Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 tout finit par se savoir un jour. (dunksi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Dim 6 Déc - 14:07

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Aleksi n’arrivait pas à y croire, lui qui pensait rencontre un parfait inconnu avait eu en face de lui, son demi-frère. Duncan. La personne qu’il voulait à tout prix effacer de sa tête et de son cœur. Ce n’était pas possible, il devait être en plein cauchemar. Et pourtant, il avait un beau se pincer le bras, il ne se réveillait pas. Il se contenta alors d’écouter ce que lui annonçait Duncan, secouant la tête. Il se retenait de ne pas craquer devant lui. qu’avait-il fait pour mériter ça ?  Puis Duncan s’était rapproché de lui et il avait perdu pied. Certes, ce n’était pas un vrai baiser, juste un frôlement de lèvre et pourtant il avait eu l’impression que des milliers de papillons avaient jailli de son estomac. Il aurait voulu que ce moment ne se termine jamais et pourtant la réalité le frappa quand Duncan se recula. Il venait de se laisser embrasser par le fils du mari de sa mère. Sa respiration s’accéléra. Il n’avait eu de cesse de répéter que non, que ce n’était pas possible. Il s’éloigna du jeune homme, les yeux brillants. « Je.. Je ne peux pas. Je suis désolé. » dit-il la gorge nouée et la voix tremblante.

Il fit quelque pas en arrière et se mit à courir, voulant s’éloigner de lui le plus possible. Il ne pouvait pas céder à cette envie de lui appartenir, il voulait qu’il soit sien mais il n’en avait aucun droit. Leur relation n’avait aucune chance. Et ce fut lorsqu’il entra dans sa voiture qu’il se laissa aller. Les larmes coulèrent sur son visage, il n’avait pas l’habitude de se laisser aller. Il portait toujours un masque de mec froid mais là, aujourd’hui il en avait besoin. Il ne tombait que très rarement amoureux et là, cela faisait mal. C’était pire de savoir que Duncan ressentait sûrement la même chose que lui. Il aurait préféré de rien savoir, ne pas savoir que le mystérieux inconnu auquel il s’était attaché était en réalité celui qui hantait ses journées. Il sécha ses larmes avec le revers de sa main avant d’allumer le contact. Il fallait qu’il rentre à la maison, le plus vite possible et tant pis si les parents étaient là. Ils se demanderont sûrement pourquoi il se trouvait dans cet état mais tant pis. Mais malgré tout, il ne bougea pas de place. Il n’en avait pas la force. D’une part parce qu’il savait qu’il n’aurait guère la force de conduire et de deux parce que son cœur le poussait presque à rejoindre le jeune brun qui le détestait sans doute maintenant.

Un sanglot retentit dans l’habitacle à cette pensée. Il était stupide. Il n’y avait pas plus stupide que lui. Il poussa un léger soupir avant de porter sa main à ses lèvres. Il avait aimé cette sensation et il se laissa tomber le front le premier sur le volant. Qu’est ce qu’il pouvait faire ? Il n’était pas dans l’un de ses romans et le personnage principal devait faire un choix crucial et pourtant c’était ce qu’il ressentait à cet instant précis. Il n’y aurait que lui en jeu, il aurait craqué, aurait quitté sa voiture et l’aurait embrassé à pleine bouche. Mais il y avait d’autres personnes à prendre en compte. Il n'y avait pas que Duncan et Aleksi.
© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 35
► célébrité : Dylan O'Brien
► nationalité : Franco-Écossais aux origines Américaines
► métier : Batteur (musicien)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Dim 6 Déc - 21:51


Alek' & Dun' en vacances à Marseille
Tout finit par se savoir un jour !

Dun avait pris son courage à deux mains et avait fixé rendez-vous à Aleksi dans les calanques à l'occasion d'un feu de camp. En effet ce soir il avait décidé d'être honnête avec lui et de tout lui avouer. Que ça soit ses sentiments pour lui ou encore le fait qu'il était son admirateur secret, celui avec qui il correspondait par textos depuis quelques temps déjà. Duncan n'était pas fier et pas forcément à l'aise mais il avait fini par tout déballer au petit blond. Il savait que celui-ci prendrait mal les choses et d'ailleurs Alek n'avait pas hésité à jouer de sa répartie habituelle, blessant un peu plus le brun. Malgré tout ce dernier lui avait un peu tenu tête afin qu'il comprenne qu'il ne manigançait rien et qu'il était sincère avec lui. Il lui avait même fait un smack pour essayer de lui montrer qu'il ne se moquait pas de lui. Cependant ayant un peu peur de sa réaction il s'était reculé pour éviter de se prendre un coup de poing en pleine figure. Certes il n'était pas aussi musclé que lui, mais un coup pouvait partir si vite sous la colère que le jeune musicien s'était méfié.

Le brun après toutes ses révélations s'était senti comme libéré d'un poids même s'il craignait dorénavant la réaction de l'écrivain. Ce qui faisait le plus mal au jeune Carter c'était le fait qu'Alek doute de sa sincérité. Et pourtant en même temps il pouvait le comprendre puisqu'il lui avait caché des choses pendant plusieurs mois et qu'en prime il s'était fait passer pour quelqu'un d'autre afin de pouvoir échanger avec lui par SMS. Et même si Dun regrettait les mensonges, il ne regrettait cependant pas ses actes car grâce à ça il avait pu parler librement avec le blondinet et en découvrir un peu plus sur lui.

Duncan ne put s'empêcher de ressentir un pincement au coeur et une boule se former dans sa gorge en voyant l'état dans lequel se trouvait Aleksi. Certes il ne le voyait pas forcément très bien dans la pénombre mais le son de sa voix lui avait fait comprendre que quelque chose n'allait pas. Le voir ensuite partir en courant n'avait fait que le mettre davantage mal. Il le regarda s'éloigner en lâchant un gros soupir avant de se laisser tomber sur le sable le long des falaises. Une fois posé sur le sable il coinça sa tête entre ses mains, ne supportant pas de savoir dans quel état le blond s'était mis par sa faute. Cependant il ne regrettait pas du tout de lui avoir dit la vérité même si visiblement Alek avait du mal à encaisser les révélations qu'il lui avait faites.

