Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dance, drink & trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Admin on te surveille ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 193
► célébrité : daniel sexy sharman
► nationalité : française
► métier : je combats le feu avec une lance d'eau (ex escort-boy)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Jeu 24 Sep - 16:40

Dance, drink & trouble
ERWAN
feat.
GROUPES


 

 



 

 

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

L’alcool n’avait même pas encore coulé dans sa veine qu’il était déjà en plein délire avec Kévin, niveau conneries il n’y a pas à dire, ils étaient tous deux sur la même longueur d’onde. Mais il ne pouvait s’empêcher d’imaginer son ami sur le toit de sa voiture criant je suis le roi du monde alors qu’il roulait à pleine vitesse sur le périphérique. Certes, il risquerait de perdre son permis si on l’arrêtait en plein délire mais les autres conducteurs risqueraient de faire un infarctus en voyant le manège. Rien que pour ça, il ne put s’empêcher de se mettre à rire comme un imbécile. « Ah ouais très bien, on le fait quand tu le souhaites. Par contre, faut que j’achète un masque au cas où. Imagine qu’on me prenne en photo, j’aurais l’air bête sans permis après. Ouais, ouais tes petits bras, c’est du flan ça. » dit-il en faisant semblant de palper ses muscles avant de s’éventer de la main. « Oh mon dieu, mais quel homme. J’en suis toute retournée. » Il avait pris la voix d’une jeune fille mais c’était bien connu, Erwan n’était pas vraiment un pro en imitation.  Il ne put s’empêcher de se mettre de nouveau à rire, il allait finir par avoir mal aux côtes avec ces bêtises. Mais au moins, cela lui permettait d’oublier ses problèmes que ce soit dans sa vie personnelle que professionnelle. Puis, c’était bien connu, le jeune homme pensait d’abord à lui plutôt qu’aux autres. Mais après tout, il avait tellement été déçu par son entourage que maintenant il se préoccupait davantage de lui que de ceux qui lui étaient proches. De toute façon, ils finissaient toujours par quitter sa vie. « Un peu ouais mais bon, je ne suis pas arrivé non plus au point de vendre mon corps pour de la tune. » dit-il en ricanant. Bien qu’à sa majorité, il avait été engagé comme escort.

Il n’était guère resté longtemps, ce n’était pas du tout son style de boulot. Il se passa une main dans les cheveux avant secouer la tête. « Oh, ça ne change pas des autres soirs hein ! Ton cerveau n’est pas fais pour réfléchir, avoue-le. Dès qu’il commence à réfléchir un peu, je suis sûr qu’il bouillonne, tellement il n’a pas l’habitude d’être utilisé. » Erwan se moquait gentiment du jeune homme sachant qu’il ne prendrait pas la mouche. Il devait sûrement avoir l’habitude à force de le fréquenter. Ils n’étaient pourtant pas du même âge mais ces deux-là faisaient vraiment la paire. Puis, ils étaient partis dans le délire de Cupidon et Erwan se voyait parfaitement enfilé ce costume juste pour déconner. Bon, pour cela il faudrait qu’il s’enfile plusieurs bouteilles avant afin de se donner du courage. « Comment tu peux le savoir ? Tu ne m’as jamais vu nu donc chut ! T’imagines, je me promène en tenue de Cupidon devant toi et bam tu te découvres une attirance pour moi, ça ferait flipper. J’ai rien contre les gays mais si jamais ça arrive, t’as aucune chance. Je les préfère un peu plus formé. » dit-il en mimant sur son torse la forme d’une poitrine avant de se mettre à rire. Il était vraiment idiot quand il s’y mettait vraiment. De quoi être désespéré. Erwan ne s’attendait pas à voir Timaël à la boite de nuit et il espérait vraiment que Kylian viendrait. Ce serait un bon moyen de les rapprocher cet ancien couple. Si on lui avait dis qu’un jour, il aiderait un couple à se reformer, il se serrait marrer. Lui, son habitude était plus de briser les couples.

« Je crois que c’est le plus beau compliment qu’on m’a fais depuis.. pfiouu longtemps ! Je devrais le dire aux filles qui me giflent après l’incroyable nuit que je leur ai fais passer quand elles comprennent que ce n’était pas du sérieux. » Erwan se mit à rire en secouant la tête. « Tu me vois vraiment m’approcher de lui et lui sortir : Hey salut. Je t’ai repéré de mon siège là-bas et je voulais savoir si t’étais gay ou pas. ET si en plus t’as couché avec ta meuf. Le mec me prendrait sûrement pour un cinglé et il aurait parfaitement raison. » dit-il en riant. Puis, Erwan finit par secouer les épaules en buvant une gorgée de sa boisson. Oh, il serait capable de le faire mais pour le bien de sa mission, valait mieux se faire discret. Il ne voulait surtout pas ruiner le coup de Kylian si celui-ci se décidait à venir. Le blond avait peut-être changé d’avis. Le jeune homme repartit dans son rire quand il entendit les mots de Kévin et il secoua négativement la tête. « Nan mon dieu quelle horreur ! Maintenant, j’ai l’image en tête, je vais devoir boire au moins une dizaine de verres pour oublier ça et encore je suis sûr qu’après, je risque de faire des cauchemars. Merci beaucoup, t’es un vrai pote ! » Kévin et lui avaient quelques années de différences et pourtant ils s’entendaient plus ou moins bien. Peut-être parce qu’ils n’avaient pas eu une vie facile tous les deux et voulaient juste oublier leur passé. « T’en fais pas, tu le seras bien assez tôt, je te raconterais tout de A jusqu’à Z si mon plan fonctionner. » Il lui fit un clin d’œil avant de finir cul sec son verre et d’en recommander un par la suite.

Puis il avait fallu qu’il recroise son ancienne copine à leur sortie du bar. Par chance, il avait toujours son verre à la main et buvait par gorgée l’alcool qui lui faisait un bien fou. Il n’avait franchement pas envie de se prendre la tête avec cette histoire ce soir. « Bizarrement, je n’ai pas envie d’essayer. Je préfère me prendre la tête avec quelqu’un, c’est beaucoup plus amusant. Puis je commençais un peu à m’ennuyer et on peut dire que vous deux, vous êtes une bonne petite distraction en attendant que mon pote ait fini de fumer son truc. » Erwan ne put s’empêcher de ricaner en secouant la tête. Maintenant qu’ils étaient tous les deux, il fallait qu’il la tienne le plus longtemps possible éloignée de l’entrée. Il espérait juste que Kylian ait débarqué entre temps. Celui-ci ne lui avait même pas envoyé de messages pour le prévenir et Erwan détestait rester dans le flou. Il ne savait pas s’il était là, s’il avait réussi ou bien si l’autre l’avait envoyé sur les roses. « On ne sait jamais hein, tu peux aimer les petits jeunes après tout. » dit-il en secouant les épaules. Lui personnellement, il préférait les plus expérimentées parce qu’il détestait avoir une fille dans ses bras et qu’elle fasse l’étoile de mer parce que mademoiselle ne savait pas comment s’y prendre. Cela avait tendance à l’agacer et la plupart du temps, il repartait frustrer à la recherche d’une nouvelle proie pour la nuit. Il secoua simplement les épaules avant de rétorquer. « Ma vie est pathétique donc j’ai l’habitude, que veux-tu. » Erwan ne put s’empêcher de la regarder amusé, le passé revenait toujours quand il ne fallait pas. Il ne voulait plus vivre cette ancienne vie, il avait pu se construire un nouvel Erwan depuis plusieurs années et il ne voulait pas que cela change. Et pourtant, il savait qu’en revoyant Camille, les choses changeraient. Il suffisait juste de voir ce qu’il tentait de faire avec l’ex du copain. « Tu veux vraiment que je te montre ça ? » dit-il en levant un sourcil interrogateur.

