUPES


 

 



 

 

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Si on lui proposait de recommencer une nouvelle vie, Erwan refusait. Même si celle-ci était loin d’être parfaite, elle lui correspondait assez puis il avait tout de même fait de bonnes rencontres et le jeune homme en face de lui en était la preuve même. Bien qu’ils avaient quelques années d’écarts, Erwan acceptait toujours d’aller en boite de nuit en sa compagnie parce qu’il savait qu’il n’allait guère s’ennuyer. Puis, il devait reconnaître que Kévin était assez fou pour arriver à le supporter, surtout lorsqu’il avait un peu trop bu. Il se passa une main dans les cheveux avec un petit sourire aux coins des lèvres. Puis, il avait fallu que son regard se pose sur un jeune homme qu’il ne pensait pas rencontrer toute suite et son cerveau s’était aussitôt mis en marche. C’était sûrement un signe du destin et il ne s’était guère privé pour prendre contact avec le jeune blond. Erwan espérait que celui-ci mènerait à bien sa mission parce que sinon ce serait à lui d’intervenir auprès de Camille et vu leur dernière conversation, c’était plutôt mal parti. Là, le fameux Tim était tout seul puis il espérait que dans son verre, ce ne soit pas juste une boisson normale. On parvenait plus à ses fins quand il y avait un peu d’alcool dans l’organisme. On se déridait plus facilement et s’il était un peu pompette, ce serait facile pour Kylian de lui faire dire la vérité.

Vérité qu’il espérait être bonne pour lui, il manquerait plus qu’il lui annonce qu’en réalité, il était bi, son plan aurait du mal à fonctionner. S’il avait été croyant, il aurait fait une prière en vitesse mais c’était loin d’être le cas. Alors il n’avait pas qu’à croiser les doigts pour qu’il puisse parvenir à ses fins. Pendant ce temps là, Kévin lui posait quelques questions et il essayait d’y répondre le plus simplement possible. Certes, il aurait aimé tout lui raconter mais si jamais cela venait aux oreilles de quelqu’un, il serait mal. Peut-être que dans quelques heures, il lui avouerait le tout. Le jeune bouclé se mit à rire en entendant ses mots et secoua la tête comme s’il était presque désespéré par le comportement de son ami. Vive la référence, heureusement pour lui, il avait regardé quelques épisodes de cette série et du coup il connaissait les personnages principaux. « Désolé, tu devras te contenter uniquement d’un tour en Clio. Mais c’est déjà pas mal, au moins elle est noire, c’est presque pareil ! » dit-il avec un petit sourire en coin. Il s’était offert une petite voiture à son permis et il en était assez fier. Certes, elle n’était pas toute récente mais elle roulait bien et n’avait subi encore aucune bosse. Ce qui relevait du miracle sachant comment il conduisait parfois sur le périphérique.

Il se passa une main dans les cheveux avant de prendre de nouveau la parole, il était sérieux même si son sourire amusé ne quittait pas ses lèvres. « Merci, tu viens de sous-entendre que je suis un égoïste, ça fait toujours plaisir à entendre de la part d’un pote. Mais je ne peux pas t’en vouloir, c’est peut-être un peu le cas. Oh que oui, ça me tient à cœur et j’espère que ça tient autant à l’autre personne parce que je ne veux pas que tout foire. » Il manquerait plus que Kylian change d’avis et laisse Tim refaire sa vie, ce serait le pompon ! Erwan ne pourrait accepter ça et même si cela devait alors lui porter préjudice dévoiler à tout le monde et en particulier à une fille ce qu’il savait vraiment sur son soi-disant copain. Bon, il y avait peu de chance qu’elle le croit mais après tout, si Timaël se retrouvait au pied du mur, ce serait facile de lui faire avouer le tout. ou au moins, son histoire avec Kylian. « Oh dis pas ça, je suis sûr que secrètement, ça te fait de l’effet. Mais c’est normal, j’ai un corps d’Apollon. » dit-il avant d’éclater de rire. Erwan savait qu’il n’était pas mal mais malgré ce qu’il disait, il ne pensait guère être le mec parfait. Il était rempli de défauts que ce soit au niveau physique que niveau mental.

Mais après tout, autant se complimenter soi-même parce qu’il n’y avait personne pour le faire. « Exactement, tu sais bien que si je me mêle des histoires de cœur, c’est que forcément en jeu, y a une fille. » Avec lui, toujours. Erwan ne pouvait s’empêcher de draguer quand il allait en soirée, il ne pouvait pas résister à la tentation. Mais malgré son sourire charmeur, il avait subi quelques refus et sa fierté en avait prit un léger coup dans l’aile. « Je ne demande pas non plus qu’elle tombe dans mes bras direct, ou serait le challenge ? Mais au moins qu’elle n’ait plus une dent contre moi-même si ça va être dure pour elle de tourner la page. J’arriverais bien à trouver un moyen pour lui dire que je suis désolé qu’elle soit tombé sur un crétin pareil et qu’elle mérite mieux. Enfin ce genre de chose. » finit-il par dire en secouant les épaules. Il n’avait pas trop réfléchi à ce qu’il allait suivre. Mais au moins, il y aurait déjà une personne de moins dans l’équation et ce serait déjà un petit avancement. Puis, ils décidèrent de sortir afin que Kévin puisse fumer. Et il eut l’agréable surprise d’y voir son ancienne amie dans la file d’attente. A croire qu’à force d’en parler, ils l’avaient attiré ici. D’un côté, c’était une bonne chose et de l’autre, il préférait qu’elle ne rentre pas toute suite dans cette boîte.

Après avoir échangé quelques banalités avec la jeune brune et l’autre garçon qu’il accompagnait, il se rendit dans un coin isolé afin de continuer cette conversation. « Ok, ok j’arrête, il faut se détendre hein ! Je ne suis pas venu en boîte pour me prendre la tête et encore moins me faire passer un savon par une furie. Je suis poli au moins, je t’ai vu, je t’ai interpellé quoi de plus normal ? Je sais, tu aurais sans doute voulu que je fasse comme si je ne te connaissais pas mais manque de chance pour toi, tu sais bien que je ne fais jamais ce que tu veux. Merci, j’avais compris que ce jeune n’était pas ton copain, j’ai peut-être bu un verre mais je suis loin d’être bourré. Je peux encore faire fonctionner mon cerveau. Parce qu’il faut une raison pour que je m’en prenne à quelqu’un ? Puis, vu sa tête, c’était facile de s’’attaquer à lui et je pense que Kévin doit s’en donner à cœur joie maintenant que tu l’as laissé avec lui. » Il croisa les bras en se mordillant la lèvre, d’un air faussement inquiet.

Erwan connaissait suffisamment Kévin pour savoir qu’il n’allait pas s’en prendre à lui mais Camille l’ignorait donc il n’allait pas se gêner pour l’inquiéter encore plus. « Mais bien sûr, je suis mort de peur, tu penses vraiment avoir une chance contre moi. Certes, je ne frappe pas les filles mais je peux être méchant moi aussi alors méfies toi Cam’. » dit-il, son sourire ayant disparu alors qu’il s’était rapproché de la jeune femme. « Bien sûr, tu n’as même pas cherché pourquoi j’ai réagi comme ça. Il n’y avait que ta petite personne qui comptait, oui je t’ai laissé mais je n’ai pas eu trop le choix. Puis vu comment t’es devenue, c’est peut-être mieux. Tu aurais surement fait coincer dans le groupe d’amis que j’avais à l’époque. Mais très bien, je ne vais plus t’importuner si c’est ce que tu veux, je vais refaire comme avant, je ne te connais plus désormais. On aura très bien pu enterrer la hache de guerre pour au moins une fois, mais non madame a trop le regard vers le passé. Je n’avais pas prévu d’être méchant mais vu comment t’as réagi et comment tu nous as traité, j’ai agis en conséquence. » Erwan secoua les épaules en soupirant. Il devait l’empêcher de rentrer mais là, il ne supportait plus d’entendre sa voix. « Mais vas-y amuses toi enfin si tu en es capable. Je demande à voir. »


© Gasmask








►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux qui nous délaissent ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 220
► célébrité : Thomas Brodie-Sangster
► âge : 24
► nationalité : Anglaise
► métier : Etudiant en 4ème année/5 afin de devenir professeur d'Anglais dans un collège ou un lycée.
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Jeu 6 Aoû - 1:05

     

Kylian & Co'

Dance, drink & trouble.
K
ylian ne se sentait pas super à l'aise à cause de ce qu'il devait faire. Ce n'était pas son genre d'ordinaire d'agir de la sorte mais c'était tout ce qu'il avait trouvé à faire avec Erwan pour séparer le couple Camille-Timaël. Et même si ça allait être dur pour lui, il devait le faire coûte que coûte. Même s'il redoutait vraiment les réactions de son ex. C'était d'ailleurs ça qui lui faisait le plus peur et qui lui mettait une pression énorme. Le blond pensait à tort ou pas que son ancien petit ami avait tourné la page et qu'il ne voulait plus de lui dans sa vie. Et ça avait vraiment le don de lui donner le cafard et de le rendre faible. Car oui il avait l'impression d'être devenu quelqu'un de faible depuis qu'il l'avait revu. Ce qui ne l'aidait pas vraiment à avoir confiance en lui. De ce fait il ne savait pas du tout comment il allait faire pour mener à bien sa mission. Il était dans l'incertitude la plus totale et pourtant il fallait qu'il passe au-dessus de tout ça s'il souhaitait parvenir à reconquérir Tim un jour et si c'était ce soir, ce serait encore mieux.

Déjà Kylian avait fait une bonne partie du chemin puisqu'il était venu malgré le fait qu'il était rempli de doutes. Il discutait tranquillement avec Timaël et ça le rassurait un petit peu de voir que le brun ne passait pas ses nerfs sur lui cette fois et qu'ils arrivaient à avoir une conversation civilisée. Même si ce n'était pas vraiment une conversation des plus profondes. On pouvait même dire qu'elle était carrément banale. Tim avait dit à son ex qu'il était venu seul puisque personne parmi ses potes n'avaient pu venir avec lui. Il avait même rajouté que c'était toujours mieux que d'être en mauvaise compagnie. Cela avait eu le don de faire psychoter un peu le blond qui prenait ce terme pour lui. Ce qui n'était pas pour le mettre plus à l'aise. Toutefois il continua de discuter avec Tim et celui-ci n'avait pas l'air d'avoir trop le moral. Kyl pensait même qu'il avait un coup de blues vu la façon dont il parlait et regardait son verre. Le blondinet ne voyant rien à dire resta muet comme une carpe. De plus il ne voulait pas enfoncer encore plus son ex. Ça lui faisait mal au coeur d'ailleurs de le voir comme ça. Kylian se demandait pourquoi Timaël semblait mal ce soir.

Tandis que Tim buvait la Desperados qu'il avait demandée au barman, Timaël lui parlait d'une boisson qu'il devait absolument goûter. Il disait qu'il ne pouvait pas repartir sans avoir goûté la spécialité de la maison. Kylian avait pensé qu'il s'agissait de ce qu'il était en train de boire et le brun lui confirma que c'était bien ça. Vu la manière dont il en parlait Kylian doutait et ne savait pas du tout s'il en prendrait. "Oui ben je ne sais pas si j'en prendrai alors, on verra..." Le blondinet n'avait pas du tout envie de se déchirer la tête ce soir parce qu'il ne tenait pas à finir dans l'état où il avait été à la remise des diplômes et puis il ne voulait pas non plus tout faire rater en ayant trop bu. Il fallait qu'il garde les idées claires. Du moins c'était ce qu'il se disait et vu ce que Tim lui avait dit la dernière fois, il ne voulait pas finir éméché. Après tout il l'avait bien cassé en lui disant qu'il aurait mieux fait de ne pas boire... Alors il allait plus ou moins l'appliquer ce soir même s'il avait déjà une bouteille de bière à la main. Mais il savait que ce genre de boisson lui monterait moins au cerveau que d'autres... Toutefois Mister Poher n'était pas sûr de pouvoir tenir tête à son ex s'il insistait pour lui faire goûter la spécialité de la maison.

Kylian buvait doucement sa Desperados tandis que son ex lui buvait bien vite sa consommation. Seulement en le voyant faire Kyl était en train de monter un film dans sa tête et de fil en aiguille il en était revenu à penser à des choses désagréables qu'il préférait oublier et pour se faire il avait bu d'une traite le restant de sa boisson. Les deux se retrouvaient sans boisson et Kylian avait peur que son ex parte mais il s'était trompé puisque ce dernier était juste descendu de son tabouret et qu'il était arrivé derrière lui. Il s'était rendu compte de ça lorsque Timaël avait posé sa main dans son dos. Ce qui lui avait fait un drôle d'effet. Après avoir légèrement sursauté parce qu'il ne s'attendait pas à ça, il avait ressenti des frissons le long de sa colonne vertébrale. En même temps il n'était plus habitué à ce qu'on le touche. Kylian avait suivi avec grand plaisir Tim sur la piste de danse. De toute façon il n'aurait pas trop eu le choix puisque le brun l'avait entraîné là-bas après lui avoir pris la main.

Même s'il n'avait pas vraiment envie de briser ce contact, le blond l'avait tout de même fait car il ne voulait pas passer pour un type désespéré. Alors que si, il l'était mais ça Timaël n'était pas sensé le savoir. Le blond remarqua bien vite la moue boudeuse que son ex avait affichée lorsqu'il avait lâché sa main. Ce qui lui fit penser qu'il n'aurait peut-être pas dû faire ça mais ça le conforta encore plus dans l'idée qu'au final Tim avait envie d'être avec lui. Car si ce n'était pas le cas, il ne lui aurait pas demandé de venir danser avec lui et ensuite il n'aurait pas fait cette tête lorsque Kyl avait enlevé sa main de la sienne. Ce qui poussa le petit blond à penser que peut-être il parviendrait à mener à bien sa mission mais surtout ça lui rendait un peu d'espoir et lui remontait un peu le moral. Ainsi il sentait un peu mieux et ça lui mettait du baume au coeur. Au fond Tim n'avait peut-être pas tourné la page, malgré qu'il lui avait fait comprendre l'inverse la dernière fois qu'ils s'étaient vus en ville.  

Malgré le fait que le blond était dans ses pensées ça ne l'empêchait pas de danser et d'observer Tim qui était face à lui. Il arqua un sourcil en le voyant se mordiller la lèvre inférieure. Sauf qu'il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'il se rapproche dangereusement de lui et touche son torse avant de tenir son t-shirt pour lui parler. Le blond avait dégluti difficilement en écoutant ce que lui disait son ex. D'un côté il se sentait mal de savoir qu'il l'avait tant fait souffrir mais d'un autre maintenant il savait clairement que le brun ne l'avait pas oublié et qu'il était toujours dans ses pensées. Ce n'est que lorsqu'il retira sa main que le blond reprit ses esprits. Il s'était retenu de rattraper sa main même s'il aurait préféré que Tim ne l’enlève pas de là où elle était encore quelques secondes plus tôt. Il ne savait plus du tout ce qu'il devait faire. Répondre à ce qu'il venait de lui dire ou tenter un rapprochement. Tout était en train de se bousculer dans la tête du blondinet et voir Timaël repartir danser comme si de rien n'était était plus que perturbant. Finalement à son tour le blond se rapprocha de Tim et le regarda droit dans les yeux pour qu'il voit qu'il était sincère. "Je suis vraiment désolé de t'avoir fait souffrir... Je t'ai déjà fait mes excuses l'autre jour et je te promets que j'étais sincère. Je n'ai jamais voulu te faire de mal. Crois-moi que je n'étais pas franchement mieux quand tu es parti... Je n'ai jamais cessé de penser à toi et de t'aimer." Le blond se rapprocha encore plus et déposa ses lèvres sur celles de Timaël afin de lui faire un smack. C'était une sorte de test pour voir comment il allait réagir. Maintenant le blond attendait de voir si Tim allait revenir vers lui pour échanger un vrai baiser ou si au contraire il allait lui mettre un stop. Il avait évidemment une préférence pour le premier cas. D'autant plus qu'il venait de lui ouvrir son coeur. Chose qui n'avait jamais été faite par le passé et qu'il regrettait amèrement.
 

GleekOut!





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Plus on essaie d'oublier quelque chose,
plus on y pense...

© Ecstatic Ruby


Code:
[color=#6600FF][b]"Bla bla bla."[/b][/color]


Dernière édition par Kylian Poher le Lun 10 Aoû - 1:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 468
► célébrité : dylan baby spray.
► âge : 20
► nationalité : française
► métier : étudiant + stagiaire dans une station de radio
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Jeu 6 Aoû - 21:51



dance, drink & trouble
"passe ta souris dessus"
made by effet mer.



   
prendre la vie du bon côté

Bertrand essayait vraiment de toujours positiver, après tout dans son futur métier, les émotions devaient être contrôlées. Il n’avait pas le choix mais il avait encore du mal à ne pas cacher sa lassitude surtout à sa cousine. Il aurait aimé pouvoir lui confier différentes choses mais il ne savait pas par où commencer. Le jeune homme était en plein doute et il ne pouvait demander conseil à personne. Peut-être qu’il devrait fréquenter d’autres jeunes, faire l’effort d’approcher les autres pour avoir plus de facilité à communiquer mais ce n’était pas gagner. Il y parvenait quand on ne le voyait pas et c’était peut-être d’ailleurs pour cette raison qu’il aimait tant faire de la radio. Derrière le micro, il pouvait être lui-même, faire l’imbécile sans qu’on ne le juge vu que c’était ce dont on attendait de lui. Et aussi derrière son ordinateur, il avait plus de facilité à communiquer et en particulier quand il prenait l’identité d’Aris. Il se sentait plus libre de ces paroles et il pouvait parler de tout. Néanmoins, il savait tôt ou tard qu’il allait devoir dire adieu à Aris, elle n’existait que par le biais de skype. Elle ne manquerait sans doute à personne sauf à lui, après tout il s’était presque attaché à cette personnalité qui lui permettait de parler des garçons sans que les autres ne soient choqués ou le prenne pour un pervers. Ce qu’il n’était pas, s’il l’était, cela ferait bien longtemps qu’il serait passé à la casserole comme on dit.

Mais à l’aube de ses dix-huit ans, il n’avait pas franchi le pas. a croire qu’il n’allait jamais y parvenir, il aurait bien aimé l’offrir à quelqu’un mais il se doutait que celui-ci ne serait guère intéressé par la chose. « Pourtant, ce serait beaucoup plus simple. Je ne serais pas autant embêté niveau relation. Les filles, ça craque beaucoup plus facilement que les garçons. » dit-il en poussant un léger soupir. Lui, il avait beau ne rien faire, certaines filles venaient le voir pour lui demander s’il voulait bien sortir avec. C’était affreusement gênant de devoir dire qu’il n’était guère intéressé non pas parce qu’elle était moche mais parce que les filles, ce n’était pas du tout son truc. Surtout qu’il détestait faire souffrir quelqu’un. « Peut-être mais bon, ce n’est pas comme si j’avais eu le choix. Quoi que, je peux être bi même si dans ce cas-là, je n’ai pas encore trouvé la fille qui me fera changer d’avis sur mon orientation. Elles devraient le savoir à force, si elles ne me voient pas main dans la main avec une fille, c’est bien pour une raison. » Le jeune homme leva les yeux au plafond, décidément l’adolescence était une étape où les hormones galéraient vraiment. Et dont la seule préoccupation, c’était l’acné. Quoi que lui avait de la chance, il n’avait jamais eu de soucis niveau peau. Et alors qu’il se regardait que le miroir du pare-soleil, il ne put s’empêcher de faire une légère moue.

Il ne se trouvait rien d’attirant, bon s’il y avait quelque chose qu’il aimait bien chez lui, ce sont ses yeux. Il les avait hérité de sa mère et à cause de ça, il devait faire attention à ne pas trop regarder la lumière ou bien le soleil. Il avait la rétine fragile. Bertrand se mit doucement à rire en écoutant ses paroles. « Et je crois que le gonflement des chevilles aussi. Mais toi, tu es magnifique comparée à moi, je suis sûr que tes parents ont piqués tous les gènes de beauté de la famille et moi, ils ne m’ont rien lancés. » Le jeune homme continua de rire avant de se passer une main dans les cheveux, il se fichait pas mal du physique. Même si comme tout garçon qui se respecte, il ne pouvait s’empêcher de regarder. D’ailleurs, c’était gênant surtout quand il se trouvait en cours de sport et qu’il fallait passer par les vestiaires. Certains idiots ne pouvaient s’empêcher de faire des remarques mais pour le coup, il avait de la chance, elles n’étaient guère blessantes. Sinon il l’aurait très mal pris et soit il serait parti de la salle en courant soit il aurait été la méthode je fonce dans le tas. Certes, il faisait vraiment enfant mais il savait se défendre, il avait un peu de muscle là où il fallait et s’il fallait qu’il s’en serve, il n’hésiterait pas. Quitte à s’en prendre plein la tête par la suite parce qu’ils étaient en groupe et lui tout seul. Mais ça, c’était le prix à payer malheureusement.

Bertrand sortit de ses pensées quand ils se mirent à parler de la boite de nuit et de la possibilité à rencontrer quelqu’un dans ce genre d’endroit. La plupart venait juste pour boire entre potes et profiter un peu de la compagnie des autres célibataires. Son frère, d’ailleurs, une fois rien que pour le gêner lui avait raconté l’une de ses expériences dans les toilettes et le jeune garçon avait été traumatisé et il allait tout faire pour éviter ce coin de la boite. Il n’avait pas envie de faire des cauchemars après cette soirée. « Je ne demande que ça mais manque de chance, on ne peut pas tout avoir dans la vie. » Il se mordilla la lèvre sinon il aurait sûrement déjà fait le souhait de l’avoir dans sa vie et autrement qu’en ami. Mais bon, cela n’arrivait que dans les films à l’eau de rose que le garçon se découvrait soudainement des sentiments pour une autre personne. Ce genre de films avait le don de le déprimer et il changeait de chaîne à chaque fois qu’il tombait sur ces feuilletons. Même si sa mère râlait doucement parce que contrairement à lui, elle aimait bien. Lui aurait bien aimé y croire mais il se rendait bien compte que l’amour n’était pas aussi simple qu’il le montrait dans les films. On finissait toujours par souffrir soit parce que la personne qu’on aimait nous quittait ou que celle-ci justement ne partageait guère nos sentiments.

Puis après l’amour, ce fut tout naturel qu’ils parlent de mariage. Bertrand aimerait bien se marier un peu plus tard. Il avait toujours souhaité s’unir très jeune ainsi il pouvait passer le maximum de temps avec son conjoint. Et même si pour l’instant, il était célibataire, cela ne l’empêchait pas de rêver de la cérémonie. Il se voyait très bien porter un costume avec une rose collée à la veste. Puis arriver au bras de sa mère, rejoignant l’homme qui allait devenir son mari qui le regardait comme si c’était la huitième merveille du monde. Il ne put s’empêcher de soupirer à cette pensée, encore un rêve qui aurait du mal à se réaliser. « Oui, je sais que je suis adorable. Mais merci de le confirmer. » dit-il en bombant le torse avant d’éclater de rire. Il plaisantait bien entendu, certes il savait qu’il était gentil mais delà à le qualifier d’adorable, c’état un peu gros. Il n’y avait que sa mère pour penser ça surtout quand elle le regardait comme s’il n’était âgé que de cinq ans. Elle le considérait encore comme son petit bébé même s’il continuait de grandir, bientôt il allait la dépasser. Puis la conversation avait dévié sur un sujet un peu plus délicat. Son frère. Les deux jeunes gens avaient cinq ans d’écart et ils n’avaient jamais réussi à trouver le moyen de s’entendre. Il avait fait de sa vie presque une horreur, il redoutait à chaque fois les moments où leurs parents les laissaient que tous les deux parce qu’il savait qu’il allait souffrir. Et à chaque fois, il avait raison. Alors pour se protéger, il s’enfermait dans sa chambre et mettait ses écouteurs dans ses oreilles afin d’éviter de l’écouter parler à travers la porte.

Bertrand ne pouvait pas raconter toutes les vacheries qu’il lui avait fait subir et pourquoi ? Juste par jalousie. Pourtant, il n’était pas triste après tout, celui-ci avait l’amour de leur père alors qu’il n’avait été fichu de ressentir la moindre chose pour son dernier fils. Pour lui, c’était comme s’il n’existait pas. Son ainé était parfait à ses yeux. Il ne put retenir un énième soupire alors qu’il se passait une main dans les cheveux. Ils abordèrent en thème qui le fit sourire quelque peu. « Elle aurait tout mon respect cette fille, je te jure. Et je ferais tout pour qu’il quitte enfin la maison pour avoir la paix et ne plus l’entendre. Parfois, je me retiens de lui sauter dessus surtout quand il me raconte des horreurs. Il sait frapper là où ça fait mal. » Surtout depuis son coming-out forcé. Son grand frère était une partie responsable de cet aveu, il avait entendu une conversation entre leur mère et Bertrand et il ne s’était pas gêné pour le dire à son entourage. Par chance, ses amis étaient moins stupides que lui et Bertrand n’avait subi aucune moquerie ce qui avait sans doute attristé son frère. Néanmoins, il était malin parce qu’il se privait bien de le faire quand les parents étaient présents, cela briserait sûrement l’image de rêve qu’il avait de lui. Quoi que Bertrand était persuadé que son père lui donnerait raison et le féliciterait pour sa répartie. Le jeune homme alors lui avoua qu’elle était sa préférée de la famille. C’était la seule avec sa mère qu’il adorait. « Fais attention à ce que tu dis, je peux très vite changer d’avis surtout si tu me surnommes une nouvelle fois cousinou. » Il lui tira la langue avant de se mettre doucement à sourire. Même si ses pensées étaient un peu éparpillées, il était heureux de passer du temps en compagnie de sa cousine et était bien décidé de profiter de celle-ci pour bien s’amuser.

« Je suis bien d’accord avec toi, c’est un vrai idiot. J’aurais préféré avoir une sœur comme toi, au moins j’aurais pu discuter et échanger au lieu d’être toujours sur le qui-vive parce que je ne sais pas à quoi m’attendre avec lui. Je crois qu’à force de le voir à la maison, je vais finir par devenir parano, je te promets. A chaque fois que je l’entends passer à côté de la porte de ma chambre, je me demande ce qu’il peut bien préparer. » Et il n’en pouvait plus de cette ambiance angoissante, ne pas se sentir à l’aise chez sois relevé vraiment de l’absurde alors il avait très vite pris la décision qu’il quitterait le domaine familiale une fois son diplôme en poche et un salaire stable. Il ne voulait pas non plus se retrouver à la rue par la suite. Il fallait tout de même qu’il s’assure une certaine sécurité et il espérait vraiment que les petits boulots qu’il faisait à la radio lui donneraient accès à un vrai travail par la suite. Il n’y avait plus qu’à croiser les doigts. « Ne me dis pas ça, sinon je serais bien capable de venir squatter tous les jours afin de me débarrasser de mon frangin. J’aime bien les animaux donc pas de soucis pour monsieur le chien et pour ta cousine, c’est laquelle ? Je vois, on a tous une vie compliquée dans cette famille il semblerait. » Un petit sourire amusé apparut sur ses lèvres alors qu’il se mit à regarder le paysage qui défilait devant ses yeux. Puis quelques minutes tard, Camille se gara au parking de la boite de nuit et Bertrand sortit de la voiture, s’étirant doucement. Il ne voulait pas non plus se casser le dos. Et il avait sagement écouté sa cousine lui raconter son histoire avec son ancien meilleur ami.

Encore une histoire difficile à suivre et il ne pouvait guère se faire d’opinions à son sujet même si pour lui, Erwan était un idiot juste parce qu’il avait fait souffrir sa cousine. « Ah oui, tu n’aurais vraiment rien dis ? Tu n’aurais pas cherché à te venger ou bien à le gifler en public ? Crois-moi, cela marche pas mal surtout quand y a ses potes à côté, un mec a la honte quand son ex le ridiculise de cette façon. » dit-il en riant. Bertrand avait vu assez de drame à son lycée pour en parler. C’était un peu les feux de l’amour là-bas sauf que les acteurs étaient beaucoup plus jeunes et qu’ils changeaient de partenaires comme de chemise. Il avait d’ailleurs du mal à s’y retrouver avec ces couples qui se froment et que se brisent. « M’en parle pas, je pourrais même écrire un livre dessus. On pense que quelqu‘un est en couple avec une personne et le lendemain, elle est avec quelqu’un d’autre. J’ai un peu de mal à m’y retrouver d’ailleurs. » Il continua de rire alors qu’il parlait de son lycée, même s’il le critiquait, Bertrand aimait bien y aller. Il avait ses amis et les professeurs étaient plutôt cools. « Peut-être parce que je ne vois pas pourquoi quelqu’un te lâcherait de cette façon. Il faut être débile pour le faire ou alors se faire entrainer dans des plans complètement tordus. » Bertrand ne pouvait que se faire une idée approximative du jeune homme ne l’ayant jamais rencontré mais savoir qu’il avait fait souffrir sa cousine suffisait pour lui dire qu’il n’était pas quelqu’un qu’il fallait fréquenter. Qui sait, dans quoi il pouvait trainer.

Le jeune homme n’avait jamais fumé que ce soit de la drogue ou même une petite cigarette. Il fuyait comme la peste les personnes qui en consommaient parce qu’il savait très bien qu’on était toujours tenté quand l’un d’eux en proposait. Et pour ça, il pouvait remercier les documentaires que sa mère regardait le dimanche après-midi. Il avait vu les ravages de l’alcool et de la drogue sur des jeunes et il ne souhaitait en aucun cas faire parti du lot. Et surprise, il découvrit qu’elle avait fait un malaise et il ne lui en fallu guère pour l’inquiéter. Il en voulait pas qu’elle en refasse un devant lui, il ferait sûrement une crise de panique et ils auraient l’air tous les deux malins dans ce cas. Il se passa une main derrière la nuque avant de se mordiller la lèvre. « Très bien mais si tu sens que ça ne va pas, n’hésites pas à me le dire et on partira. Je ne veux surtout pas que tu sois mal à cause de moi. » Ce n’était pas parce qu’il fallait qu’il se change les idées que forcément Camille devait mettre en danger sa santé. Il ne pourrait pas se pardonner s’il lui arrivait la moindre chose. « D’accord, je vais te croire mais ce n’est pas malin. Si ça continue, je vais devoir t’envoyer un message tous les jours pour te demander si tu as pris du sucre avant de partir au boulot. » Il avait dit cela sur le ton de la plaisanterie mais ses sourcils froncés montraient bien qu’il était inquiet. Bertrand oublia bien vite la santé de sa cousine quand il aperçut un certain jeune homme. Son cœur fit des bonds dans sa poitrine et il avait beaucoup de mal à ne pas le fixer. Il aurait sûrement l’air débile si jamais le garçon le surprenait. « Après, peut-être qu’au fond de lui, il est resté le même qu’avant. Que c’est juste un masque. Y a beaucoup de garçons qui font ça juste pour se protéger et montrer aux autres à quel point, ce sont de vrais durs. » dit-il en roulant des yeux. Pour lui, c’était vraiment absurde d’agir de cette façon. Ils se mettaient à eux même en agissant de cette façon.