Ayant besoin de faire évacuer la pression le jeune homme s'était relevé et n'avait pas trouvé d'autre moyen pour se libérer que de frapper un grand coup dans la falaise avec son pied droit. Évidemment ce n'était pas vraiment une bonne idée puisqu'il ne put s'empêcher d'hurler à cause de la douleur intense qu'il venait de ressentir. Il s'en fichait s'il se faisait repérer à cause de ça. Il était peut-être masochiste mais limite il préférait cette souffrance que celle que son coeur était en train de lui infliger. Sous le choc et la douleur il s'était retrouvé par terre et frappait le sable de son poing pour avoir eu cette idée idiote de vouloir se battre avec les falaises. Maintenant il allait être bien embêté avec une jambe qui lui faisait souffrir le martyre. Il ne savait même pas comment il allait faire pour rejoindre sa voiture et encore moins comment il allait la conduire pour rentrer chez lui. Une nouvelle fois il soupira en se rendant compte qu'il aurait mieux fait de réfléchir et maîtriser ses nerfs plutôt que d'agir comme un c**. C'était ce qu'il pensait être à présent...  
copyright crackle bones





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Dun'-Alek'

Tu es le seul qui peut me faire mal à ce point... Même la douleur physique fait moins mal que celle que tu infliges à mon coeur.

  by Wiise


Code dialogues:
 


Dernière édition par Duncan Carter le Dim 6 Déc - 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Dim 6 Déc - 22:07

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Aleksi avait la tête que tournait, il devait sûrement se trouver dans un de ses cauchemars où il finirait par se retrouver mort ou quelque chose de plus terrible. Il voulait se réveiller, se retrouver dans son lit et s’apercevoir que Duncan ne venait pas de toucher ses lèvres ni de lui avouer ses sentiments. Il voulait tout oublier, il se prit la tête entre ses mains. Pourquoi sa vie était un tel bazar ? Pourquoi n’avait-il pas le droit au bonheur tout simplement ? Allait-il vraiment devoir passer sa vie tout seul parce qu’il avait eu le malheur de s’attacher à la seule personne qui lui était interdite ? Et pourtant, Duncan l’attirait, tel un aimant. Même s’ils se disputaient la plupart du temps, il prenait toujours soin de regarder la courbe de son visage, de fixer quelques secondes ses lèvres afin d’imaginer le goût qu’elles avaient. Et alors qu’il avait enfin la possibilité de l’avoir, il l’avait repoussé. Alek’ avait voulu rentrer chez lui mais il n’avait pas pu, son moteur tournait mais la voiture ne faisait aucun mouvement. Il cherchait des yeux pour voir s’il apercevait le jeune brun. Il ne pouvait s’empêcher de se demander s’il allait bien, s’il se marrait parce qu’il avait réussi à le perturber ou bien s’il était triste. Rien qu’à cette pensée, son cœur se serra. Il se devait de le savoir. Il donna un coup de poings à son volant, grimaçant légèrement de douleur. Il prit une grande respiration avant de sortir de sa voiture. Il espérait que Duncan n’ait pas bougé de place sinon il aurait bien dû mal à le retrouver.

Après quelques minutes de marche, il l’entendit hurler ce qui lui fit accélérer le pas, son cœur battant à une vitesse folle dans sa poitrine. Il venait tout juste de le voir frapper la falaise et il se pinça la lèvre. Il le retrouva par terre sur le sable, il ne put qu’être triste en le voyant. C’était sans doute de sa faute s’il se retrouvait dans cet état là. Alek’ aurait aimé s’abandonner, oublier sa raison qui le poussait à le rejeter et écouter son cœur qui lui disait de le prendre dans ses bras et de tout oublier autour d’eux. Mais le blond était quelqu’un de responsable. Il marcha jusqu’à ce qu’il se retrouve tout prêt de lui et se laissa tomber à ses côtés. Il ne savait pas quoi dire, sa voix semblait avoir disparu. Néanmoins quand il regarda sa jambe, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils. « Qu’est ce que tu t’es fais ? » dit-il en tournant le regard vers lui. Il ne voulait pas le regarder, de peur de craquer mais il n’avait pas pu résister. Puis, il finit par soupirer avant de diriger son regard vers l’horizon, sa main jouant avec le sable qui filtrait ses doigts fins. « Tu as vraiment cru pouvoir gagner un duel contre une falaise ? » Il avait voulu faire de l’humour mais le cœur n’y était pas vraiment. Surtout sachant que d’ordinaire, il n’était guère quelqu’un de très blagueur.

Aleksi finira par soupirer. « Je suis désolé, je n’aurais pas dû partir comme ça. C’est juste que cela faisait beaucoup trop d’un coup et que je n’ai pas su comment réagir.. » dit-il en fixant un point devant lui avant de lever, s’essuyant le sable sur son pantalon. « Tu as quelqu’un pour te ramener ? » Il ne savait pas comment il était venu puis vu l’état dans lequel il se trouvait, Aleksi ne pensait pas qu’il serait capable de conduire. Il voudrait lui demander s’il souhaitait de l’aide mais il avait peur de se faire envoyer paître alors ce fut de façon détournée qu’il le questionna. « Je n’ai pas vu ta voiture sur le parking.. »
© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 35
► célébrité : Dylan O'Brien
► nationalité : Franco-Écossais aux origines Américaines
► métier : Batteur (musicien)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Mer 9 Déc - 23:01


Alek' & Dun' en vacances à Marseille
Tout finit par se savoir un jour !