Erwan était encore sous le choc de sa réaction, pour un peu il la prendrait pour une cinglé. Il ne pouvait s’empêcher de la regarder les sourcils froncés. A croire qu’elle pensait vraiment qu’il allait lui faire du mal ? Il n’était pas si méchant pourtant, certes il utilisait les mots pour blesser mais jamais il n’utiliserait la violence. Surtout pas envers les femmes. Oui, il les faisait souffrir mais jamais en utilisant ses poings et qu’elle croit ça de lui, lui fit un pincement au cœur. Il ne pouvait s’empêcher de la regarder, se demandant ce qu’il avait bien pu lui faire pour qu’elle puisse croire une chose comme ça. Mais sa fierté refusait de lui poser la question. Enfin, il mettait tout sur le dos de sa fierté, c’était plus la peur de la vérité qui lui serrait le ventre. Erwan fit de son mieux pour changer de sujet sachant que cela allait déraper. Il leva les yeux au ciel en soupirant bruyamment. « Et en quoi ça aurait pu m’aider que tu m’écoutes ? Cela n’aurait guère arrangé les choses. J’avais besoin d’oublier et mes sorties en boîte, l’alcool me permettaient ça pas toi... Pourtant, je continue de le penser. C’était la meilleure chose à faire. » dit-il en secouant les épaules. Même s’il devait la retarder, il souhaitait rentrer au plus vite dans la boîte de nuit pour boire un verre. Il en avait bien besoin après ça.

Erwan ne cessait de jouer de la provocation avec elle, c’était plus fort que lui. Il ne savait pas comment se comporter avec la jeune femme. Après sa gifle, il ne put s’empêcher de se mettre à rire se posant une main sur al joue en la regardant retourner vers les deux autres garçons. Quand il alla se positionner près de Kévin, il lui fit un rapide clin d’œil un peu fier de lui malgré tout. Cela l’amusait plus qu’il n’en était énervé. Ce n’était pas la première gifle et surement pas la dernière. Il leva les yeux au ciel lui donnant une légère claque derrière la tête. « Pas de cette façon là, idiot. Je sais très bien que tu ne fais pas dans les mecs sauf si l’imaginer en Cupidon t’a fais changé d’avis. Je parlais niveau alcool. T’aurais pu lui faire goûter à la spécialité de la boîte. » dit-il en levant les yeux au ciel avec un sourire sur les lèvres. Puis Camille et son cousin décidèrent de rentrer dans al boîte et il ne put s’empêcher de faire une légère grimace. « Oh que oui, je ne veux pas rater ça. Tu vas voir, on va assister à des étincelles surtout que je l’ai bien énervé. » Il ne put s’empêcher de ricaner avant d’entrer dans la boîte de nuit. Erwan repéra Camille et Bertrand qui s’étaient arrêtés et il suivit leur regard et un grand sourire apparut sur ses lèvres en voyant un autre couple. « Il a pas perdu de temps à ce que je vois.. »

© Gasmask








►◄►◄►◄►◄►◄►◄

child in a man body
mais je ne connaîtrai pas la peur. aussi étroit que soit le chemin, Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme; ▬ je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 14/06/2015
► paroles rapportées : 221
► célébrité : Thomas Brodie-Sangster
► nationalité : Anglaise
► métier : Etudiant en 4ème année/5 afin de devenir professeur d'Anglais dans un collège ou un lycée.
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Ven 25 Sep - 2:36

     

Kylian & Co'

Dance, drink & trouble.
K
ylian avait vraiment du mal à voir son ex l’attacher afin qu’il boive la boisson qu’il désirait tant lui faire connaître. Du coup il n’avait pas pu s’empêcher de rire en lançant une remarque à ce sujet à Tim qui n’avait pas l’air d’avoir super bien pris la plaisanterie. À son tour le blondinet soupira. « Je sais, je sais oui… » C’était d’ailleurs bien pour ça qu’il avait trouvé ça marrant. Comme si le brun pouvait lui faire ça… Il ne le voyait pas du tout comme ça en tout cas. Kylian avait quelque peu essayé de détendre l’ambiance mais visiblement ça ne fonctionnait pas. D’ailleurs le blond ne pouvait s’empêcher de penser que la soirée ne se passerait pas comme Erwan et lui l’auraient voulu. Cependant il s’était bien trompé puisque malgré l’ambiance étrange, Tim avait décidé d’aller danser et avait entraîné avec lui son ex qui ne s’était pas fait prier pour le suivre sur la piste de danse.

Et ce même s’il ne savait pas encore trop comment s’y prendre avec lui. À croire que les années de séparation l’avaient fait redevenir pire qu’un adolescent qui ne sait pas draguer. Il s’était contenté de regarder Timaël qui dansait et avait été surpris au départ lorsque le brun s’était rapproché de lui et qu’il s’était confié à lui sur ce qu’il avait ressenti à cause de ce que lui avait fait le blond quelques années plus tôt. Une conversation s’en était suivie où le blondinet s’était excusé pour le mal qu’il lui avait infligé. Le blond avait fait un léger smack à son ex avant de le voir réagir positivement à ce qu’il avait dit et fait. Le brun s’était de nouveau rapproché du blond, l’entourant de ses bras. Kyky n’hésita pas une seule seconde avant de faire de même, faisant glisser ses mains jusqu’aux reins de son ex tout en lui souriant et en discutant avec lui. Voir Tim se mordiller la lèvre donnait envie au blond de l’embrasser mais il se retint, préférant écouter ce que le jeune homme avait à lui dire. Ses paroles ne l’aidaient pas du tout à chasser la culpabilité qu’il pouvait ressentir. « Je sais pas quoi te dire à part que je suis désolé, encore une fois… » Si le blond avait eu une baguette magique, nul doute qu’il aurait remonté le temps pour effacer ce qu’il avait fait. Du coup le sourire du blond avait quelque peu disparu à cause du sujet de conversation. Les deux parlèrent ensuite du fait que le brun avait reproché quelques jours plus tôt à Kylian d’avoir été ivre lors de la soirée de remise des diplômes. Tim expliqua à son ex que s’il avait bu aujourd’hui, c’était pour tenter de l’oublier et cela ne fit que mettre davantage mal à l’aise le blond qui eut un pincement au cœur. Même si certaines de ses paroles le flattaient, il n’arrivait pas à faire abstraction du reste. D’ailleurs il avait eu du mal à avaler sa salive et avait préféré garder le silence pour cette fois.

Par la suite les deux hommes avaient parlé du fait que Kylian n’aurait pas pu retrouver Tim lorsqu’il avait fui l’Angleterre. « Je n’ai jamais eu beaucoup de chance… » S’était contenté de répondre Kyl à ce que venait de lui dire Timaël. Pour le coup il était peut-être pessimiste mais il avait un léger coup de blues à cause de tout ce qu’ils venaient de se dire, ça jouait sur le moral du blondinet.