Le regard de Bertrand était comme figé sur Kévin, pour une fois qu’il pouvait le regarder ailleurs que dans le lycée, il ne voulait pas se gêner. Par chance, il ne bavait pas et Camille se fit un malin plaisir de le faire sortir de ces pensées. « Quoi ? Mais non, tu te trompes ! Je l’aime bien, c’est tout. » Il sentit ses joues rougir, il n’était pas encore prêt admettre réellement que ce qu’il ressentait pour le jeune homme était bien plus qu’un béguin. Ses yeux le regardaient de haut en bas comme s’il voulait mémoriser le moindre petit détail. « Il a la classe même s’il se donne un genre de bad boy qui fait craquer toutes les filles sur son passage. Moi, oh je suis le mec qui passe inaperçu, je me fonds dans la masse. » Comme ça, on ne venait pas l’embêter. Il avait son petit groupe de potes et cela lui suffisait amplement, il n’avait pas besoin d’être adulé par tout le lycée pour être heureux. Puis, elle commença à faire une référence à une série que Bertrand regardait de temps en temps même s’il commençait peu à peu à décrocher étant donné que le suspens le tuait de plus en plus. Il ne put s’empêcher de rire à ses mots et il secoua la tête. « T’en fais pas, je ne te tuerais pas. Je t’enfermerais juste dans une pièce qui ressemblerait trait pour trais à ta chambre et je te surveillerais avec de nombreuses caméras. » N’empêche, ce serait vraiment flippant si A existait dans la vraie vie. Il faudrait faire attention à ses secrets et Bertrand de ce côté-là en aurait souffert. A aurait fait de lui sa petite marionnette sûrement. « Rien, tu m’es indispensable. » Le jeune brun lui fit un grand sourire avant qu’ils ne soient dérangés par l’ancien meilleur ami de Camille, celle-ci lui donna les clés de sa voiture et le laissa en plan avec Kévin.

Il devait avoir l’air vraiment idiot à la regarder s’éloigner suivi de près d’Erwan. Il sursauta légèrement quand il entendit la voix de Kévin qui s’adressait à lui, il ne lui en fallut guère plus pour que son cœur s’emballe. Il ressemblait vraiment à une adolescente qui parlait à son béguin pour la première fois.. C’était un peu ce qu’il était s’il y réfléchissait bien. « En même temps, qui apprécierais ? Je ne connais même pas ce type et il se permet de me juger. Comme quoi, tu parais un peu plus intelligent que ton pote. Cam’ a cinq ans de plus que moi et ce n’est pas qu’une amie. Et ce crétin va sans doute le payer très cher et je suis vraiment déçu de ne pas pouvoir y assister. Il mérite ce qu’il lui arrive, si tu veux mon avis. Ah ? Parce qu’il n’est pas tous les jours comme ça ? » Bertrand ne pouvait s’empêcher de se féliciter mentalement de savoir aligner deux mots dans une phrase sans paraître ridicule. Mais il sentit son cœur se compresser douloureusement dans sa poitrine à ses mots, il baissa le regard et trouva la contemplation de ses chaussures passionnantes avant de prendre son courage à deux mains et de prendre la parole. « Ouais et bien, pas touche ! » dit-il en le foudroyant du regard. Il n’avait pas apprécié du tout qu’il lui dise clairement qu’il préférait les filles, cela avait le don de lui détruire le faible espoir qu’il avait.






►◄►◄►◄►◄►◄►◄


t'es tout le temps dans ma tête, quand je ferme les yeux j'imagine que tu es là, à côté de moi et qu'on est heureux. merde, ça fait mal de t'aimer ! j'aurais aimé avoir une chance, juste une de voir ce que ça fait, pour la première fois de ma vie, j'ai envie d'aimer. ♥ — kévrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► âge : 25
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Ven 7 Aoû - 3:15



Dance, drink & trouble.
Camille & Co'

Camille agissait vraiment comme une grande soeur ou une maman poule avec son cousin mais elle n'y pouvait rien. Elle était comme ça et ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour lui. Elle ne supportait pas de le voir mal et étant une vraie éponge elle ressentait toujours les émotions de ses proches. S'ils étaient mal alors elle l'était aussi. S'ils étaient heureux, elle allait bien. En gros son humeur se calquait sur celle de la personne avec qui elle était. Elle ne saurait dire pourquoi elle était comme ça. Elle se rassurait en se disant que tout le monde devait être comme elle avec leurs proches. Même si elle n'était pas franchement certaine que ça soit vraiment le cas. Elle essayait du mieux qu'elle le pouvait de rebooster son cousin mais ayant un caractère assez similaire au sien, elle savait que ça ne serait pas une chose facile. Surtout que là il venait de lui sortir quelque chose digne d'un macho et elle ne se gêna pas pour lui faire une réflexion. "Ça veut dire quoi ça les filles craquent plus facilement ? Je sais pas comment je dois le prendre ça. On dirait un vieux machiste qui parle là !" La jeune femme espérait vraiment que son cousin avait parlé sans réfléchir car elle n'aimait pas qu'on sous-entende que les filles sont faciles. D'ailleurs elle était loin de l'être. Elle avait du mal à se mettre en couple parce qu'elle se posait toujours mille et une questions aussi bien sur elle que sur l'autre personne et des intentions qu'il pourrait avoir envers elle. D'ailleurs elle n'avait eu que deux relations amoureuses à cause de sa grande méfiance ainsi que de toutes ses peurs qui lui empoisonnent l'existence. Camille écouta de nouveau son cousin qui parlait toujours des filles qui étaient attirées par lui. "Alors là ça ne veut rien dire Bertrand... Personne durant ma scolarité ne m'a vue en couple. Sauf une ancienne amie à moi qui venait souvent à la maison. Elle oui m'a vue en couple avec mon voisin d'en face quand j'avais douze ans mais ça n'a pas duré très longtemps et après je n'ai plus eu personne avant Tim. Donc tu vois... Elles peuvent très bien croire que tu n'as trouvé personne. Elles ne peuvent pas deviner que tu aimes en réalité les garçons. Après oui qui sait peut-être qu'un jour tu craqueras pour une fille. Comme on dit, il ne faut jamais dire jamais." Tandis que son cousin doutait de sa beauté, Camille lui lança une réflexion mignonne pendant qu'il s'admirait dans le miroir du pare-soleil. Sauf qu'elle ne s'était pas attendue à ce qu'il lui réponde une chose pareille. "Eh ! Je disais ça parce que je c'est vrai que tu es beau même si tu en doutes ! Et ensuite non crois-moi je n'ai pas les chevilles qui gonflent parce que personnellement je ne me trouve pas belle, loin de là même ! Je me trouve totalement banale même si je n'irais pas jusqu'à dire que je suis moche non plus. Ne dis pas n'importe quoi cousin ! Je ne te flatte pas parce que tu es mon cousin mais si tu ne me crois pas, on peut faire un test ce soir. J'irai demander à plein de monde ce qu'ils pensent de toi et j'enregistrerai leurs dires sur mon téléphone comme ça tu verras si je mens ou non !" Bertrand avait totalement tort, Camille n'était pas du tout du genre à se vanter, loin de là même. Elle c'était plutôt le genre à se dévaloriser en permanence. D'ailleurs elle avait du mal à croire son cousin quand il lui disait qu'elle était magnifique. Sûrement parce que jamais un garçon ne lui avait dit ça.

Les deux jeunes avaient évoqué la possibilité que Bébert rencontre l'amour au Rex Club même s'il y avait peu de chances que ça soit véritablement le cas. D'ailleurs le garçon ne se voilait pas la face à ce sujet. Camille non plus même si elle voulait et espérait vraiment qu'il rencontre quelqu'un de bien. Elle se contenta d'hausser les épaules lorsqu'il lui avait dit qu'on ne pouvait pas tout avoir dans la vie. Pour ça il n'avait pas tort et Cam le savait bien elle aussi.

Bertrand avait complimenté sa cousine pour la tenue qu'elle arborait ce soir et elle l'avait remercié en lui disant qu'il était adorable et que c'était gentil de sa part. Elle ne put s'empêcher de secouer doucement la tête lorsqu'il lui répondit qu'il le savait déjà et qu'il la remerciait pour la confirmation. À son tour elle lui parla de ses chevilles. "Alors là ce sont TES chevilles qui sont en train de gonfler Bébert !" Elle savait qu'il plaisantait évidemment puisqu'il avait rigolé en lui disant ça mais après tout il lui avait fait une réflexion équivalente quelques minutes plus tôt alors elle ne s'était pas gênée pour lui sortir ça. Et puis de toute façon elle aussi plaisantait surtout qu'elle savait que son cousin n'était pas du genre prétentieux. Ils se ressemblaient beaucoup ces deux-là. C'était sûrement pour cette raison qu'ils étaient si proches.

Les deux cousins en étaient venus à parler du frère de Bertrand et Camille plaisantait au sujet d'une possible femme qui pourrait lui pourrir la vie. Si seulement il pouvait en trouver une qui le dresserait comme il faut. Apparemment Bébert partageait son enthousiasme par rapport à ça. Camille secoua la tête, amusée par ce que venait de dire Bertrand. Elle était contente de le voir enfin sourire. Au moins elle était parvenue à lui changer un peu les idées, son but premier. "Oh mais ça je veux bien te croire ! Le jour où ça arrivera on fêtera ça comme il faut toi et moi." Lui dit-elle en lui lançant un clin d'oeil. Cependant elle grimaça en entendant la suite. "Oui je me doute bien. À croire que les garçons de cette famille sont doués pour ça. Enfin sauf toi, je crois que tu y as échappé par chance." Lui dit-elle en souriant. En effet il suffisait de voir son père et son frère ainsi que son cousin pour remarquer qu'ils avaient le don de savoir lancer des remarques assassines aux autres et de les blesser bien comme il faut. Cependant par chance les femmes de la famille Bonnet n'étaient pas touchées par ce vilain défaut. Et pour s'en rendre compte il suffisait de regarder Camille et sa soeur ainsi que la mère de Bertrand qui porte comme nom de jeune fille le même que ses nièces, à savoir Bonnet.

La conductrice fut touchée par ce que venait de lui dire son passager et ne pouvant le remercier comme elle le souhaitait elle s'était contentée de lui sourire en lui disant simplement merci même si elle aurait préféré lui faire un câlin. Elle fut surprise de ce qu'il venait de lui dire et ouvrit grand la bouche avant de la refermer tandis que lui était en train de lui tirer la langue. "Han... Mais nan t'as pas le droit de faire ça ! Ben quoi c'est mignon comme surnom non ? T'aimes pas ? Pourtant moi je trouve ça trop chou. Et puis c'est bizarre d'habitude quand je t'appelle comme ça tu ne dis rien."  Cam prit son air de chien battu tout en gardant un oeil sur la route pour ne pas provoquer un accident.

De nouveau la conversation tourna autour du frère de Bertrand et Camille lui donna son point de vue sur lui. Elle confiait également à son cousin le fait qu'elle aurait voulu l'avoir pour frère. Elle fut surprise mais néanmoins heureuse de voir qu'il partageait ce sentiment lui aussi. Elle ne put s'empêcher de grimacer encore une fois lorsqu'il lui confia qu'il allait devenir paranoïaque. "Le seul conseil que je peux te donner c'est de l'ignorer au maximum et de ne pas rentrer dans son jeu lorsqu'il te provoque. Chose que malheureusement je n'ai jamais su faire avec mon frère et il en a profité un max pour me faire souffrir..." Effectivement durant toute son enfance et son adolescence Camille avait dû subir les moqueries et provocations de son grand frère qui prenait un malin plaisir à la casser surtout lorsqu'il était avec ses amis. Bien que ses derniers prenaient toujours la défense de la Miss qu'ils adoraient. En revanche dès qu'ils n'étaient plus là, il savait trouver la corde sensible de Camille et la faire pleurer. Il savait parfaitement qu'elle accordait une importance énorme à l'amitié et qu'elle était très proche de ses deux meilleurs amis. Ce qui le dérangeait. Il ne supportait pas qu'elle soit proche d'eux et lui faisait payer dès qu'il le pouvait. À croire qu'il était jaloux et qu'il avait peur que ses potes la préfèrent à lui.

Cam chassa ses sombres souvenirs en se concentrant sur la voix de son cousin. Celui-ci se moquait légèrement d'elle mais ça ne la dérangeait pas du tout. "Oh mais alors là crois-moi il n'y a aucun souci. Ce sera avec grand plaisir que je t'accueillerai." Il lui avait également dit qu'il aimait les animaux et que ça ne serait donc pas un problème pour lui. "Ah ben j'espère bien oui, parce que quiconque n'aime pas Cooky n'a rien à faire chez moi." En effet si on voulait faire partie de la vie de la demoiselle il fallait aimer les animaux et accepter son chien parce que sans ça, il était hors de question que vous mettiez les pieds chez elle. Son chien étant comme un fils pour elle, il ne pouvait en être autrement à ses yeux. Bertrand demanda à Camille qui était la cousine qui vivait chez elle. "C'est une cousine originaire de l'Est de la France, elle s'appelle Morgane. Mais comme je te l'ai dit c'est du côté de ma mère donc tu ne la connais pas." La jeune libraire préféra ne pas répondre à la dernière phrase de son cousin. Pour le coup il n'avait pas tort mais elle ne voulait pas lui raconter ce que vivait sa cousine. Elle ne tenait pas à étaler la vie privée de Morgane.

Peu de temps après ils étaient arrivés sur le parking de la discothèque. Ils étaient tous les deux sortis de voiture et à peine le nez dehors, Miss Bonnet avait repéré au loin Erwan. Elle avait de ce fait dû donner des explications à son cousin. "Franchement je n'en sais rien du tout tu vois. À l'époque je me "laissais faire". Je n'avais plus ce petit caractère que j'avais étant enfant et que j'ai quelque peu retrouvé actuellement. Je ne sais pas j'étais dans une période où j'encaissais plus ou moins difficilement les réflexions et les moqueries des autres. Quoi que si il m'arrivait de me rebeller. Après voilà je ne sais pas. Quand tu vois que je n'ai eu aucune réaction lorsqu'Erwan est venu me voir en me disant qu'il avait une copine... Je crois que j'étais sous le choc mais en même temps je m'y attendais un peu. Je savais comment il était avec les filles même si au fond j'avais l'espoir qu'il serait différent avec moi. Mais non je m'étais trompée... Bref, oui je veux bien te croire que ça ne doit pas leur plaire du tout. Leur fierté doit en prendre un sacré coup."

La brunette était un peu perturbée de repenser à ça mais finit par rire grâce à son cousin qui lui parlait des élèves de son lycée. En plus à croire qu'il avait lu dans ses pensées parce qu'il lui disait qu'il pourrait écrire un livre sur ses camarades. C'était justement ce qu'elle s'était dit en l'écoutant parler d'eux. "Arrête de te prendre pour Edward Cullen... Oui encore une fois tu as exactement dit ce à quoi je pensais..."

De nouveau ils parlèrent d'Erwan et la jeune femme se demandait pourquoi son cousin pensait qu'il n'était pas sain. D'ailleurs elle lui avait posé la question. Elle fut de nouveau touchée par ce qu'il lui disait. Décidément il allait finir par lui faire verser une larme ce soir. "Oh c'est trop mignon ce que tu me dis là. Pourtant tu sais tout un tas de gens m'ont laissée comme ça sans aucune raison... Je commence même à me demander si je n'ai pas la poisse de ce côté-là... Enfin bref tu sais que je t'adore toi ?" Camille regarda Bertrand en souriant, heureuse qu'il pense plein de choses comme ça à son sujet. Au moins elle savait qu'elle pouvait compter sur lui et qu'il ne l'abandonnerait pas contrairement à d'autres qui l'avaient fait sans se retourner.

Cam avait ce don de gaffer comme elle l'avait déjà fait quelques jours plus tôt avec sa cousine. Elle venait de dévoiler à Bertrand qu'elle avait fait un malaise dans la rue et il s'inquiétait pour elle. Chose qu'elle ne voulait pas... En effet même si elle s'inquiétait toujours pour les autres, elle ne voulait pas que ses proches s’inquiètent pour elle car elle savait trop bien ce que ça faisait et ne voulait pas leur infliger ça. Elle tentait donc de rassurer son cousin comme elle le pouvait en lui montrant son sac qui contenait des bonbons au cas où elle aurait besoin de prendre du sucre. Et puis au pire même si elle n'en avait pas pris, elle aurait toujours pu demander un soda ou un jus de fruits au barman en cas d'hypoglycémie. La brune expliqua aussi à son cousin pourquoi elle ne lui avait pas parlé plus tôt de son malaise. Cependant elle remarqua que son cousin n'était qu'à moitié rassuré. "Oui promis si ça ne va pas je te le dirai et on partira même si crois-moi dans ces cas-là il vaut mieux attendre sur place que ça passe. Et ne dis pas n'importe quoi, pourquoi ça serait de ta faute ? Ça n'a rien à voir... Ça m'arrive n'importe quand n'importe où. Des fois même ça me réveille la nuit alors t'as qu'à voir !" La petite brune ne put s'empêcher de rire à cause de l'attitude de son cousin. "Oh mais c'est que mon cousin s'inquiète de ma santé. C'est trop mimi. T'es bien le seul à t'en faire pour moi à ce point-là tu sais..."

Bertrand avait repéré son coup de coeur au loin et visiblement ce dernier traînait avec Erwan. Ce qui fit que Cam ne voyait pas ce type d'un bon oeil. Il faisait l'erreur à ses yeux d'être ami avec lui. D'ailleurs elle en avait fait part à son cousin qui la fit changer d'avis. Après tout il avait peut-être raison au sujet de ce fameux Kévin. Elle ne le connaissait pas et donc ne pouvait pas se permettre de le juger. Sauf que parler de lui ramena sur le tapis Erwan et elle écouta le point de vue son cousin mais ne savait pas s'il avait raison. Il pensait que le fait qu'Erwan et elle ne se parlaient plus était peut-être mieux pour elle mais elle elle ne le savait pas et le lui avait même dit. Elle avait beaucoup souffert du fait qu'il lui ait tourné le dos et qu'elle lui en voulait encore d'avoir fait ça. D'ailleurs bien qu'il lui ait dit le contraire la dernière fois qu'ils s'étaient vus, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'aux yeux d'Erwan elle n'avait été qu'un bouche-trou qui lui avait servi jusqu'à ce qu'il trouve d'autres personnes avec lesquelles passer du temps. Elle pensait également peut-être à tort qu'il ne l'avait jamais vraiment vue comme une amie et que c'était pour ça qu'il avait si facilement cessé de la côtoyer. "Peut-être mais si c'est le cas, c'est totalement absurde ! En tout cas je trouve qu'ils sont idiots de faire ça !" Camille remarqua que son cousin était très occupé à reluquer Kévin. Elle l'embêta un petit peu en lui disant qu'il était mordu. Ce qu'il se dépêcha de démentir. "Mon oeil oui !" Lui accorda-t-elle pour toute réponse. Elle reconnaissait bien là les signes de quelqu'un amoureux. Elle-même avait été comme ça quand elle craquait sur les copains de son frère étant ado. Elle fut encore plus confortée dans son idée lorsque Bébert se mit à rougir. "Tu vois même ton corps te trahit cousin ! Ce n'est pas une honte d'être amoureux tu sais." Camille était assez surprise d'apprendre que ce garçon qui plaisait tant à son cousin était populaire au lycée. En le regardant elle ne voyait pas du tout ce qui pouvait le rendre si populaire. Certes il était pas mal physiquement mais il ne suffisait pas d'être mignon pour devenir quelqu'un en vogue au lycée. D'ailleurs elle se demandait pour quelles raisons il pouvait être populaire comme ça. Évidemment comme elle s'y attendait son cousin pris sa défense. Encore un signe qu'il craquait vraiment pour lui... "Visiblement il ne fait pas craquer que les filles. Ok et ce n'est pas un crime à ce que je sache ? Moi aussi j'étais comme toi au lycée. Et franchement je préférais ça que de me faire humilier bien que j'ai dû subir ça une fois et crois-moi je ne l'ai toujours pas digéré..."

À un moment donné les deux jeunes gens en étaient venus à blaguer. Tout du moins Bertrand avait dit quelque chose qui rappelait une série à sa cousine. Celle-ci fit donc référence à cette série et elle lui avait dit qu'elle était trop jeune pour mourir. Apparemment Bébert devait regarder Pretty Little Liars lui aussi parce qu'il venait de faire référence à un des passages de cette série. "Oh mais je vois que tu regardes Pretty Little Liars toi aussi... Et non merci je n'ai pas envie que tu me fasses ça. Après tu demanderas de me teindre en blonde et tu m’appelleras Alison c'est ça ?" Cam éclata de rire rien qu'en pensant à ça même si évidemment elle n'aimerait pas que ce genre de chose lui arrive. Oh non elle aurait bien trop la trouille et pourtant elle est littéralement accro à cette série. Tandis qu'elle avait demandé à son cousin ce qu'il ferait sans elle dans sa vie, ce dernier lui répondit quelque chose qui la toucha une fois de plus. "Oh la la mais c'est ma fête aujourd'hui pour que tu me dises autant de jolies choses ? Je te rassure tu es tout autant essentiel à ma vie." Finit-elle par lui répondre en souriant tout comme lui.

C'était sur ces dernières paroles très touchantes que leur tranquillité s'était brisée puisque l'ancien ami de la jeune femme avait décidé de venir les importuner. Visiblement il avait encore envie de la voir s'énerver. Elle était un peu rentrée dans son jeu au début avant de décider qu'elle allait aller régler ses comptes avec lui à l'écart de la foule. Il était hors de question qu'elle se donne en spectacle devant les autres clients de la boîte de nuit. De plus elle ne voulait pas les gêner. Du coup elle était partie dans un coin tranquille après avoir confié ses clés de voiture à Bertrand et avoir demandé à Erwan de la suivre. Ce qu'il avait fait sans rechigner. Une fois à l'écart il lui avait demandé de quoi elle voulait parler et avait sous-entendu qu'elle avait voulu se retrouver seule avec lui. Chose qui l'avait aussitôt mis en rogne et ça avait été vite puisqu'il l'avait déjà énervée rien qu'en s'en prenant à son cousin. Terrible erreur qu'il avait faite. Elle ne s'était donc pas gênée pour passer ses nerfs sur lui. Il la prenait à chaque fois de haut et ça avait le don de l'insupporter. Il n'y avait bien que lui pour la mettre dans un tel état. Jamais elle ne s'énervait avec les autres. À croire qu'il savait comment faire pour la mettre de mauvaise humeur. "La furie tu sais ce qu'elle te dit ? Elle te dit M-E-R-D-E ! Oh ne fais pas l'innocent Erwan. Si tu m'avais simplement saluée je ne me serais pas énervée comme ça. Tu as voulu jouer la provocation et ça c'est une chose que je ne supporte pas et tu le sais très bien. Donc arrête de rejeter la faute sur moi. Effectivement j'aurais largement préféré que tu m'ignores... Et ça oui merci je l'avais remarqué ! Tant mieux pour toi alors si ton cerveau est en état de marche. Je déteste quand on s'en prend aux autres sous prétexte qu'ils n'ont pas le physique qu'on aime. C'est tellement facile de s'en prendre aux autres de la sorte !" Erwan avait fait l'erreur de sous-entendre que son pote allait continuer à balancer des vacheries à son cousin. Le sang de Camille ne fit qu'un tour avant qu'elle ne s'en prenne davantage à lui en le bousculant. "Alors là tu vois, il n'y a pas intérêt qu'il touche à un seul de ses cheveux ou qu'il lui fasse du mal verbalement parce que sinon vous allez le payer et très cher ! On ne touche pas aux gens que j'aime sans subir mes foudres !" Camille éclata de rire tandis qu'Erwan la menaçait. "Ah ah parce que tu crois que tu me fais peur peut-être ? Mais alors là pas du tout ! De toute façon je suis blindée tu n'arriveras pas à m'atteindre !" La jeune femme n'avait pas du tout envie qu'ils reparlent encore du mal qu'il lui avait fait en rompant leur amitié mais il abordait ce sujet encore une fois. Et après c'était elle qui vivait dans le passé ? À croire qu'il n'y avait pas qu'elle puisqu'il revenait sur ce sujet de lui-même. "Moi je ne pense qu'à moi ? Alors là laisse-moi rire s'il te plait ! C'est plutôt toi le nombriliste ! Mais vas-y puisque soi-disant je n'ai pas cherché à comprendre, explique-moi, vas-y je t'écoute !" Cam n'aimait pas du tout ce qu'il lui balançait à la figure mais elle gardait son masque et ne laissait passer aucune émotion afin qu'il ne remarque pas qu'elle était blessée par ce qu'il disait. Elle avait mal parce qu'il avait une fausse image d'elle. Elle n'avait pas non plus aimé qu'il la traite de coincée mais pour le coup il n'avait pas tort. Elle était assez sérieuse et renfermée, loin d'être le genre à délirer à tout bout de champ et surtout elle n'était plus du genre à boire de l'alcool en grande quantité. C'était une époque révolue pour elle. Elle se garda donc de faire un commentaire sur ce point. La brunette était satisfaite de la tournure que prenait la conversation. Au moins s'il l'ignorait elle serait tranquille et pourrait passer un bon moment avec son cousin sans qu'il ne vienne les importuner. Ce qui serait plutôt mal. "Très bien c'est parfait ! Ignore-moi, oublies que j'existe et fiche-moi la paix.  C'est tout ce que je te demande !" Oui elle ne pouvait pas oublier le passé, sur ça il avait raison. Elle était rancunière et c'était comme ça. Elle ne pouvait pas changer ce qu'elle était et encore moins lorsqu'il s'agissait de lui parce que mine de rien elle tenait beaucoup à lui à l'époque et elle avait pas mal souffert quand il l'avait laissée. Du coup si là elle pouvait lui faire payer toute la souffrance qu'elle avait ressentie, elle n'allait pas se gêner pour le faire. Maintenant qu'ils avaient eu cette discussion, elle n'avait plus qu'une envie le laisser planté là tout seul et repartir rejoindre son cousin. Surtout qu'elle s'inquiétait pour lui à cause de ce qu'Erwan avait dit à propos de Kévin. La jeune femme soupira. "Pfff, je ne pense pas que nous ayons la même définition de s'amuser. Mais je compte bien m'amuser et aller danser oui ! Et si tu n'as que ça à faire de m'épier alors vas-y fais-toi plaisir dans ce cas !"

Sur ces mots la jeune Camille tourna les talons et se dirigea assez rapidement vers la file d'attente et retourna à la fin de celle-ci. "Bertrand je suis de retour !" Dit-elle à son cousin pour qu'il la rejoigne. Elle espérait vraiment qu'Erwan avait compris cette fois et qu'il allait la laisser tranquille.  
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 06/05/2015
► paroles rapportées : 784
► célébrité : dylan fucking perfect o'brien
► âge : 24
► nationalité : c'est un petit british
► métier : je travaille comme programmateur de site web dans une société informatique
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Ven 7 Aoû - 15:37

dance, drink & trouble
kylaël x bertrin x erwille
Timaël savait qu’il ne devrait pas boire, il avait toujours eu du mal à supporter ce genre de boisson beaucoup trop forte pour son organisme. Mais ce soir, il voulait juste oublier sa vie, il avait rencontré son ancien petit ami et depuis il n’arrivait pas à le faire sortir de sa tête. Il n’arrêtait pas de penser à lui et il avait beaucoup de mal à se concentrer à son boulot. Il se trompait dans les codes, enregistrer le mauvais dossier, il enchaînait les gaffes ce qui déplaisait fortement à son patron qui lui annonçait avec un grand sourire. Il devait sans doute être heureux que le petit nouveau se plante, il n’avait jamais apprécié Tim de toute façon. Mais il fallait qu’il se reprenne, les choses ne pouvaient pas continuer ainsi. Alors, il avait préféré boire, l’alcool n’était pas certes la solution à son problème mais au moins, cela lui permettait de se détendre un peu. Enfin, c’est ce qu’il avait cru parce que la présence du jeune blond avait rapidement changé la donne. Le brun ne s’attendait pas à tomber sur lui en pleine boite de nuit. Lui qui pensait passer la soirée en compagnie de sa solitude, la passait avec son ancien petit ami qu’il était censé détesté. Censé parce qu’il n’était pas très sûr d’être en colère contre lui.

Timaël avait la tête qui tournait et son cerveau commençait doucement à s’éteindre pour laisser place seulement à ses envies. Néanmoins, il était encore capable de parler et d’aligner plusieurs mots à la suite, c’était déjà bien. Lorsqu’ils parlèrent de compagnie, il ne put s’empêcher de faire une petite remarque. Même si celle-ci n’était guère méchante puis après tout, Kylian l’avait fait souffrir alors il pouvait tout de même lui faire quelques réflexions. Il faisait déjà l’exploit de le supporter alors il n’allait pas se plaindre n’est ce pas. Après avoir bu une gorgée de sa boisson, il se passa la langue sur les lèvres, on devenait vite accro à cette boisson. C’était peut-être pour cette raison qu’elle avait autant de succès et Tim fut surpris d’apprendre que Ky’ n’en avait jamais bu la moindre petite goutte. Il se fit la promesse de lui en faire boire au moins une gorgée avant la fin de la soirée. Il ne se rendit même pas compte de ce qu’il venait de penser. Cela sous-entendait qu’il envisageait de passer sa soirée spéciale boîte de nuit avec lui. Si on lui avait annoncé ça, quelques heures avant, il aurait ri au nez de la personne en question. C’était impossible étant donné toute la rancœur qu’il avait pour le jeune blond, rancœur qui avait disparu il semblerait grâce à l’alcool. « Même pas une petite gorgée ? Tu ne risques rien d’essayer après tout.. Enfin, je ne vais pas te forcer à en boire si tu n’as pas envie. Tu es assez grand pour choisir mais tu loupes quelque chose. Ça te donne l’impression d’être libre. » dit-il en secouant les épaules. Tim n’était pas quelqu’un qui allait forcer une personne à boire si celle-ci n’en avait pas envie, ce n’était pas du tout son style.