Duncan n'avait pas su gérer ses nerfs et avait frappé un grand coup contre la falaise près de lui. À l'avenir il contrôlerait peut-être mieux ses émotions... Seulement voilà il avait agi sur un coup de tête pour oublier la douleur que lui infligeait son coeur et le moins que l'on puisse dire c'était que ça fonctionnait puisque là pour le coup il ne pensait plus qu'à sa jambe qui le faisait atrocement souffrir. À tel point qu'il n'avait pas pu s'empêcher d'hurler un grand coup et tant pis si ça rameutait tous les jeunes qui faisaient tranquillement la fête sur la plage. Il s'était donc retrouvé assis sur le sable suite au choc qu'il venait de recevoir. Mentalement il se traitait de con tout en tapant un grand coup sur le sable. Au moins ça ça ne faisait pas mal et ça défoulait quand même un petit peu. Il essayait de réfléchir pour voir comment il allait rentrer à la maison de vacances que son père avait achetée il y a plusieurs années de ça. Avec la douleur il avait bien du mal à se concentrer. Et puis de toute façon il ne connaissait pas grand monde ici à Marseille. Il ne se voyait pas du tout demander un coup de main à de simples connaissances de vacances. Il soupira un grand coup et sursauta en entendant la voix d'Aleksi.

Il tourna le regard vers lui, se demandant pourquoi le blond était revenu. Après tout il était parti en courant, pourquoi maintenant il était de nouveau là ? Assis près de lui sur le sable ? Duncan ne savait pas trop comment se comporter avec lui. S'il devait faire comme d'habitude, lui parler sèchement et l'envoyer bouler ou arrêter ce petit jeu qui s'était installé depuis trop longtemps entre eux et tenter de discuter le plus normalement possible. Il soupira doucement et opta dans un premier temps pour la seconde option. "J'en sais strictement rien et si tu veux mon avis, je m'en fiche !" Après tout il avait fait le con en mettant un coup de pied à la falaise, il ne pouvait plus qu'assumer son acte. Il n'était pas médecin mais il était prêt à parier que sa jambe et surtout son pied devaient être cassés. En même temps vu la violence du choc c'était plus que probable pour que ça soit le cas. Le brun ferma les yeux quelques instants face à la douleur mais les rouvrit assez vite en arquant un sourcil alors que l'écrivain venait de faire de l'humour. Ce n'était pas vraiment son style sauf lorsqu'il le faisait sur un ton cassant pour tenter de blesser le musicien. Toutefois il décida de ne pas lui en faire la remarque et se contenta de répondre à sa question. "Non pas vraiment mais j'avais besoin de faire ça..." Il avait volontairement omis de lui dire qu'il avait fait ça juste pour avoir mal physiquement au point d'oublier la douleur qu'il avait ressentie en le voyant partir en courant et en le laissant seul alors qu'il lui avait ouvert son coeur. Après tout Dun' n'était pas bête au point de penser qu'il pouvait gagner un combat contre une falaise.

C'était à se demander si Aleksi n'avait pas le don de lire dans les pensées du brun puisqu'il s'excusait de s'être enfui en courant. Ou alors il avait tout simplement deviné la fin de la phrase que Mister Carter n'avait pas prononcée. Que pouvait bien répondre le musicien à ce que venait de lui dire Alek' ? Il n'en savait absolument rien. Du coup il préféra garder le silence à ce sujet tout en regardant le blond qui se relevait. Il aurait pu tenter d'en faire autant mais il se doutait bien que s'il essayait il se retrouverait de nouveau le cul sur le sable. À moins qu'il n'essaye de faire comme les enfants à l'école, marcher à cloche-pied. Mais alors ça ne serait pas gai du tout et il serait sûrement vite épuisé. D'autant plus qu'il n'était pas garé tout près de l'endroit. Il fut tiré de ses pensées par la voix d'Aleksi qui lui posait une question. "Non personne..." *Malheureusement.* Quelques secondes plus tard alors qu'il allait rajouter quelque chose, il laissa finalement le blondinet parler puis lui répondit. "J'allais justement te dire qu'il était hors de question que je laisse quelqu'un de là-bas que je connais à peine prendre le volant de ma voiture. Donc oui je suis bien venu en voiture et tu n'as pas fait attention mais si elle est bien sur le parking devant la plage..." Avait-il dit en désignant le feu de camp plus loin sur la plage.

En effet le brun ne laissait pas n'importe qui conduire son véhicule et encore moins des personnes qui avaient consommé de l'alcool. Parce que si lui n'avait rien bu depuis qu'il était arrivé sur la plage, il avait bien remarqué que les autres s'en étaient donné à coeur joie. Toujours assis sur le sable il soupira, se demandant comment il allait se sortir de ce guêpier et ce qu'il allait bien servir comme excuse à son père s'il s'était vraiment cassé le pied et la jambe. Et puis il n'allait quand même pas passer toute sa nuit sur la plage sous prétexte qu'il ne pouvait plus marcher sur ses deux jambes. Il fallait qu'il trouve une solution ne serait-ce que pour rentrer à la maison de vacances.
copyright crackle bones





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Dun'-Alek'

Tu es le seul qui peut me faire mal à ce point... Même la douleur physique fait moins mal que celle que tu infliges à mon coeur.

  by Wiise


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Lun 14 Déc - 15:18

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Lui qui pensait pouvoir avoir des vacances calmes et sans soucis, il était complètement à côté de la plaque. Mais il avait été sous le choc, il n’avait guère su réagir correctement et la fuite lui avait semblé être la meilleure option. Il voulait fuir le plus loin possible de ce regard noisette qui lui faisait perdre la tête. Il ne pouvait pas succomber. C’était interdit et il se haïssait pour ressentir autre chose qu’une amitié fraternelle. Alek’ s’en voulait de ne pas être suffisamment fort pour pouvoir oublier ses sentiments, cela serait tellement plus simple. Il devait sans cesse jouer la comédie, espérant se faire détester par son demi-frère alors qu’il ne rêvait que d’une chose. Lui. Et alors qu’il aurait pu l’obtenir, il était parti rejoindre sa voiture, laissant ses nerfs craquer. Il en avait bien besoin. Il avait frappé le volant de sa voiture loué. L’hôtel où logeait les deux familles louait des voitures et il avait décidé d’en emprunter une le temps de cette soirée. Il aurait mieux fais de s’y abstenir et de rester tranquillement dans la location de vacances. Finalement après avoir pesté contre la terre entière, il décida de retourner voir Duncan afin de s’assurer qu’il allait bien. Même s’il savait qu’il pouvait rester loin de lui si jamais il le voyait sourire.