Malgré tout le jeune homme avait fini par confier à Tim qu’il l’aimait toujours malgré les quatre années qui s’étaient écoulées depuis qu’ils ne s’étaient plus vus. Ce qui manqua de faire tomber le brun qui s’accrocha encore plus au blond afin d’éviter que ça n’arrive. Kylian ne voulant pas continuer à déprimer prit sur lui afin de lancer une gentille blagounette à Tim avant de lui proposer d’aller s’asseoir. Ce que le brun refusa tout net. Kyky n’insista donc pas, se contentant de lui faire un léger sourire. Puis tandis que le blond ne s’y attendait plus, Timaël se rapprocha de lui et posa ses lèvres sur celles de Kylian. Il lui fit d’ailleurs comprendre qu’il ne voulait pas d’un simple smack. Sans se faire prier le blondinet accepta la requête de son ex et leurs langues purent enfin se toucher et se caresser comme elles en avaient l’habitude par le passé. Jamais Kyky ne se lasserait d’embrasser Tim de cette façon. Ça lui avait d’ailleurs cruellement manqué et il était heureux, comme dans un autre monde durant tout le temps du baiser. Sauf qu’il décida de le rompre afin de reprendre son souffle même s’il remarquait que Tim n’avait pas apprécié qu’il fasse ça. Il lui lança alors une petite blague à laquelle le brun répondit sans se faire attendre. « Tant mieux alors parce que je m’estime trop jeune pour mourir. » D’autant plus que si le blond ne le montrait pas, il remarquait bien que son partenaire avait du mal à respirer. Il put également voir ses joues légèrement rouges et ce petit détail le fit davantage sourire avant qu’il ne lui fasse un petit smack en s’enlevant de ses bras.

Kylian avait envie de titiller encore un peu plus Timaël. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il vint se coller derrière lui tout en l’incitant à danser avec lui. Leurs doigts étaient entremêlés et Kyl se déhancha tout contre le corps du brun. Par la même occasion il l’embrassait dans le cou histoire de le faire flancher encore un peu plus. Et puis même sans ça, il en avait tout simplement envie et ne se privait donc pas d’assouvir ses désirs, laissant de côté tout ce qui avait été dit un peu plus tôt. Puis ses lèvres au fur et à mesure avaient fini par remonter jusqu’à l’oreille de Tim. Oreille que Kyky mordilla un petit peu avant d’y glisser quelques mots. Tim eut une réaction qui ne put que faire sourire le petit blond, fier de lui. D’ailleurs ce dernier n’avait pas pu faire autrement que de lui révéler qu’il avait envie de lui. Kylian se demandait comment Tim allait réagir mais il fut agréablement surpris lorsque ce dernier le chercha du regard en lui disant qu’il voulait aller ailleurs. Kylian attira le brun contre lui et le regarda droit dans les yeux. « Hum je veux un dernier baiser pour la route. Après on pourra aller chez toi si tu veux sans problème… » Le blondinet avait fait son regard de lover rien que pour que Tim cède à ses avances et lui donne ce qu’il voulait. S’il avait dit à Tim qu’il pourrait aller chez lui, c’était parce qu’il ne se voyait pas du tout ramener le brun chez son cousin qu’il ne connaissait pas vraiment et chez qui il vivait depuis à peine quelques jours.

GleekOut!





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Plus on essaie d'oublier quelque chose,
plus on y pense...

© Ecstatic Ruby


Code:
[color=#6600FF][b]"Bla bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 470
► célébrité : dylan baby spray.
► nationalité : française
► métier : étudiant + stagiaire dans une station de radio
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Ven 11 Déc - 14:58



dance, drink & trouble
"passe ta souris dessus"
made by effet mer.



   
prendre la vie du bon côté

Les cours lui semblaient tellement inutiles mais il se forçait à s’y rendre. Que ce soit parce qu’il était obligé de s’y rendre à cause de ses parents ou soit parce qu’il voulait un bon travail dans le futur. Certes, il avait pu obtenir un stage dans une radio mais rien ne lui permettait de dire que leur contrat continuerait après cela. Il aimerait bien parce que cela lui plaisait drôlement et l’équipe avec qui il collaborait était franchement super. Ils ne se prenaient pas la tête et même s’il fallait se lever tôt, Bertrand y allait toujours avec un grand sourire aux lèvres. Cela lui permettait aussi d’’effacer ses soucis à la maison. C’était l’horreur là bas et il savait que si jamais cette partie de sa vie disparaissait, il entrerait grave dans la déprime Il devrait supporter son grand frère et il savait qu’il craquerait. Il pourrait dire adieu à ses nerfs. Il se passa une main dans les cheveux alors qu’ils discutèrent des filles qui venaient le voir pour lui proposer de sortir avec. Il ne pouvait s’empêcher de se sentir mal parfois parce qu’il voyait bien que celles-ci étaient mal à l’aise mais il n’allait tout de même pas sortir avec elles, juste pour ça. D’une part parce que ce serait se mentir à soi-même mais aussi aux filles en leur faisant croire des choses et ça il ne pouvait pas le tolérer. Il trouvait ça immonde ces personnes qui se cachaient derrière une sois-disante hétérosexualité pour éviter tout problème. « Bon, par chance, il n’y a pas que des pouffes mais bon, ce n’est pas pour ça que je vais sortir avec elles. On ne peut pas passer gay et hétéro dans un claquement de doigts sinon je l’aurais fais depuis longtemps. Cela m’aurait évité pas mal d’ennuis. » Genre le coming-out à sa famille, même si sa mère l’avait accepté et soutenu, ce n’était guère le cas des deux hommes Leroy. Mais cela ne l’étonnait pas. Puis, il y avait eu le lycée où il fallait s’assumer par chance, la plupart des élèves s’en fichaient et hormis quelques remarques dans les vestiaires, il n’avait pas eu trop de soucis. Puis, il devait admettre que c’était marrant de voir arriver certaines filles qui regardaient tout le monde de haut être persuadée de pouvoir le faire revenir normal et par la suite d’être humiliée parce que monsieur avait dit non. Rien que d’y penser, il ne put que ricaner à ce souvenir. Bertrand n’était pas quelqu’un de méchant à la base mais il fallait reconnaître que parfois certaines méritaient bien une bonne leçon. Au moins, il ne s’ennuyait pas réellement.

Le jeune homme se passa une main dans les cheveux, c’était toujours délicat pour lui de parler de sa famille. Parce que même ses amis ne pouvaient pas comprendre dans quelle ambiance il vivait. Certains étaient persuadés qu’il était soit fils unique soit que son frère et lui s’entendaient bien. La bonne blague. Il ne savait pas d’où ils voyaient ça mais c’était l’inverse. Sous prétexte qu’on avait un frère plus vieux, il fallait de suite bien s’entendre avec lui et si ce n’était pas le cas, c’était de sa faute. Hormis être gay, il ne voyait pas ce que Raphaël pouvait bien lui reprocher. Il avait l’attention complète de leur père qui pouvait tout accepter de lui. Bertrand était sûr que s’il demandait les mêmes choses, il n’aurait guère le même traitement de faveur. De toute façon, il faudrait déjà que leur père remarque son existence. Il n’était même pas sur que s’il courait devant lui entièrement nu, il le remarquerait. Trop plongé dans son travail ou dans ses discours sur Raphaël fais-ci, Raphaël fais ça. « Ah mais c’est vraiment horrible, parfois j’ai juste envie d’hurler pour montrer que j’existe aussi. Je suis invisible pour lui, je suis sûr qu’il aurait préféré ne pas avoir un deuxième enfant. Même si maman me dit que j’étais attendu, j’ai plutôt l’impression d’être un accident, qu’il regrette de m’avoir et avec mon Coming-out, cela ne s’est guère arrangé. Bon, il ne dit rien mais j’ai l’impression que là, il sait vraiment que je ne serais jamais un Raphaël numéro deux. » dit-il en roulant des yeux. Il ne détestait pas son frère, il lui était complètement indifférent. Enfin, c’était ce qu’il disait parce que si c’était vraiment le cas, ces nombreuses attaques que ce soit physique ou morales ne lui feraient guère de mal.