Au contraire, en temps normal, il aurait encouragé la personne et l’aurait même félicité de ne pas vouloir se retourner la tête. Mais aujourd’hui, c’était une exception dans la vie du jeune homme. Pour une fois, il voulait vraiment être alcoolisé quitte à ne plus pouvoir rentrer chez lui. Dans le pire des cas, il pourrait toujours faire appel à sa colocataire pour venir le chercher. Du moins, s’il parvenait à utiliser son téléphone portable, ce qui n’était pas certain. Ce serait drôle à voir cependant, un as de la nouvelle technologie se bataillait avoir son portable dernier cri. Celui-ci finirait sûrement dans sa poche et quelque part dans la rue parce que monsieur l’aurait jeté de colère. Il aurait peut-être dû venir en voiture, il se serait endormi à l’intérieur ni vu ni connu. Mais non, il avait préféré prendre le bus pour s’assurer de ne pas reprendre le volant et de risquer un accident. Surtout que pour la plupart, ce n’était pas le conducteur alcoolisé qui était le plus touché. Et Tim ne voulait pas avoir ce sentiment de culpabilité tout le long de sa vie, il se demandait comment certains faisaient pour continuer à vivre normalement avec ça sur la conscience. Soit ils avaient un sacré mental soit ils s’en fichaient. Enfin, il n’avait pas envie de penser à ça, cela risquerait de lui détruire le moral alors qu’il se sentait vraiment joyeux.

Il ne put résister à l’envie d’aller danser au son de la musique et il ne comptait pas y aller seul. Tim déposa sa main dans le dos du jeune homme, appréciant le contact. Il avait toujours été très tactile avec lui. Lorsqu’ils étaient encore étudiants et qu’ils se croisaient dans les couloirs avec d’autres amis, il lui arrivait souvent de laisser frôler sa main contre la sienne comme pour lui montrer qu’il ne l’oubliait pas. Timaël se retint d’enlacer leurs doigts alors qu’il conduisait le jeune blond sur la piste de danse, se moquant bien du regard des autres. En temps normal, il n’aurait même pas envisagé d’agir de cette façon, à croire que l’alcool déridait les gens. Tim était un peu déçu qu’il lui lâche la main mais il finit par secouer les épaules. C’était peut-être mieux ainsi même s’il avait apprécié de retrouver ce contact. Il avait beau nié l’évidence, tout en lui lui manquait. Son regard qui se noyait dans le sien et qui affolait les battements de son cœur, son corps qu’il avait découvert en même temps que le sien. Tout en lui semblait l’appeler et il ne put s’empêcher de tenir sa chemise pour coller un peu plus leurs corps ensemble et de prendre la parole. S’il avait été dans son état normal, jamais il n’aurait fait ça enfin c’était ce que sa raison hurlait au fond de lui. Mais il s’en fichait pas mal, il avait laissé son cœur prendre le dessus sur tout. Puis il se remit à danser l’air de rien, souriant comme un enfant bougeant son corps au rythme de la danse avant d’être interrompu par le petit blondinet. Il s’arrêta alors de danser et se contenta de le regarder droit dans les yeux, écoutant seulement ses paroles.

Il eut l’impression que son cœur était sorti de sa poitrine quand Ky ‘ prononça les trois mots qu’il avait tant souhaité un jour entendre. Il devait être en train d’halluciner, néanmoins le léger baiser qu’il déposa sur ses lèvres le fit redescendre sur terre. Timaël ne savait pas quoi dire, tout tournait dans sa tète et il ne parlait même pas de son cœur. Celui-ci semblait bien parti pour battre un record de vitesse. Il se contenta de regarder le jeune homme en silence, ses yeux brillants légèrement puis s’approcha de lui, entourant son cou de ses bras. « Je pensais toujours à toi et c’était vraiment horrible parce que je me demandais ce que j’avais bien pu faire pour que tu m’infliges ça.. Je me suis dis que c’était sûrement de ma faute, que je n’étais pas assez bien pour toi. Pourquoi, tu n’as pas cherché à me retrouver ? Tu.. C’est vrai ? . » dit-il d’une voix tremblante prouvant ainsi la pagaille de ses émotions avant de laisser apparaître un sourire sur les lèvres. Tim se mordilla la lèvre avant de le regarder droit dans les yeux, son regard dévia ensuite sur ses lèvres. Son pouce caressait tendrement la nuque du jeune homme alors que son visage s’approchait doucement du sien. Ses lèvres frôlèrent doucement les siennes avant qu’il ne l’embrasse franchement. Il n’y avait plus de retour en arrière, Tim le savait. Il pouvait remercier l’alcool qui lui donnait le courage et la force de faire ceci. Ce baiser le plongea quelques années en arrière et les sensations qu’il avait ressenti à l’époque semblaient si fades comparés à celles d’aujourd’hui.

© flappy bird.





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

We can make it happens
The past influences the present I do not know even any more what wants to say us You indeed want to take me in your arms?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 389
► célébrité : Cody Christian
► âge : 22
► nationalité : Française
► métier : En terminale au lycée (merci les redoublements --')
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Sam 8 Aoû - 0:00

Dance, drink & trouble
Tim, Kev, Erwan, Kyl, Bébert & Cam




Par le plus grand des hasards et à cause de leurs délires les deux jeunes en étaient venus à parler d'une série télévisée que le brun regardait étant enfant. En effet ils étaient en train de parler de Zorro. Tout ça c'était à cause d'Erwan qui avait dit qu'il était un justicier et pas de chance pour lui, le premier qui était passé par l'esprit du jeune consommateur de drogues n'était autre que le célèbre Zorro toujours accompagné de son fidèle cheval Tornado dont Kéké venait de parler. Il ne put s'empêcher de rire lorsqu'il remarqua la tête que le pompier faisait. Ce n'était tout de même pas de sa faute s'il avait regardé ça étant enfant et que c'était le premier qui lui était passé par l'esprit. Bon là par contre si vous lui demandiez de quoi parlait exactement cette série il serait bien embêté car à part se rappeler vaguement des personnages il n'en avait plus grand souvenir. "Mouais mais ce n'est tout de même pas pareil. M'enfin si tu n'as que ça à me proposer, je m'en contenterai..." Répondit Kévin en faisant semblant d'être déçu.

Parfois il arrivait à Kev de parler sans réfléchir plus loin que le bout de son nez et apparemment il avait dit quelque chose qui n'avait pas plu au pompier. Ce qu'il pouvait parfaitement comprendre puisqu'à sa place il ne l'aurait pas très bien pris lui non plus. "Ce n'est pas vraiment ce que je voulais dire. C'est juste que je ne suis pas habitué à te voir rendre service à d'autres. Après je peux me tromper... Ok bon tu me rends de plus en plus curieux là... Donc si tu n'as pas envie de m'en dire plus sur le sujet, évite d'en parler s'il te plait..." En effet même si ça ne se voyait pas forcément, le brun était très très curieux et là il se retenait de poser des questions à son ami sur ce qu'il préparait. Bien qu'il ait cru comprendre qu'il s'agissait de rendre justice à une fille en lui dévoilant que son petit copain lui mentait. Du moins c'était ce qu'il avait cru comprendre. Pas sûr que ça soit réellement ce qu'avait dit Erwan. Il était possible après tout que le jeune Ferrand n'ait rien compris.

Ce soir Erwan partait vraiment loin dans ses délires et on pouvait dire que Kévin avait un peu de mal à suivre. Voilà que son pote se prenait pour Cupidon. Ce qui faisait vraiment beaucoup rire le brun sachant qu'il connaissait très bien la réputation de son ami et qu'il savait qu'il ne croyait pas à l'amour. D'ailleurs il se demandait pourquoi il avait dit qu'il était Cupidon. Il commençait sérieusement à croire qu'il ne fallait pas chercher plus loin. Cependant le pompier avait dit des choses que le brun n'avait pas du tout envie d'imaginer et il lui fit d'ailleurs savoir. Le lycéen éclata de rire. "Ah mais alors là pas du tout ! Désolé de te décevoir mais je ne fantasme pas sur ton corps. Loin de là même. Si encore tu étais une Apollone pourquoi pas mais là c'est niet." En clair sans le dire franchement il sous-entendait qu'il n'aimait que les filles et que de ce fait il n'avait aucune chance avec lui. En effet jamais le jeune homme n'avait été attiré par les personnes du même sexe que lui. Il n'avait d'ailleurs même jamais été dragué par des hommes et c'était une chance pour lui car il ne savait pas du tout comment il aurait réagi dans ce cas-là.

Les deux garçons étaient en train de discuter du fait qu'Erwan allait récupérer une fille si ce qu'il voulait faire fonctionnait pour lui. Kévin écoutait son ami puis décida d'intervenir. "Oui briseur de couples va ! Oui c'est vrai je ne sais même pas pourquoi je n'y ai pas pensé plus tôt." En effet Kev n'avait pas tout de suite compris qu'Erwan se mêlait des histoires d'un couple pour avoir la fille pour lui. Pourtant il aurait dû le deviner puisqu'il le connaissait assez bien maintenant. À croire qu'il commençait à être un peu déconnecté. Cependant le pompier avait dit à son ami que la fille lui tomberait dans les bras mais le brun lui avait expliqué ses doutes. Apparemment ce n'était pas ça qui allait arrêter Erwan. "Hum ok je vois le genre oui... Ben écoute je te souhaite bon courage alors, parce que là je crois que niveau challenge tu vas avoir de quoi faire. À mon avis elle ne fera pas de sitôt confiance à un autre mec."

Sur ces mots ils étaient sortis de la boîte afin que le brun puisse prendre la dose de nicotine dont il avait besoin. En réalité il aurait préféré fumer un pétard mais il ne le pouvait pas alors il se contentait de simples cigarettes à la place. Erwan ne resta pas bien longtemps en sa compagnie puisqu'il avait accosté une fille dans la file d'attente et qu'ils étaient partis un peu plus loin. Visiblement elle ne tenait pas à le voir d'après ce qu'il avait pu comprendre et elle était partie régler ses comptes avec lui à l'écart de la foule. Cependant la demoiselle n'était pas venue seule et avait planté son pote qui se retrouvait tout seul avec Kévin. Du coup pour s'occuper le brun avait commencé à faire la conversation avec lui. Évidemment ils parlèrent d'Erwan et de la jeune fille. "Non je sais bien que personne n'aimerait ça." Kévin ne put s'empêcher de rire lorsque l'autre garçon lui avait dit qu'il était plus intelligent qu'Erwan. "Je ne sais pas si c'est vraiment le cas mais ça fait toujours plaisir à entendre." De nouveau le brun l'écouta. "Ah oui si ce n'est pas ta petite copine et qu'elle est plus qu'une amie, elle est quoi pour toi ? Ta frangine ? Wow t'as la dent dure contre lui mais bon je peux le comprendre ce n'est jamais agréable de se faire lyncher en public. Ah ah à ce que je vois t'es comme moi, t'aimerais bien savoir ce qu'ils se disent. J'avoue que moi aussi j'aurais bien envie d'être une petite souris pour tout voir et entendre. Et bien disons que je ne l'ai jamais vu s'en prendre à quelqu'un comme il l'a fait avec toi..." Tout en parlant Kévin observait de loin cette fameuse Cam et Erwan. Il avait l'impression d'être au cinéma devant un film muet. Il ne lui manquait plus que le pop-corn et la bouteille de Coca et il s'y serait vraiment cru. Il ne put s'empêcher de se tourner vers l'ami de la jeune fille. "Eh t'as pas du pop-corn ? Je suis au spectacle là !" Dit-il en faisant le pitre pour s'amuser un peu. Il n'était pas franchement certain que l'autre garçon allait rentrer dans son délire mais ça lui était complètement égal. Quelques secondes plus tard il prit de nouveau la parole pour parler de ce qu'il voyait au loin mais visiblement ça n'avait pas l'air de plaire à son interlocuteur et il ne put s'empêcher de prendre un air amusé. "Ouhhhhhh je suis mort de peur. Et pourquoi je n'aurais pas le droit de toucher à elle ? Elle est tout à fait mon genre. J'aime les filles qui ont du caractère comme elle et qui ne se laissent pas faire. Surtout quand elles tiennent tête de la sorte à mon pote c'est encore mieux." Kévin n'avait aucunement l'intention d'aller draguer cette fille mais la réaction du garçon qui était venu avec elle l'amusait beaucoup. Cependant il décida d'arrêter de jouer avec ses nerfs. "Si ça peut te rassurer je n'irai pas l'importuner et puis ce n'est pas mon genre de draguer les filles." Effectivement Kéké préférait largement les laisser venir à lui. Il n'aimait pas passer pour le gros lourd de service.






►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Kévin & Bertrand
... ⊹ lumos maxima


Code:
[color=#009900][b]"Bla bla"[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► âge : 25
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Dim 9 Aoû - 21:31

Dance, drink & trouble
ERWAN
feat.
GROUPES


 

 



 

 

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.


Erwan ne savait vraiment pas comment la série télévisée Zorro était arrivée sur le tapis, à croire que l’alcool avait déjà atteint leur cerveau même si le jeune bouclé n’en avait pas encore bu. Il devrait sûrement arrêté de raconter des conneries mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Après tout, il avait bien besoin de se détendre après une dure journée de boulot. Etre pompier, ce n’était guère facile tous les jours même si aujourd’hui, il n’avait pas eu à se plaindre. Il n’avait pas rencontré de cas très graves. C’était toujours impressionnant lorsqu’il arrivait sur un accident de voiture ou autre, les premières fois avaient été difficiles à supporter. C’est peut-être pour cette raison qu’il refusait de toucher à la drogue, sa première intervention était une personne qui avait fait une overdose et le moins qu’on puisse dire, c’était que cela l’avait marqué. Du coup, il luttait contre la tentation en pensant à ce garçon qui avait failli mourir à ses côtés, de quoi bien refroidir ses envies. « Monsieur est exigent en plus, franchement les jeunes de nos jours, on ne les maitrise plus. Au pire, tu peux toujours monter dessus et faire semblant que c’est un cheval. Tu risques par contre d’être un peu décoiffé surtout si je conduis sur le périf’ » dit-il d’un ton sérieux avant d’éclater de rire. Il imaginait parfaitement le jeune brun assis sur le toit de sa petite voiture alors que lui conduisait presque à fond, slalomant entre les autres conducteurs.

Ils risqueraient sûrement de se faire passer pour des dingues et d’être internés si jamais les gendarmes les arrêtaient. Et il n’avait pas franchement envie de passer une nuit si ce n’est plus derrière les barreaux. Il risquerait sûrement de devenir fou et de secouer son ami en lui criant que c’était de sa faute. « Peut-être parce que je n’ai pas eu l’occasion de le faire ? Puis une fois que tu as enlevé ta tenue de pompier, tu essayes un peu de penser à toi avant les autres. Mais je suis toujours prêt à rendre service. Ah oui et pourquoi ? Je titille ta curiosité là ? » Erwan lui fit un grand sourire se moquent gentiment du jeune homme, il aimerait bien lui en parler un peu plus. Celui-ci pourrait même lui donner quelques idées mais si jamais cela s’ébruitait, le plan risquerait de tomber à l’eau et Erwan ne pouvait pas se permettre d’échouer. Il avait déjà raté sa chance une fois avec la brune, il ne prendrait pas le risque une deuxième. Même s’il y avait de forte chance pour qu’à la fin, plusieurs personnes soient blessées. Mais ça, le bouclé ne voulait pas y penser, il ne fallait pas se mettre en travers de sa route et manque de chance pour Tim, c’était son principal concurrent et maintenant qu’il avait un pion pour s’en débarrasser, il l’utilisait.

Erwan se passa une main dans les cheveux, il n’était pas méchant mais quand il voulait quelque chose, il s’en donnait les moyens. Peut-être un peu d’ailleurs surtout qu’il n’était sûr de rien mais bon, aujourd’hui il avait un rôle de Cupidon. Il ne put s’empêcher de rouler des yeux à cette pensée, qu’est ce qu’il pouvait sortir comme âneries parfois. Il s’étonnerait toujours. « Oh mais ça ne me déçoit pas, au contraire je suis plutôt rassuré de voir que mon corps t’es complètement insensible. J’aurais eu peur que tu ne puisses pas résister et qu’un jour, tu te jettes sur moi. Et rien en moi ne ressemble à une Apollone donc c’est bon, je suis sauvé. Je ne risque pas de me faire agresser par un fou furieux. » dit-il d’une voix un peu moqueuse avant de se mettre à rire. Erwan disait ça bien sûr pour plaisanter, le bouclé aimait bien trop les femmes pour un jour envisager de changer de bords. Après, il ignorait ce que l’avenir lui réservait, mais il y avait de fortes chances qu’il tombe dans les filets d’une fille et pas dans celui d’un mec. Et ce serait sans doute aussi le cas pour Kévin, il ne l’avait jamais vu avec un mec et il avait vraiment du mal à s’imaginer celui-ci roulant une pelle à l’un d’eux même bourré. Quoi que l’image serait amusante et qu’il prendrait un malin plaisir à le prendre en photo rien que pour l’ennuyer après.

Puis, ils abordèrent le sujet Camille même si Erwan n’avait pas prononcé son prénom. « Eh oui, tu ne me connais pas très bien il semblerait. Je vise toujours les filles quoi qu’il arrive. Mais bon, là je lui rends plutôt service, il faut qu’elle voit que le mec avait qui elle sort préfère les personnes plus virils si tu vois ce que je veux dire.. » Après tout, Camille méritait bien de savoir que son fameux Tim était en réalité gay même s’il savait que cela serait difficile à encaisser. Il avait déjà connu ça lui, enfin presque il avait passé une soirée à draguer une fille avant d’apprendre à la fin qu’elle était en réalité lesbienne, cela avait été une douche froide pour le bouclé. Alors, Camille allait sans doute ressentir la même chose surtout qu’elle contrairement à Erwan l’avait fréquenté plus que quelques heures. « Sûrement ouais mais elle me connait assez pour savoir que moi, je ne suis pas gay. Enfin, je suis prêt à prendre le temps qu’il faudra mais je suis bien décidée à la récupérer. » Pourquoi il voulait la récupérer ? Cette question restait sans réponse ou du moins il ne voulait pas y penser de crainte de découvrir quelque chose qui le ferait de nouveau fuir. Il ne voulait pas se poser de question et profiter juste de l’instant présent quoi qu’il arrive.

Puis ils avaient fini par sortir de la boîte de nuit afin de fumer une cigarette pour Kévin et lui de prendre l’air. Il ne s’attendait néanmoins pas à croiser Camille et un de ses amis. Comme quoi, al vie était vraiment mal fichue, il ne savait pas si c’était une bonne chose de la croiser ou non. Kylian n’aurait sans doute pas le temps de draguer son ancien copain si elle rentrait directement dans la boîte. Alors quitte à en prendre plein la tête, il allait prendre le risque de la bloquer et le seul moyen qu’il avait trouvé était de s’en prendre au jeune homme à la tête d’ange à ses côtés. Camille ne sembla pas accepter cela et il la suivit, un petit sourire fier sur les lèvres, dans un coin tranquille. « Oula mais c’est qu’elle s’énerve la furie. Calmes toi hein ! Mais bien sûr, tu n’aurais même pas pris la peine de me répondre, tu m’aurais regardé puis tu aurais fait semblant de ne pas m’avoir vu. Alors je n’ai trouvé que ce moyen et reconnais que ça fonctionne plutôt bien vu qu’on se retrouve en tête en tête tous les deux. Je ne pensais pas qu’on serait seuls aussi vite… C’est plutôt toi qui as de la chance que je puisse le faire fonctionner sinon tu aurais eu affaire à un autre Erwan et tu aurais regretté de l’avoir rencontré. Il n’est pas aussi sympa que moi et ce que j’ai dis sur ton pote aurait été beaucoup moins sympa. Tu as raison surtout que celui-ci est incapable de se défendre tout seul, pauvre petite brebis égarée. Il me fait presque pitié. » dit-il en se pinçant la lèvre. Erwan sourit alors qu’il venait de se faire bousculer par la jeune femme.

« Ah ouais et qu’est ce que tu comptes faire contre deux mecs ? Tu ne serais pas vraiment de taille et j’espère qu’en ce moment, il est en train de lui pourrir la soirée. Le pauvre petit ne va même plus vouloir sortir ensuite, mon pote l’aura anéanti. » Erwan eut un petit sourire sadique, il connaissait assez Kévin pour savoir qu’il ne serait guère violent avec l’autre garçon. Il s’approcha de la jeune femme, posant sa main sur son menton afin que leurs regards se croisent. « Je peux toujours essayer, je ne risque rien après tout. »  Erwan secoua les épaules avant de se reculer en secouant les épaules. Le passé était de retour dans la conversation et c’était lui le responsable pour cette fois. « Parce que tu penses vraiment que je vais te le dire ? Non jamais, poses toi juste une question, qu’est ce qui peut amener quelqu’un à laisser tomber une autre personne ? Tu ne t’es jamais mis à ma place, tu te dis abandonné et lâché par tes potes et moi alors, je ne sais pas ce que s’est ? Je te signale que moi, mes parents m’ont abandonné à la naissance et alors qu’enfin, je pensais avoir trouvé une vraie famille, celle-ci m’a abandonné à son tour. Les gens auxquels je m’attache finisse toujours par m’abandonner alors maintenant fais agir ta petite cervelle et arrête de te croire supérieure aux autres. »

Erwan n’avait pas voulu s’énerver mais il en avait marre d’être toujours considéré comme le salop dans l’histoire. Certes, il l’était mais bon, ce n’était guère une raison de lui faire rappeler à chaque fois. « C’est ce que je vais faire et je vais avoir aucun mal à y parvenir ! » Le jeune bouclé croisa les bras en soupirant, ce n’était pas comme ça qu’il avait envisagé leur conversation mais après tout, peut-être qu’il allait devoir être un peu sincère s’il voulait se rapprocher de la jeune femme. Et la colère pouvait lui permettre de dire les choses beaucoup plus facilement, il n’aimait pas se confier. Il préférait tout garder à l’intérieur de lui, il ne voulait pas montrer ses sentiments, pour lui c’était comme un signe de faiblesse. A chaque fois qu’il avait ressenti quelque chose, il avait fini par être blessé et il ne voulait plus connaître cette peine. « Non je n’ai pas que ça à faire, si je viens en boîte c’est pour draguer et boire comme tous les jeunes de notre âge. Mais toi, tu ne sais pas faire ça, je parie que tu n’as jamais pris une cuite de ta vie. C’est peut-être pour ça que tu traines avec ce mec, il est trop jeune pour connaître la vie celui-là. » dit-il en ricanant avant de la voir s’éloigner et retourner vers Kévin et Bertrand. Il soupira puis la suivit avec un petit sourire aux lèvres. « Alors Kév, qu’est ce que tu lui as fais au petit ? Tu as pris bien soin de lui, j’espère ? »


© Gasmask








►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux qui nous délaissent ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 220
► célébrité : Thomas Brodie-Sangster
► âge : 24
► nationalité : Anglaise
► métier : Etudiant en 4ème année/5 afin de devenir professeur d'Anglais dans un collège ou un lycée.
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 10 Aoû - 1:29

     

Kylian & Co'

Dance, drink & trouble.
L
es deux garçons étaient devant le comptoir en train de boire chacun leurs boissons respectives. Kylian essayait de ne pas trop regarder Timaël mais il avait du mal à poser son regard ailleurs. Surtout lorsque celui-ci lui parlait, c'était encore pire. Même si parfois certains mots que prononçait Tim pouvaient le mettre mal à l'aise. Comme lorsqu'il avait parlé de mauvaise compagnie. De suite le petit blond l'avait pris pour lui. En même temps il ne pouvait pas trop lui en vouloir. Il savait pourquoi il lui en voulait et comprenait parfaitement qu'il lui en veuille même si cette histoire était loin derrière eux. Du moins l'incident datait d'il y a plusieurs années mais il était vrai que Kyl n'avait été mis au courant que récemment et que ça le perturbait encore. Quant à Tim, logiquement il aurait dû oublier cette histoire ou tout du moins, moins y penser, ne plus en souffrir. D'ailleurs ce n'était peut-être même pas à cause de ça qu'il semblait bizarre à Kyl ce soir. Si ça se trouve ça n'avait aucun rapport avec ça et Kylian se faisait des films.

La discussion tourna ensuite autour de la boisson que Timaël était en train de consommer. Il conseillait à son ex d'en boire mais vu la façon dont il en parlait, le petit blond n'était pas franchement certain qu'il testerait ça ce soir. Il n'avait pas envie de finir ivre. Encore moins devant Tim qui lui avait déjà reproché sa première et unique cuite. Cependant le brun ne lâchait pas l'affaire et insistait un peu pour que le petit blond daigne goûter à cette fameuse boisson dans la soirée. "Même réponse qu'il y a deux minutes Tim, on verra..." Le jeune Kylian avait écouté Tim et oui il savait que sur certaines personnes l'alcool avait cet effet-là. Pour sa part il ne le savait pas trop puisqu'il ne se souvenait pas de la première fois où il en avait bu. Récemment il avait bu un peu d'alcool c'est vrai mais pas au point d'être ivre et n'avait pas remarqué que ça l'avait rendu plus libre. Ça l'avait peut-être un peu aidé à confier ses problèmes à Erwan mais c'était tout ce qu'il avait remarqué.

Tandis que Kylian n'avait bu que sa bière, son ex lui avait eu le temps de boire deux verres de sa boisson qu'il avait l'air d'apprécier même s'il avait fait une drôle de tête en la terminant. Ce qui avait fait penser au blond qu'elle devait être vraiment forte. Sur la fin Kylian avait bu un peu plus rapidement sa DSP parce qu'il s'était plongé dans de mauvaises choses auxquelles il n'avait pas franchement envie de penser. Les garçons n'avaient plus rien à boire mais de toute façon visiblement le brun avait d'autres projets pour eux. Effectivement après avoir touché son ex dans le dos, il l'avait attrapé par la main en lui disant qu'il avait envie de danser. Le blond s'était laissé emmener sur la piste de danse sans rien dire même s'il était ravi de voir que Tim voulait passer du temps avec lui. Ce qui le rassurait quelque peu et l'aidait à se sentir légèrement plus à l'aise. Légèrement parce que malgré tout il ne savait pas comment s'y prendre avec lui et qu'il avait encore quelques doutes. Doutes qui furent quelque peu envolés après  que Timaël lui ait avoué qu'il lui avait manqué et qu'il ne voyait que lui. En revanche ce qu'il lui avait dit juste avant l'avait mis un peu mal à l'aise car ça ne faisait qu'augmenter encore plus le sentiment de culpabilité qu'il ressentait depuis quelques jours.

Toutefois même s'il était un peu perdu et que tout se chamboulait dans sa tête, Kylian fit l'effort de prendre sur lui. Il s'était rapproché à son tour de son ex afin de prendre à son tour la parole. Il avait décidé de le regarder droit dans les yeux pour que Tim puisse y voir qu'il était vraiment sincère avec lui. Le blondinet s'excusa une fois de plus pour le mal qu'il lui avait fait puis termina en lui dévoilant qu'il l'aimait toujours et qu'il pensait à lui malgré les années où ils ne s'étaient pas vus. Après ça il avait furtivement posé ses lèvres sur celles de Timaël. Il n'était pas allé plus loin parce qu'il voulait voir comment allait réagir son ex. Il ne savait pas s'il allait le rembarrer ou au contraire aller dans son sens.

Kylian s'était légèrement reculé mais ne quittait pas le brun du regard. Il remarqua que ses yeux étaient légèrement en train de briller et fut agréablement surpris de voir qu'il se rapprochait à nouveau de lui afin de passer ses bras derrière sa nuque. Le blondinet ne put s'empêcher de sourire à Tim. Il se sentait déjà mieux que quelques instants plus tôt. Il avait l'impression de redevenir l'adolescent qu'il était à l'époque où il était encore en couple avec Timaël. Soudainement c'était comme si certains réflexes refaisaient surface. Tout en l'écoutant il ne put s'empêcher de passer sa main dans les cheveux de Timaël avant de le regarder de nouveau en glissant ses mains au niveau de ses reins. Kylian s'était retenu de poser son index sur la bouche du brun pour l'empêcher de dire n'importe quoi. Parce que oui pour lui il était clair que jamais il n'avait pensé ça de Tim. Puis celui-ci lui demanda pourquoi il n'avait pas cherché à le retrouver. "Ne dis pas ça, je n'ai jamais pensé ça de toi Tim. Tu n'avais rien fait pour mériter ça et encore une fois j'en suis sincèrement désolé. J'ai fait n'importe quoi et oui tu avais raison l'autre jour, je n'aurais pas dû me déchirer la tête de la sorte à l'époque. Ça m'aurait empêché de faire une belle bêtise que j'ai payée très très cher... J'ai bien essayé au début mais personne ne savait où tu étais et puis tu ne répondais pas lorsque j'essayais de te joindre... Du coup j'ai survécu comme je l'ai pu en remettant ma tête dans les études H24." Et puis le brun avait fini par demander à Kylian s'il disait vrai à propos de ses sentiments. Le blond avait fait signe que oui rien que par le regard mais le confirma tout de même à haute voix au cas où Tim n'aurait pas compris. "Oui c'est la vérité. Je t'ai aimé à la première minute où je t'ai vu arriver dans la chambre et ce sentiment ne m'a plus jamais quitté par la suite..." Tandis que Tim lui souriait, le sourire du petit blond continua de s'agrandir. Bizarrement c'était comme si tout le poids qu'il portait sur ses épaules ces derniers temps était parti d'un seul coup. Ce fut encore plus le cas lorsqu'il vit le brun se mordiller la lèvre en même temps que son pouce caressait la nuque du blond. Kylian n'avait plus du tout l'habitude qu'on s'occupe de lui comme ça et retrouver ces sensations lui faisait bizarre. Cependant il appréciait tout de même ces contacts. Puis Tim avait finalement pris les choses en main et avait rapproché son visage de celui de Kylian qui n'attendait que ça. Leurs lèvres se frôlèrent avant qu'ils n'échangent finalement un vrai et tendre baiser. Dans ce baiser on pouvait sentir plein de choses, la première étant tout l'amour que le blond portait à Tim malgré leurs années de séparation. Tout en prolongeant ce baiser dont il avait rêvé toutes ces dernières années, Kylian resserra davantage ses bras autour de Tim comme s'il craignait qu'il ne change d'avis et l'abandonne à nouveau.    