Sa tête tournait et il n’avait guère les idées claires mais il voulait faire sa réaction. Es ce qu’il serait heureux de le voir fuir ayant enfin réussi à percer à jour sa carapace ou bien regretterait-il son geste ? Plusieurs questions tournaient dans sa tête mais tout s’arrêta quand il vit le jeune brun frapper la falaise. Il sût à ce moment là qu’il devait le rejoindre et c’est ce qu’il fit, s’installant à ses côtés. « Mais c’est malin... tu as vu dans quel état, tu t’es mis ? » dit-il en soupirant, essayant de paraître plus ronchon qu’inquiet. Il se demandait comment Duncan allait bien pouvoir faire pour expliquer son état à leurs parents, une fois rentré. Il espérait que cela ne soit pas trop grave, après tout c’était les vacances et il voulait qu’il en profite un maximum. Enfin maximum pour lui effaçais bien entendu ses nombreuses filles en bikini qu’il avait bien pu voir lors de ses balades sur la plage. Tout pour s’exhiber encore plus, si cela continuait, il n’y aurait plus de tissus sur les maillots de bain. Mais il ne fallait pas penser à ça, Alek’ ne voulait pas déclencher sa jalousie. Du coup, il avait essayé de faire de l’humour mais il n’était pas doué pour ça, ayant plus l’habitude d’être renfermé. Il voulait détendre l’atmosphère ce qui était étrange sachant que d’ordinaire, il avait plus tendance à déclencher les disputes qu’à vouloir ne pas les provoquer. « Ah oui et pourquoi ça ? Si tu avais eu besoin de frapper quelqu’un, tu aurais pu t’en prendre à quelque chose de moins dure. » Genre un caillou ou autre chose, parce que là une falaise, c’était un peu trop gros et il était sur de perdre. La falaise : 1. Duncan : O.

Le jeune blond se passa une main dans les cheveux avant de s’excuser, son regard étant figé sur la mer méditerranéenne. Il jouait avec ses mains peu à l’aise de montrer ses sentiments. Puis une fois fini, il sentit son cœur se serré douloureusement dans sa poitrine en ne le voyant pas réagir. Il laissa échapper un faible soupire avant de décider qu’il était temps pour lui de rentrer et par la même occasion d’offrir une aide indirecte au jeune brun. Il garda quelques secondes de silence, son cerveau tournant à plein régime avant de décider d’ouvrir la bouche. « J’ai pas du faire vraiment attention, il faut dire qu’il y en a pas mal sur le parking. Après si tu veux, je peux toujours te ramener à la maison ? Ce n’est pas comme si je devais faire un détour pour te ramener puis demain, si ton pied va mieux, on reviendra pour chercher la tienne ? Enfin si tu veux, je ne t’oblige pas. C’est juste que je ne te voie pas conduire dans cet état. Et même s’il fait bon, dormir dans ta voiture ou même ici... » Ses mots s’emmêlaient dans sa bouche, montrant son mal être mais il était hors de question pour lui qu’il le laisse ici, dormir sur la plage et encore moins de reprendre le volant. Il n’osait même pas imaginer sa vie cet homme si jamais il lui arrivait quelque chose. Même si cette pensée lui était totalement interdite et qu’il devait l’oublier le plus vite possible.  « Laisse-moi au moins t’aider à te relever ? » dit-il en lui tendant la main, espérant qu’il accepte tout de même son aide. Ses yeux ne le lâchaient pas du regard. Es ce qu’il allait accepter son aide ou refuser de prendre sa main, l’envoyant promener. Après tout, avec ce qui venait de se produire, Alek’ devait paraître bien étrange. Il le repoussait et une minute plus tard, il lui tendait la main. Mais Duncan ignorait sûrement qu’il était lui-même en train de se battre avec sa propre conscience. Sa raison lui disait de fuir alors que son cœur lui dictait une toute autre conduite.

© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 35
► célébrité : Dylan O'Brien
► nationalité : Franco-Écossais aux origines Américaines
► métier : Batteur (musicien)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Mer 13 Jan - 18:48


Alek' & Dun' en vacances à Marseille
Tout finit par se savoir un jour !

Visiblement Duncan avait beau avoir hurlé sous le coup de la douleur, ça n'avait fait venir personne en dehors de son petit blond préféré. À croire que les Marseillais se fichaient totalement des gens qui pouvaient souffrir. En dehors de leur petite fête rien n'avait l'air de compter pour eux. Ce qui ne dérangeait pas tellement le brun qui n'avait pas vraiment envie que tout le monde vienne s’agglutiner autour de lui pour voir ce qu'il avait. Il préférait encore de loin ne voir personne que d'avoir un attroupement. D'un côté il était content qu'Aleksi soit venu le rejoindre mais d'un autre il ne comprenait plus rien et était perdu.

Si au départ Dun' avait voulu lui parler sèchement sous le coup de la colère, il s'était ravisé et avait préféré temporiser en parlant le plus normalement possible avec Alek. Tandis que ce dernier lui disait que c'était malin, le brun se contentait de secouer les épaules pour montrer qu'il n'en avait rien à faire. Il s'était fait mal et alors ? C'était tant mieux. Au moins ça lui permettait de ne pas trop se tourmenter en réfléchissant à sa "relation" avec le blond. Là c'était sûr que son esprit ne pensait plus qu'à la douleur physique et c'était justement le but qu'avait voulu atteindre Duncan.

Quand le blond avait voulu faire de l'humour, le brun n'avait pas relevé même s'il avait trouvé ça surprenant venant de sa part. Il avait juste répondu normalement qu'il avait eu le besoin de se défouler, ce à quoi le blondinet lui avait dit qu'il aurait pu se défouler sur autre chose. Puisque Monsieur avait voulu faire de l'humour, Dun' n'allait pas se gêner pour en faire autant. "Hum t'aurais peut-être préféré que je te cours après et que je te mette mon poing dans la figure ?" Duncan laissa s'échapper un petit rire avant de reprendre la parole. "Pourquoi j'ai eu besoin de frapper la falaise ? Alors ça je le garde pour moi mon cher..." Ah ça non il n'allait certainement pas lui dire pourquoi il avait fait ça. Il avait déjà ouvert son coeur quelques minutes plus tôt et ça n'avait servi strictement à rien, donc il n'allait pas recommencer de sitôt... Déjà qu'il avait mis bien du temps avant de réussir à se livrer.