Bertrand ne voyait guère sa cousine comme une personne méchante mais après tout, il ne l’avait pas vu non plus en colère contre quelqu’un. « Même si je voudrais bien te voir en mode folle furie furieuse, j’espère qu’on pourra profiter de la soirée sans se faire enquiquiner. » Après tout, ils étaient venus là pour s’amuser et Bertrand espérait pouvoir y parvenir. Ce n’était pas tous les jours qu’il pouvait sortir et s’éloigner de son pc. Mais il n’était pas là pour draguer, de toute façon, il n’était pas vraiment certain de pouvoir croiser un autre mec gay dans la boîte de nuit. Il aimerait bien mais c’était trop beau pour être vrai. De toute façon, il était sûr qu’il ne lui ferait pas d’effet, il avait bien trop en tête un certain jeune homme pour penser à quelqu’un d’autre. Et ça, cela l’ennuyait fortement. Il ne devait plus penser à lui mais c’était plus facile à dire qu’à faire. A chaque fois, ses pensées se dirigeaient de nouveau vers lui. Mais il fut gêné lorsque la conversation dévia un peu sur le sexe. C’était un sujet qu’il ne maitrisait guère. Il avait beau avoir dix-sept et logiquement à cet âge, on avait déjà franchi le cap vu l’époque dans lequel il vivait actuellement. Mais ce n’était guère son cas et le seul baiser qu’il avait donné, cela devait être à la maternelle alors cela ne comptait pas. C’était un novice en la matière et forcément dès qu’on lui parlait de ça, il devenait une vraie vierge effarouchée. Ce qu’il était, il fallait bien le reconnaître. « Tu ne comprends pas. » dit-il en baissant le regard.

Comment avouer à quelqu’un qu’on n’avait pas franchi ce pas et qu’il attaquait la bonne personne seulement ? Personne qui n’arriverait sans doute pas vu que son cœur avait décidé de choisir une personne qui lui était complètement inaccessible. Fichue vie. Par chance, il fut soulagé de voir la conversation partir sur son frère même si le thème du sujet était loin de lui plaire. D’une part parce qu’il ne voyait pas son frère dans une relation et de l’autre parce qu’il plaignait vraiment la fille en question. Elle allait devoir le dresser pour qu’il change. « Non en effet, je me doute que tu n’as pas envie de le perdre. Dans le pire des cas, si tu vois que cela ne va pas, on pourra toujours marcher un peu en attendant que ça se dissipe un peu. En tout cas, moi je ne compte pas boire beaucoup. J’ignore comment je suis quand j’ai vraiment une cuite et je ne tiens pas à le savoir. Ni non plus à avoir mal à la tête demain en me réveillant. » dit-il en se mettant à rire. « Oh ça c’est certain, je ne suis pas sûr qu’elle soit contente de voir son fils dans un état déplorable alors qu’elle te fait confiance. » Sa mère était vraiment protectrice avec lui, c’était son petit garçon et elle le voyait encore comme un petit ange. Bon, ok il l’était un peu aussi. « T’en fais pas, je ne compte pas toucher à ça. Je ne suis pas au fond de ma vie pour tomber dans cette spirale infernale. Une fois que tu essaies, je pense que finalement tu as du mal à t’en sortir et qui m’aiderait ? A part toi et maman, personne alors je finirais pas sombré encore plus.. Tu as déjà essayé ? » Bertrand pencha la tête vers le côté en regardant la jeune femme, après tout si c’était le cas, il admettrait ne pas connaître sa cousine autant qu’il le pensait.

Vint le fameux surnom. Bertrand n’en était guère ravi. Déjà qu’il tolérait Bébert ou Bert’ à l’occasion mais il ne fallait pas non plus exagérer. Après tout, quelle idée avait eu sa mère en le nommant ainsi ? C’était un prénom de vieux. Il se passa une main dans les cheveux avant de se mettre à rire en voyant la réaction de sa cousine. Il secoua la tête avant de prendre la parole. « Mouais je n’ai pas dit que je l’aimais bien mais s’il n’y a que toi qui l’utilise, je peux faire un effort. Mais c’est parce que t’es ma cousine préférée. Nop, interdiction de trouver pire. Celui-ci me convient, on e garde pas besoin d’activer ton cerveau. Il risquerait de trop chauffer sinon et court-circuiter. » dit-il en lui tirant la langue légèrement, se moquant gentiment d’elle. Il était comme ça avec ses proches, dommage pour lui que son entourage ne l’aimait pas réellement. Ils pourraient découvrir un autre aspect de sa personnalité mais ça, ils fallaient qu’ils soient déjà intéressés par lui et c’était loin d’être le cas pour le moment. « En même temps, il aurait tord, c’est le chouchou de Papa, il peut tout lui demander. Moi, j’ai rien qu’y me retiens hormis maman mais je sais qu’elle ferait tout pour que je puisse partir. Même si cela lui ferait mal sans doute. Oh mais je n’en ai pas l’intention, j’aurais trop peur de ce qui pourrait faire. Je n’ai pas envie de faire fuir mon copain juste à cause de mon stupide frangin. » Déjà qu’il avait du mal à en trouver un, il ragerait de le voir lui filer entre les doigts à cause d’un geste de la part de Raphaël. Il ne pourrait que le détester encore plus.

Puis une fois arrivés devant la boite de nuit, Camille et lui discutèrent en attendant de pouvoir entrer. Bertrand ne put s’empêcher de faire une légère moue boudeuse en écoutant ce qu’elle lui disait. « Non merci, je n’ai pas besoin de tes fringues, les miens me vont parfaitement puis je pense pas que je puisse porter une jupe. Hors de question que je m’habille en filles. Dans le pire des cas, je peux toujours me les pousser long, tu crois que ça m’irait ? » dit-il en secouant la tête comme s’il faisait de la pub pour une célèbre marque de shampoing avant de se mettre doucement à rire. Rire qui s’étrangla quand ils se mirent à parler de l’idée absurde qu’il avait eue. Après coup, il s’en voulait d’avoir pris cette décision. « Je en sais pas, sur le coup je n’ai pas réfléchis. Je me suis dis, bon allez Bert! qu’est ce que tu risques ? De toute façon, il va peut-être te parler une fois et c’est tout. Je ne pensais pas que ça prendrait de telles proportions. Que je lui parlerais chaque soir et que je finirais par m’attacher à ce lien entre lui et Aris. J’ai découvert une autre personne et cela me faisait me sentir encore plus coupable à chaque fois. Mais j’ai besoin de parler avec lui, c’est plus fort que moi. » Le jeune brun soupira doucement en baissant les yeux. En faisant ça, il s’était rendu accro tout seul à un mec qui ne voudrait jamais de lui. Et finalement à force de penser à lui, voilà qu’il se retrouvait à ses côtés tandis que Camille était partie un peu plus loin avec le fameux Erwan. Il aurait bien aimé avoir de longues oreilles pour pouvoir entendre leur conversation.

Pendant ce temps, Kévin avait engagé la discussion et cela lui paraissait surréaliste. Il pencha la tête sur le côté avant de lui poser une question qui lui brulait les lèvres. « Et ce n’est pas ton genre ? Tu ne martyrisais pas les autres ? Enfin bref, de toute façon les bourreaux ont toujours quelque chose à prouver, ils veulent montrer qu’ils dominent alors que non, c’est loin d’être le cas. Ce sont juste des abrutis soit trop riches soit des voyous et y en a pleins dans mon lycée. » Bertrand ne comptait plus le nombre de jeunes qui prenaient les autres de haut, quand il les voyait, il n’avait envie que d’une chose c’était de rire. Comme si l’argent pouvait faire le bonheur. Certes, sa famille n’était pas la plus riche mais ils pouvaient vivre une vie paisible sans vraiment se soucier des dépenses. De toute manière, Bertrand n’était pas dépensier sauf lorsqu’il s’agit d’offrir des cadeaux à ses proches. Il en faisait guère attention aux prix, en réalité, il était plus radin avec lui-même qu’envers les autres. « Donc, cela ne doit pas être un vrai pote s’il ne te confie jamais rien ou alors c’est juste parce qu’il n’a pas confiance en toi. Au choix. » dit-il en secouant les épaules avant de prendre de nouveau la parole tout en riant. Si seulement il savait. « Très difficile, mais fais gaffe à ce que tu dis, tu parles de ma cousine je te signale. » Il l’incendia du regard du mieux qu’il pouvait. Cela avait le don de l’agacer quand il disait ça, d’une part parce que c’était sa cousine et on ne la touchait pas et de l’autre parce que c’était tout de même Kévin. Pas n’importe qui. Et entendre son potentiel béguin avouer qu’une fille était plutôt pas mal, cela n’était guère encourageant pour lui. « On ne sait jamais, les gens peuvent être différents quand quelqu’un lui plait vraiment. Ce serait vraiment marrant s’il l’était. » Après tout le mal qu’il avait fait à sa cousine, Erwan méritait bien de souffrir un peu.