GleekOut!





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Plus on essaie d'oublier quelque chose,
plus on y pense...

© Ecstatic Ruby


Code:
[color=#6600FF][b]"Bla bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 468
► célébrité : dylan baby spray.
► âge : 20
► nationalité : française
► métier : étudiant + stagiaire dans une station de radio
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 10 Aoû - 20:17



dance, drink & trouble
"passe ta souris dessus"
made by effet mer.



   
prendre la vie du bon côté

Bertrand considérait Camille comme une grande sœur, il savait qu’il pouvait tout lui confier sans qu’elle ne le juge. Après tout, elle était l’unique personne à savoir ce qu’il faisait sur son ordinateur.  Et il savait qu’il pouvait lui faire confiance, il aurait aimé avoir ce genre de relations avec son frère au lieu qu’ils se détestent. Ils auraient pu partager pleins de choses et il était certain qu’un frère était censé aider son cadet surtout quand celui-ci était autant novice en relation que l’était Bertrand. Il n’avait jamais été vraiment amoureux et encore moins eu de petits amis. Il était aussi pur que la neige qui tombait en hiver comme diraient certains. Il ne pouvait d’ailleurs pas s’empêcher de rougir quand on évoquait des relations un peu trop intimes. C’était à peine si lui se permettait de regarder certaines revues. Ce n’était pas faute d’avoir essayé mais il avait tellement senti ses joues bouillir qu’il avait fini par jeter son magasine derrière son pc. Il avait bien entendu été le rechercher après et le planquer dans un endroit où sa mère n’aurait pas le chercher. Il n’avait guère envie d’avoir une nouvelle conversation avec elle. Bertrand adorait sa mère mais parfois elle le maternait un peu trop. « Mais non, je ne disais pas ça pour toi, c’est juste que les mecs ont plus de difficulté à montrer ce qu’ils ressentent réellement. Ils préfèrent jouer les gros bras alors comment on peut savoir si on leur plait ou non. » Tandis que les filles, ça se voyait un peu plus, elles avaient les joues rouges, bégayaient quand on leur parlait, enfin ce genre de chose.

Il avait eu l’occasion d’en observer plusieurs à son lycée et à chaque fois il fallait être aveugle pour ne pas voir qu’elles avaient le béguin pour quelqu’un. « C’est certain mais à force, elles devraient le savoir. Si je le dis à l’une d’elles, je pensais qu’elle le répéterait aux autres. Enfin, je me dis que je n’ai plus qu’une année à tenir et après le monde des adultes s’ouvrira à moi. N’empêche si jamais je tombe amoureux d’une fille, ma mère aura un choc. Je crois qu’elle s’est vraiment fait à l’idée que j’aime les mecs contrairement à mon père. Lui, déjà qu’il préférait mon frère, maintenant il doit juste espérer qu’il se marie et lui donne des petits enfants sachant que son deuxième fils n’en aura pas. » Sauf si bien entendu, il faisait appel à une mère porteuse ou à l’adoption. La société évoluait et plus el temps passait et plus les gays avaient de droits et Bertrand en était vraiment fier. Bon, il ne s’était jamais retrouvé à manifester en pleine rue avec des pancartes, seul ce n’était guère amusant. « Peut-être mais tu n’es pas objective, tu es une fille donc déjà, ce n’est pas ce qui m’intéresse et d’autre part, tu es ma cousine donc forcément, tu ne vas pas me dire que je suis moche. Sauf si tu es méchante mais ce n’est pas le cas. Pff alors tu es aveugle parce que tu es vraiment magnifique et je suis sûr qu’on en aura très vite la preuve en boîte de nuit. Tu vas les faire tomber comme des mouches ! Très bien, fais donc ça mais évites de les poser à des filles trop collantes. Je n’ai pas envie qu’elles me poursuivent toute la soirée, je risquerais d’être malade avant même d’avoir bu ne serais ce qu’une goutte d’alcool. » Bertrand imaginait bien sa cousine enregistrer des personnes avec son téléphone, il avait eu de suite cette vision et il n’avait pas pu retenir un rire. Cela risquait d’être drôle à voir. Surtout que certains allaient surement l’envoyer sur les roses ne voulant pas être dérangés sauf si bien entendu, elle leur fait du charme pour parvenir à ses fins. Même si Bertrand ne pensait pas que Cam’ soit capable d’une chose pareille.

Il se passa une main dans les cheveux quand ils abordèrent le sujet de se mettre en quête de son grand amour. Il ne pensait vraiment pas avoir une chance de croiser une personne qui pourrait être tenté de se lancer dans une relation sérieuse avec lui. Surtout qu’il était jeune et il ne se voyait pas du tout, apprendre que son mec actuel avait fréquenté plus de la moitié des personnes présentes dans la boite. Cela lui donnerait l’impression de ne pas être assez bien pour lui et qu’il doute en permanence. Si seulement, il pouvait être comme Aladdin et avoir une lampe magique, cela lui faciliterait bien la vie. Bizarrement, son idéal masculin était un petit peu plus âgé que lui, les cheveux foncés, des biceps à le faire tomber dans les pommes et des yeux qui le faisaient fondre à chaque fois qu’il avait la chance de le voir en photo. L’avantage de skype, c’était qu’on pouvait observer le photo de profil en permanence et Bertrand ne s’en privait pas du tout. il l’aurait bien imprimé mais elle était trop petite.. Le jeune homme secoua la tête à ses pensées, ce n’était pas le moment de penser à lui. Il avait justement prévu d’aller en boîte pour l’oublier, il devait faire un effort pour ne pas qu’il vienne le perturber. Pour se changer les idées, il s’était un peu venté en rigolant, rire qui s’était accentué quand Camille avait pris la parole. « Oh, c’est pour ça que j’ai l’impression que mon pantalon va craquer, elles sont en train de grossir. » Il se mit à rire à sa blague vraiment pourrie, il fallait bien le reconnaître. il n’avait plus qu’à se cacher dans un trou après avoir osé prendre la parole. Néanmoins, la conversation changea de ton quand ils abordèrent le cas de son frère. Raphaël était un cas à part et plus Bertrand se posait des questions sur lui, moins il ne le comprenait. Il pouvait tout avoir de son père rien qu’en claquant des doigts, qu’est ce qui lui fallait d’autre ?

Puis après tout, il était plus vieux que lui et se comportait parfois comme un adolescent en recherche de bagarre. Dommage pour lui, Bertrand n’aimait pas la violence. « Oh oui, comme sur moi pour fêter ça, par contre j’aurais sûrement mal à la tête le lendemain. » dit-il avant de se mettre à rire. Bertrand n’était pas quelqu’un qui buvait souvent, pour être franc, il n’avait jamais pris de cuite vraiment sévère. Il s’était déjà retrouvé pompette mais pas plus. « On n’a qu’à dire que ce sont les garçons hétéros de cette famille, le problème. Cela montre bien que je suis le meilleur mais ça, il n’y a pas grand monde qui s’en aperçoit. » Le brun secoua les épaules en faisant une légère moue. Son père était souvent absent et quand il était à la maison, c’était comme s’il ne voyait pas son cadet. Avant, il le saluait tout de même mais au fils des années, leur relation avait fini par se briser totalement. Il ne serait pas le digne fils de toute façon, lui voulait être animateur radio et son père même s’il ne disait rien, désapprouvait. A croire qu’il ne supportait pas les intermittents du spectacle mais manque de chance, Bertrand était bien décidé à parvenir à ses fins et c’était tout seul qu’il avait pu obtenir un entretien chez Virgin Radio pour un stage. Stage qu’il avait obtenu. « Non pas du tout, c’est tout sauf mignon et tu as intérêt de ne plus jamais me le dire sinon je vais me fâcher très fort. Parce que d’habitude, je n’ose rien dire de peur de déclencher ta colère mais ce soir, je suis courageux. » dit-il avec un sourire avant de la voir faire son regard. Il détourna le regard, se cachant la tête dans les mains. « Nooooon, pas ce regard, je refuse. » Il se mit à rire tout en évitant de la regarder droit dans les yeux sachant qu’il ne pourrait pas du tout résister aux yeux de chiot qu’elle lui faisait.

Bertrand ne put s’empêcher de faire une légère moue quand ils se mirent de nouveau à parler de son frère, il soupira doucement. « C’est plus facilement à dire qu’à faire, j’ai beau l’ignorer par moment, il revient toujours à la charge et il s’est frappé là où ça fait mal. a croire que même si on a jamais pris le temps de discuter, il me connait par cœur. Il connait mes points forts ainsi que mes points faibles, c’est flippant. » Bertrand aimerait bien l’ignorer mais dès qu’il le faisait, son frère faisait exprès d’être plus dur pour le faire réagir. Le jeune homme ne comptait plus le nombre de fois où il s’était enfermé dans sa chambre avec les larmes aux yeux suite à une dispute avec son frangin. Il sourit faiblement alors qu’elle lui annonçait qu’il pouvait venir chez elle dès qu’elle aurait trouvé un appartement, au moins cela lui permettrait sûrement d’éviter son abruti de frangin. « Comment ne pas aimer Cooky ? » Lui avait un chat seulement. Comberoy et c’était la prunelle de ses yeux, il lui confiait tout ce qui lui passait par la tête et bizarrement, il avait l’impression qu’elle l’écoutait à chaque fois. Lorsqu’il se trouvait sur le pc, elle venait s’installer sur ses genoux et quand il dormait, elle se nichait à ses côtés, son ronronnement berçant le jeune homme. « Non en effet, je ne la connais pas. » dit-il en secouant les épaules. Il n’était pas très famille à la base et par chance, les repas de famille étaient bien rares.

Une fois arrivés devant la boite de nuit, Camille commença à lui parler de son ancien meilleur ami et il secoua la tête pour montrer qu’il l’écoutait. « Il y a toujours un moment où tu es plus faible et malheureusement, à chaque fois tu peux être sûr que c’est dans ces moments que les gens s’en prennent à toi. Mais au moins, tu as repris un peu de piquant et c’est le principal. Je vois, Erwan avait l’habitude de sortir avec une fille et de la remplacer presque aussitôt ou quoi ? Après, il est venu te voir, es ce que tu sais s’il agissait pareil avec les autres ? Peut-être que ça montre qu’il tenait tout de même un peu à toi ? » Il disait ça mais en même temps, il avait du mal à y croire. Un mec qui changeait de copines comme de chemises n’était guère fréquentable et il espérait que son propre futur copain ne soit pas un de ce genre-là. « Ah non ne me parles pas de Cullen, je déteste Twilight. » dit-il en riant. Il trouvait cette histoire vraiment niaise et Bella avait le don de l’agacer au plus haut point. « Moi, en tout cas, sache que je serais toujours là. » Il lui fit un grand sourire avant qu’elle ne lui parle de son malaise. Il n’était franchement pas ravi de l’apprendre et il croisait les bras pour montrer qu’il n’était pas d’accord sur le fait qu’ils devaient aller en boîte. Avec le bruit et le monde, rien de tel pour s’étourdir encore plus. Il roula des yeux à ses paroles, il avait vraiment du mal à la croire sur ce point. Un malaise, ce n’était pas normal et encore moins quand ça allait mieux après. C’était un signe que quelque chose n’allait pas et qu’il fallait de suite voir un spécialiste. « Mais non, je ne suis pas le seul. » Il sourit de nouveau  avant qu’ils ne soient interrompus dans leur conversation par Erwan et celui qui avait le don d’affoler le cœur de Bertrand.

Ils se connaissaient il semblerait et il ne put s’empêcher de se mordiller la lèvre, en entendant tout ce que lui avait raconté Camille sur son ancien meilleur ami, cela ne aiderait pas vraiment à accepter le petit béguin pour l’autre garçon. Mais il n’était pas comme lui, Bertrand en était persuadé. Lorsqu’elle lui annonça qu’il était complètement mordu, il nia tout en bloc même s’il venait sûrement de se faire prendre un flagrant délit de matage intensif.  « J’ai juste pas envie d’y penser… Lui et moi, ce n’est pas possible de toute façon. » dit-il d’une voix triste, pourquoi le seul garçon qui lui faisait un effet dingue était hétéro ? Ce n’était vraiment pas de chance.  Lorsque Camille prit de nouveau la parole, il eut un petit rire gêné, se passant une main derrière la nuque. « Sauf si tu penses que je suis une fille, dans ce cas là, tu me vexerais au plus haut point ! Tu m’étonnes, je te comprends moi j’évite tout contact avec les populaires, au moins je vis ma vie et je suis tranquille. Je peux voir la misère qu’ils font à ceux qui ne sont pas assez bien pour eux et je ne les envie pas du tout. » C’était parfois la vraie jungle son lycée mais malgré ça, il l’aimait bien tout de même. Il avait pu rencontrer des personnes incroyables avec qui il espérait garder contact. « Mais chuut, ne le dis à personne, c’est mon secret ! Un mec qui regarde une série pour filles, ça confirme encore plus que je suis gay tiens. Exactement, tu as tout compris. » Il sourit doucement avant que sa cousine ne l’abandonne pour partir avec Erwan.

Il se retrouvait alors seul avec Kévin et il n’osait même pas le regarder franchement de peur de bégayer et d’être stupide. Son cœur battait la chamade et il avait les mains moites. Par chance, le fait qu’ils parlent d’Erwan le calmait légèrement, ce type là lui avait vraiment mis les nerfs alors qu’il ne le connaissait même pas. « Non, ma cousine mais c’était comme si elle l’était, je la considère comme une sœur. Tu ne m’as pas l’air d’être quelqu’un qui se fait lyncher en public alors comment le saurais-tu ? Je l’apprendrais bien tôt ou tard, elle finira sans doute par m’en parler plus tard dans la soirée et j’espère qu’elle lui fait payer toutes les horreurs qu’il lui a faites. C’est vraiment un abruti. Je dois avoir une tête qui ne lui revient pas ou alors il était jaloux vu qu’il a cru que j’étais son copain. La bonne blague.. » Même s’ils n’avaient pas été de la même famille, il n’y aurait eu aucune chance pour qu’entre eux, il se passe la moindre chose. D’une part, à cause de leur sexualité différente et de l’autre à cause de l’écart d’âge qu’il y avait. Quand il lui demanda s’il avait du pop-corn, Bertrand le regarda étrangement. Il venait de perdre la tête ce  type ou quoi ? Même s’il ne pouvait s’empêcher d’afficher un petit sourire, amusé. Ce qui n’arrangeait pas du tout les battements de son cœur. Il avait l’impression que celui-ci allait bientôt s’expulser de sa poitrine. Mais celui-ci se serra quand sa remarque le fit redescendre sur terre, quoi qu’il puisse faire, Kévin restait attiré par les filles et en l’occurrence sa cousine était son genre. « De toute façon, tu n’as aucune chance avec elle. Elle a un petit ami qui vaut cent fois mieux que ton pote ou même toi. Et elle n’hésiterait pas à te mettre la honte si jamais tu tentais de la draguer. » Bertrand, le cœur en vrac, ne pouvait guère répondre sans se dévoiler de trop. S’il disait quelque chose qu’il était censé ignorer, il le devinerait d’office. Il l’incendia du regard avant de le reposer sur les deux jeunes gens qui se disputaient encore. « Ah ? Tu préfères draguer les mecs ? » C’était sorti tout seul et il se figea rien qu’en y repensant. Qu’est ce qu’il lui avait pris de dire ça ? Il allait sans doute le tuer. Bertrand voulait partir le plus loin possible de lui, de l’attraction qu’il ressentait, de son sourire qui avait le don de lui réchauffer le cœur. Par chance, sa cousine revint vers eux et il l’accueillit d’un petit sourire, essayant de faire comme si tout allait bien.






►◄►◄►◄►◄►◄►◄


t'es tout le temps dans ma tête, quand je ferme les yeux j'imagine que tu es là, à côté de moi et qu'on est heureux. merde, ça fait mal de t'aimer ! j'aurais aimé avoir une chance, juste une de voir ce que ça fait, pour la première fois de ma vie, j'ai envie d'aimer. ♥ — kévrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► âge : 25
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Mar 11 Aoû - 4:38



Dance, drink & trouble.
Camille & Co'

Camille avait montré à son cousin qu'elle n'avait guère apprécié ce qu'il avait dit au sujet des filles. Surtout lorsqu'il avait dit qu'elles craquaient plus facilement que les garçons. Dans sa tête, elle avait de suite imaginé qu'il pensait que les filles étaient du genre facile à séduire. Ce que l'on appelait donc des filles faciles, celles qui étaient du genre à coucher avec le premier venu sans se poser de questions. Certes il y avait pas mal de femmes dans ce cas-là mais alors là c'était totalement l'inverse de la jeune libraire. Pour preuve elle n'avait jamais couché avec personne et si un type ne l'avait pas violée, elle serait toujours vierge... Du coup elle osait imaginer que la plupart des femmes n'étaient pas des filles faciles comme elle en avait déjà vues... Elle arqua un sourcil en entendant la réponse de son cousin. "Hum mouais... Je ne suis pas super convaincue mais disons cela alors. Alors ça je ne sais pas. Je ne suis pas à leur place." Avait dit Cam en riant doucement. En effet elle n'était pas dans la tête des hommes même si parfois elle aurait bien voulu y être juste pour savoir à quoi ils pensent ou ce qu'ils ressentent dans certaines situations.

Camille continuait à écouter son cousin qui lui parlait des filles de son lycée qui craquaient sur lui. Elle lui avait alors donné son point de vue. Bertrand avait pris de nouveau la parole pour continuer sur ce sujet. Elle ne put s'empêcher de rire lorsqu'il parla de sa mère et de la tête qu'elle ferait s'il venait à sortir avec une fille. "Toutes les filles ne sont pas des commères tu sais... Et puis elles avaient peut-être trop honte du râteau que tu leur avais mis pour en parler à d'autres. Oh pour ta mère je suis sûre qu'elle se ferait très vite à l'idée si tu venais à trouver la perle rare chez les filles. Je pense sincèrement que ta mère veut juste ton bonheur, que ça soit avec un homme ou une femme. Pour ton père je n'ai rien à dire..." En effet la petite brune ne savait pas du tout quoi dire à propos du comportement de cet homme. Elle détestait que quiconque fasse du mal à son Bertrand et comme elle savait qu'il souffrait de cette situation, elle ne pouvait s'empêcher de le mettre dans le même panier que son fils aîné. C'est-à-dire dans la case des gens qu'elle n'aime pas...

Camille était outrée par ce que lui avait dit son cousin. Il se fichait de son avis. Ce qui lui fit penser ironiquement que c'était agréable à entendre. "Ah bah c'est sympa ça... Dis que j'ai mauvais goût... La prochaine fois je garderai mes compliments dans ce cas. Oh mais je peux être méchante quand je veux tu sais... Tout dépend avec qui et de quoi on parle. Et bien tu sais quoi ? Si je suis magnifique, tu l'es aussi. Et c'est pas la peine de dire l'inverse, ce n'est pas négociable. D'accord ?" La brunette se demandait où elle avait trouvé cette idée de poser des questions à des inconnu(e)s sur le physique de son cousin. Quoique non, en fait elle le savait. Elle ne regardait pas les émissions de relooking mais il lui était arrivé de tomber dessus en zappant et elle avait déjà vu cette séquence où l'animatrice allait interroger des passants en leur demandant ce qu'ils pensaient du candidat. Elle ne put s'empêcher de rire face à ce que lui avait répondu Bertrand. "Non mais je plaisantais hein. Tu me vois vraiment faire ça ?" La demoiselle elle en tout cas ne se voyait pas du tout en train de faire ça. Certes depuis quelques temps elle était moins timide qu'avant mais tout de même... Elle ne se voyait pas aller accoster des personnes qu'elle ne connaissait pas pour leur demander ce qu'ils ou elles pensaient de son cousin. Quoique si elle en avait un petit coup dans le nez, ça serait fort possible qu'elle le fasse. Car oui quand Camille est alcoolisée, elle arrive plus facilement à aller vers les autres.

Au fil de la discussion, la petite brune en était venue à dire à son cousin que ses chevilles étaient en train de gonfler parce qu'il s'était légèrement vanté en disant qu'il savait qu'il était adorable. Du coup sa cousine s'était amusée à lui sortir ça comme lui l'avait fait avec elle quelques minutes auparavant. Cependant la réponse qu'il lui avait donnée l'avait fait littéralement éclater de rire. Pour cause la phrase qu'il avait dite, sortie de son contexte, du moins si on imaginait autre chose que les chevilles était vraiment très drôle. "Oh my God Bébert qu'est-ce que tu viens de me sortir là comme phrase ? T'es au courant qu'elle est douteuse et qu'on peut l'interpréter autrement ???" Cam n'arrivait même pas à se calmer tellement elle avait attrapé un fou rire. Par chance même si elle riait au point de presque en pleurer elle arrivait encore à rester concentrée sur sa conduite et heureusement d'ailleurs qu'elle était imperturbable sur ce point. Parce que si elle ne l'était pas, ils auraient très bien pu se retrouver dans le décor. Et puis si vraiment elle n'y était plus arrivée, elle se serait garée le temps de se calmer.

Miss Bonnet avait finalement réussi à reprendre peu à peu son calme ou tout du moins elle continuait à rire mais c'était moins prononcé. Cette fois-ci, Bertrand et elle riaient à propos du frère de ce dernier. La conductrice avait dit à Bébert que si son frère trouvait une femme qui saurait le dompter, ils fêteraient ça ensemble tous les deux. Elle fut ravie de voir qu'il était d'accord avec elle sur ce point. "Oh mais ça t'inquiètes pas c'est dur sur le coup mais après ça passe. Bon ok je dis ça mais je n'ai pris qu'une seule cuite de toute ma vie... Enfin une seule vraie où j'ai été malade le lendemain quoi. Après d'autres fois disons que j'étais juste guillerette quoi. Donc je ne suis pas une experte non plus." La discussion continua sur le grand frère de Bertrand et le fait qu'il savait lui faire du mal en lui lançant des phrases assassines qui touchaient son petit frère. Camille tenta de le rassurer une fois de plus en sous-entendant que son père et son frère étaient comme Raphaël. Elle termina en disant que par chance, lui n'avait pas hérité de ce "don". La jeune femme écouta son cousin en secouant la tête d'un air amusé. "Oui on va dire ça comme ça. On s'en fiche de ce que les autres pensent. Nous on sait que tu es un garçon extra. C'est tout ce qui compte, tu ne crois pas ?" La jeune libraire savait que c'était difficile de se moquer du regard des autres. Elle-même avait du mal avec ça mais au fil des années elle avait appris à faire avec et elle se protégeait du mieux qu'elle le pouvait face aux critiques qu'on pouvait lui faire. Même si parfois elle ne pouvait se retenir de craquer à force d'encaisser.

Cam ne comprenait pas pourquoi soudainement son cousin lui reprochait le surnom qu'elle lui donnait. Il avait pourtant l'habitude qu'elle l'appelle comme ça. Elle écouta ses arguments et lui fit son petit air de chien battu afin de le faire craquer mais ne put s'empêcher d'éclater une nouvelle fois de rire lorsqu'il lui demanda de ne pas faire ce regard. De ce fait elle insista encore plus lorsqu'il se cacha pour ne plus la voir. Ça l'amusait de le voir comme ça. "T'es pas drôle ! Moi j'aimais bien ce surnom." Dit-elle en prenant de nouveau son air de chien battu. "Je n'ai plus qu'à te trouver un nouveau surnom dans ce cas." Elle énuméra les premiers qui lui passaient par la tête. "Chou ? Chouchou ? B ? Cousin ?" Ne voyant rien de mieux elle arrêta là sa petite liste de surnoms potentiels. "Et moi je dis que j'aime moins le dernier. Ce n'est pas pareil sans le "ou" à la fin."

Encore une fois le cher frère de Bertrand revenait sur le tapis. Cam voyait bien que ça turlupinait son cousin. Elle l'écouta attentivement après lui avoir donné quelques conseils. "Oui je sais... C'est bien pour ça que je te dis que moi je n'ai pas réussi à le faire... Une fois qu'ils ont une cible, ils ne la lâchent plus... En même temps, même si vous ne vous entendez pas. Tu as beau dire il te connait quand même et puis à force de s'en être pris à toi toutes ces années, il sait où frapper c'est certain..." Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle savait de quoi elle parlait malheureusement. Par chance pour elle, son frère s'était quelque peu calmé depuis qu'il était entré à l'armée. Ce qui enlevait déjà un sacré poids sur les épaules de la jeune femme. Bien qu'elle n'oublierait jamais tout ce qu'il lui avait fait endurer...

La demoiselle avait confié à son cousin qu'elle cherchait un logement et lui avait confirmé qu'il pourrait venir chez elle dès qu'il en aurait envie. Elle remarqua qu'il lui faisait un petit sourire. Elle s'inquiétait beaucoup pour lui mais préférait ne pas lui en faire part pour ne pas qu'il soit encore plus mal. Elle allait donc garder ça pour elle... Enfin en partie puisqu'elle n'avait pas pu s'empêcher d'attraper sa main quelques secondes pour la serrer dans la sienne comme pour lui transmettre de bonnes ondes, lui donner du courage. Elle la relâcha alors qu'ils étaient en train de parler de son petit chien. Elle tourna la tête quelques secondes vers Bertrand en lui souriant pour ce qu'il venait de dire à propos de son chien. Ensuite la jeune femme avait vaguement parlé de sa cousine Morgane tout en disant à Bébert qu'il ne la connaissait pas. Ce qu'il lui confirma et elle le regarda d'un air de dire : Je te l'avais bien dit.

Ils étaient à peine sortis de voiture que déjà Camille avait vu au loin Erwan. Du coup elle avait parlé de lui à son cousin. Ils en étaient venus à parler de la fragilité de Cam lorsqu'elle était adolescente et des gens qui profitaient des faiblesses des autres en général pour leur faire du mal. "Oui je sais ça... Même trop bien... Oui heureusement j'ai réussi à rebondir et à reprendre du poil de la bête si je puis dire." Camille haussa les épaules lorsque son cousin lui demanda quelques petites choses à propos d'Erwan. "Disons qu'il a toujours aimé plaire et qu'il ne restait pas longtemps avec une fille. Ça a toujours été un grand charmeur... Alors ça franchement je n'en sais rien... Je ne peux pas te dire du tout. Je ne me suis jamais préoccupée de ses histoires avec les autres filles. Il ne m'en a jamais parlé non plus d'ailleurs... Dans un sens tant mieux ! Peut-être je ne sais pas... Tout ce que je pourrais te dire c'est que moi il ne m'a pas eue en me draguant... Je me souviens seulement qu'il était parti je ne sais plus où pendant une ou deux semaines au début de l'été et qu'il était revenu le lendemain de mon anniversaire et qu'on a passé la soirée du 14 juillet ensemble. Bon en même temps ce n'était pas difficile puisqu'on était quasiment H24 ensemble. Il n'y avait que pour la nuit qu'on se séparait, pour les repas, la douche etc... Bref pour des petites choses comme ça quoi. Et c'est huit jours après mon douzième anniversaire qu'il m'a confié qu'il voulait qu'on sorte ensemble. Il avait ça en tête depuis le soir de la fête Nationale d'après ce qu'il m'avait dit. Et puis après ben comme tous les mecs je pense, durant notre relation il me flattait en me disant des choses du genre qu'il aimait les blondes aux yeux marrons. Parce que oui à l'époque, je ne sais pas si tu te souviens, mes cheveux viraient plus vers le blond, surtout en été. Et puis voilà rien de spécial jusqu'à la rentrée où il m'a dit qu'il en avait une autre. Voilà en gros... C'est tout ce que je peux te dire."

Camille et Bertrand avaient vaguement parlé des élèves de son lycée et du fait d'écrire un livre. La demoiselle avait lancé une petite boutade à propos de ça sans vraiment en avoir le coeur. Cependant elle était tellement plongée dans ses souvenirs avec Erwan qu'elle n'avait même pas entendu la réponse de son cousin et avait tout simplement continué à penser à tout ça.

Repenser à sa première petite histoire d'amour perturbait beaucoup la jeune femme. Elle n'aimait pas trop y repenser parce qu'à l'époque elle avait essayé de faire confiance à Erwan mais elle savait qu'il adorait draguer les filles. Du coup pendant toute leur relation, même si elle ne lui avait jamais dit, elle avait eu cette crainte qu'il ne la quitte à la rentrée et c'était ce qui s'était produit. Repenser à sa première petite histoire d'amour perturbait beaucoup la jeune femme. Elle n'aimait pas trop y repenser parce qu'à l'époque elle avait essayé de faire confiance à Erwan mais elle savait qu'il adorait draguer les filles. Du coup pendant toute leur relation, même si elle ne lui avait jamais dit, elle avait eu cette crainte qu'il ne la quitte à la rentrée et c'était ce qui s'était produit. A croire qu'elle avait eu un don de prémonition à l'époque. Ce qui fait qu'elle n'avait pas profité pleinement de ses moments avec lui, même si elle ne lui avait jamais montré qu'elle était consciente que leur relation ne durerait pas. Pourtant de son côté, elle aurait adoré se tromper sur lui... Et par chance, elle ne s'était pas trop accrochée à lui et ne lui avait pas vraiment ouvert son coeur. Tout ça c'était grâce au fait qu'elle connaissait son tempérament de dragueur... Et heureusement dans un sens parce que si elle ne l'avait pas su, elle se serait probablement laissée complètement aller et elle aurait eu une belle peine de coeur à cause de lui. Bien qu'au final c'était en rompant leur amitié il y a environ six ans qu'il lui avait fait le plus de mal.  croire qu'elle avait eu un don de prémonition à l'époque. Ce qui fait qu'elle n'avait pas profité pleinement de ses moments avec lui, même si elle ne lui avait jamais montré qu'elle était consciente que leur relation ne durerait pas. Pourtant de son côté, elle aurait adoré se tromper sur lui... Et par chance, elle ne s'était pas trop accrochée à lui et ne lui avait pas vraiment ouvert son coeur. Tout ça c'était grâce au fait qu'elle connaissait son tempérament de dragueur... Et heureusement dans un sens parce que si elle ne l'avait pas su, elle se serait probablement laissée complètement aller et elle aurait eu une belle peine de coeur à cause de lui. Bien qu'au final c'était en rompant leur amitié il y a environ six ans qu'il lui avait fait le plus de mal.