Et puis Aleksi s'était excusé mais Duncan ne lui avait rien répondu... Jusqu'à ce que le blond lui demande si quelqu'un allait le raccompagner en ajoutant qu'il n'avait pas vu sa voiture sur le parking. Le brun lui avait répondu que si il était bien venu avec celle-ci et que non personne ne pourrait le ramener à leur demeure de vacances. Le musicien regardait et surtout écoutait le jeune écrivain. Il ne savait pas du tout ce qu'il devait faire. Accepter l'aide qui lui était proposée ou bien refuser par pure fierté. Après tout pourquoi il prendrait l'aide d'Aleksi après ce qu'il lui avait fait ? Finalement la raison avait pris l'avantage par rapport à son coeur et alors que le blond lui tendait la main, Duncan la refusa tout net. "Non merci je vais me débrouiller tout seul... Tu peux rentrer à la maison Aleksi." Il n'avait pas dit ça sur un ton méchant mais en tout cas ça voulait bien dire ce que ça voulait dire, qu'il refusait son aide et qu'il n'avait pas apprécié se prendre un vent quelques minutes plus tôt. Alors tant pis s'il devait camper sur la plage cette nuit, il le ferait sans hésiter. Après tout c'était les vacances, il faisait bon et puis dormir sur la plage et voir le lever de soleil ne pouvait pas être une mauvaise chose. D'ailleurs pour bien faire comprendre à Alek qu'il ne bougerait absolument pas d'ici, il s'était allongé sur le sable en croisant ses mains derrière son crâne et en fixant le ciel étoilé.
copyright crackle bones





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Dun'-Alek'

Tu es le seul qui peut me faire mal à ce point... Même la douleur physique fait moins mal que celle que tu infliges à mon coeur.

  by Wiise


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Mer 20 Jan - 15:03

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Aleksi ne savait pas comment se comporter en sa compagnie, sa raison lui ordonnait de fuir le plus loin possible afin de protéger son cœur et d’éviter de trop souffrir tandis que ce stupide organe qui le maintenait en vie l’encourageait à être à ses côtés. Du coup, il agissait sans doute un peu étrangement et il était sûr que Duncan ne le comprenait pas vraiment, ayant lui-même du mal à le faire. Le blond n’avait pas pu s’empêcher d’aller le rejoindre et en le voyant se battre en duel contre une falaise, il ressentit un pincement au cœur. Etait ce vraiment de sa faute s’il était dans cet état ou bien c’était juste la simple goutte d’eau ? Il ne savait plus, plusieurs questions tournaient dans sa tête si bien qu’il allait sans doute devoir prendre un cachet à son retour dans la maison de vacance. Tu parles de vacances d’ailleurs. C’était sans doute les pires qu’il avait pu passer pourtant c’était les premières. Avant l’union de sa mère avec le père de Duncan, le clan McLachlan n’était jamais parti. Sa mère travaillant trop et lui se concentrant à ses études puis à son avenir. Le blondinet regardait presque tendrement le brun à ses côtés se demandant ce qui pouvait bien se passer dans sa petite tête. il aurait bien aimé un liseur de pensée, cela serait sans doute très utile dans leur situation. Même s’il était sur d’une chose, qu’il devait le détester à l’heure qu’il est.

Et il eut très vite la confirmation de celle-ci quand il prit la parole. Il baissa le regard et secoua les épaules. « Tu aurais sans doute eu moins mal par la suite, je suis moins solide qu’une falaise. Mais peut-être que je l’aurais mérité après tout.. » dit-il en secouant les épaules avant de continuer. « Pourquoi tu ne veux pas en parler ? Cela te soulagerait sans doute. Mais je ne vais pas te forcer, ce n’est pas comme si on était proche tous les deux. T’es pas obligé de tout me dire.. » Le moins qu’on puisse dire, c’était qu’Alek’ était déçu. Déçu qu’il ne lui fasse pas confiance pour se confier, déçu de le voir agir comme ça avec lui. Il préférait largement supporter sa colère plutôt que ce fossé entre eux. Mais c’était de sa faute tout compte fait. Il avait pris la fuite au lieu de lui expliquer le fond de sa pensée. Le blondinet s’excusa, essayant de renouer un peu le contact avec le brun sans vraiment de succès. Il était plutôt têtu quand il s’y mettait et le voir l’ignorer délibérément lui serrer le cœur. Ne pouvait-il pas lui hurler dessus comme à leur habitude au lieu de ne pas ouvrir sa bouche ? Il évitait d’ailleurs de trop la fixer celle-ci, de peur d’avoir envie de goûter de nouveau à ses lèvres. Son geste ayant été bien trop rapide pour qu’il puisse mémoriser le goût, la texture de celles-ci.

Finalement, il trouva comment lui faire ouvrir la bouche, sa voiture. Il ne pouvait pas rentrer chez eux dans cet état et Alek’ ne le souhaitait pas. Il ne voulait pas le laisser là tout seul, il ne pourrait pas dormir tranquillement. Cependant encore une fois, Duncan n’en fit qu’à sa tête. Il soupira avant de prendre la parole, légèrement agacé. « Ne fais pas la mauvaise tête, tu ne vas pas pouvoir conduire dans ton état.. » Il roula des yeux en le voyant s’allonger dans le sable. « Très bien, si c’est comme ça, tu vas devoir me supporter parce que je ne vais pas être aussi irresponsable que toi, je ne vais pas te laisser tout seul dans cet endroit. » Le blond soupira pour lui montrer qu’il pouvait être aussi têtu que lui. Il s’allongea à son tour. Une question lui brûlait néanmoins les lèvres mais il ne pouvait pas poster cette question. Il se mit alors sur le côté pour pouvoir le regarder de profil, admirant ses grains de beauté avec un sourire.

© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 35
► célébrité : Dylan O'Brien
► nationalité : Franco-Écossais aux origines Américaines
► métier : Batteur (musicien)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Lun 25 Jan - 0:57


Alek' & Dun' en vacances à Marseille
Tout finit par se savoir un jour !