Par chance, Camille avait pu tomber sur un type bien. Timaël était quelqu’un de sympa de l’avis de Bertrand et dommage qu’il n’y ait pas de version gay, cela lui aurait bien plu. Ou bien un jumeau gay, cela aurait été top et Bertrand lui aurait mis vite le grappin dessus mais on ne pouvait pas tout avoir dans la vie, c’était bien connu. « T’as l’air de quelqu’un de louche et je ne dis pas ça parce que tu fumes ni bois. Et oui c’est son ancien petit ami, il faut croire qu’on est vraiment maudit. On parlait justement de lui un peu plus tôt. On aurait du se taire, cela l’a attiré par ici. » Et cela allait sans doute gâcher leur soirée. Puis, Camille revint suivi du jeune frisé. Il chercha à lire dans son regard pour y déceler le moindre indice qui lui dirait si elle allait bien ou pas. Après un dernier regard à Kévin, Bertrand suivit Camille dans la boite de nuit. « Tiens. » dit-il avec un sourire en lui tendant de nouveau ses clefs. C’était mieux qu’elle les garde sur elle, il risquerait de les égarer. Puis au fur et à mesure qu’ils marchaient en direction du bar, Bertrand la vit se figer. « Cam ? Qu’est ce qu’il y a ? » Il fronça les sourcils, inquiet avant de regarder dans la même direction qu’elle. Ce qu’il vit, lui fit ouvrir en grand la bouche. « Mais c’est.. » Timaël en train d’embrasser un blond. Il était juste en train d’halluciner, ce n’était pas possible autrement.







►◄►◄►◄►◄►◄►◄


t'es tout le temps dans ma tête, quand je ferme les yeux j'imagine que tu es là, à côté de moi et qu'on est heureux. merde, ça fait mal de t'aimer ! j'aurais aimé avoir une chance, juste une de voir ce que ça fait, pour la première fois de ma vie, j'ai envie d'aimer. — kévrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 31/05/2015
► paroles rapportées : 533
► célébrité : Shelley Hennig la magnifique
► nationalité : Française
► métier : Libraire
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Lun 11 Jan - 4:14



Dance, drink & trouble.
Camille & Co'

Camille écoutait attentivement son cousin même si elle ne pouvait s'empêcher de repenser à l'une de ses soi-disant amies qu'elle avait côtoyée au collège. Elle chassa vite ses souvenirs de ses pensées et répondit à son cousin. "Ça je ne saurais pas te dire puisque je ne sais pas ce que ça fait mais je veux bien te croire par contre... Arrête de te tracasser avec ça cousinou, ça ne sert à rien. Tu es gay et alors ? Si c'est les garçons que tu aimes, je ne vois pas le problème personnellement. Et puis ne t'occupes pas de ce que les autres pensent... Ils n'en valent absolument pas la peine..." Cam savait que c'était facile à dire mais beaucoup moins facile pour le mettre en application. Mais elle ne supportait pas de voir Bertrand mal et donnerait n'importe quoi pour lui rendre le sourire. D'ailleurs c'était en partie pour cette raison qu'ils allaient sortir en boîte ce soir, pour se changer les idées à tous les deux mais plus pour lui. Tandis que la brunette fixait la route, elle tourna la tête et arqua un sourcil en l'entendant rire bizarrement. Elle se demandait ce qui l'avait fait rire de la sorte mais ne lui posa pourtant pas la question. Elle reporta assez vite son attention sur la route comme une bonne conductrice qu'elle était.  

L'un des sujets sensibles était mis sur le tapis. Celui de leur famille... Que ce soit chez Camille ou chez Bertrand, leurs pères étaient assez spéciaux et de ce fait la jeune femme ne pouvait que comprendre le mal-être de Bébert. Dans tout ce qu'il disait, elle se retrouvait à peu près... Comme lorsqu'il avait dit qu'il était certain que son père n'avait pas voulu l'avoir. Pour cause elle avait ressenti ça à de nombreuses reprises. Enfin tout du moins, elle savait que son favori était son frère puis ensuite sa grande soeur. "Je ne sais pas quoi te dire Bébert, je sais trop ce que ça fait d'avoir un père comme ça... Et encore s'il te fiche la paix ça va... Parce que crois-moi quand t'as un père qui te fait sentir que tu es une merde ça fait mal... Des fois j'aimerais bien être invisible à ses yeux, au moins ça serait plus simple pour moi. Mais bref on n'est pas là pour parler de moi mais de toi. Ben excuse-moi mais encore heureux que tu n'es pas un Raphaël numéro deux parce que si tel était le cas, crois-moi qu'on ne s'entendrait pas si bien qu'actuellement toi et moi." Lui avait répondu la jeune fille en lui lançant un clin d'oeil pour essayer de lui remonter le moral même si ça paraissait difficile pour ce soir. D'autant plus qu'elle aussi avait un peu le coeur lourd de parler de tout ça, mais ça elle n'allait pas lui montrer. Hors de question !

Les deux jeunes gens en étaient venus à parler du caractère de feu de Camille. Bertrand lui avait dit qu'il aimerait bien la voir en colère mais qu'il espérait tout de même que personne ne viendrait les enquiquiner. Et pour ça, elle était totalement d'accord avec lui. Elle ne tenait pas particulièrement à devoir s'énerver à cause d'idiots qui pourraient venir les embêter. Après tout ils sortaient pour se changer les idées. "J'espère moi aussi..." S'était-elle contentée de répondre à son passager.

Tandis que Bertrand avait employé une phrase pour le moins au goût douteux. Enfin du point de vue Camille qui lui en avait fait la réflexion, ce dernier était plus que gêné par la situation. Elle n'aurait jamais pensé qu'il était timide à ce point-là. Elle même l'était et n'était pas non plus une pro du sexe, loin de là mais elle ne se mettait pas dans cet état si quelqu'un avait le malheur d'en parler. Au contraire ça la faisait plutôt rire qu'autre chose. Enfin tout dépend comment le sujet était abordé et par qui. Elle avait bien dit à son cousin de ne pas se mettre dans cet état mais visiblement c'était encore pire. Elle fit une petite grimace quand il lui avait répondu qu'elle ne comprenait pas. S'il savait tout ce qu'elle avait traversé de ce côté-là et le mal qu'elle aurait à passer à l'action à l'avenir à cause de ça. Néanmoins elle préféra ne rien répondre puisqu'elle n'avait jamais abordé le sujet de ses souvenirs douloureux avec lui. C'était le coeur bien lourd et en soupirant qu'elle retourna la tête vers la route sans rien dire. Après tout, elle aussi était toujours passée pour une coincée aux yeux des autres.