Elle fut vaguement sortie de ses pensées par son cousin qui lui parlait encore d'Erwan. Elle lui avait demandé ce qu'il avait voulu lui dire en disant qu'Erwan n'était pas quelqu'un de sain. Il avait donc exprimé son point de vue et la brunette fut touchée par ses dires. Elle lui confia donc le fait qu'elle avait été abandonnée par pas mal de personnes qu'elle avait appréciées et qu'elle pensait être ses amies. Elle termina en lui disant qu'elle l'adorait et elle ne put que sourire davantage lorsque Bertrand lui répondit que lui ne la lâcherait pas. Elle était vraiment heureuse qu'il lui dise même si elle n'avait jamais douté de lui. "Je sais et merci d'être là..." Elle aurait aimé le prendre dans ses bras pour le remercier mais dans sa famille les gens n'étaient pas réputés pour être tactiles. Du moins ses parents, son frère et sa soeur. Quant à elle, c'était sûr qu'elle aimerait bien mais elle n'osait pas et puis c'était devenu encore plus difficile à faire depuis ce qu'elle avait traversé... Du coup elle s'était abstenue de le faire. Les seuls moments où elle avait pris des personnes dans ses bras c'était lorsque quelqu'un pleurait et qu'elle voulait chasser sa peine ou encore quand elle avait été en couple avec Erwan et à présent c'était à Tim qu'elle donnait parfois quelques câlins même si c'était assez rare... De plus depuis qu'elle avait été violée, elle avait du mal avec le fait qu'on la touche. Seul Timaël pouvait lui tenir la main par exemple. Enfin quoi qu'il en soit, il fallait toujours que les gestes viennent d'elle. Parce que si ça venait de quelqu'un d'autre, elle réagissait assez bizarrement... Sauf si vous aviez son accord au préalable ou qu'elle se sentait en confiance avec vous.

Tandis qu'ils avaient parlé d'Erwan, sans s'en rendre vraiment compte la jeune femme avait confié à son cousin qu'elle avait fait un malaise dû à une hypoglycémie dans les rues. Du coup il s'était inquiété et elle tentait de lui chasser son inquiétude même si ce n'était pas franchement gagné vu la manière dont il la toisait. Elle ne voulait pas qu'il s'en fasse pour elle ni même que ça gâche leur soirée. Elle avait besoin de se vider la tête en dansant et elle comptait bien entrer à l'intérieur de cette boîte de nuit. Quitte même à devoir supporter son ancien meilleur ami. Elle confia à Bébert qu'il était l'un des rares à s'inquiéter de sa santé. "Presque je te l'assure..." Lui avait-elle répondu alors qu'il disait ne pas être le seul.

Après ça le jeune Bertrand avait été surpris par sa cousine alors qu'il était en train de reluquer Kévin. Elle l'avait gentiment charrié sur ça et fut amusée de voir sa réaction. Surtout qu'il s'était mis à rougir à la vitesse de l'éclair. Lorsqu'il lui annonça qu'il ne voulait pas penser à ça et que rien n'était possible entre eux, la jeune femme arrêta de l'embêter. "D'accord, j'arrête..." Ils avaient ensuite parlé du fait que le brun était populaire et qu'il faisait craquer les filles de son lycée. Ce à quoi Camille répondit à son cousin qu'il ne faisait pas craquer que les filles. Elle se mit à rire en entendant les propos de son cousin. "Ah quoique j'ai des doutes maintenant vu ce que j'ai vu tout à l'heure sur Skype..." Là elle faisait allusion à la fausse identité qu'il s'était inventée pour pouvoir papoter avec son coup de coeur sur le net. Ils avaient furtivement parlé des populaires et de ce qu'ils faisaient aux gens qu'ils n'appréciaient pas. Camille préféra garder le silence sur ce sujet car ça lui rappelait un vilain souvenir auquel elle n'avait pas du tout envie de penser. Tout comme elle n'avait pas envie d'en parler non plus...

En blaguant ils en étaient venus à parler d'une des séries préférées de la jeune femme et elle fut agréablement surprise de voir que Bertrand la suivait lui aussi. Toutefois elle ne put s'empêcher de rire lorsqu'il lui avait dit que c'était son secret. "Ne t'en fais pas, ton secret sera bien gardé. Je serai aussi muette qu'une tombe ! Roh ne dis pas n'importe quoi ! Pourquoi les hommes ne regarderaient pas cette série ? Elle est très bien. En plus il y a plein de jolies nanas. Je suis sûre qu'il y en a plein qui la regarde juste pour ça. Bon en même temps moi je dois l'avouer, le petit Caleb me plait beaucoup. Rien que pour ça j'aimerais bien être à la place d'Hanna... Oui ben non je n'ai pas envie que tu me fasses ça donc tes idées de psychopathe tu les gardes pour toi merci."

Après ça ils avaient encore échangés quelques mots avant qu'Erwan ne décide de s'en prendre à eux et plus particulièrement à Bertrand. Chose que Camille ne pouvait supporter et laisse faire. Du coup elle avait demandé assez fermement à ce qu'Erwan la suive afin qu'ils se retrouvent à l'écart de la foule. Elle n'allait pas y aller de main morte avec lui, histoire qu'il comprenne qu'il devait vraiment les laisser tranquilles. Et ce n'était pas du tout en l'appelant la furie qu'il allait parvenir à la calmer, bien au contraire il ne faisait qu'attiser davantage sa colère. "Je n'ai aucun ordre à recevoir de ta part ! Si j'ai envie de m'énerver, je le fais ! Et je peux savoir pourquoi tu tiens tant à attirer mon attention ? Qu'est-ce que ça peut bien te faire si je t'ignore ? Oui ça je te confirme que t'en prendre à mon cousin, ça marche !" La brunette soupira et leva les yeux au ciel lorsque le pompier avait osé dire qu'ils étaient en tête à tête et qu'il n'avait pas pensé qu'ils se retrouveraient seuls aussi vite. "Ah mais c'est donc ça en fait... C'était ça ton plan ! Tu voulais juste m'avoir pour toi tout seul !" Elle avait l'impression d'être revenue une dizaine d'années en arrière quand il faisait tout pour qu'elle s'intéresse à lui et pas aux autres. Camille avait limite envie de rire. "Mon Dieu, j'ai peur ! Je tremble ! Au secours maman ! Pfff arrête un peu Erwan. Laisse le tranquille, il ne t'a rien demandé à ce que je sache."

La jeune femme n'aimait pas du tout la manière dont il parlait de son cousin. Elle ne s'était pas gênée pour le bousculer afin qu'il puisse voir qu'elle était vraiment énervée à cause de lui. Elle avait clairement menacé Erwan et son pote s'ils venaient à s'en prendre encore à Bertrand. Elle ne rigolait pas du tout et ça se voyait. Il était clair qu'il ne fallait pas toucher à son petit protégé. "Pour le moment je n'y ai pas encore réfléchi vois-tu et arrête tes menaces, ça ne marche pas du tout !" Elle en avait ras-le-bol qu'il parle de son cousin et de ce que Kévin pourrait lui faire. Elle avait envie de hurler pour qu'il se taise, elle ne supportait plus du tout de l'entendre. Même sa voix était en train de la rendre dingue, elle l'insupportait au plus haut point. Et si elle ne se retenait pas, elle lui aurait clairement dit vulgairement de se taire. Mais alors là il venait de faire quelque chose qu'il n'aurait pas du tout dû faire parce que la jeune femme ne supportait plus qu'on pose une main sur elle. Elle se crispa et serra les poings lorsqu'il l'attrapa par le menton. Elle lui lança un regard vraiment très noir et lui hurla à la figure en insistant fortement sur chaque mot. "NE ME TOUCHE PAS !" Tout en le repoussant pour ne pas qu'il s'avise de recommencer. Elle était comme en transe et n'avait même pas entendu ce qu'il avait dit.

Quelques secondes plus tôt elle s'était trompée lorsqu'elle lui avait dit qu'il ne pourrait l'atteindre. Il avait suffi qu'il touche son menton pour qu'elle revoit des flashs de ce qu'elle avait subi trois ans auparavant. En effet depuis ce jour-là où un homme lui avait volé sa virginité elle ne supportait plus qu'on pose un doigt sur elle sans sa permission et encore moins lorsque c'était fait par surprise comme là. Camille serra de nouveau les poings pour chasser ces images qui l'avaient hantée pendant des semaines nuit et jour. Et dire qu'elle était venue ici dans l'optique de passer une bonne soirée... C'était déjà mal parti et ce à cause d'Erwan qui avait décidé de lui prendre la tête.

Il venait de lui reprocher de ne penser qu'à elle alors qu'elle était loin d'être comme ça. Il lui avait également dit qu'elle n'avait pas cherché à comprendre pourquoi il était parti. S'il savait combien de fois elle s'était demandé pourquoi il avait fait ça... Toujours les poings serrés elle lui avait dit de se confier puisque visiblement il avait la langue bien pendue pour lui reprocher des choses ce soir. Autant qu'il s'en serve pour lui révéler les raisons de son éloignement. Évidemment il ne comptait pas se livrer si facilement. "C'est toi qui as dit que je ne cherchais pas à comprendre alors tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même si je te demande des explications maintenant. C'est toi qui as voulu reparler de ça, pas moi ! Franchement je n'en sais rien puisque moi je ne suis pas du genre à laisser tomber les gens que j'aime !" Finalement il commença à se dévoiler un petit peu et pour le coup elle devait avouer qu'elle n'avait pas vraiment pensé à ça. En même temps il ne lui avait jamais parlé de sa famille biologique lorsqu'ils étaient enfants. Du coup elle avait pensé qu'il s'en fichait mais visiblement non ce n'était pas le cas... Seulement s'il aurait pu la toucher avec son histoire, il avait encore fallu qu'il la nargue à la fin de son discours. "Bon déjà arrête un peu de m'agresser ! Je ne prends pas les gens de haut, c'est toi qui le fais à chaque fois avec moi ! On dirait que tu prends un malin plaisir à me rabaisser sans cesse... Tout comme tu as l'air de me prendre pour une idiote. Mais bref... Ok tu t'es senti abandonné par tes parents biologiques mais ça je ne le savais pas... Tu ne m'en parlais jamais, donc je pensais que tu t'en fichais royalement... Je pensais vraiment que tu considérais tes parents adoptifs comme ta vraie famille. Ensuite ce n'est pas parce que tu t'es senti abandonné que tu devais m'en faire payer le prix. Parce que moi contrairement à eux, je ne t'aurais pas laissé... Je ne suis pas du tout comme ça... Tu étais très important pour moi Erwan... Mais non tu as préféré fuir..."

Au fil de la conversation Camille s'était quelque peu radoucie en comprenant mieux ce qu'avait vécu le pompier mais elle espérait cependant qu'il ne l'ait pas remarqué. Il avait su la toucher en lui parlant du fait qu'il s'était senti abandonné à deux reprises. Même si elle avait compris pourquoi il s'était éloigné d'elle, il n'empêchait qu'elle aurait aimé qu'il lui fasse d'avantage confiance à l'époque. Mais non, apparemment il avait douté de sa sincérité et de son amitié... Au point de préférer la rompre. S'il lui avait confié ses doutes, elle aurait pu tenter de le rassurer mais non il ne lui avait rien dit et l'avait laissée à son triste sort. Cette fois elle préféra ne pas lui répondre alors qu'il lui disait qu'il n'aurait aucun mal à faire comme si elle n'existait plus. Encore une fois le jeune homme avait décidé de la narguer. Il lui avait dit qu'il ne demandait qu'à la voir s'amuser. De ce fait elle lui avait dit qu'elle comptait bien parvenir à faire ça et qu'il n'avait qu'à l'espionner s'il voulait vraiment la voir s'amuser. Il la provoquait, alors elle ne se gênait pas en lui répondant de la même façon et ça fonctionnait puisqu'il répliquait aussitôt. Voilà qu'il lui doutait du fait qu'elle ait déjà pris une cuite. "Très bien vas draguer dans ce cas au lieu de venir m'importuner ! À une époque je picolais tous les soirs avec ma bande... Mais puisque ça t'intéresse j'ai pris une seule vraie cuite au point d'en être malade comme un chien le lendemain, c'est ça que tu voulais savoir ? Tu veux des détails peut-être ?" Lui demanda-t-elle en le narguant. Elle soupira fortement lorsqu'il parla à nouveau de Bertrand. "Fiche-lui la paix ! Au revoir Erwan !"

Cette fois il ne pourrait pas lui reprocher d'être malpolie puisqu'elle lui avait dit au revoir tout en tournant les talons pour aller rejoindre son cousin. Elle espérait qu'il allait bien et s'était empressée de lui faire savoir qu'elle était revenue tandis que lui était près de Kévin. Il n'avait pas l'air d'avoir compris qu'elle voulait qu'il la rejoigne au bout de la file d'attente alors elle alla le rejoindre et se posta devant lui, le regardant droit dans les yeux. "Ça va toi ?" Elle cherchait à voir dans son regard si Kévin ne lui avait rien dit ou fait de mal puisque son ancien meilleur ami avait eu le don de l'inquiéter à ce sujet. D'ailleurs elle serra la mâchoire en l'entendant revenir non loin d'eux et parler. Elle tourna la tête vers les deux autres et les fusilla du regard.  
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]


Dernière édition par Camille Bonnet le Sam 15 Aoû - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 06/05/2015
► paroles rapportées : 784
► célébrité : dylan fucking perfect o'brien
► âge : 24
► nationalité : c'est un petit british
► métier : je travaille comme programmateur de site web dans une société informatique
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Mar 11 Aoû - 16:39

dance, drink & trouble
kylaël x bertrin x erwille
Qui aurait pu croire qu’il serait tranquillement en train de boire une boisson avec son ancien petit ami sans qu’il ait envie de l’étrangler ? Sûrement pas lui en tout cas. Il n’arrivait toujours pas à comprendre d’ailleurs pourquoi il le laissait s’approcher de lui. Après tout, il aurait dû le détester de toutes ses forces après le mal qu’il lui avait fait et pourtant non, ce soir sa présence avait le don de l’apaiser. Et d’un certain côté, cela l’agaçait parce qu’il avait compris à quel point il était encore attaché au jeune homme. Il avait tout fait pour l’oublier puis il ne devait pas trop s’approcher de lui, après tout il avait quelqu’un dans sa vie. Camille et après leur dernière conversation, Kylian devait sûrement penser que c’était un nom de garçon. Il pouvait remercier ce nom qui allait très bien aux filles qu’aux garçons, cela lui facilitait les choses. Alors, Tim se devait d’être distant avec lui, lui montrer qu’il ne ressentait plus rien, qu’il avait définitivement tourné la page mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Le brun ne pouvait s’empêcher de repenser au passé et l’alcool ne l’aidait pas du tout à se concentrer. Finalement, il aurait mieux fait de rester chez lui et de boire de l’alcool, certes seul, mais au moins il ne ferait pas de bêtises. Parce qu’il savait que tôt ou tard, il en ferait surtout sachant ce que l’alcool lui faisait faire.

Tim était quelqu’un en temps normal de très tactile mais avec en plus quelques grammes d’alcool dans le sang, il l’était deux fois plus et il ne se voyait pas du tout se coller au jeune blond. Parce qu’il se connaissait, il savait que l’attraction que Ky’ avait sur lui se manifesterait tôt ou tard et rien que pour oublier ce détail, il but une nouvelle gorgée. Par chance, Kylian prenait parfois la parole forçant le brun à lui répondre, coupant ainsi celui-ci dans son objectif de boire tout ce qui lui passait dans le verre pour oublier. « Très bien comme tu veux, je ne vais pas t’attacher à ta chaise juste pour te faire boire. » dit-il en secouant les épaules. Après tout, Kylian était assez grand pour choisir ce qu’il voulait boire. Timaël fit une légère moue après avoir terminé sa deuxième boisson, il aurait bien été tenté d’en reprendre une troisième mais l’envie de danser fut plus grande. Il faut dire que le son était nettement meilleur que tout à l’heure et qu’il avait bien besoin de se dégourdir les jambes même s’il espérait pouvoir tenir encore sur celles-ci. Ce qui n’était guère sûr. Aidé par l’alcool, il posa sa main dans le dos du blond, il n’allait guère le laisser tout seul dans son coin et avec un sourire sur les lèvres, il l’entraîna sur la piste de danse.

Dans son état normal, jamais, Tim aurait agi de cette façon. Il l’aurait sûrement laissé de côté, jetant parfois des coups d’œil à celui-ci avant de disparaître dans un coin ayant pris bien soin de lui faire passer un message avant pour qu’il comprenne qu’il devait le rejoindre. Mais pas ce soir. Ce soir, il s’en fichait de ce qu’on pouvait bien penser de lui, de toute manière, il ne connaissait personne dans cette boîte et tous ses proches étaient occupés. L’alcool l’aidait également à s’exprimer sur leur séparation. Tim avait eu le cœur en miette et quand on lui avait proposé ce boulot à Paris, il n’avait pas hésité une seule seconde à accepter. Plus rien ne l’attachait à Londres. Kylian avait été pendant quatre ans son unique point de repère. Tous les autres avaient fini par disparaître complètement de sa vie et il avait espéré qu’il n’en soit pas de même pour le blondinet mais l’avenir lui avait montré que cela avait été le cas. Son cœur s’était accéléré quand Kylian avait commencé à parler mais ce n’était rien comparé à ce qu’il ressentait lorsqu’il lui annonça qu’il l’aimait toujours. Il mit quelques secondes à bien saisir le sens de sa phrase, il avait le cœur au bord des lèvres et quand celui-ci l’embrassa rapidement, tout devint plus clair dans son esprit.

Quoi qu’il puisse dire, cela avait toujours été Kylian. C’était son premier tout, son premier baiser, sa première fois, son premier petit ami, c’était le seul qui avait vraiment percé sa carapace et aujourd’hui, il pouvait se replonger quelques années en arrière. Il avait l’impression de revoir le jeune blond qui l’avait aidé à combler le manque de sa sœur, celui qui l’avait fait rire quand il allait mal, celui qui l’embrassait dans le cou à chaque fois que Tim révisait parce que monsieur n’aimait pas qu’on l’ignore. Un grand sourire éclairait son visage, à cet instant précis et il ne put s’empêcher d’entourer son cou de ses bras les rapprochant de nouveau. « Ce n’est pas grave, je pense que je t’ai pardonné depuis le temps, j’avais juste trop de fierté pour l’admettre. Et quand je t’ai revu, j’ai perdu pied, je ne savais pas comment réagir. La douleur était revenue et pourtant une part de moi était heureuse de te revoir. Pourtant, je t’ai reproché d’avoir bu et moi qu’est ce que j’ai fais aujourd’hui ? La même chose, j’avais besoin d’oublier que je t’avais revu et que je n’ai pas arrêté de penser à toi depuis. Mais il faut croire que l’alcool me donne du courage parce que sinon je ne t’aurais rien dis et qui sait, peut-être que demain en plus d’avoir un horrible mal de tête, je regretterais. Mais pour l’instant, non, je suis juste heureux. J’ai rompu contact avec tout le monde, je ne voulais pas que tu me retrouves. Et lorsqu’on m’a proposé un poste, ici, j’ai vu l’occasion de tourner la page et de ne plus penser à toi. J’ai échoué... » dit-il en faisant une légère moue boudeuse avant que Tim ne demande si c’était vraiment ce qu’il ressentait. Sa tête tournait et il avait l’impression de manquer d’air. Les deux jeunes gens n’avaient jamais parlé aussi ouvertement qu’aujourd’hui, ils ne s’étaient jamais confiés sur ce qu’ils ressentaient même si parfois les gestes qu’ils faisaient montraient bien que ce n’était pas qu’une simple amitié avec du sexe en prime. Timaël le vit secouer la tête positivement et quand il le confirma verbalement, le jeune brun dut se raccrocher un peu plus au blond pour ne pas que ses jambes le laissent tomber.

Le jeune homme n’était pas encore prêt de lui faire part de ses sentiments et encore moins sachant qu’il avait un peu bu mais il avait ce besoin de lui montrer que c’était réciproque. Il s’approcha alors du blondinet et déposa ses lèvres sur les siennes, tout en se serrant un peu plus fort contre son torse. C’était comme si plus rien ne comptait pour le jeune homme, il n’y avait que Kylian et lui. Il se moquait bien de la foule qui les entourait, de toute façon qui se préoccupait d’un couple qui s’embrassait ? Personne. Il sourit pendant le baiser quand Ky’ y répondit, il passa sa langue sur ses lèvres pour que celui-ci ouvre légèrement sa bouche. Puis sa langue entoura la sienne, jouant un ballet qu’eux seuls connaissaient. Ils apprenaient de nouveau à se redécouvrir et Tim ne voulait en aucune façon se détacher de ses lèvres. Même s’il savait qu’au bout d’un moment, il faudrait, ils avaient besoin tous deux d’oxygène. Le baiser qu’ils étaient en train de s’échanger lui procurait la sensation qu’un feu d’artifice se déroulait dans son ventre. En même temps, il continua ses légères caresses dans le creux de sa nuque.

© flappy bird.





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

We can make it happens
The past influences the present I do not know even any more what wants to say us You indeed want to take me in your arms?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 389
► célébrité : Cody Christian
► âge : 22
► nationalité : Française
► métier : En terminale au lycée (merci les redoublements --')
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Jeu 13 Aoû - 0:40

Dance, drink & trouble
Tim, Kev, Erwan, Kyl, Bébert & Cam




Alors qu'ils étaient en train de délirer complètement en parlant du cheval du célèbre Zorro, le pompier en était venu à parler de sa voiture et pour le taquiner encore un peu Kévin avait fait la fine bouche. Mais que voulez-vous ? Le brun avait toujours été comme ça... Il fallait toujours qu'il fasse suer son monde et manque de chance ce soir c'était sur Erwan que ça tombait. Il avait donc fait semblant d'être déçu par la proposition de son ami qui se moqua de lui. Cependant ce qu'il ne savait pas, c'était qu'en sortant une idiotie pareille, il donnerait envie à Kévin de relever le défi. D'ailleurs un sourire illumina son visage. "Oh mais ne me tentes pas trop ! Tu me donnes sérieusement envie d'essayer de le faire !" Oui le brun était totalement inconscient parfois et le goût du risque ne l'aidait guère à arranger ça. Même s'il avait sincèrement envie de relever le défi, il ne put s'empêcher de rire en s'imaginant comme Erwan l'avait décrit.

Petit à petit le jeune lycéen avait repris son calme afin de continuer à parler avec son pote de soirées. Ils en étaient venus à parler du fait que Kéké avait du mal à voir son ami rendant de services en dehors de son boulot. Ce à quoi le pompier avait expliqué qu'il n'en avait pas eu l'occasion et qu'en dehors de son travail il n'avait pas forcément envie de penser aux autres. Ce que Kev pouvait comprendre. Du moins il se doutait qu'être pompier ne devait pas être facile du tout. "Mouais c'est sûr que vu sous cet angle... T'as raison de penser à toi après tout. Personne ne le fera à ta place donc..." Après ça Kéké avait demandé à son ami d'arrêter de lui parler du plan qu'il préparait s'il ne voulait pas lui donner plus de détails. Son ami se moqua légèrement de lui. "Parfaitement ! T'as tout compris ! Donc si tu ne veux pas m'en dire plus, garde carrément le silence à ce sujet. Sinon je me sentirai obligé de te bombarder de questions" Répliqua Kévin avec un grand sourire moqueur.  

Apparemment d'après ce qu'Erwan avait confié à son pote, il allait jouer les Cupidon. Sauf qu'encore une fois la conversation avait dégénéré en un bon gros délire. En effet le pompier avait émis l'hypothèse de poser pour des photos vêtu comme le célèbre Cupidon. Le brun lui avait dit qu'il n'avait pas envie de l'imaginer comme ça. Bien évidemment Erwan l'avait encore plus taquiné avec ça avant que le brun lui réponde qu'il ne fantasmait pas du tout sur lui. Lui faisant bien comprendre qu'il n'y avait aucune chance pour que ça arrive, sauf s'il avait été une fille, là peut-être qu'il y aurait eu moyen. Kev ne put s'empêcher de rire avec son pote à cause de ce qu'il venait de lui dire. Décidément Erwan allait vraiment très loin ce soir. "Oh ça pour sûr il n'y a aucun risque ! Eh je suis pas un sauvage non plus ! Mais tant mieux si ça peut te rassurer c'est l'essentiel." Il termina sa phrase en lançant un clin d'oeil à Erwan avant de nouveau éclater de rire. Il secoua la tête d'un air amusé en pensant que son ami était vraiment en pleine forme ce soir pour lui sortir autant de trucs aussi énormes.

Erwan avait donc expliqué à Kévin qu'il comptait récupérer la fille qui serait malheureuse. Le brun avait des doutes sur le fait que son ami puisse réellement la faire tomber dans ses bras après ce qu'elle aurait appris. "Si ça je le sais mais je ne sais pas pourquoi je n'y avais juste pas pensé là... Ah ouais ? Ahoutch la pauvre, je crois que ça va lui faire bien mal !" Kev n'osait même pas imaginer la tête de la pauvre fille lorsqu'elle apprendrait que son petit ami préférait les hommes. Il pensait que la fierté de la demoiselle en prendrait sûrement un sacré coup en plus d'avoir le coeur brisé si elle était amoureuse de son homme. Il essaya de se mettre à sa place et il devait bien avouer que s'il était en couple avec une femme et qu'il était amoureux d'elle, il le prendrait sûrement très très mal s'il venait à apprendre qu'en réalité elle est lesbienne. Ils continuèrent à parler de cette fameuse fille et Kévin écouta son ami avant de lui répondre. "Ah ah tu la connais en plus ! Petit cachottier. C'est qui ? Je veux savoir !" Là c'était fini, Erwan avait trop joué avec la curiosité du brun qui voulait vraiment tout savoir cette fois. De plus il était intrigué par toute cette histoire et commençait à se demander pourquoi Erwan voulait cette fille en particulier et pas une autre. Après tout, il avait l'habitude de draguer toutes les filles de la boîte.

Vint le moment pour Kévin de sortir fumer parce qu'il en avait vraiment besoin. Déjà en temps ordinaire il fumait beaucoup de cigarettes et pas que... Quand il était en soirée c'était encore pire. Les deux jeunes étaient sortis dehors avec leur verre à la main. Cependant Erwan ne resta pas longtemps avec Kéké. Le pompier avait décidé d'enquiquiner un duo de personnes qui voulait entrer dans la boîte. Sauf que la fille avait décidé de ne pas se laisser faire. Du coup ils étaient tous les deux partis laissant l'accompagnateur de la jeune femme avec Kévin qui avait fini son verre et sa clope.

Puisqu'ils n'étaient plus que tous les deux, le brun décida de se taper la discute avec le jeune à côté de lui. Tout en discutant ils regardaient le duo qui était parti assez loin. Ils n'arrivaient pas à entendre ce qu'ils se disaient mais ils pouvaient tout de même voir qu'ils avaient une discussion agitée. Le brun écouta attentivement l'autre garçon puis tourna la tête vers lui pour lui répondre. "Ok je vois, c'est bien dans ce cas d'être aussi proche de sa cousine." Kévin lui n'avait pas vraiment de lien aussi proche dans sa famille. Même son frère n'était pas proche de lui. La seule personne avec qui il avait été assez proche et qui avait une place de choix dans son coeur c'était sa défunte soeur. Et encore ça c'était avant qu'il ne commence à faire des conneries avec ses potes... Parce que par la suite Manue et lui s'étaient éloignés de sa faute et ça il ne s'en remettait pas. Il s'en voulait d'avoir pris ses distances avec elle alors qu'il savait qu'elle était gravement malade et qu'elle n'aurait pas une vie aussi longue que la normale des gens. Seulement il ne s'était pas du tout attendu à ce qu'elle parte si tôt. Le brun ne savait pas du tout pourquoi il pensait à elle, enfin si, en fait c'était à cause du type à côté de lui qui avait dit que sa cousine était comme une soeur pour lui.

Il chassa du mieux qu'il le put ses pensées en répondant de nouveau au garçon près de lui. Il ne put s'empêcher de rire doucement face à ce que le garçon lui disait. "Bertrand c'est ça ? Qu'est-ce que tu en sais si je me suis déjà fait lyncher ou non ? Mais je te le confirme, j'ai cette chance de ne l'avoir jamais été. Cependant je me doute bien que personne n'aimerait subir ça. Il faudrait vraiment être maso pour aimer ça. Tu ne crois pas ?" Certes Kévin n'avait jamais eu à subir des choses pareilles mais il avait tout de même un coeur. Lui-même n'avait jamais fait de mal à une mouche, alors il se doutait bien que ceux qui devaient vivre des trucs pareils ne devaient guère les apprécier. Ce qui était tout à fait compréhensible.

Les deux garçons continuaient d'observer leurs amis respectifs et le brun ne put cacher sa curiosité à l'autre jeune homme. Ce dernier fit son malin en disant qu'il saurait tout grâce à sa cousine. Kev lui n'était pas franchement sûr qu'Erwan viendrait lui dire ce qu'ils s'étaient passé. Surtout si la fille l'avait bien remis à sa place comme l'espérait son ami. Le brun arqua un sourcil en regardant celui qui était à côté de lui. "Attends, attends tu m'intéresses là ! T'es au courant de quoi ? Vas-y balances s'il te plait, j'aimerais bien en savoir plus sur Erwan... Ah oui et pourquoi la bonne blague ? Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle là-dedans. Tu aurais très bien pu être son chéri si elle avait aimé les garçons plus jeunes qu'elle et si tu n'avais pas été son cousin. Ces choses qu'Erwan n'avait pas l'air de savoir..."  

Juste après le brun avait de nouveau porté son attention sur Erwan et Camille qui se chamaillaient clairement vu ce qu'il venait de voir. Il s'était amusé à demander du pop-corn au cousin de la jeune femme. Il remarqua la manière dont il le regarda et secoua les épaules. "C'était juste une petite blague pour dire que j'ai l'impression d'être devant un film en regardant les deux qui se disputent là-bas." Comme il l'avait pensé, le jeune n'avait pas du tout compris son humour mais ça lui était égal. Lui s'amusait c'était le plus important.