Duncan souffrait mille tourments mais comme d’habitude il faisait son fier et ne montrait rien. Lui qui avait ôté sa carapace quelques minutes plus tôt pour ouvrir son cœur à Aleksi l’avait remise aussi vite qu’il l’avait enlevée en voyant la réaction du blond. Et puis là c’était la douleur physique qu’il ressentait fortement mais il n’y avait pas moyen qu’il montre à l’autre garçon qu’il avait mal. Il préférait faire comme si de rien n’était et qu’il n’avait pas frappé cette falaise. Et pourtant Dieu seul savait à quel point son pied et sa jambe lui en faisaient baver.

Le brun ne savait pas vraiment si le blondinet s’inquiétait pour lui ou si c’était une espèce de leçon de morale qu’il lui faisait. Il aurait vraiment aimé savoir lequel des deux cas était le bon. Parce que là il avait l’impression de marcher sur des œufs avec lui et ça l’agaçait plus qu’autre chose. Duncan fut quelque peu surpris d’entendre Alek lui dire qu’il aurait peut-être mérité son poing dans la figure. Le brun soupira et secoua doucement la tête. Jamais il n’aurait cru Aleksi capable de dire des choses pareilles. Lui qui était d’ordinaire si cassant avec lui…  Il se demandait bien ce qui lui arrivait là. À tel point qu’il ne savait même pas quoi lui répondre. De ce fait il valait peut-être mieux garder le silence plutôt que de dire n’importe quoi. Certes comme l’avait dit l’écrivain, Duncan aurait eu moins de mal en le frappant lui mais delà à dire qu’il l’aurait mérité ? Peut-être pas quand même… Sauf que visiblement le blondinet tenait vraiment à faire parler Duncan. Ce dernier se demandait bien pourquoi puisque d’habitude il faisait tout pour l’éviter ou alors il lui disait de se taire. Dun soupira à nouveau avant de répondre d’une manière triste et un peu énervée à la fois. « Tu me demandes pourquoi ? Devine un peu ! Non je ne pense pas que ça me soulagerait et effectivement je n’ai pas à tout te dire ! » Et puis quoi encore ? Il n’allait tout de même pas lui répéter ce qu’il lui avait déjà dit. Et s’il n’avait pas compris qu’il s’était défoulé parce qu’il l’avait vu partir sans rien dire, c’est qu’il était probablement idiot… Et voilà que de penser à ça allait l’énerver encore et le faire souffrir psychologiquement. Ce n’était pas du tout ce qu’il voulait. Limite il avait de nouveau envie de frapper dans quelque chose pour une fois de plus éviter de penser à tout ça. Alek avait vraiment le don pour le rendre dingue… Comment faisait-il pour le faire souffrir plus que ses membres inférieurs droits ne le faisaient eux ?

Après ça le blond avait voulu aider Duncan à se relever en lui tendant la main mais après avoir eu du mal à savoir quoi faire, le brun avait tout bonnement refusé son aide. Trop fier le musicien ? Probablement ! En même temps il n’arrivait pas à comprendre Aleksi ce soir… Du coup il l’avait un peu envoyé bouler. À peine quelques secondes plus tard Alek lui demanda de ne pas faire sa mauvaise tête mais c’était trop tard, ce mode était déjà actif chez le batteur. « Je fais ce que je veux Aleksi ! » En effet il n’avait pas besoin de lui ni de son aval pour faire ce qu’il voulait. Si ça lui chantait de conduire avec une jambe invalide, c’était son problème et non pas celui de l’écrivain. Aussitôt Duncan s’était allongé comme pour lui faire comprendre qu’il ne bougerait pas d’ici et qu’il pouvait partir sans lui… Sauf que visiblement ça ne fonctionnait pas puisque le blond s’entêtait lui aussi. « Je suis pas irresponsable déjà ! Je peux très bien dormir ici, je suis assez grand pour me défendre ! De plus je n’ai pas besoin de toi ! Va-t-en… » Sur ses dernières paroles le brun s’était quelque peu radoucit, c’était limite s’il ne suppliait pas Aleksi de partir. Le musicien avait besoin d’être seul mais visiblement le blondinet n’allait pas lui accorder cette faveur. Ça aurait été trop beau venant de sa part. Certes quand il disait qu'il n'avait pas besoin de lui, il lui mentait... Parce qu'il savait qu'il avait besoin de lui dans sa vie, mais ça il ne l'admettrait plus. C'était trop tard... Aleksi lui avait brisé le coeur et il n'était plus question qu'il lui dise vraiment ce qu'il ressentait.

Dun soupira en voyant qu’Aleksi s’allongeait non loin de lui. Le brun lui jeta un coup d’œil en biais et remarqua qu’il le regardait en souriant. À quoi il jouait maintenant ? Duncan n’en savait rien mais il n’avait pas du tout envie qu’il reste plus longtemps. Il décida alors de se tourner sur le côté sauf qu’en faisant ça il avait pris appui sur la jambe où il s’était fait mal. Il ne put s’empêcher d’hurler un juron. « Putaiiiiiiiiiiin ! » Il avait presque oublié cette maudite jambe et tout ça à cause d’Aleksi qui le regardait. Il grimaça aussi bien à cause de la douleur qu’il ressentait qu’à cause du fait qu’Aleksi allait vraiment comprendre qu’il s’était bel et bien fait un mal de chien en passant ses nerfs sur la falaise.
copyright crackle bones





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Dun'-Alek'

Tu es le seul qui peut me faire mal à ce point... Même la douleur physique fait moins mal que celle que tu infliges à mon coeur.