Bertrand avait indiqué à sa cousine qu'elle ne pourrait pas boire vu qu'elle conduisait. Mais ceci était bien égal à la jeune femme car elle ne courait de toute façon plus tellement après l'alcool même si elle aimait bien boire un peu quand même. Mais jamais elle ne prendrait le risque de perdre son permis de conduire à cause de ça. Du coup elle ne se mettrait pas une cuite ce soir. Et puis ça faisait un moment qu'elle n'en avait plus eu d'ailleurs et c'était pas plus mal selon elle. "Non merci Bertrand c'est gentil mais je te l'ai dit je ne forcerai pas ou alors je ne boirai pas du tout. Comme ça ça sera bon. Mais merci de le proposer." Camille souriait et se mit à rire en entendant ce que venait de dire son cousin. "Hum oui tu as raison, il vaut peut-être mieux ne pas savoir." Ils avaient également parlé du fait que la mère de Bertrand ne serait pas contente de le voir rentrer ivre. "Ah bah ça je n'en doute pas vois-tu, je connais quand même assez bien ta mère. Et franchement à sa place je ferais probablement pareil si j'avais des enfants et son âge." La drogue avait été vite mise sur le tapis et par conséquent des mauvais souvenirs de son frère étaient remontés à la surface. D'ailleurs elle avait vaguement évoqué le sujet avec Bertrand afin de lui faire comprendre qu'il n'avait pas intérêt à toucher à ce genre de choses. Parce que d'une part elle serait là pour lui rabattre les oreilles et qu'ensuite malgré tout s'il le faisait, elle serait là pour l'aider ou du moins lui faire entendre raison. Chose qu'elle avait voulu faire avec des anciens amis à elle mais qu'elle n'avait jamais réussi à faire parce que quand elle voulait parler sérieusement avec eux, il n'y avait jamais moyen pour elle de se retrouver seule avec chacun d'eux... Du coup elle s'était toujours un peu sentie coupable de ne pas avoir pu leur dire ce qu'elle avait sur le coeur à l'époque. Elle aurait tellement aimé leur dire qu'ils fichaient leur vie en l'air et qu'elle n'aimait pas les voir fumer leurs pétards devant elle. Tandis qu'elle repensait à ça, elle n'avait pas forcément fait attention à tout ce que son cousin lui avait dit mais la dernière chose qu'elle avait entendue lui avait fait froid dans le dos. Elle n'avait pas envie de lui mentir mais si elle lui disait la vérité, elle avait peur qu'il lui pose trop de questions et qu'elle soit obligée de lui raconter qu'elle avait été violée par un type qui avait abusé d'elle alors qu'il l'avait piégée en mettant de la drogue dans son verre et qu'une autre fois encore un crétin avait jugé bon de mettre de la drogue dans son verre. Fort heureusement pour elle, cette seconde fois, personne ne lui avait rien fait puisque son frère était dans les parages. C'était le soir de cet autre verre arrosé de drogue qu'elle avait décidé de ne plus prendre de cuite ni de boire en compagnie de gens en qui elle n'avait pas une totale confiance. Cam n'osait pas répondre à son cousin et fit comme si elle n'avait rien entendu tout en déglutissant difficilement.

Par chance par la suite l'ambiance s'était détendue pour Cam puisqu'elle était en train d'embêter son cousin avec le surnom qu'elle adorait lui donner même si lui ne l'aimait pas tellement apparemment. Elle était contente parce qu'elle avait gagné et qu'il s'était résigné. Et puis de toute façon il n'aurait pas eu le choix puisqu'elle ne comptait pas l'appeler autrement que comme ça, sauf en public évidemment... Elle ne tenait pas non plus à lui mettre la honte alors qu'il n'était déjà pas forcément à l'aise devant les autres. "Oh c'est trop aimable votre honneur !" Avait-elle dit en riant légèrement. Par la suite elle avait été touchée par la grande révélation que son cousin venait de lui faire et puis on pouvait dire que ça lui faisait vraiment plaisir et surtout chaud au coeur, elle qui se sentait presque constamment seule. "Mouhhhhhhh t'as de la chance que je conduis parce que sinon je t'aurais fait un câlin. Après tout tu le mérites bien pour avoir dit que je suis ta cousine favorite." Rien qu'avec tout ça, un grand sourire était apparu sur le visage de la jolie brune. Elle se mit à rire de nouveau. "Ok je t'épargne le pire alors, mais saches que mon cerveau  n'est pas du tout en surchauffe." Il lui tira la langue et elle fit de même, comme deux enfants l'auraient fait.

Une fois de plus Raphaël revenait dans la conversation. Et comme d'habitude les deux compères ne parlaient pas de lui en bien. "Ouais..." Elle ne savait pas trop quoi dire de plus quand Bertrand lui avait dit que Raph' était le chouchou de leur père. Ça lui rappelait tellement de choses qu'elle ne préférait même pas y penser. Pourquoi n'aurait-elle pas pu être la soeur de Bertrand ? Tout aurait été plus simple pour eux si Raphaël était né à la place de Camille. Mais malheureusement comme on le dit toujours, on ne choisit pas sa famille. Lorsque le brun parla de sa mère, elle ne put qu'approuver puisqu'elle ressentait également la même chose de son côté. "Ouais, c'est comme moi... J'aimerais partir mais je suis moins fan à l'idée de laisser maman seule avec mon père... Nos mères se ressemblent beaucoup et pourtant elles ne sont pas liées en dehors du fait d'être belles-soeurs. C'est étrange quand même, on pourrait les prendre pour des soeurs vu leurs caractères similaires." Cam' avait donné un conseil à Bertrand, celui de ne pas ramener son futur chéri chez lui, sous peine qu'il soit traumatisé voire pire par Raphaël la tête dure de la famille. "T'as bien raison, c'est le mieux..." Elle allait rajouter quelque chose mais se souvenant de la réaction qu'avait eue Bertrand lorsqu'elle avait fait allusion au sexe quelques minutes plus tôt, elle préférait garder son idée en tête et ne rien dire.

Tandis qu'ils étaient dans la file d'attente devant la boîte de nuit, Camille ne put s'empêcher de rire lorsqu'ils parlèrent du fait que le jeune homme pourrait porter ou non des vêtements de femmes. "Oh c'est dommage je suis sûre que ça t'irait à ravir." Avait-elle dit en riant encore plus alors qu'il faisait style d'être une mannequin de la pub L’Oréal. Alors qu'il lui demandait si les cheveux longs lui iraient bien, elle pencha la tête sur le côté en essayant de l'imaginer avec cette coiffure. "Hum oui c'est possible que ça t'aille bien, c'est à tester moi je dis." Lui avait-elle répondu en lui lançant un clin d'oeil complice.

Par la suite les deux jeunes avaient parlé du fait que Bertrand se fasse passer pour une fille sur internet en parlant avec un garçon via Skype. La jeune femme avait grimacé et dit à son cousin qu'il avait joué avec le feu en faisant ça. Bien évidemment elle n'arrivait pas du tout à comprendre comment cette idée étrange avait pu germer en lui. Lui qui était pourtant si sensé d'habitude. Ce qu'elle comprenait en revanche en l'écoutant c'était que son cousin était raide dingue de ce garçon... Elle ne savait pas quoi lui répondre alors elle n'ajouta rien mais le regarda tristement alors qu'il soupirait.