Les deux garçons parlaient encore d'Erwan et de Camille. Le brun n'avait pas pu s'empêcher de dire que la demoiselle était tout à faire le genre de fille qui lui plaisait mais son cousin n'avait pas l'air d'avoir apprécié cette remarque. Ce qui n'avait fait qu'amuser d'autant plus le lycéen qui s'amusait à taquiner l'autre garçon. Mais il fallait bien avouer que le jeune homme avait une bonne répartie et que Kévin aurait très bien pu mal le prendre s'il n'avait pas le caractère qu'il a. "Ouhhhhhhh je suis cassé là !" Dit-il en plaisantant avant de prendre de nouveau la parole. "Ah ah tu ne me connais pas alors tu sais quoi ? Je m'en fiche de ce que tu penses de moi. Dans ce cas tant mieux si elle a un bon petit copain." Effectivement Kéké se fichait royalement du regard des autres. Et ce qu'il s'agisse de proches ou d'inconnus. Il ria une fois de plus lorsqu'il vit l'autre garçon le regarder de travers. S'il pensait lui faire peur, il se fourrait le doigt dans l'oeil. Cependant il avait eu pitié de lui et lui avait donc dit qu'il n'irait pas importuner sa cousine. Il lui avait également dit qu'il n'irait pas la draguer puisque ça avait l'air de le déranger. À croire que les garçons n'avaient pas le droit d'approcher de sa cousine. Après quelques secondes de silence il ajouta. "Ceci dit, si tu as peur que quelqu'un drague ta chère cousine... Je te conseillerais de surveiller mon pote là-bas. Parce que la drague c'est son deuxième boulot si tu vois ce que je veux dire..." Quelques instants plus tard ce fut au tour de Kévin de faire une drôle de tête. Il en serait même presque venu à s'étouffer à cause de ce qu'il venait d'entendre. Toutefois il n'eut pas le temps de répondre à la question que venait de lui poser le garçon près de lui puisque déjà la fameuse Camille était revenue et qu'elle était suivie de près par Erwan. Ce dernier avait demandé à son ami s'il avait bien pris soin du cousin de la jeune femme. "Euh... On a un peu papoté mais surtout on était au spectacle grâce à vous deux !" Dit-il en regardant tour à tour la jeune femme et le pompier. Il remarqua que la brunette les regardait d'un air sévère. Il parla donc un peu plus bas en regardant Erwan. "Je ne sais pas ce que tu lui as fait ou dit mais mon Dieu si elle avait des flingues à la place des yeux, on serait déjà morts toi et moi..."






►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Kévin & Bertrand
... ⊹ lumos maxima


Code:
[color=#009900][b]"Bla bla"[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► âge : 25
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Jeu 13 Aoû - 22:04

Dance, drink & trouble
ERWAN
feat.
GROUPES


 

 



 

 

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Erwan n’avait pas encore goûté à une seule goutte d’alcool et pourtant il était déjà en train de délirer avec le jeune Kévin, mais il avait besoin de ça pour faire retomber la pression cumulée pendant la semaine. Puis, par chance, Kévin savait comment il était alors il n’avait pas de souci à se faire. Il ne le prendrait sûrement pas pour un idiot, c’était déjà fait. Le jeune homme se passa une main dans les cheveux alors qu’il lui proposait de faire le tour du périphérique en voiture, il imaginait parfaitement la scène. Cela aurait été plus drôle si sa voiture comportait un toit ouvrant mais ce n’était pas le cas. Il n’avait pas non plus les moyens de s’acheter une décapotable malheureusement. Même s’il ne désespérait pas qu’un jour il puisse en avoir un neuve. Sa petite Clio roulait très bien mais elle avait quelques kilomètres au compteur et il ne fallait pas trop la brusquer au risque de devoir aller au boulot à pied. « Même pas cap ! Bon, faudra juste qu’on essaye de trouver une corde qui tient parce que je ne pense pas qu’avec tes petits bras, tu tiennes très longtemps. » dit-il en se moquant légèrement du jeune homme. Ce n’était guère méchant sachant qu’il était assez musclé. Peut-être même plus qu’Erwan mais ça jamais il ne l’avouerait, même si on décidait de le torturer.

La conversation avait légèrement dévié que un sujet un peu plus sérieux, le bouclé en avait pas l’air comme ça mais il lui arrivait de rendre service aux autres. Mais il le faisait rarement, il ne voulait pas montrer cette partie de lui. Il préférait largement qu’on le considère comme un mec qui n’avait pas de cœur qu’autre chose, c’était plus facile ainsi de se protéger. « Non c’est certain puis comme ça, je ne suis pas déçu. Je ne pense qu’à moi et basta ! Mais, t’en fais pas, je pense aussi à mes amis surtout quand ils me payent un verre. » dit-il en lui faisant un clin d’œil avant de se mettre à rire à ses paroles. Il leva les yeux au plafond, avec un petit sourire en coin. « Ce n’est pas que je veux pas mais je ne peux pas, nuance ! Mais rien ne t’interdis de me poser des questions, par contre je me réserve le droit de ne pas y répondre si je m’aperçois que ça peut mettre en péril mon plan. » Erwan aimait bien taquiner son entourage et dès qu’il en avait l’occasion, il ne s’en privait pas le moins du monde.

Puis, il avait parlé de Cupidon, lui-même se demandait bien ce qu’il lui était passé par la tête pour oser avoir cette image en tête. Même s’il devait reconnaître qu’il ne serait pas mal avec juste un petit sous-vêtement blancs et des ailes. Qui sait, il tenait peut-être un moyen pour draguer d’autres filles. Il le nota dans un coin de sa tête. Cela pouvait toujours servir. « Mouais, mouais, j’ai du mal à te croire sur ce point. Je sais que je peux rendre fou avec mon corps donc gardes tes distances ce soir. Oh, pas sûr que je sois vraiment rassuré mais on va dire que je te fais confiance. » Il lui lança un regard perçant avant de sourire amusé par leur conversation. Erwan ne pouvait vraiment pas s’empêcher de sortir des bêtises de sa bouche, il faudrait sûrement à l’avenir qu’il s’achète un filtre pour être sûr de bien se comporter en public. Puis, il était redevenu un peu sérieux quand il se mit à parler du mec brun un peu plus loin et de sa copine. « Ouais, à croire qu’il y a des mecs encore plus crapuleux que moi. Je pensais être imbattable et j’ai découvert il y a quelques jours qu’il existe pire que moi. Surtout qu’il a conscience de ce qu’il est quoi, ce n’est pas comme si un jour t’as une copine et à ton réveil tu te dis : mince je suis attiré par les mecs en faîte. Là, il a déjà couché avec un mec, je me demande s’il l’a fais avec sa copine. » Erwan, mine de rien, avait été choqué d’apprendre que le copain de son ancienne petite amie était en réalité attiré par les mecs. En sois, cela ne le dérangeait pas plus que ça, il n’avait rien contre les gays. Mais il s’était demandé alors s’il avait sauté le pas avec Camille et en même temps, il espérait que non parce que les imaginer tous les deux, non merci. Rien que d’y penser, il ne put retenir une grimace de dégoût.

Puis, il se mit à rire quand Kévin lui annonça qu’il la connaissait, il secoua simplement la tête voulant le torturer un peu. « Cherches pas, de toute façon tu ne la connais pas. » dit-il avec un petit sourire en coin. Il voulait le torturer jusqu’au bout le petit mec !  Finalement après ce petit moment, ils décidèrent d’aller prendre l’air, il devait reconnaître qu’il faisait vraiment chaud dans la boite et qu’avec les bêtises, il se réchauffait plus vite. Il se passa une main dans les cheveux avant d’apercevoir son ex, décidément quand on parlait d’elle, elle apparaissait. Il se donna comme mission de retarder son entrée, au moins pour laisser le temps au blond de se rapprocher du brun. Puis aussi parce que cela l’amusait d’énerver la demoiselle qui l’emmena un peu plus loin, il ne put s’empêcher d’adresser un petit clin d’œil complice à Kévin avant de la suivre. Il n’avait pas pu s’empêcher d’embêter l’autre garçon, d’ailleurs il se demandait bien qui c’était pour elle. Vu la manière qu’elle avait de la protéger, il ne doutait pas qu’elle devait tenir à lui. Peut-être un amant ? Ce serait drôle d’un certain point de vue. Mais il doutait vraiment qu’elle puisse faire ça à son copain, elle avait l’air trop sage.

« Je n’étais pas en train de te donner des ordres, juste un conseil. Arrête de prendre la mouche de cette façon, c’est grave d’être sur les nerfs comme ça. On est en week-end et je n’ai franchement pas envie de m’en prendre plein la tête. Donc ce mec, c’est ton cousin, je disais bien aussi que cela ne pouvait pas être ton amant. » dit-il en ricanant. Il fit semblant d’être impressionné, se courbant à moitié comme pour la saluer.  « Félicitation, à mon grand étonnement, tu as trouvé ça toute seule. Je suis fier de toi. » Il l’applaudit, son sourire en coin ne quittant pas ses lèvres. Cela lui avait manqué de ne plus l’ennuyer, il avait fait table rase du passé mais de la retrouver, cela lui faisait quelque chose. Mais il ne voulait pas y penser, ce n’était pas bon signe pour lui. « Tu ferais bien d’avoir peur, il n’y a pas qu’avec les mots qu’on peut faire mal. Non c’est vrai mais je ne sais pas, il a une tête à subir les moqueries. » Après tout, c’était toujours plus facile de s’en prendre à quelqu’un qui n’avait pas de répartie qu’un autre qui en avait trop. Même s’il ne refusait jamais un petit challenge, il aimait autant taquiner son jeune cousin que la petite brune. Tous eux étaient très différents niveau caractère d’après ce qu’il avait pu voir.

Le jeune homme se passa une main derrière la nuque, il était clairement amusé par le comportement de la jeune femme qui n’hésitait pas à le pousser malgré son petit gabarie. « Dommage moi qui me faisais une telle joie de savoir ce que tu pouvais faire, je suis déçu. Je m’attendais à beaucoup mieux de ta part ! » dit-il en se mordillant la lèvre se retenant de rire.  Puis, il s’était rapproché d’elle et avait posé sa main sur son menton, sa réaction le laissa sans voix. Il ne s’attendait pas du tout à ce qu’elle se mette à hurler comme un dingue et il la relâcha d’un coup. Erwan leva les mains en l’air, en fronçant les sourcils. « Ok, ok calmes toi, je ne vais rien te faire hein ! » Il ne put s’empêcher de penser qu’elle était folle et il la regardait avec une lueur étrange dans les yeux. Ce n’était peut-être plus la Camille qui avait connu. A croire qu’ils avaient tous deux grandi de leur côté, changeant à leur façon leur personnalité. Pour essayer de changer de conversation même si là, le cœur n’y était clairement plu. Il voulait juste se barrer très loin d’elle et boire, boire jusqu’à tomber par terre et ne plus se souvenir de son prénom. Il se passa une main dans les cheveux alors qu’ils se mirent à parler du passé de nouveau.

Lui qui s’était promis de dire adieu à son passé, il suffisait qu’il la croise de nouveau pour qu’il en parle. La vie était vraiment faîte pour l’ennuyer au plus au point. Dès qu’il pensait avoir tourné la page, le destin s’amusait à lui remettre sur son chemin une ancienne amie. Amie mais pas seulement, il pouvait le reconnaître. Il avait pu ressentir autre chose que de l’amitié à une époque mais ne voulant pas être déçu il avait préféré couper court à son attache même si l’éloigner de lui, lui avait fait mal. Mais ça, il était bien trop fier pour le reconnaître que ce soit à lui comme à elle. « Ouais et bien j’aurais mieux fait de me taire. Je ne vois pas ce que ça pourrait changer de parler du passé. On a notre vie chacun de notre côté et ça vaut peut-être mieux comme ça. » Il finit par soupirer, baissant un peu les armes. Même si devant ses potes, il se la jouait mec qui prenait tout le monde de haut, il avait un côté de lui un peu plus humain. C’était rare qu’il le montre mais quand il était vraiment en colère, cela pouvait arriver qu’il laisse ses sentiments prendre le dessus.

« Déjà, je ne t’agresse pas et de toute façon, je fais ce que je veux. C’est ma façon de m’exprimer ! Parce qu’à l’époque, je n’en ressentais pas le besoin, c’est tout. Je ne me voyais pas te raconter mes problèmes. On avait une dizaine d’année, puis qu’est ce que tu aurais pu faire pour ça ? Je les considérais ouais comme ma vraie famille mais cela ne les a pas empêché de me laisser tomber. Eux qui voulaient tellement un enfant et qui ce sont battu pour avoir ma garde m’ont bien vite oublié quand ils ont eu le leur. Normal après tout, je n’étais qu’une pièce rapportée alors qu’elle, elle est le fruit de leur union, ils ont le même sang. Belle connerie tout ça. C’est ce que tu dis aujourd’hui mais tu ne sais pas ce qui se serait passé. C’est bien beau ces paroles mais de toute façon, ça ne changera pas le passé. Je t’ai abandonné avant que tu ne le fasses, tu aurais sûrement rencontré des personnes plus intéressantes et sympathiques que moi. Alors ouais, je t’ai fais peut-être souffrir mais c’est pour éviter que je souffre.. C’est peut-être stupide mais j’ai toujours dis que je me protégeais avant tout le reste. » Oui, il avait préféré fuir, fuir cette jeune fille qui lui plaisait un peu trop à l’époque. Il refusait de tomber amoureux, on devenait dépendant d’une autre personne et c’tait néfaste pour le jeune bouclé.

Puis elle se mit à parler de l’une des cuites et il en put s’empêcher de rouler des yeux. « Non, merci je n’ai franchement pas envie d’avoir cette image horrible dans ma tête. Je préfère t’imaginer plutôt en robe sexy plutôt que la tête dans les toilettes. C’est beaucoup moins glamour. » Il ricana une nouvelle fois quand il vit sa réaction lorsqu’il parla de nouveau de Bertrand puis il la suivit jusqu’à ce qu’ils reviennent vers Kévin et Bertrand. Il tapa dans le dos de son ami avec un petit sourire en coin. « Oh elle est tout le temps comme ça, mais je crois qu’elle pensait retrouver son cousin dans un triste état. Dommage, t’aurais pu le dévergonder pendant mon absence. » dit-il en riant.


© Gasmask








►◄►◄►◄►◄►◄►◄


    ҩ nobody said it was easy.
       
    △ MAIS JE NE CONNAÎTRAI PAS LA PEUR. AUSSI ÉTROIT SOIT LE CHEMIN, BIEN QU'ON M'ACCUSE ET QU'ON ME BLÂME. JE SUIS LE MAÎTRE DE MON DESTIN. JE SUIS LE CAPITAINE DE MON ÂME. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux qui nous délaissent ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 220
► célébrité : Thomas Brodie-Sangster
► âge : 24
► nationalité : Anglaise
► métier : Etudiant en 4ème année/5 afin de devenir professeur d'Anglais dans un collège ou un lycée.
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Ven 14 Aoû - 4:17

     

Kylian & Co'

Dance, drink & trouble.
K
ylian et Tim étaient en train de discuter tranquillement. Rien ne pouvait laisser penser aux gens qui les entouraient qu'ils s'étaient quittés en mauvais termes. Même Kyl avait encore du mal à croire que le brun lui parle sans l'incendier du regard ou par ses paroles. Cependant il n'allait pas s'en plaindre, au contraire. La boisson que buvait Timaël était leur sujet de conversation. Ce n'était pas très passionnant mais c'était toujours bien pour un début. Tandis que le brun insistait pour que le blond en boive un verre durant la soirée, ce dernier préférait ne pas en prendre. Du coup il avait dit à deux reprises à son ex qu'il verrait s'il en prendrait ou non. En tout cas pour le moment il n'en voulait pas. Il préférait se contenter de sa bière aromatisée à la tequila. Kylian ne put s'empêcher de rire face à la remarque que Mister Lewis lui lançait. "Ben encore heureux j'ai envie de te dire." Il ne manquerait plus que ça Tim le force à boire s'il n'en avait pas envie. Surtout que ça serait assez déplacé de sa part vu ce qu'il lui avait mis dans les dents quelques jours plus tôt. En effet le brun lui avait reproché d'avoir pris une cuite quatre années auparavant. Tim était donc mal placé pour essayer de le faire boire ce soir. Et puis le jeune Poher secoua la tête, un brin amusé en imaginant Timaël l'attacher sur un tabouret pour le forcer à boire la spécialité de la maison.

Après ça le petit blond avait finalement terminé sa boisson quasiment en même temps que Tim avait fini son deuxième verre. Kylian l'avait regardé faire la grimace après avoir fini son verre. Il n'y avait pas de doute ce truc devait vraiment être fort. Il vit également Timaël se lever. Dans un premier temps il avait cru qu'il allait quitter les lieux mais non il était passé derrière lui en lui disant qu'il voulait danser. Il avait attrapé la main du blond qui s'était levé. Kylian l'avait suivi avec grand plaisir même s'il n'avait pas dit un seul mot jusqu'à ce qu'ils arrivent sur la piste de danse.

Le premier qui rompit le silence entre les deux fut le brun. Celui-ci s'était collé au blond pour lui avouer qu'il pensait toujours à lui et qu'il avait beaucoup souffert de ce que lui avait fait Kylian à l'époque de l'internat. Le blond avait eu du mal à encaisser ce qu'il venait d'entendre et avait dégluti difficilement tandis que Tim l'avait tenu par son t-shirt. Il l'avait ensuite regardé alors qu'il était reparti danser comme s'il n'avait rien dit au petit blondinet. Ce dernier avait été assez perturbé par tant de révélations et avait pris un léger temps de réflexion avant d'aller rejoindre Tim. Il l'avait fixé droit dans les yeux afin de s'excuser une nouvelle fois avant de finir par lui dire qu'il l'aimait toujours. C'était bien une première pour eux. En effet jamais auparavant ils ne s'étaient parlé à coeur ouvert comme ils le faisaient là. Pour le brun l'alcool devait être la raison du fait qu'il partait si librement. Tandis que pour le blond, c'était parce qu'il regrettait ce qu'il avait fait à Tim et parce qu'il voulait avoir de nouveau une chance avec lui. Après lui avoir parlé, il avait déposé un léger baiser sur ses lèvres comme pour confirmer ce qu'il lui avait dit juste avant.

S'il s'était écouté, il n'aurait pas franchement hésité à lui rouler une pelle pour parler vulgairement mais il ne voulait pas non plus brusquer les choses du côté de Tim. Il ne tenait pas franchement à ce qu'il lui mette une droite ou le casse verbalement. Du coup il s'était abstenu de laisser libre cours à ses envies. Le blondinet avait reculé de quelques pas sans lâcher du regard son ex. Il put déceler l'émotion dans le regard du brun. Lui-même ne saurait décrire l'état dans lequel il se trouvait. Son coeur s'était quelque peu accéléré depuis que Tim avait posé sa main sur mon torse quelques minutes plus tôt et là ce fut encore plus le cas lorsqu'il vint entourer de ses bras le cou de Kylian. Celui-ci souria tout en regardant Tim. Lui aussi était en train de lui sourire et ça ne pouvait que rendre heureux le jeune homme. Kyl sans vraiment s'en rendre compte avait refait des gestes qu'il avait l'habitude de faire quelques années plus tôt en sa compagnie. Il venait de passer sa main dans les cheveux du brun. Ensuite il avait laissé glisser ses mains jusqu'au creux de ses reins. Il avait fini par répondre aux questions de son ex, se dévoilant encore un peu plus. Puis ce fut au tour de Timaël de prendre la parole.

Kylian ne pouvait plus s'empêcher de le regarder. Il se sentait bien dans ses bras, c'était le genre de choses qui lui avait le plus manqué ces quatre dernières années. Il ne put s'empêcher de sourire davantage lorsque Tim lui avait dit l'avoir pardonné. Il ne l'interrompit toutefois pas, préférant le laisser s'exprimer librement avant de finir par lui répondre. "Je ne sais pas quoi te dire à part merci de m'avoir pardonné Tim... En même temps ça peut se comprendre... Tu sais moi l'autre jour j'étais en colère après toi parce que tu étais parti sans rien me dire et que je ne savais pas pourquoi à l'époque... Mais quand tu m'as tout expliqué après, là je me suis senti vraiment bête." Par ses dernières phrases il avait essayé de lui faire comprendre qu'il avait revêtu une carapace lorsqu'ils s'étaient croisés et que le ton était monté entre eux. "J'avoue que pour le coup je ne comprends pas trop pourquoi tu as bu alors que tu me l'as reproché la dernière fois... Oh ok je vois..." Lui qui pensait encore quelques minutes auparavant que Tim n'avait peut-être pas bu à cause de lui, il s'était bien trompé pour le coup. Il avait senti son coeur se serrer lorsque le brun avait dit qu'il avait bu pour tenter de l'oublier. Kylian ne savait plus trop comment il devait le prendre pour le coup. Cette impression n'avait fait qu'augmenter lorsque le brun lui avait dit qu'il regretterait peut-être le lendemain ce qui était en train de se passer entre eux. D'ailleurs le blond ne put s'empêcher de faire une moue boudeuse. "Oui donc tu vois je n'avais aucune chance de te retrouver..."  

Le petit blond se demandait pourquoi Tim lui avait demandé s'il l'avait recherché alors qu'au final il venait de lui révéler qu'il avait tout fait pour ne pas être retrouvé. Kylian ne put s'empêcher d'être content d'apprendre que Tim n'avait pas pu l'oublier. C'était sûrement égoïste de sa part mais s'il n'y avait rien qu'une chance pour qu'ils puissent recoller les morceaux, il n'allait pas la laisser filer. Le brun avait l'air surpris que Kylian soit amoureux de lui. Du coup il lui avait demandé confirmation. Le blond ne s'était pas fait prier pour lui redire clairement les choses. Certes il n'avait pas l'habitude de dévoiler ses sentiments mais ils avaient tous les deux pris quatre ans de plus et c'était plus facile qu'à l'époque de l'internat d'en parler. Surtout que depuis le temps le petit blond avait évolué et avait bien eu le temps de réfléchir à la façon dont il ferait part de ses sentiments à Tim s'il venait à le revoir. Visiblement le brun ne s'était pas attendu à tant de révélations et son ex avait senti qu'il avait failli flancher. À moins que c'était les effets de l'alcool qui commençaient à se faire ressentir. Il ne put s'empêcher de lâcher un petit rire. "Eh doucement ne m'étrangles pas pour t'empêcher de tomber. Si tu préfères on peut aller s'asseoir sur une banquette."

L'étudiant ne put s'empêcher de sourire lorsque Tim commença à caresser sa nuque avec son pouce. Tandis qu'il commençait à désespérer, Tim approcha ses lèvres des siennes avant que finalement elles se touchent pour de bon. Ils commencèrent à s'embrasser tous les deux plus ou moins sagement avant que Tim ne lui fasse comprendre qu'il avait envie d'un french kiss comme avant. Le blond ne se gêna pas pour lui accorder ce petit plaisir, surtout que c'était ce dont il avait envie lui aussi. Tandis qu'ils continuaient toujours à s'embrasser, il resserra son étreinte pour sentir davantage le brun contre lui. Il avait l'impression d'être en plein rêve et avait encore du mal à réaliser que c'était réellement en train de se passer. Leurs langues continuaient à s'entremêler et en même temps le blond sentait que Tim continuait à lui caresser doucement la nuque. Il ne put réprimer un sourire avant de finalement rompre le baiser à contre-coeur. "Sorry j'ai besoin de reprendre mon souffle un peu sauf si tu veux ma mort." Avait-il dit en plaisantant légèrement tout en lançant un clin d'oeil à Tim.

Il lui fit de nouveau un smack avant de s'enlever des bras de Tim avec un sourire aux lèvres. "Je croyais qu'on devait danser ?" Sans attendre de réponse il vint se mettre juste derrière lui, se collant à lui. Puis il attrapa les mains du brun et noua ses doigts aux siens, commençant à se déhancher sensuellement au rythme de la musique tout en embrassant Tim dans le cou. Finalement ses lèvres remontèrent vers l'oreille du brun qu'il commença à mordiller avant d'y chuchoter. "J'ai furieusement envie de vous Timaël Lewis..." Il ne savait pas comment il allait réagir mais il n'avait pas du tout pu s'empêcher de lui avouer et puis il n'avait pas envie de lui cacher non plus. Après tout ça faisait quatre ans qu'il n'avait rien fait sexuellement parlant. Enfin si il s'était adonné aux joies du sexe solitaire mais ça n'avait rien à voir avec le fait de faire ça en duo. Du coup le peu de contacts qu'il avaient avec Tim lui donnait envie d'aller plus loin même si évidemment il ne s'amuserait pas à faire quoi que ce soit ici devant autant de monde.   

GleekOut!





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Plus on essaie d'oublier quelque chose,
plus on y pense...

© Ecstatic Ruby


Code:
[color=#6600FF][b]"Bla bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 468
► célébrité : dylan baby spray.
► âge : 20
► nationalité : française
► métier : étudiant + stagiaire dans une station de radio
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Ven 14 Aoû - 20:12



dance, drink & trouble
"passe ta souris dessus"
made by effet mer.



   
prendre la vie du bon côté

Bertrand aurait aimé pouvoir lire aussi facilement les garçons qu’on pouvait lire en lui. Il était comme un livre ouvert même pour les personnes qu’il ne connaissait pas. Ce n’était pas facile d’aller voir un garçon quand on était un autre mec parce qu’il fallait être certain qu’il soit attiré par le même sexe pour éviter de se prendre un râteau monumental. Le jeune homme aurait bien aimé avoir cette capacité mais manque de chance, cela ne marchait que dans les films ces choses-là. Dans la vraie vie, il fallait vivre dans une incertitude constante qui avait le don de le rendre fou. C’est peut-être pour cette raison qu’il n’avait jamais encore eu de relations que ce soit amoureuses ou autres. Mais après tout, il ne cachait pas ce qu’il était que ce soit au lycée et à l’extérieur alors s’il intéressait quelqu’un, celui-ci pouvait venir. Ce n’était pas Bertrand qui allait le manger, loin de là. Lui serait plus embarrassé et on pourrait facilement lire sur son front : vierge et sans expérience. De quoi bien lui mettre la honte alors qu’il approchait de sa majorité. Il devrait peut-être s’y prendre différemment mais manque de chance, il avait tendance à être attiré par des garçons hétéro en en particulier un. C’était le premier qui lui avait réellement tapé dans l’œil, celui qu’il ne pouvait s’empêcher de regarder quand il le voyait dans la cours du lycée avec un petit sourire idiot. D’ailleurs, ses potes se fichaient assez de sa tronche à cause de ça et ils ne pouvaient s’empêcher de lui donner des coups de coudes quand ils le voyaient. Niveau discrétion, y avait mieux.    

Mais le jeune homme avait de la chance, jamais Kévin n’avait prêté attention à lui. Chance ou malchance, il ne savait pas trop. Après tout savoir qu’on n’existait même pas pour son premier béguin, cela avait de quoi lui miner bien le moral. Et le seul moyen qu’il avait eu de s’approcher de lui, c’était en se faisant passer pour une fille. Il pouvait dire adieu à sa dignité si jamais il le découvrait. Ainsi qu'à sa vie sans doute. Heureusement pour lui, Camille était là pour couper court à ses sombres pensées. Ils se mirent à parler des filles de son lycée, Bertrand n’y prêtait guère attention encore moins quand certaines venaient le voir en mini-jupe et avec un décolleté qui ferait sûrement baver d’autres garçons. Manque de chance pour eux, il ne mangeait pas de ce pain là. « Sûrement mais bon celles qui sont venues me voir sont surtout connues par leur facilité à se remettre d’un refus ou d’un chagrin d’amour. Ah par contre, ça c’est fort probable. Elles auraient sûrement crié haut et fort qu’elles sortaient avec moi si j’avais dis oui. C’est certain, elle pourrait avoir des petits enfants mais au moins que je l’ai à la maison parce que sinon je péterais un câble. Et là vu que c’est les vacances, j’y suis souvent. Je crois que je dois être l’une des rares personnes à vouloir que les cours reprennent. De toute façon, y a pas grand-chose à dire sur lui. Il ne voit que Raphaël et son boulot. Je ne suis même pas sûr qu’il aime encore maman, c’est peu dire. » dit-il en poussant un léger soupir.

 Son père pouvait le faire souffrir autant qu’il le souhaitait, il s’en fichait pas mal. Mais quand il voyait sa mère galérer pour faire plaisir à son mari, cela avait le don de lui faire serrer les poings. Elle méritait tellement mieux que lui mais à croire qu’elle était enchaîné à celui-ci. Pourtant, ils avaient l’air amoureux avant mais à croire que la passion avait fini par s’envoler. C’était ça aussi qui lui faisait peur dans l’amour, un jour tu pouvais aimer très fort et te réveiller le lendemain et ne plus ressentir cette affection pour l’autre. Cependant tandis qu’il pensait à ses parents, il ne put s’empêcher de rire à ce qu’elle lui racontait. « Mais non je n’ai pas dis ça, c’est juste que tu n’es pas objective, c’est tout. J’aimerais bien un jour te voir méchante mais pas contre moi, sur quelqu’un d’autre. Ok, très bien, je ne dirais rien mais on verra bien sur qui les yeux des gens se poseront en premier quand ils nous verront tous les deux. » Il était sûr que ce ne serait pas sur lui, ou alors à cause de son âge. Il faut dire qu’il n’était pas encore âgé de dix-huit ans alors il croisait les doigts pour qu’il puisse rentrer. Il aurait l’air malin s’il devait rester dehors toute la soirée. Autant qu’il rentre et converse avec un certain garçon. « Non pas vraiment mais cela aurait été drôle à voir. dommage.. » Il fit une légère moue triste avant d’éclater de rire.