  by Wiise


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Mar 26 Jan - 15:48

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Aleksi ne savait pas comment se comporter avec lui, d’un côté il voulait le fuir et se faire détester par la jeune brun afin qu’il ne soit pas tenté et de l’autre, celle qui arrivait à prendre contrôle sur l’ensemble de son corps souhaitait vraiment se rapprocher du jeune homme. C’était ce côté-ci qui l’avait poussé à venir le rejoindre sur la plage. Il voulait s’assurer qu’il aille bien et peut-être rattraper sa fuite ? Il aurait dû se montrer franc avec lui au lieu de partir en courant. Mais c’était la seule option qu’il avait trouvé pour se protéger. Il ne pouvait pas craquer, il ne pouvait pas laisser son cœur dicter sa conduite sinon il aurait déjà ses bras entourés autour de son cou et ses lèvres sur les siennes. Mais tout ça leur était interdit même s’il en mourrait d’envie. Pourquoi avait-il fallu qu’il tombe sous le charme du fils du mari de sa mère ? Il n’osait même pas imaginer ce qui se passerait si jamais sa mère le découvrait. Certes, il était adulte et était libre de ces choix mais elle risquerait de le prendre mal. Sans compter qu’ils allaient avoir une sœur. Ce serait étrange de lui expliquer pourquoi ils s’embrassaient alors qu’ils étaient ses frères. La pauvre petite, ils seraient des monstres sans doute. En plus d’être gay, on dirait sûrement que c’était incestueux alors qu’ils n’avaient pas le même sang. Tout ça tournait en boucle dans sa tête, le brisant à chaque seconde. Il baissa les yeux quand il répliqua. « Je voulais penser que ce serait pas un autre motif, pas celui-ci. J’ai été stupide… C’est mieux de se voiler la face n’est ce pas que de reconnaître qu’on en est la cause, tu ne penses pas ? » Es ce qu’il savait que lui-même souffrait de cette situation. Sans doute pas sachant qu’Aleksi ne cessait de le repousser. Peut-être qu’il devrait lui dire franchement mais il savait que s’il le faisait, rien ne serait plus comme avant. Ce serait encore plus difficile pour lui de masquer ses sentiments en sachant que Dun les connaissait.

Puis, il avait du faire face au côté têtu de Dun ce qui l’avait fait soupirer. Il devait sûrement s’y prendre comme un manche avec lui, mais au moins il avait l’air de le détester ce qui était le but non ? Maintenant qu’il avait sans doute réalisé son objectif, il ne pouvait s’empêcher de ressentir un pincement au cœur. Oui, c’était ce qu’il avait souhaité mais il le regrettait. Il ne voulait pas que les choses soient ainsi entre eux. Le blondinet se passa une main dans les cheveux avant de prendre la parole. « Très bien, fais ce qui te semble bien même si c’est complètement stupide ! » Il lui faisait décidément perdre la tête, il était inquiet pour lui mais non, Duncan jouait avec ces nerfs. Parfois, il ne pouvait s’empêcher de se demander comment il avait fait pour être attiré par lui. Après tout, ils étaient un peu opposés. Aleksi était quelqu’un de solitaire, préférant la compagnie des livres que des humains alors que Duncan était tout ce qu’il n’était pas. « Je ne partirais pas Dun’ mais toi bien ça dans ta petite tête. Et je n’ai pas dis que tu ne pouvais pas te défendre quoi que vu dans l’état dans lequel tu te trouves, j’en doute. Il peut t’arriver n’importe quoi pendant ton sommeil. Un voleur ou même la montée des eaux, qui sait ! » L’écrivain avait trop d’imagination, certes c’était bien lorsqu’il s’agissait d’écrire un livre mais quand on était dans la réalité, limite il devenait paranoïaque.

Il prit la décision de s’allonger à ses côtés, essayant de ne pas trop le coller alors qu’une voix en lui, lui disait que c’était le moment de jouer franc-jeu avec lui. Mais avant qu’il ne puisse ouvrir la bouche, Duncan venait de jurer. Il faut dire que s’il n’avait pas passé son temps à le mater, il aurait pu parler. Mais il était bien trop occupé à admirer le visage du brun pour songer à cette idée. Il se redressa en vitesse, les sourcils. Alek’ posa une main sur son épaule, son visage ne pouvait guère cacher son inquiétude. « Hé, ça va ? » Il se mordilla la lèvre et se leva complètement avant de se mettre à genoux juste devant lui. « Bon, là tu vas arrêter de faire ta tête de cochon et tu vas me montrer ta jambe. Et ne m’oblige pas à le faire moi-même. Tu penses peut-être que je n’ai pas de force mais tu te trompes ! » Il espérait vraiment que c’était moins grave que cela ne semblait l’être. Il le regardait droit dans les yeux, le défiant presque de refuser. « Ce n’est pas joli à voir en tout cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que tu ne t’es pas loupé. Il faut que tu ailles soigner tout ça, le sable ne fait pas un très bon désinfectant ! Laisses-moi t’aider… au moins pour cette fois, pour me faire pardonner de mon attitude de tout à l’heure. » dit-il presque tristement. Il ne supportait pas que Duncan souffre, surtout sachant qu’il était plus ou moins la raison de cette blessure. « On pourra même en parler si tu veux… je… j’ai pas été franc avec toi. »

© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 35
► célébrité : Dylan O'Brien
► nationalité : Franco-Écossais aux origines Américaines
► métier : Batteur (musicien)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Mer 3 Fév - 18:16


Alek' & Dun' en vacances à Marseille
Tout finit par se savoir un jour !