Malheureusement si Bertrand et Camille avaient espéré un peu plus tôt être tranquilles ce soir, c'était sans compter sur Erwan qui en avait décidé autrement. Très vite la jeune femme avait abandonné à contre-coeur son cousin pour pouvoir aller plus loin régler ses comptes avec son ex Erwan. Il avait bien réussi à la faire de ses gonds mais visiblement il n'en avait pas encore assez puisqu'il continuait à la provoquer sans arrêt. Elle soupira bruyamment face à ses dires et leva les yeux au ciel sans rien ajouter de plus. Que voulez-vous répondre à un mec qui aime faire chier le monde ? Et puis Cam commençait à être fatiguée par cette discussion. Mais voilà il n'en avait toujours pas fini avec elle. "Oui et si je les aimais ? Je ne vois pas en quoi ça te regarderait à ce que je sache !" Et voilà qu'après avoir insinué qu'elle avait un amant, il insinuait qu'elle aimait les jeunots. Franchement ce n'était pas vraiment une question qu'elle s'était déjà posée mais après tout la différence d'âge n'avait jamais été un problème pour elle puisque pendant des années elle avait craqué sur deux amis de son frère dont un 7 ans plus vieux qu'elle.

Camille toujours aussi excédée leva les yeux au ciel lorsque son interlocuteur lui rétorqua que sa vie était pathétique. Elle avait horreur de le voir se plaindre comme ça alors que s'il savait tout ce qu'elle avait traversé depuis qu'ils ne se parlaient plus il ne lui dirait sûrement pas des choses comme ça. Quoique vu comme il était devenu nombriliste et imbu de lui-même... Il n'aurait probablement rien eu à faire de ce qu'elle lui racontait. "Oui t'es le vilain petit canard c'est bon j'ai compris !" Lui lança-t-elle énervée. Bon Dieu qu'avait-elle fait pour tomber sur lui ce soir alors qu'elle avait juste envie de s'amuser et de se défouler sur la piste de danse en compagnie de son cousin adoré ? À croire que la vie lui en voulait et ne lui apportait que des épreuves à traverser. Pourtant elle n'avait jamais rien fait de mal pour mériter autant de coups durs dans sa vie. Voir la manière dont Erwan se moquait d'elle la rendait limite malade. Comment avait-il pu changer autant en l'espace de quelques années ? Dire que par le passé ils étaient si proches et que maintenant elle avait juste envie de l'étriper en le regardant.

La jeune femme n'aurait jamais dû entrer dans son jeu de la provocation puisque là ça se retournait contre elle. Effectivement elle avait osé lui demander comment il comptait lui faire mal. Mais voilà il avait eu un geste de trop qui l'avait replongée dans un mauvais épisode de sa vie. Ce qui n'avait fait que déclencher l'hystérie de la demoiselle qui n'avait trouvé que ce moyen pour se défendre sur l'instant.

Après ça ils avaient parlé du passé du jeune homme et cela avait touché Camille même si elle se gardait bien de lui montrer. Elle avait essayé de parler plus calmement avec lui mais ça n'avait servi à rien puisqu'il doutait sans cesse de ce qu'elle lui disait. D'ailleurs ça avait fait mal à la jeune femme de voir à quel point il la connaissait si peu malgré les années où ils avaient été liés. La demoiselle se retenait de pleurer lorsqu'il lui annonça qu'elle n'aurait pas pu lui changer les idées. Elle était vraiment déçue à un point que personne ne pourrait imaginer. Cependant pour cacher ça, elle joua à la fille énervée pour une dernière fois. "Ouais je vois à tes yeux je n'étais qu'une merde comme tant de personnes m'ont traitée toute ma putain de vie !" Oui là elle avait été grossière mais ça avait été plus fort qu'elle. Elle était sur le point de craquer, les nerfs complètement à vif et il avait fallu qu'elle s'exprime de la sorte pour ne pas fondre en larmes devant Erwan. Elle ne tenait pas à ce qu'il la voie ainsi. Elle imaginait qu'il aurait été trop content de la voir pleurer et elle ne voulait pas lui accorder ce plaisir.

Le ton continua de monter et cette fois Erwan était allé trop loin dans ses paroles et s'était donc pris une gifle monumentale avant que la jeune femme ne reparte voir son cousin à l'entrée de la boîte. Ils étaient vite rentrés à l'intérieur sans encombres bien qu'Erwan essayait encore d'atteindre Camille mais cette fois elle avait décidé de faire la sourde oreille et de rester concentrée sur Bertrand. Une fois les entrées payées, elle lui demanda ses clés de voiture qu'il lui rendit et qu'elle rangea aussitôt dans son petit sac à main. "Merci." Fut le seul mot qu'elle accorda en guise de réponse à son cousin. Camille était encore sur les nerfs à cause de cet idiot de Chameroy. Elle n'avait plus qu'une hâte là, aller se défouler sur la piste pour oublier ce mauvais moment de la soirée. Mais voilà une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule...

Une fois sur la piste de danse elle remarqua très vite que son petit-ami Timaël était proche, trop proche d'un autre garçon. Et là le ciel lui était tombé sur la tête, c'était peu de le dire. En voyant les deux hommes s'embrasser elle senti son coeur se briser en mille morceaux et elle sentait qu'elle allait défaillir. Elle se tourna pour chercher son cousin du regard comme pour lui demander à l'aide. Les larmes qu'elle avait retenues quelques instants plus tôt se mirent à couler cette fois-ci tandis que ses poings se serraient sous la colère. Elle n'arrivait même pas à répondre à Bertrand tellement sa gorge était nouée à cause des sanglots qui l'avaient envahie. Elle tourna le regard un instant vers Bertrand, ses yeux étaient remplis de larmes. Elle ne savait plus du tout quoi faire. S'écrouler sur place ou aller carrément agresser Tim et l'autre mec. Elle ferma les yeux un instant lorsqu'elle vit l'expression sur le visage de Bertrand. Elle inspira un grand coup, d'un revers de main s'essuya le visage et avança d'un pas très décidé vers le couple. À cause de la colère en elle et de l'adrénaline elle poussa violemment le blond qui se retrouva par terre puis fit face à Timaël. Elle lui lança son regard le plus noir, le poussa puis lui frappa le torse à de nombreuses reprises avant de lui hurler dessus. "Ça va chéri ? Je te dérange pas trop là avec ton amant ? Et oui je suis là, dommage pour toi hein ! Tu comptais me cacher encore longtemps le fait que tu te fous royalement de ma gueule ??? En plus j'estime que j'aurais pu être au courant que tu courais également après les mecs ! T'es vraiment qu'une ordure Timaël Lewis ! Je te faisais confiance, je t'aimais ! T'entends ? Je t'aimais !" Et voilà qu'elle lui disait clairement qu'elle l'aimait alors que jamais auparavant elle n'avait réussi à lui dire. Bien sûr elle l'insinuait assez fortement lorsqu'elle lui parlait mais n'avait jamais prononcés les mots "Je t'aime". À croire que la colère pouvait l'aider à se livrer davantage. Ne pouvant plus se retenir elle lui asséna une énorme gifle à travers la figure. Bien plus forte que celle qu'elle avait mise à Erwan quelques minutes plus tôt. Les larmes étaient de nouveau revenues mais ça ne l'empêcha pas de continuer à cracher sa haine au visage du brun. "C'est terminé Timaël ! Je ne veux plus jamais te voir ! Tu me dégoûtes ! Ne tentes même pas de me joindre ou de me revoir !"

Camille se fichait totalement du fait qu'elle se donne en spectacle devant tous les clients du Rex Club. De toute façon elle était tellement en rogne qu'elle ne remarquait personne en dehors de Timaël et du type qu'elle avait balancé par terre. D'ailleurs que celui-ci ne se plaigne pas parce qu'il aurait pu prendre plus cher qu'une simple bousculade.
Codage par Emi Burton


HJ : MDR j'ai bien baissé puisque là je n'ai fait que 3603 mots alors que la dernière fois avec Cam j'avais fait 4583 mots. XD





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Protect me...