Bertrand aurait vraiment aimé voir sa cousine se diriger vers les autres pour voir ce qu’ils pensaient de lui. Enfin ça, non il s’en fichait pas mal mais juste de voir la tête des gens face à cette question lui aurait sûrement déclenché quelques fous-rires. Il se passa une main dans les cheveux alors qu’il lui répondait sur le fait que ses chevilles augmentaient. Il y avait peu de chance pour qu’il prenne un jour la grosse tête, quoi qu’il arrive il restait humble. Même quand son maître de stage lui disait qu’il faisait du très bon boulot, il se contentait de secouer les épaules et de rougir légèrement. Les compliments avaient le don de le rendre mal à l’aise. Cependant, lorsque Camille prit la parole, la phrase qu’il venait de lui dire lui revint en mémoire et il se mit à rougir fortement. Il devait largement pouvoir concurrencer les tomates. Il mit ses mains sur ses joues, honteux. « Mais non, je ne pensais pas à ça. Je parlais de mes chevilles. » dit-il essayant de garder son calme. Bertrand n’était pas du genre à parler de sexe aussi librement, il avait encore tout un tas de choses à apprendre de la vie et ce côté-ci en faisait partie.

Bertrand faisait de son mieux pour masquer ses rougeurs, il ne voulait pas passer pour le garçon sans expérience mais il n’avait pas pensé à ça. À croire que sa cousine était un peu plus perverse que lui. Et bien sûr, elle ne s’était guère gênée de lui dire. Il avait eu très chaud sur le coup, surtout que de ce côté-là, il ne pouvait pas dire non plus qu’il en avait connu des tonnes. Bon, il avait peut-être eu un petit problème quand il avait vu une fois son professeur de sport en short qui lui moulait un peu trop bien le corps mais il venait à peine de découvrir son homosexualité et à cet âge, on ne contrôle pas ses envies. Puis, il était assez chanceux ou il devait être très difficile parce que personne ne lui faisait d’effet. Hormis un brun mais il s’interdisait toutes pensées érotiques à son égard. Il refusait de penser au garçon de cette manière même s’il devait reconnaître que plus d’une fois, il avait rêvé de lui. Un petit sourire était apparu en y repensant. Il avait eu d’ailleurs quelques surprises le matin mais une bonne douche froide lui avait remis les idées en place. Rien de mieux. « Et ce soir, tu ne vas même pas pouvoir boire vu que c’est toi qui conduit. On aurait peut-être du prendre le bus, tu aurais pu ainsi profiter de ta soirée. Même si je ne pense pas boire non plus comme un dingue. M’man risque de me tuer si elle me voit rentrer complètement saoul. Enfin, du moment que je ne bois que de l’alcool, elle me criera dessus certes mais si je touche à autre chose, là je risque d’être enfermé dans ma chambre pour le reste de ma vie. »  Le jeune homme se mit doucement à rire, il était hors de question qu’il touche à la drogue et qu’il fume. Il fut touché par ce qu’elle venait de dire et lui fit un joli sourire. « Oui sûrement même si parfois, j’aimerais être différent. »

La vie serait tellement plus facile s’il était comme tout le monde mais non le destin avait souhaité qu’il soit différent.  Il n’avait pas pu s’empêcher de faire une légère remarque sur son surnom. Cousinou, ça faisait un peu trop… il ne savait pas quoi mais à force de l’attendre, cela ne lui plaisait plus. Peut-être parce qu’elle l’appelait comme ça depuis sa naissance et qu’il s’était lassé de celui-ci en grandissant ? Il sourit en voyant son air de petit chien battu, lui aussi pouvait le faire quand il voulait vraiment quelque chose. Dommage que ça ne marche pas avec les garçons, il aurait eu du succès sinon. « Faut savoir innover un peu dans la vie ! » dit-il avec un petit sourire avant qu’elle ne lui fasse la liste des différents surnoms qui lui passait sans doute par la tête. « Hum.. B, ça fait un peu bizarre je trouvé. On pourrait croire que tu as raccourci bébé en quelque chose d’encore plus court donc non. Après chou ? Vraiment ? J’ai une idée à m’appeler chou ? » Bertrand se mit à rire, non non il n’était pas du tout difficile le petit. « Bon, ok tu peux reprendre cousinou mais c’est parce que les autres, je ne les aime pas non plus. » Il essayait de garder une mine sérieuse mais il ne put s’empêcher d’éclater de rire peu de temps après.

Entre un père absent et un frère qui le prenait pour son souffre douleur personnel, il n’était guère chanceux. Il aurait aimé pouvoir tout changé afin qu’il puisse s’entendre avec lui. Après tout, il ne lui avait rien fait, il ne lui avait jamais brisé ses jouets. « J’aimerais bien qu’il me laisse tranquille, je pense que c’est trop demander néanmoins. Imagine qu’un jour, je me trouve enfin un copain et que je l’emmène à la maison. Je n’ose même pas penser à ce que cet idiot serait capable de faire pour me gâcher la vie. Au lieu de s’en prendre à moi, il ferait mieux de s’occuper de sa vie et d’aller voir ailleurs. Je suis sûr que je serais parti de chez nos parents avant lui si ça continue. » Bertrand était bien décidé à partir le plus vite possible ici, certes cela l’embêtait de laisser sa mère toute seule mais il savait que s’il restait trop longtemps, il deviendrait fou. Il souhaitait juste un salaire fixe pour ne pas se retrouver à la rue. Il se passa une main dans les cheveux puis écouta ce que sa cousine lui racontait. Elle aussi souhaitait prendre un appartement. Il était tenté de lui dire qu’ils pourraient en prendre un tous les deux mais lorsqu’elle ajouta qu’elle allait cohabiter avec l’une de ses cousines, il se retint. Puis, il l’écouta parla de son histoire avec Erwan sans rien dire. Il était un peu mal à l’aise qu’elle lui raconte tout ça. Et du coup, quand elle eut fini son monologue, il ne trouva rien à dire alors il se contenter de secouer les épaules. De toute façon, de quoi pouvait-il bien parler ?

Il se contenta alors de lui dire qu’elle pouvait toujours conter sur lui quand elle en ressentait le besoin. Bertrand n’était pas quelqu’un de tactile sauf avec les personnes qui lui étaient vraiment très proche mais il connaissait suffisamment Camille pour savoir qu’elle n’aimerait pas qu’il la prenne dans ses bras. Il se passa une main dans les cheveux regardant les alentours. A croire qu’à force de parler de ce Erwan, ils avaient fini par le faire venir dans cet endroit, il espérait juste qu’il n’embêterait pas trop sa cousine mais il avait quelques doutes à ce sujet. Mais son esprit fut focalisé sur une autre silhouette et il ne pouvait s’empêcher de le détailler de la tête au pied. Pourquoi fallait-il qu’il soit aussi sexy ? Ce n’était vraiment pas juste et il avait ce don de le rendre complètement dingue. Son cœur s’accélérait dès que son regard se posait sur lui et suite aux remarques de sa cousine, c’était encore pire. Ses joues le brulaient et il faisait de son mieux pour ne pas prendre la fuite. « Ahah Aris n’existe pas malheureusement et je ne suis pas non prêt à me travestir en filles pour lui plaire. Quand il sera la vérité, soit il me détestera pour m’être moqué de lui avec une autre identité soit il accepte. Mais je pense plutôt que la première option est la plus probable.. » dit-il en soupirant. Kévin n’aurait pas pu être gay ou au moins bisexuel ? Cela lui aurait sûrement facilité la tâche mais non encore une fois, il fallait que le destin le torture. Il était vraiment maudit. Bertrand avait bien du mal à se détacher du jeune homme.  

Puis, ils se mirent à discuter de la série Pretty Little Liars, bon ok il devait reconnaître que s’il avait bien commencé cette série c’était parce qu’il y avait de sacré beaux-gosses dedans et que pas de chance, on en trouvait jamais des comme-ça dans les lycées français. « C’est sûr que niveaux filles, ils sont gâtés. Même moi qui ne suis pas intéressé, je ne peux pas m’empêcher de les trouver canon, j’ai une petite préférence pour Allison, j’adore son petit côté garce. Arf, moi Caleb, je ne l’aime pas du tout en même temps, je n’aime pas non plus son couple avec Hanna. J’aurais aimé qu’elle finisse avec Wren moi.. J’aimerais bien que mon médecin soit aussi sexy que lui tiens. J’irais plus souvent. » dit-il avant de se mettre à rire. Puis, ils furent dérangés par Erwan et Kévin et sa cousine partit quelques mètres plus loin avec le premier, le laissant avec l’autre garçon. Il ne savait pas vraiment comment réagir, il n’osait même pas poser un regard sur lui de peur qu’il ne devine son trouble. Bertrand allait sans doute tuer sa cousine pour l’avoir laissé tout seul en sa compagnie, il allait lui paraître complètement idiot.  

Mais à sa grande surprise, Kévin prit la parole et Bertrand fit un effort pour paraître décontracté. Heureusement que sa veste avait des poches, celles-ci cachaient bien el fait que ses mains tremblaient. Il devait vraiment avoir l’être ridicule. Il s’était souvent moqué gentiment des filles qui rougissaient face à lui mais il venait de réaliser qu’il était pareil. Il se contenta de secouer la tête quand il lui annonça que c’était bien d’être proche de sa cousine. En même temps, il n’y avait qu’elle dans sa famille qui le considérait comme un être humain. Mais ça, il n’allait pas lui dire surtout qu’il lui avait déjà en quelque sorte raconté son histoire avec son frère. Alors, certes, il l’avait fait sous Aris mais s’il ouvrait la bouche et lui déballait sa vie, nul doute qu’il se douterait de quelque chose. Il était loin d’être idiot quoi qu’en pensent les autres. Le jeune homme ne put s’empêcher de sursauter quand il prononça son prénom. Son cœur avait sans doute fait un bond de trois mètres. Il se demandait bien comment il connaissait son identité et il eut bien du mal à ne pas s’évanouir devant lui. Il reprit contenance en prenant une grande respiration. « Peut-être parce que tu n’as pas vraiment l’air d’être un mec qui se fait embêter ? Tu as bien de la chance alors parce que je peux t’assurer que ce n’est pas marrant. Il faudrait que les autres se mettent à la place de leurs victimes mais c’est trop difficile pour eux. La plupart du temps, ils préfèrent penser avec leurs muscles plutôt qu’avec leur tête. » ne put-il s’empêcher de dire d’une voix où on pouvait clairement entendre sa colère.

Mais Bertrand n’avait pas à se plaindre, il n’était pas vraiment embêté par les idiots de son lycée. Il se fondait dans la masse comme on dit puis il ne put s’empêcher de se mettre à rire quand celui-ci le questionna sur ce qu’il savait. Il se mordilla la lèvre, il n’était pas sûr que Camille apprécierait qu’il raconte à moitié sa vie. Mais d’un autre côté, c’était peut-être l’occasion pour lui de se rapprocher du jeune homme. Le choix était vraiment difficile. « C’est ton pote et tu ne sais rien de lui ? J’ai l’impression d’en savoir plus sa vie que toi, c’est peu dire… Non c’est impossible même si elle avait une cougar ou juste une amie, jamais on ne se serait sorti ensemble. Elle n’est pas vraiment mon genre. On aurait presque pu croire qu’il était jaloux. » Alors que Kévin semblait regarder dans la direction des deux autres jeunes gens, lui en profitant largement pour le regarder de plus près. Il faut dire que c’était la première fois qu’il se trouvait vraiment proche du jeune homme. Ses yeux s’arrêtèrent sur les formes de ses bras qu’il pouvait facilement deviner puis sur ses lèvres. Il se demandait quel goût elle avait, sûrement celle de la cigarette. Que c'était appétissant en y pensant. Il suffisait qu’il fasse juste quelques pas et qu’il colle ses lèvres sur les siennes pour le savoir. A cette pensée, il rougit légèrement. Son cerveau était clairement en train de craquer, ce n’était pas bon pour lui de rester à ses côtés.

Kévin coupa court à ses pensées quand il lui demanda du pop-corn, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils face à cette question sortie de nulle part. Puis il finit par secouer la tête lorsqu’il lui expliqua. Il ne répondit rien se contentant de regarder de nouveau les deux jeunes gens. Il se demandait vraiment ce qui se passait et que Camille ne souffrait pas trop. Certes, elle était assez grande pour se défendre toute seule mais il ne pouvait s’empêcher de se faire du souci pour elle. Il se raidit néanmoins quand Kévin lui annonça que c’était son genre de fille. Il baissa le regard, dur retour à al réalité pour le jeune homme. Franchement, qu’est ce qu’il croyait ? Mais il avait raison sur un point, Bertrand ne le connaissait pas. Même avec la meilleure volonté du monde, il ne pourrait jamais devenir proche de lui, ils étaient sans doute trop différents. Sa gorge se serra quand il le réalisera et il avait envie juste d’une chose : c’était de rentrer chez lui et de se nicher sous sa couette. « Il la traite correctement, c’est le principal. Mais t’as raison je ne te connais pas, je me fis juste à ce que je vois puis sortir avec l’ex de l’un de ses potes, ce n’est pas cool. » Il secoua les épaules alors qu’il jetait des petits coups d’œil à Camille et à Erwan pour savoir ce qui se passait entre eux. « Ça je m’en doute mais je ne pense pas qu’il ait la moindre chance avec elle. Pour ce que j’ai vu, il a suffi qu’elle lui dise de le suivre, pour qu’il le fasse comme un petit chien. Elle pourrait le mener à la baguette si elle voulait. » Bertrand se mit à rire avant qu’une question ne s’échappe de ses lèvres. Il n’avait pas voulu dire ça et par chance, Camille revint. Rien que pour ça il avait envie de la prendre dans ses bras pour la remercier. Elle venait sans doute de lui sauver la vie. Il essaya de faire un petit sourire qui se voulait convaincant. « Oui, oui tant fais pas pour moi, j’ai géré la situation. »





►◄►◄►◄►◄►◄►◄


t'es tout le temps dans ma tête, quand je ferme les yeux j'imagine que tu es là, à côté de moi et qu'on est heureux. merde, ça fait mal de t'aimer ! j'aurais aimé avoir une chance, juste une de voir ce que ça fait, pour la première fois de ma vie, j'ai envie d'aimer. ♥ — kévrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 528
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► âge : 25
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Dim 16 Aoû - 1:11



Dance, drink & trouble.
Camille & Co'

Camille comme toujours était une oreille attentive. Elle n'en perdait pas une miette lorsque son cousin parlait avec elle. De plus elle essayait de lui donner des conseils même si elle n'était pas certaine d'être bien placée pour lui en donner. Après tout elle avait toujours eu une vie assez catastrophique et depuis l'adolescence elle avait voulu en finir avec la vie plusieurs fois. Tantôt à cause d'un garçon dont elle avait le béguin, tantôt à cause d'une prof qui l'avait prise pour cible alors qu'elle était toujours attentive en cours, qu'elle ne se faisait pas remarquer et qu'elle avait des bonnes notes dans cette matière. Cependant par chance, elle devait avoir un ange gardien puisqu'elle n'avait jamais pu faire ce qu'elle avait prévu... Et dans un sens même si la vie lui faisait connaître les pires souffrances, c'était probablement mieux qu'elle soit toujours de son monde... Rien que pour les personnes qui tiennent à elle même si elles sont peu nombreuses... Quoi qu'il en soit elle était toujours là pour les autres et les aidait du mieux qu'elle le pouvait.

Bertrand parlait des filles de son lycée avec Camille. Cette dernière ne put s'empêcher de rire lorsqu'il lui expliqua le genre de filles qui venaient le draguer. "Ah ouais je vois, c'est pas forcément les meilleures qui viennent te trouver... Je comprends maintenant pourquoi tu n'aimes pas les filles." Effectivement si c'était des filles de cette trempe qui lui couraient après, elle pouvait comprendre pourquoi ça ne l'intéressait guère. Camille elle-même avait connu une fille comme ça à l'époque du collège et elle se demandait comment elle avait pu être son amie durant quatre années. Elle n'était tellement pas comme elle. Son exact opposé même ! Depuis cette époque elle n'avait plus jamais été amie avec des filles provocantes comme ça. Même si Bertrand ne lui avait pas dit comment elles étaient physiquement, elle les imaginait très bien comme son ancienne amie. Du genre à porter des tenues moulantes et très courtes histoire d'aguicher les mecs.

Après ça Cam et Bébert avaient parlé des parents de ce dernier. La brunette lui avait donné son point de vue à propos de tout ceci et écoutait à présent celui de son cousin. Elle lui fit un sourire lorsqu'il parla de sa mère. Elle connaissait bien sa tante et savait comment elle était avec son fils. Lorsqu'elle venait chez les Bonnet ou que Camille allait chez son cousin, elle était assez proche de sa tante, elle discutait avec elle et se confiait souvent à elle lorsqu'elle en ressentait le besoin. Elle était même plus complice avec elle que sa propre mère à l'époque. Elle comprenait donc parfaitement Bertrand et puis sa situation était assez similaire à la sienne. Elle grimaça lorsqu'il parla de son père. "Ouais je vois... Je te rassure c'est à peu près ça aussi à la maison. Ma mère pète souvent des câbles parce qu'il n'y a jamais moyen de parler avec mon père. Il veut toujours être tranquille dans son coin..." Depuis que son père était en pré-retraite et qu'il avait pris goût aux jeux d'objets cachés sur son ordi, il ne le quittait guère. Il ne fallait absolument pas lui parler ni même espérer un coup de main de sa part. L'ambiance était donc devenue assez bizarre au sein de la demeure Bonnet. Ce qui donnait souvent envie à la jeune femme de partir de chez ses parents, cependant elle se sentait mal à l'idée de laisser sa mère seule avec lui alors qu'il ne pense qu'à sa petite personne.

Les deux personnes dans la voiture s'étaient toutes les deux complimentées sur leur physique et leur tenue sauf que le garçon avait dit à sa cousine qu'il se fichait de son avis. Et ça elle n'avait pas trop apprécié, d'ailleurs elle ne s'était pas gênée pour lui dire que ce n'était pas sympa. Ça avait fait rire le jeune homme et Camille l'avait regardé furtivement l'air de dire : Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle. Lorsqu'il lui avait dit qu'elle n'était pas objective, elle avait haussé les épaules sans répondre. Son cousin lui avait dit qu'elle n'était pas méchante. Elle n'avait pas pu s'empêcher de répondre qu'elle pouvait l'être suivant les situations dans lesquelles elle se trouvait. Bien qu'en y réfléchissant, elle ne l'était pas... Elle sortait juste son caractère bien caché quand on venait l'importuner et ça c'était vrai que Bertrand ne l'avait jamais vu ou alors dans de rares occasions. C'était sûrement pour ça qu'il ne s'en rappelait pas. Elle se mit à rire lorsqu'il lui avoua qu'il aimerait la voir méchante. "Oh ben ce n'est pas difficile, si on vient me casser les pieds en boîte, tu verras !" Elle espérait que ça n'arriverait pas, mais elle savait que parfois dans ce genre d'endroit ça pouvait arriver. Surtout lorsqu'il y avait des mecs bourrés en manque de sexe. La jeune femme soupira lorsqu'il lui répondit qu'il n'ajouterait rien mais qu'ils verraient sur qui les regards seraient tournés en boîte. À croire qu'il se sous-estimait encore plus qu'elle ne le faisait envers elle-même. Au moins ils n'étaient pas de la même famille pour rien ces deux-là.

Pour plaisanter lorsque son cousin s'était sous-estimé à propos de son physique, sa cousine lui avait dit qu'elle irait interroger des clients de la boîte de nuit pour qu'ils donnent son point de vue sur son cousin. Sauf qu'elle n'avait pas vraiment l'intention de le faire contrairement à ce que Bertrand pensait. D'ailleurs elle venait de lui préciser qu'elle rigolait et ne le ferait pas. Il trouvait ça dommage. En voyant la tête qu'il faisait elle ne put s'empêcher de rire avant qu'il ne rigole avec elle. Elle secoua la tête amusée sans toutefois répondre quoi que ce soit à ce sujet.

La suite fit beaucoup rire la jeune libraire puisque son cousin avait employé une phrase en parlant de ses chevilles qui détournée par l'esprit de la jeune femme l'avait beaucoup amusée. D'ailleurs elle lui avait dit que sa phrase était douteuse et qu'on pouvait l'interpréter autrement. Ce qu'elle avait d'ailleurs fait... Toutefois elle n'avait pas eu besoin de préciser de quoi elle parlait puisque son cousin avait très vite compris vu sa réaction. Camille pouffa de nouveau de rire en l'entendant répliquer. "Oui ça je l'avais bien compris... Mais ça n'empêche que c'était très drôle." En effet qui n'aurait pas rigolé en entendant cette phrase que Bertrand avait utilisée ? Probablement personne en dehors de lui qui semblait vraiment gêné. "Eh ne te mets pas dans cet état, il n'y a pas de drame non plus !" Avait dit la demoiselle pour essayer de le calmer. Elle ne pensait pas qu'il aurait été autant gêné. La prochaine fois elle éviterait peut-être de lui faire ce genre de remarque lorsqu'il emploiera des phrases qui peuvent avoir un caractère sexuel.

Camille et son cousin en étaient venus à dire qu'ils se prendraient une cuite le jour où Raphaël serait en couple avec une femme qui le mènerait à la baguette. Ils avaient bien ri d'ailleurs en imaginant ça. Bertrand en revanche venait de lui dire qu'elle ne pourrait pas boire ce soir puisqu'elle conduisait. "Oh tu sais je n'ai pas forcément besoin de boire de l'alcool. Je sais très bien vivre sans. Et puis si vraiment j'en veux, j'en prendrai juste un ou deux verres en début de soirée mais pas plus. Je ne tiens pas vraiment à perdre mon permis pour ça." La jeune femme se mit à rire avec son cousin lorsqu'il parla de sa mère et du fait qu'elle ne serait pas contente s'il buvait. "Oui je crois plutôt qu'elle va venir souffler dans mes bronches si elle n'est pas contente en voyant dans l'état que tu rentreras si tu décides de te prendre une murge." Puis le jeune homme lui avait dit qu'en revanche s'il s'amusait à prendre de la drogue il serait privé de sortie à vie. Camille grimaça en repensant à son frère et ses potes. "Ben en même temps je la comprendrais tu vois... D'une part c'est pas joli à voir pour ceux qui assistent à ce genre de choses. Ensuite ça ne sert strictement à rien à part toujours faire mal aux proches... Donc crois-moi il vaut mieux éviter de toucher à ça..." Cam voyait bien que son cousin était un peu triste mais surtout déçu du fait que peu de monde voyait qu'il était un garçon bien. C'était sans se forcer qu'elle lui avait dit qu'il était extra et qu'il ne devait pas se soucier du regard des autres. Elle savait bien ce qu'il pouvait ressentir puisqu'elle-même se sentait souvent seule et incomprise des autres. Même si ça elle ne le lui dirait pas parce qu'elle ne voulait pas gâcher la soirée et qu'elle ne voulait pas non plus qu'il s'en fasse pour elle. Cependant elle ne put que faire la moue lorsqu'il lui répondit qu'il aimerait parfois être différent. "Cesse de te tracasser avec ça... Tu te fais du mal pour rien là." Décidément elle n'aimait pas le voir mal comme ça.

Bertrand reprochait à sa cousine le surnom qu'elle lui donnait. Du coup pour le faire craquer elle lui avait fait son air de chien battu même si ça ne fonctionnait pas vraiment pour le coup. Quoique il se cachait pour ne pas la voir faire, ce qui était déjà pas si mal en soi. Elle ronchonna parce qu'il ne voulait plus de ce surnom. Elle haussa les épaules lorsqu'il lui fit une petite réflexion et lui donna donc une liste de surnoms potentiels bien qu'il n'y en avait aucun qu'elle affectionnait... Elle s'était juste contentée de donner les premiers qui lui étaient passés par la tête. Elle ne put s'empêcher de rire en entendant ses commentaires. Et puis la tête qu'il faisait était hilarante elle aussi. Elle ne put s'empêcher d'exclamer son enthousiasme lorsqu'il lui donna la permission de continuer à l'appeler comme elle l'avait toujours fait. "Yessssssssss !!!! Je savais que tu l'aimais bien ce surnom même si tu me dis le contraire. La preuve tu n'as pas aimé les autres... Même si j'avoue ils n'étaient pas terribles. Au moins t'as vu que je peux encore et toujours trouver pire." Lui avait-elle fait remarquer avec un sourire sadique.

Bertrand parlait une fois de plus de son grand frère et Camille l'écouta à nouveau lorsqu'il lui parla de ses craintes. Elle ne put que rire lorsqu'il lui avait dit qu'il serait sûrement parti de la maison de ses parents avant lui. "Alors là je crois que oui c'est fort possible que tu quittes le nid avant lui. Il n'a pas l'air fort pressé de partir de chez tes parents. Pour ce que tu m'as dit juste avant, je pense que tu as encore une fois raison... À mon avis tu devrais t'attendre au pire avec lui... Perso je serais toi, je ne ramènerai pas quelqu'un chez tes parents avec un frère tel que lui dans les parages." On ne pouvait pas dire que Camille portait son cousin Raphaël dans son coeur. Au contraire même ! C'en était à point où elle ne pouvait même pas le voir en photo ni en peinture. Elle se méfiait également de lui comme de la peste. Elle savait comment il était et ne tenait pas particulièrement à le fréquenter. Et ce même s'il n'avait qu'un an de plus qu'elle... Jamais elle n'avait été proche de lui et jamais elle ne le serait, ça c'était certain puisqu'elle faisait son maximum pour l'éviter. Contrairement à Bertrand, elle avait cette chance de ne pas être obligée de le côtoyer.

Sur le reste du trajet Camille avait dit à son cousin qu'elle partirait de chez ses parents pour vivre en colocation avec sa cousine Morgane dès qu'elles auraient trouvé leur bonheur. Une fois arrivés sur le parking, les deux jeunes étaient descendus de voiture et à peine dehors la demoiselle avait repéré Erwan. Son cousin voulait en savoir plus sur lui, alors elle lui avait confié quelques petites choses sur sa relation avec lui. Camille était un peu déçue que Bertrand n'ait pas de réaction alors que c'était lui qui lui avait posé des questions sur ce garçon. Toutefois elle ne le montra pas. Elle s'était perdue dans ses souvenirs communs avec Erwan durant quelques minutes et en fut sortie lorsque son cousin lui avait dit qu'il serait toujours là pour elle. Elle l'avait remercié avant qu'ils ne commencent à parler du malaise qu'elle avait fait en ville quelques jours plus tôt. Par chance elle avait réussi à le rassurer sur ça car si ça n'avait pas été le cas, Bertrand aurait tout simplement annulé leur soirée boîte de nuit et ça c'était hors de question pour Camille qui avait envie de s'amuser et surtout de danser.

Après ça la jeune femme s'était amusée à embêter son cousin qui matait Kévin. À tel point qu'il en était devenu rouge à force. Elle avait rendu les armes pour qu'il ne soit pas trop mal à l'aise mais lorsqu'il parla du fait qu'elle le vexerait si elle le prenait pour une fille, elle n'avait pas pu s'empêcher de l'embêter une nouvelle fois à propos de sa fausse identité. Il avait parfaitement compris à quoi elle faisait allusion. "Oh mais si ce n'est que ça je peux te prêter mes fringues et du maquillage. Par contre il faudra que tu t'achètes une perruque parce que là pour tes cheveux je ne peux rien faire." Avait-il dit en riant. Elle imaginait très bien son cousin habillé comme une fille et ça ne la calmait pas du tout. Certes il lui avait dit qu'il ne le ferait pas mais c'était tout de même drôle à imaginer. Elle grimaça lorsqu'il parla de ce qui pourrait lui arriver quand Kévin découvrirait la vérité. Elle soupira en secouant doucement la tête. "En même temps pour le coup tu aurais mieux fait de réfléchir avant de te lancer là-dedans Bertrand... Je ne sais pas comment tu en es venu à vouloir faire ça mais voilà... C'est sûr que pour le coup tu as joué avec le feu."

Les deux cousins étaient en train de parler d'une série que la jeune Camille aimait beaucoup. Son cousin la regardait aussi apparemment d'après ce qu'il lui avait dit. Seulement il lui demanda de se taire sous prétexte que les autres garçons ne la regardaient pas et que ça montrait encore une fois qu'il était gay. Elle avait trouvé ça totalement absurde et n'avait pas hésité à contre-argumenter en lui disant que d'autres garçons devaient suivre la série pour les jolies filles qui jouaient dedans. Elle pour sa part la regardait parce qu'elle appréciait le scénario et le jeu des acteurs mais elle devait bien avouer qu'il y avait aussi des beaux mâles à mater dans la série. Et puis même si elle n'était pas lesbienne, elle devait bien avouer que les filles étaient plutôt bien foutues. D'ailleurs elle aurait bien aimé ressembler à Aria même si elle n'avait pas l'air très grande. Bertrand lui parla de son personnage féminin préféré. "Ah ouais... Moi je ne saurais pas choisir je les aime toutes pour des raisons différentes... Hanna pour son passé difficile à cause de son poids. Emily pour son caractère. Etc... Non sérieux Caleb il est trop sex ! Wren ? Hum mouais lui je l'aurais plus vu avec Spencer mais il y a pas moyen, je l'aime trop avec Toto !" Camille ne put s'empêcher de rire lorsque son cousin lui confia qu'il irait plus souvent chez son médecin s'il ressemblait à Wren. "Ah bah ça, je ne sais pas pourquoi mais ça ne m'étonne pas. En gros tu jouerais au malade imaginaire pour aller le voir le plus souvent possible. Ah bah c'est du propre ça tiens !"

Ils n'avaient guère pu parler plus longtemps puisque Erwan avait décidé de jouer son chieur ce soir en s'en prenant au cousin de Camille et un peu à elle aussi. Elle savait qu'il faisait ça dans l'unique but de l'ennuyer mais elle ne pouvait pourtant pas s'empêcher de s'énerver. Surtout qu'elle ne supportait pas le fait qu'il s'en prenne à son cousin. Si à la rigueur il ne s'en était pris qu'à elle, elle aurait pu laisser couler, l'ignorer, mais là pas question qu'elle le laisse continuer ce petit jeu avec Bertrand. Elle avait confié ses clés de voiture à ce dernier avant de partir plus loin, suivie par Erwan.