© Ecstatic Ruby


En mode séduction:
 

Code:
[color=#990099][b]"Bla bla."[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 06/05/2015
► paroles rapportées : 791
► célébrité : dylan fucking perfect o'brien
► nationalité : c'est un petit british
► métier : je travaille comme programmateur de site web dans une société informatique
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Sam 16 Jan - 16:27

dance, drink & trouble
kylaël x bertrin x erwille
Timaël avait bien du mal à réaliser qu’il se trouvait en compagnie de son ancien petit ami, celui qui lui avait brisé le cœur il y a quelques années. Il avait été le premier garçon dont il était tombé amoureux, c’était lui qui lui avait fais découvrir qu’il était plus intéressé par les garçons que par les filles. Et le voir surgir de nouveau du passé, cela le perturbait plus qu’il ne l’aurait cru. Surtout qu’ils discutaient simplement contrairement à leur première retrouvailles mais peut-être qu’il fallait remercier l’alcool qu’il s’était enfilé pour ce calme apparent. Le brun avait pris soin de le regarder, il n’avait pas changé même après ces années. Toujours aussi sexy ce qui avait le don de l’agacer, il en comprenait pas comment il pouvait être encore attiré par lui. Il avait embrassé quelqu’un devant lui et son cœur s’était fissuré. Plusieurs scénarios s’étaient joués dans son esprit à cet époque et encore aujourd’hui, lorsqu’il était seul dans sa chambre et qu’il repensait à son passé, il ne pouvait que croire qu’il s’était joué de ses sentiments, de lui et de tous ce qu’ils avaient partagé. Timaël lui avait tout donné, son cœur, son premier baiser, sa première fois et il avait eu le cœur en miette pour finir. Une voix au fond de lui ordonnait de le laisser en plan, de partir boire ailleurs et l’éviter jusqu’à la fin de sa vie. C’était trop dangereux d’être à ses côtés. Il risquait de le payer très cher. Puis, il lui avait bien dis qu’il avait une copine alors hors de question qu’il lui fasse comprendre qu’il était devenu bi subitement.

Sauf que ça, il aurait pu le faire s’il n’était pas saoul. Là, il se sentait plus libre d’être lui-même, il se sentait vivant à ses côtés. Et c’est pour cette raison qu’il l’entraîna sur la piste de danse, bougeant ses hanches au rythme de la danse. Il voulait tout oublier. Il voulait oublier, Camille, le fait qu’il se cachait, son entourage, tout. Il ne voyait plus que Kylian et quand celui-ci déposa un léger baiser sur ses lèvres, il avait l’impression qu’elles le brûlaient. Tim se colla alors à lui discutant du passé lui montrant à quel point toute cette histoire l’avait fait souffrir. Es ce que tout aurait été différent s’il avait eu le courage de s’affirmer ? Ou au moins de le confronter le lendemain ? Des questions qui resteraient sans réponse sûrement. Son pouce caressait doucement sa nuque alors qu’il l’écoutait parler. « Arrête de t’excuser, cela ne changera pas le passé. Il faut faire avec et avancer… On en a parlé point, on passe à autre chose. Je veux plus qu’on y penser. Je veux juste profiter de ce moment sans souffrir. » L’alcool décidément le rendait vraiment bisounours. Un doux sourire apparut sur ses lèvres quand ils abordèrent la chance. Il secoua les épaules. « Pourtant, on s’est retrouvé, chance ou destin j’en sais foutrement rien mais je ne regrette pas t’avoir recroisé. » Avant que leurs lèvres ne se collent une nouvelle fois dans un baiser un peu plus long et langoureux. Son cœur battait à mille à l’heure dans sa poitrine. Il avait l’impression qu’il allait pouvoir surgir de sa poitrine.

Il n’y avait qu’il pouvait ressentir ça. Bon, dans sa vie, il n’avait embrassé que deux personnes. Lui et sa copine donc es ce qu’il était vraiment apte à juger ? Non mais il s’en fichait. Il continua de l’embrasser, laissant leurs langues se retrouver. Celles-ci étaient occupées à faire un ballet sur une musique qu’elles connaissaient par cœur, comme si elles ne s’étaient jamais quittées. Son corps collé au sien lui donnait des frissons et il fut bien déçu quand celui-ci se détacha. Le rêve devait être terminé, il allait se réveiller et se retrouver seul dans son lit avec sûrement un problème au niveau d’en bas. Quoi que là, pour l’instant il arrivait à gérer ses fichus hormones de jeune adulte même lorsque son ex futur amant se déhanchait contre lui. Il laissa tomber sa tête sur son épaule. La boisson et lui lui faisaient tourner la tête, il n’y avait plus que lui qui comptait et il se fichait bien que les autres puissent le voir dans cet état. Pour une fois qu’il n’avait pas honte puis de toute façon qui s’en occuperait ? Ils étaient occupés à faire la même chose puis Kylian lui annonça qu’il avait envie de lui et là, il put dire adieu à son cerveau qui grilla complètement. Il avait aussi envie de lui, c’était évident. Il n’avait rien fait depuis un long moment, Camille et lui n’ayant guère franchi le pas. Par chance d’ailleurs, il ne savait pas comment il aurait géré cette situation.

Timaël ne perdit pas de temps et l’invita chez lui, espérant que sa colocataire ne soit pas présente. Elle était un peu trop curieuse et elle serait bien capable de regarder dans le trou de la serrure pour voir si jamais ils étaient un peu trop bruyants.  Il sourit et frôla ses lèvres. « Tout ce que tu veux. » dit-il avant de coller franchement ses lèvres aux siennes. Bien entendu qu’il n’allait pas lui refuser cette requête. Cependant, il aurait mieux fait de regarder autour de lui, il aurait pu ainsi apercevoir sa future ex petite amie se diriger vers eux. Il sursauta quand il se retrouva séparé brutalement de son blond et le vit par terre. « Mais ça va pas la tête, vous n’êtes pas bien ! Kyl ça va ? » dit-il inquiet avant que son regard ne se pose sur la personne ayant causé cela. Et là, ce fut la douche froide, il déglutit, son souffle s’étant de suite arrêté. Il la laissa parler, il se sentait coupable surtout après qu’il lui ait révélé ses sentiments mais l’alcool lui permettait tout de même de garder un peu les idées folles. « Non, je ne pensais pas te croisé ici, t’aurais pu m’inviter. Tu penses vraiment que j’aurais pu te balancer au visage ça, genre hey salut Camille. Tu sais, je t’aime bien mais t’es pas mon genre. Je suis plus du côté des mecs. Désolé ! Mais sortons ensemble, je n’ai pas le courage de dire que je suis gay. » Ok, là le filtre qu’il avait d’habitude semblait avoir disparu à cause de l’alcool. Il allait sans doute le regretter plus tard. Et il poussa un gémissement de douleur quand il reçut une gifle en guise de réponse. Il l’avait mérité, il se posa une main sur sa joue douloureuse. « Oh purée, ça fait un mal de chien. » Il leva les yeux au plafond quand elle lui annonça que c’était terminé entre eux. « Et ? Genre, tu ne vas pas en faire tout un plat. Tu devais bien te douter que quelque chose clochait chez moi. Genre ça fait… pfiou je ne sais plus combien de temps qu’on sort ensemble et j’ai jamais rien tenté. Pas que je n’osais pas, juste que je n’avais pas envie alors que tu vois, le mec que t’as poussé, il a suffi d’un baiser pour m’exciter. Un seul baiser. Dommage pour toi, t’as pas les bonnes formes. »

© flappy bird.





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

We can make it happens
The past influences the present I do not know even any more what wants to say us You indeed want to take me in your arms?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 09/07/2015
► paroles rapportées : 393
► célébrité : Cody Christian
► nationalité : Française
► métier : En terminale au lycée (merci les redoublements --')
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dance, drink & trouble    Dim 17 Jan - 0:42

Dance, drink & trouble
Tim, Kev, Erwan, Kyl, Bébert & Cam