Il voulait la guerre, il allait l'avoir, voilà ce que se disait la brunette. Il osait tout faire pour l'énerver puis lui demandait de se calmer. Non mais il rêvait pour le coup ! Elle avait haussé les épaules lorsqu'il lui avait dit que c'était grave de s'énerver si vite. "Si tu n'as pas envie qu'on vienne te prendre la tête, dans ce cas-là ne viens pas provoquer les autres. Je t'assure ça marche pas mal. Quand on n'embête pas les autres, ils ne viennent pas vous prendre la tête. Tu devrais essayer pour vérifier."  Camille leva les yeux au ciel, exaspérée par le comportement de son ancien ami qui avait osé penser que Bertrand était peut-être son amant. "Pfff, n'importe quoi sérieux ! Je ne suis pas encore descendue aussi bas pour prendre un amant. Je ne suis pas une salope !" De nouveau elle leva les yeux au ciel lorsqu'il s'était moqué d'elle parce qu'elle avait deviné pourquoi il l'avait provoquée. "C'est juste pathétique Erwan !" Décidément elle n'arrivait plus à le comprendre. Lui qui lui avait bien fait comprendre quelques jours plus tôt qu'ils ne redeviendraient pas amis, pourquoi voulait-il lui parler ? Pourquoi avait-il fait ce cirque ? Il y avait quand même plus simple que de provoquer les gens pour avoir une discussion avec eux. Il continuait sur ce terrain en essayant de faire peur à Camille, chose qui ne fonctionnait pas du tout puisqu'elle se moquait ouvertement de lui. Elle ne voyait pas du tout comment il pourrait lui faire mal. Pourtant il continua sur ce sujet. "Ah oui et tu comptes me faire mal comment dans ce cas ? C'est ça ouais..." Elle n'aimait pas du tout le fait qu'il continue à se moquer de Bertrand. Cependant elle se doutait que si elle insistait trop là-dessus, il prendrait un malin plaisir lui aussi à continuer.

Pour montrer tout de même son mécontentement elle n'avait pas hésité à le pousser. Apparemment il voulait savoir ce qu'elle compterait faire si Kévin oui lui-même venaient à s'en prendre à son cousin. Elle lui avait répondu que pour le moment elle ne le savait pas. Soi-disant il était déçu et continua à la narguer. Pour toute réponse elle lui accorda un haussement d'épaules accompagné d'un regard noir. La suite ne fut guère mieux puisque Erwan avait fait la grave erreur de la toucher alors qu'elle ne supportait plus qu'on soit si proche d'elle. La réaction de la jeune femme ne se fit pas attendre puisqu'elle le repoussa à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'il la lâche tout en lui lançant un regard très très sombre en lui demandant très fermement qu'il ne la touche pas. Apparemment elle lui avait fait peur vu la manière dont il s'était reculé en levant les mains en l'air tout en disant qu'il ne lui ferait rien. Sauf que ça elle s'en fichait de savoir s'il allait lui faire quelque chose ou non. Il avait dépassé une limite que Cam s'était fixée depuis plusieurs années. Et puis c'était un peu de sa faute aussi puisqu'il lui avait dit qu'il n'y avait pas qu'avec les mots qu'il pouvait lui faire mal. Du coup maintenant elle doutait encore plus de lui... Elle avait du mal à se calmer et à relâcher ses poings qu'elle avait serrés lorsqu'il avait posé sa main au niveau de son menton.

Cependant elle se calma petit à petit au fil de leur discussion sur le passé. Et ce même si elle n'avait pas du tout envie d'en reparler. Surtout qu'elle n'y comprenait plus rien. C'était bien lui quelques jours plus tôt qui lui avait dit qu'elle était trop centrée sur le passé. Et là qui venait lui en parler ? Lui ! D'ailleurs elle lui avait fait une réflexion quant au fait qu'il voulait parler du passé. Il lui répondit qu'il aurait mieux fait de se taire. Ce à quoi elle ne lui accorda qu'un regard qui voulait dire : Ça je ne te le fais pas dire !

Même s'il l'avait fait en soupirant, il avait fini par se dévoiler à elle et elle l'avait écouté sans l'interrompre puis lui avait dit ce qu'elle pensait sincèrement. Bien qu'apparemment ça n'avait pas servi à grand chose puisqu'il était toujours sur les nerfs et qu'il se fichait pas mal de ce qu'elle lui disait. Tout comme il ne la croyait pas et ça c'était le pire pour Camille même si elle ne lui montrait pas. Pas question qu'elle montre une nouvelle fois ses faiblesses devant lui. "Ouais c'est ça... Je n'aurais peut-être pas pu faire grand chose mais je t'aurais au moins écouté... Et qu'est-ce qui te fait dire ça ? Parce que si ça se trouve tu penses ça mais ce n'était pas le cas. Tu sais des fois quand on est gosse on imagine des choses qui sont loin d'être la réalité." Camille soupira lorsqu'il douta de ce qu'elle lui avait dit. Visiblement il ne la connaissait pas... Ce qui était tout de même triste vu le nombre d'années qu'ils avaient passé ensemble. La suite ne lui avait pas plu non plus et du coup elle avait gardé le silence au lieu de lui dire ce qu'elle ressentait à propos de tout ça. Elle aurait très bien pu s'énerver une fois de plus mais le coeur n'y était plus.

Après ça il avait fallu de nouveau qu'il cherche Camille en se moquant d'elle et en disant qu'elle n'avait probablement pas pris de cuite de sa vie. À son tour elle le nargua en lui disant que si elle en avait déjà pris une bonne puis elle lui avait demandé s'il voulait les détails du lendemain. Ce à quoi il continua à jouer la provocation. Camille soupira un grand coup en entendant ce qu'il disait. Certes elle aurait pu être flattée par ses paroles mais la manière dont il avait dit ça ne lui plaisait pas. Du coup elle ne s'était pas gênée pour lui mettre une gifle. "Espèce de pervers ! Je t'interdis de fantasmer sur moi !" Elle tourna aussitôt les talons en lui disant tout de même au revoir, histoire qu'il ne lui reproche pas ça aussi...

Très vite elle était allée rejoindre son cousin pour lequel elle s'inquiétait à cause des dires du pompier. Aussitôt elle lui avait demandé s'il allait bien et fût vite rassurée lorsqu'il lui avait répondu par la positive. Bien qu'elle se demandait s'il oserait lui dire la vérité si jamais le fameux Kévin lui avait dit ou fait quelque chose de mal alors qu'ils se trouvaient devant lui. Elle fusilla le brun et son pote du regard lorsque ce dernier était revenu en cherchant encore à la provoquer. Sauf que cette fois elle n'allait plus lui répondre et l'ignorer pour de bon. D'ailleurs elle ne répliqua pas lorsqu'il parla avec Kévin à son sujet. "Allez viens cousin." Dit-elle à Bertrand en l'attrapant pour le bras afin qu'ils avancent jusqu'à arriver devant le physionomiste. Celui-ci les laissa entrer sans rechigner. De toute façon s'il avait posé problème par rapport à Bertrand, il l'aurait laissé entrer en sachant qu'il était accompagné par un adulte. Du moins elle entrait en boîte quand elle était mineure grâce à ses copines qui étaient plus vieilles qu'elle. Et puis jamais les videurs ne lui avaient demandé sa carte d'identité.

Une fois à l'intérieur ils allèrent payer leur entrée. Camille garda sur elle son petit sac au cas où elle aurait besoin de sucre. Cependant elle laissa son boléro bleu turquoise aux vestiaires qu'elle paya puis resta en robe à fines bretelles. "Au fait tu peux me rendre mes clés s'il te plait ?" Avait-elle demandé à son cousin. Elle l'attendit puis rentra carrément à l'intérieur de la boîte et se dirigea directement sur la piste de danse car elle avait vraiment besoin de se défouler après toutes ces émotions à cause de son ancien ami. Sauf qu'une fois sur place elle se figea en remarquant que son petit ami était avec un type. Ils étaient carrément en train de se rouler une galoche. Elle n'en croyait pas ses yeux. Elle qui ne pensait pas du tout Tim comme ça... Encore un qui s'était bien moqué d'elle. Elle vit ensuite le blond qui l'accompagnait se trémousser derrière lui. Elle se tourna pour chercher du regard son cousin. Elle sentait qu'elle allait faire plusieurs meurtres d'ici quelques minutes si personne ne la retenait. D'autant plus qu'elle commençait à avoir les larmes aux yeux aussi bien à cause de la colère que de la tristesse. *C'était trop beau pour être vrai... J'aurais dû m'en douter que je m'étais encore fait avoir. De toute façon je suis un aimant à boulets...* En pensant ça Camille serra les poings comme elle l'avait déjà fait quelques minutes plus tôt sur le parking.
Codage par Emi Burton





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 06/05/2015
► paroles rapportées : 784
► célébrité : dylan fucking perfect o'brien
► âge : 24
► nationalité : c'est un petit british
► métier : je travaille comme programmateur de site web dans une société informatique
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 17 Aoû - 15:00

dance, drink & trouble
kylaël x bertrin x erwille
Timaël ne pouvait s’empêcher de faire une légère moue en le voyant refuser une nouvelle fois le verre qu’il lui proposait mais il n’allait pas le forcer à boire s’il n’en avait pas envie. Si on lui avait dit qu’un jour, il serait dans une boîte de nuit à discuter avec son ancien petit ami de tout et de rien, il ne l’aurait pas cru. Lui qui pensait lui en vouloir jusqu’à la fin de sa vie, il avait suffi d’une seule soirée pour qu’il oublie tout. Ou alors c’était grâce à l’alcool qu’il avait bu et qui lui permettait de faire table rase du passé. Pour cette nuit, tout du moins parce qu’il savait que demain le réveil serait différent. Tim allait reprendre sa parfaite petite vie d’hétéro confirmé. Cela lui pesait de devoir se comporter comme ça mais il n’avait pas encore le cran de le dire à voix haute. Pourtant, Tim approchait bientôt des vingt-trois et depuis le temps qu’il se savait gay, il aurait pu trouver le courage mais non. C’était à ne plus rien y comprendre de toute façon. Le jeune brun se passa une main dans les cheveux avant de se mettre à rire aux mots de Kylian. « Tu sais bien que je ne suis pas comme ça.. » dit-il en laissant échapper un petit soupire. Tim n’encourageait jamais les gens à boire et lui s’était interdit de le faire lorsqu’il n’était pas accompagné de personnes de confiance. Du moins, excepté pour ce soir mais il en avait vraiment besoin.

Il voulait juste pour une fois être vraiment lui-même. Cela le tuait de devoir mentir à tout le monde, même à sa propre copine. Il appréhendait vraiment le moment où elle découvrirait la vérité et il espérait qu’elle l’apprenne de lui et pas de quelqu’un d’autre. Il savait que de toute façon tôt ou tard, il allait devoir rompre. Pour le moment, elle ne semblait pas vouloir aller plus loin que quelques baisers et c’était suffisant pour lui mais quand elle souhaitera passer à l’étape supérieure, il ne se voyait guère le faire avec une fille. D’une part parce qu’il ne l’avait jamais fait et que cela ne l’emballait pas du tout et de l’autre, elle verrait bien qu’il n’était pas attiré par elle. Son corps ne réagirait sûrement pas comme il avait eu l’habitude de faire en présence du blondinet. Rien qu’à cette pensée, il but le restant de sa boisson, il ne fallait pas qu’il pense aux moments qu’il avait partagés avec Kylian. Depuis leur séparation, il n’avait rien fait et bizarrement cela ne lui manquait pas plus que ça. Peut-être parce qu’il n’avait pas rencontré d’autres garçons qui l’avaient attirés ou qu’il s’interdisait toutes pensées trop intimes de son ex. Puis après avoir déposé son verre vide sur le comptoir, Timaël entraîna Kylian sur la piste de danse, main dans la main. Il se fichait bien des regards que pouvaient leur lancer certaines personnes, il était dans sa bulle et il pouvait sans doute remercier l’alcool qui lui donnait le courage de s’affirmer. Tim avait commencé à bouger au rythme de la musique avant que son regard ne croise celui de Ky’ et il ne put résister à l’envie de se rapprocher de lui.

L’alcool le rendait un peu trop bavard et lui permettait de se dévoiler au jeune blond, une part de lui voulait qu’il sache combien il avait souffert de cette soirée, il avait cru que ses quatre ans n’avaient rien représenté aux yeux du blond alors que pour lui, il avait été toute sa vie. Son unique point d’attache. Et lorsque Kylian lui avoua qu’il l’aimait, il n’aurait pas pu être plus heureux, un grand sourire était apparu sur ses lèvres et il n’avait guère pu s’empêcher de passer ses bras autour de son cou faisant se toucher leurs torses. Timaël frissonna quand il sentit ses mains descendre jusqu’aux creux de ses reins et il se mordilla doucement la lèvre. « Je ne pouvais pas t’affronter, je n’ai pas eu le courage de venir te voir pour te dire à quel point je t’ai détesté de m’avoir fait mal. Quand je t’ai vu embrasser ce mec, j’ai eu l’impression que le monde s’écroulait sous mes pieds. Et je savais que si je te faisais face le lendemain, je t’aurais pardonné parce que tu étais tout pour moi et je ne pouvais pas, je ne voulais pas souffrir de nouveau. » Tim regarda ses chaussures, il n’aurait pas pu affronter le regard de l’autre garçon surtout qu’il avait peur de ce qu’il aurait pu lui dire. Il avait toujours pensé que pour lui, leur relation n’était qu’un jeu et que le fait de se cacher des autres l’excitait encore plus. Le brun pouffa avant de secouer les épaules. « J’avais besoin d’oublier nos retrouvailles. Je pensais avoir tiré un trait sur toi et pourtant non, tu as toujours la même emprise sur moi, sur mon cœur, sur mon corps, tout.. Et j’avais peur que ma vie soit chamboulée, je ne peux pas me permettre de tout perdre. J’ai mis du temps à me reconstruire. » Lors de leur rupture, Timaël avait été un véritable déchet et il avait eu beaucoup de mal à remonter la pente. Finalement ce qui l’avait empêché de faire une bêtise, c’était la proposition de son employeur.

Il n’avait pas hésité à accepter voulant à tout pris tourner une page trop douloureuse à tout prix et il y était parvenu. Enfin presque, ce serait mentir de dire qu’il n’avait jamais pensé à lui mais Tim avait cru pouvoir lui en vouloir suffisamment pour le rayer complètement de sa vie. Aujourd’hui, lui prouvait bien le contraire. « Non absolument pas ou alors, tu aurais eu de la chance. » dit-il avec un petit sourire. Tim avait rompu tout contact avec l’Angleterre même avec ses amis de l’internat, il avait du d’ailleurs leur sembler très étrange lors de cette soirée. Il avait passé son temps à faire la tronche en voyant son petit ami le délaisser pour la boisson ou pour la danse. Et il avait même laissé tomber carrément un verre quand il avait vu le spectacle et il s’était enfui. Il ne voulait pas que les autres sachent, il n’avait pas honte de ce qu’il était mais il y a des choses qui ne se disaient pas publiquement. Puis, il ne comprenait pas pourquoi il fallait qu’il dise qu’il était gay. Après tout, les hétéros ne le disaient pas eux, pourquoi ce serait différent des autres. Le brun se sentait comme s’il était sur un petit nuage, il ne s’attendait pas du tout à ce que la soirée se déroule de cette manière. Et pour être sûr de ne pas avoir rêvé, il demanda au jeune homme si c’était vraiment le cas.

Puis l’entendre lui dire qu’il l’aimait provoquait des bonds dans sa cage thoracique. « Désolé, je crois que mes jambes ont eu dû mal à supporter à ton aveu. Non, on reste ici. » dit-il d’une voix claire alors que ses lèvres se rapprochaient des siennes. Il ne contrôlait même pas son corps et quand il l’embrassa, ce fut comme un feu d’artifice en lui, le plongeant quelques années en arrière. Ce baiser n’avait rien à voir avec ce qu’il partageait lorsqu’il embrassait Camille, loin de là. Il laissa leurs langues se découvrir de nouveau réchauffait le creux de son ventre. Leurs langues se cherchèrent, se caressèrent, s'entremêlèrent et s'enroulèrent. Celles-ci jouant une danse enfiévrée qui ne fit qu’embraser le corps du jeune homme et il ne put s’empêcher de faire une petite moue boudeuse quand Ky se détacha de lui. Tim ne le quittait pas des yeux, ses joues légèrement rouges, sa respiration étant légèrement saccadée.  Cependant, il ne put s’empêcher de rire quand le blondinet prit la parole. « Non, ce n’est pas ce que je veux de toi. » dit-il en se mordillant la lèvre d’un air distrait. Le jeune brun ne voulait pas le quitter, il voulait passer cette soirée avec lui. Il n’avait jamais autant désiré quelque chose de sa vie et il ne put s’empêcher de sourire quand il l’embrassa même si à ses yeux, ce baiser était bien trop rapide. Il avait envie de goûter encore et encore à ses lèvres, il voulait se délecter de ses frissons qui le parcouraient à chaque fois qu’ils s’embrassaient.

Tim ne put s’empêcher de froncer les sourcils lorsqu’il s’éloigna de lui. La danse était loin d’être son vrai souci mais quand il sentit Kylian se mettre derrière lui, un léger sourire apparut sur ses lèvres et il se laissa guider par le jeune homme. Poussé par la musique, il se déhanche, son dos collé à son torse. Leurs doigts s’entrelacèrent et il fermait légèrement les yeux en sentant les lèvres sur son cou, des frissons lui parcourant tout le corps. Il allait le rendre dingue, il ne put retenir un léger gémissement quand il mordilla son oreille. Si Timaël n’avait pas été pompette, il aurait été complètement gêné par ce gémissement qui avait traversé ses lèvres. Mais entre l’alcool qui coulait entre ses veines, le corps du blond qui se déhanchait contre le sien ainsi que ses lèvres sur son cou, il était peu à peu en train de perdre la raison. Cependant, sa révélation lui fit ouvrir les yeux en grand et il arrêta tout mouvement, le cœur battant à cent à l’heure. Le jeune homme sent de suite son désir monter d’un cran et il se dévisse presque le cou  pour croiser son regard. Celui-ci légèrement noirci par l’envie ne quitte pas le blond et un léger sourire apparaît sur ses lèvres. « Allons ailleurs.. » dit-il d’une voix rauque. Il se moque bien de ce que demain serait, pour l’instant il avait juste envie de se laisser aller dans ses bras et de lui montrer à quel point il lui avait manqué. Kylian avait été son unique garçon, le seul qui était capable de le rendre complètement dingue avec les sept mots qu’il venait de prononcer.      

© flappy bird.





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

We can make it happens
The past influences the present I do not know even any more what wants to say us You indeed want to take me in your arms?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 389
► célébrité : Cody Christian
► âge : 22
► nationalité : Française
► métier : En terminale au lycée (merci les redoublements --')
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 14 Sep - 0:55

Dance, drink & trouble
Tim, Kev, Erwan, Kyl, Bébert & Cam




Les deux potes étaient complètement en train de délirer sur le fait que Kévin pourrait grimper sur le toit de la petite voiture de son ami pour faire comme s’il était en train de faire du cheval. Bien évidemment l’idée plaisait beaucoup au jeune lycéen qui était presque toujours voire même toujours prêt à relever des défis stupides. Il avait le goût du risque et très peu de choses pouvaient lui faire peur. Mais le pire c’est que le pompier ne faisait qu’attiser encore plus son ami en lui disant qu’il n’était pas cap de le faire. Kéké fit comme si il était quelque peu offusqué par ses propos. « Moi ? Pas cap ? Alors là tu te trompes ! Je suis carrément prêt à le faire ! Quand tu veux ! Une corde, mouais si tu veux… Mes petits bras ? Tu veux les voir mes petits bras peut-être ??? » Il en faudrait beaucoup à Kévin pour s’énerver et ce n’était pas ce genre de petites blagues de son pote qui allaient le faire sortir de ses gonds. Et puis même si Erwan ne rigolait pas, il s’en fichait totalement. Les critiques sur son physique ne l’atteignaient pas du tout. Pour cause il ne s’est jamais senti complexé par rapport à ça.

Kévin et son ami Erwan étaient en train de parler comme deux égoïstes ce qui n’avait pas l’air de trop les déranger. Après tout ils avaient raison en un sens car personne d’autre qu’eux ne penseraient à eux, alors autant qu’ils pensent à eux tout seul. Kev ne put s’empêcher de rire face à ce que venait de dire son pote. « Ah ouais je vois ça, t’es à peine intéressé toi. T’es vénal en fait. » Le brun était très curieux de nature et là le fait qu’il sache que le pompier ne voulait pas lui parler totalement du plan qu’il avait prévu ne faisait qu’augmenter sa curiosité. Du coup il avait demandé à Erwan d’arrêter de lui parler de ça s’il ne voulait pas le faire totalement. Kévin secoua la tête négativement à ses dires. « Non, non je ne poserai pas de questions. Je n’ai pas la tête à réfléchir ce soir. » Oui il était vrai que le jeune garçon n’était pas du genre à trop se prendre la tête. Surtout à cette heure-là et puis si Erwan n’avait pas envie de se confier à lui, il n’allait pas le forcer même si sa grande curiosité le tuait à petit feu.

Décidément ce soir Kévin avait du mal à ne pas rire à cause des âneries que lui sortait son pote. Ils parlèrent de Cupidon et Kéké n’était pas du tout ravi d’avoir cette image d’Erwan vêtu ainsi dans la tête. D’ailleurs il le lui avait fait savoir. Ce qui avait fait rire son ami. Le lycéen lui avait dit qu’il n’y avait aucun risque qu’il fantasme sur lui mais le pompier plaisantait encore une fois de plus sur le sujet. « Certainement avec qui tu veux mais pas avec moi… Ah tu veux que je prenne mes distances ? Ben ok restes tout seul alors mec. Pour le coup j’en suis moins sûr là. »

Après ça Erwan avait confié à son ami que le type qu’il surveillait n’était qu’un petit salaud qui jouait avec une fille alors qu’il aimait les mecs. Kévin trouvait vraiment ça dégueulasse et n’aurait pas aimé être à la place de la pauvre fille. En tout cas s’il avait été à sa place, il l’aurait sûrement très mal pris et aurait pété un câble. « Oh arrête je pense que toi tu dis clairement aux filles ce que tu attends ou non d’elles. Je me trompe ? Donc t’es pas une crapule… » Kéké continua d’écouter Erwan et ne put s’empêcher de grimacer. « Ouais non c’est sûr que là… Alors ça si tu veux le savoir, tu n’as qu’à aller lui demander. » Kev avait terminé sa phrase en riant. Il imaginait très bien Erwan partir trouver le mec pour savoir s’il avait déjà couché ou non avec sa nana. Cela amuserait beaucoup le jeune homme. Il se mit à rigoler encore plus en voyant le pompier grimacer. « T’as imaginé le type habillé en Cupidon c’est ça ? » Kéké n’arrivait plus à arrêter de rire. Peut-être que l’alcool y était pour quelque chose.  Ah si lui avait dû subir de mauvaises images à cause de son ami, il n’allait pas se priver de lui en donner lui aussi. Œil pour œil, dent pour dent. Ceci en toute amitié bien entendu. Erwan avait fait une boulette en se dévoilant trop à son ami et celui-ci ne tarda pas à vouloir tout savoir au sujet de la fille qui était manipulée par le type assis au bar. Kev avait demandé plus d’explications au pompier qui prenait un malin plaisir à ne rien vouloir lui dire. Histoire de l’embêter un peu le jeune homme avait pris un air boudeur en croisant les bras et en tapant du pied, comme les enfants faisaient souvent lorsqu’ils faisaient un caprice. D’ailleurs il s’amusa même à prendre un ton d’enfant pour parler. « Mais euhhhhhhh, je m’en fiche je veux savoir ! » Oui son ami en avait trop dit ou pas assez et maintenant il voulait en savoir davantage. Surtout qu’il avait bien compris que le pompier connaissait la petite-amie du type au bar. D’ailleurs il se demandait pourquoi il voulait qu’elle ouvre les yeux sur son homme et pourquoi il la voulait elle et pas une autre. Après tout Erwan était un vrai dragueur, un bourreau des cœurs… Du coup ça étonnait grandement son ami qu’il se fixe sur une fille en particulier.

Après ça les deux amis étaient sortis dehors pour prendre l’air et surtout permettre à Kévin de prendre la dose de nicotine dont il avait besoin. Tout en buvant et en fumant, ils papotèrent un peu ensemble mais très vite Erwan décida d’embêter deux personnes qui venaient d’arriver dans la file d’attente. Kéké avait un peu du mal à reconnaître son ami pour le coup mais il préféra ne rien dire. Du moins si, il avait fait une ou deux petites réflexions pour embêter son pote avant que celui-ci ne parte plus loin en compagnie de la demoiselle qu’il avait envie d’embêter visiblement. Quant à Kévin il resta seul avec le jeune Bertrand. Du moins il avait cru entendre quelques instants plus tôt qu’il s’appelait comme ça. Kev avait fini son verre et sa clope et décida de passer le temps en parlant avec le jeune homme qui était seul près de lui. Au fil de la discussion Kévin avait pu apprendre que la demoiselle qui se disputait au loin avec Erwan était la cousine de Bertrand. Il avait compris qu’ils étaient très proches, un peu comme des frères et sœurs de cœur. Du moins c’était ce que le jeune homme lui avait fait comprendre. Sauf que d’avoir parlé de ça lui avait fait penser à sa défunte sœur Manue et il essayait du mieux qu’il le pouvait de chasser ses sombres pensées. Il n’avait pas envie de déprimer alors il fallait qu’il parle d’autre chose. Du coup ils avaient totalement changé de sujet et c’était pas plus mal selon le brun. « Peut-être ouais… Si tu le dis c’est que ça doit être vrai. Ça je veux bien le croire que ce n’est pas marrant… Je n’en ai jamais douté. Ouais c’est certain il faudrait que les bourreaux se mettent à la place de leurs victimes. Mais ça je crois qu’ils ne le feront jamais… Ils aiment trop faire souffrir les autres. » Du moins c’était ce qu’imaginait Kévin puisque lui n’avait jamais fait ça. Il était tout ce qu’il y avait de plus tranquille comme mec. Pas le genre à chercher les ennuis avec les autres personnes. Le brun remarqua bien vite que le jeune Bertrand était un brin énervé même s’il ne savait pas pourquoi. Enfin si il se doutait que ça devait être à cause d’Erwan…

Les deux jeunes étaient toujours en train d’observer Camille et Erwan au loin. Cependant Bertrand était en train de faire son malin et attisait la curiosité de Kévin qui était déjà bien présente depuis plusieurs minutes. Il demanda donc à son interlocuteur de lui balancer ce qu’il savait au sujet d’Erwan. Bien évidemment ça avait l’air de surprendre Bertrand. Kévin soupira avant de dire. « Oui parce que mon pote est quelqu’un de très cachottier et mystérieux si tu vois ce que je veux dire… Et moi étant très curieux ça m’énerve quand il me cache quelque chose. » Kev était un peu surpris par ce que lui avait dit le jeune homme près de lui et il lui avait donc répondu avant que Bertrand ne lui confie quelque chose. « Ah d’accord… T’es difficile alors parce qu’elle est plutôt mignonne quand même la petite. » Kev arqua un sourcil en écoutant ce que lui disait le jeune garçon. « Erwan jaloux ? Nan je crois pas que c’est son genre… Loin de là même. » Le brun avait du mal à imaginer son ami comme un garçon jaloux.

Par la suite l’interlocuteur de Kévin avait cru lui faire mal ou lui faire peur par ses paroles et son regard. Sauf qu’il ne connaissait pas du tout le brun et qu’il se fichait totalement de ce qu’il pouvait penser sur lui. Le pire c’était qu’en plus ça l’amusait. Bertrand était vraiment mal tombé pour le coup. Et puis il avait du mal à comprendre le comportement de ce garçon. Cependant il n’allait pas se prendre la tête pour ça. D’une part parce que ce n’était pas son genre et qu’en prime il était trop embrumé par l’alcool et les joints qu’il avait fumés avant de venir ici. Malgré tout il arrivait quand même à garder des conversations cohérentes sans que ça se remarque trop. L’avantage d’être consommateur depuis plusieurs années. « Tant mieux si son copain la traite bien… Ah ouais et tu vois quoi au juste ? Vas-y dis cash ce que tu penses ! Aha donc ta cousine est l’ex d’Erwan… En même temps j’aurais sûrement dû m’en douter vu ce qu’il a dit tout à l’heure. » Oui le brun repensait à une phrase qu’il avait dite quelques instants avant de suivre Camille sur le parking. Il avait aussi hâte de voir ce que le petit mec à côté de lui allait lui dire à propos de lui. Puisque celui-ci avait l’air de se faire une idée sur lui, autant qu’il lui dise carrément ce qu’il imaginait sur lui. Et puis ce n’était tout de même pas la faute de Kévin s’il voulait toujours tout savoir. Voyant l’état dans lequel Bertrand se mettait en parlant de sa cousine, le lycéen lui avait dit de se méfier d’Erwan s’il tenait tant à protéger Camille. Si Erwan savait que son pote le « descendait » de la sorte il se ferait probablement tuer. Mais après tout ? Comment serait-il au courant ? À moins que Bertrand n’ouvre trop sa bouche, il n’y avait aucune raison pour qu’il l’apprenne. La réplique du jeune homme avait bien fait rire Kévin. Le petit n’avait pas tout à fait tort puisque même Kéké avait trouvé qu’Erwan avait drôlement vite suivi la jeune femme sans broncher. « Le pire c’est que t’as sûrement raison là… D’ailleurs ça m’étonne de sa part. À croire qu’il a trouvé plus fort que lui… »

À peine quelques instants plus tard, en parlant du loup, les deux ex étaient arrivés. Ce qui avait permis à Kévin d’éviter de répondre à une question qu’il avait trouvée bizarre. Quant à Erwan il avait posé une question à laquelle Kéké s’était empressé de répondre en le taquinant. Puis il avait remarqué la paire d’yeux que la jolie brune leur avait lancée et avait baissé d’un ton pour parler à son pote. Seulement il fut surpris de la réponse de son ami et fit une drôle de tête. « Ah bon ? Étrange… Hein le dévergonder ? C'est-à-dire ? » Décidément la soirée tournait d’une manière bizarre ou alors c’était Kévin qui avait du mal ce soir. Tout en parlant avec son pote, le brun avait regardé Bertrand et sa cousine rentrer à l’intérieur de la boîte puis s’était retourné vers Erwan. « On retourne à l’intérieur ? »










►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Kévin & Bertrand
... ⊹ lumos maxima


Code:
[color=#009900][b]"Bla bla"[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations
me contacter

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    

Revenir en haut Aller en bas
 

dance, drink & trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
memories in the city :: BIENVENUE A PARIS :: 1er arrondissement au 5ème :: le Rex Club-