Duncan n’aimait pas du tout la discussion qui se déroulait. D’ailleurs pourquoi Alek était revenu après s’être enfui ? Ça il ne le comprenait pas et d’un côté il aurait préféré qu’il ne revienne pas. Tout simplement parce qu’il aurait aimé que le blond ne le voit pas dans cet état. Il ne tenait pas particulièrement à ce qu’Alek remarque qu’il allait mal aussi bien physiquement que psychologiquement. Surtout que tout ça c’était de sa faute… Alors oui Duncan aurait vraiment voulu pouvoir craquer comme il le voulait sans que l’autre garçon soit là à ses côtés. Mais comme d’habitude les plans du blondinet étaient de contrarier ceux du brun. Oui c’était toujours comme ça entre eux de toute façon. Alors pourquoi ça changerait à partir de ce soir ? Aleksi avait voulu que Duncan se confie à lui mais le brun n’en avait clairement pas envie. Il s’était brûlé les ailes ce soir en se dévoilant au blond et ne comptait pas refaire cette erreur. Du coup il avait joué de son fichu caractère pour le lui faire comprendre. Et puis après tout le blondinet avait l’habitude de l’attitude du musicien. Sauf que là Dun avait pu remarquer sur le visage de l’écrivain qu’il ne prenait pas la chose de la même manière qu’habituellement. Visiblement le blond était loin d’avoir un cœur de pierre malgré ce qu’avait pu penser Duncan à plusieurs reprises. Le brun écoutait le blond et il s’en voulait un peu de lui avoir parlé comme ça… Et puis il n’aimait pas le fait qu’il s’insulte tout seul. « Ben raté c’est bien pour celui-ci… Et arrête de t’auto-insulter s’il te plait. » Ok Duncan n’aurait peut-être pas dû lui avouer que s’il s’était mis dans cet état c’était à cause de ça mais trop tard c’était sorti tout seul sans qu’il s’en rende compte et il ne pouvait nullement revenir en arrière pour se taire. Lui qui voulait cacher son mal-être à Alek, c’était foutu pour cette fois. À la question que le blondinet lui avait posée, le musicien n’avait pas la réponse, du coup il avait haussé les épaules en guise de réponse. Certes il aurait pu lui dire que c’était lâche de sa part de se voiler la face mais il était fatigué de se battre constamment avec Aleksi, alors autant se taire plutôt que d’envenimer encore un peu plus les choses.

Quoi que le mauvais caractère de Duncan remonta vite à la surface tel un bouclier pour protéger son cœur déjà meurtri. Et évidemment c’était Mister McLachlan qui en payait le prix. Pourtant le blond lui avait proposé de l’aide mais ça n’avait fait que remonter le côté fier du brun qui ne voulait pas de sa pitié. Il comptait bien se débrouiller, que ça plaise ou non à Aleksi. « Parfaitement ! » Oui il ferait ce qui lui chante et tant pis si le blondinet n’appréciait pas. Après tout jusqu’à ce soir il n’en avait jamais rien eu à faire de ce que Mister Carter faisait donc qu’il continue ainsi plutôt que de jouer aux mamans poules. Comme le jeune homme l’aurait parié, son interlocuteur n’avait pas l’intention de le laisser tranquille. Pourtant Dun ne demandait que ça. Il y était même allé un peu fort en lui disant qu’il n’avait pas besoin de lui. C’était faux mais ça Aleksi n’était pas censé le savoir et puis si ça permettait au blond de souffrir autant que lui, c’était tout bénef pour Duncan. Alors que ce dernier s’était allongé sur le sable, il soupira en entendant les répliques du blond. « Oh dommage moi qui voulais te voir partir… Tu veux peut-être que je te montre que je sais encore me battre même si j’ai une jambe en moins ??? » Lui avait-il dit en le regardant droit dans les yeux. D’ailleurs il fit rouler ceux-ci et ricana en entendant les arguments que le blondinet avait sortis pour le faire partir de la plage. « C’est fou l’imagination que tu as ! Mais ça ne marche pas. Je resterai là ! Et sans toi ! Et plus tu me diras que tu restes, plus je te dirai de dégager ! » Oui il essayait vraiment de le faire partir coûte que coûte. Du moins c’était son cœur blessé qui parlait pour lui. Parce qu’au fond il voulait le voir rester et être proche de lui…

Visiblement Aleksi n’avait pas l’intention de partir malgré tout ce que Duncan pouvait lui balancer à la figure. À croire qu’ils étaient aussi bornés l’un que l’autre. Dun avait voulu se tourner sur le côté droit afin de faire comprendre au blond qu’il ne s’occuperait pas de lui plus longtemps mais en faisant ça il s’était redéclenché une énorme douleur dans sa jambe qui était mal en point. De ce fait il avait lâché une grossièreté ne pouvant retenir ce mot. Et là c’était foutu pour lui, forcément le blond allait comprendre qu’il avait joué au gros dur depuis tout à l’heure et qu’en réalité il souffrait le martyre. Pourtant Dun avait si bien caché son jeu jusqu’ici… Évidemment sous la douleur le brun s’était de nouveau allongé sur le dos et on pouvait vraiment voir sur son visage qu’il souffrait. Cette fois il n’arrivait plus à le cacher. Cependant quand l’autre garçon posa sa main sur l’épaule de Duncan, celui-ci se dépêcha de la lui enlever pour lui faire comprendre qu’il ne voulait pas qu’il le touche et ne prit même pas la peine de répondre à sa question. « Lâche-moi c’est tout ce que je te demande Aleksi ! » D’un côté il aurait pu être touché de voir le blond s’inquiéter pour lui mais de l’autre il ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir… Et malheureusement pour Alek c’était le second cas qui avait pris le dessus sur l’autre. Et ce même si Duncan pouvait voir sur le visage de l’autre qu’il était réellement inquiet pour lui. Tandis qu’Alek le sermonnait, le brun ne put s’empêcher de grommeler. « Tête de cochon, tête de cochon… » Il soupira fortement pour montrer qu’il en avait marre mais il baissa quelque peu les armes. Il appuya ses mains sur le sable pour l'aider à se relever afin de se retrouver en position assise. Il jeta un coup d’œil à Alek qui avait l’air déterminé puis tant bien que mal remonta son jean jusqu’au niveau du genou. Certes il n’y avait pas de sang sur sa jambe mais on pouvait voir qu’elle était d’une teinte bien bleue et sur une assez grande superficie d’ailleurs, et s’il essayait de la bouger alors là c’était l’horreur absolue. Il pensa que son pied devait être dans le même état voire pire vu que c’était lui qui avait percuté la falaise.

Duncan essaya de faire un peu d’humour face à ce que lui disait Aleksi. « Ouais je sais, je ne fais jamais les choses à moitié… Je ne vois pas ce qu’il y aurait à désinfecter puisque ça ne saigne pas. A part que ma jambe ressemble à un hématome géant… Et si tu veux mon avis, mon pied ne doit pas être dans un meilleur état… » La manière dont Alek lui avait parlé l’avait touché et cette fois il ne se voyait pas tellement refuser son aide même s’il le regretterait peut-être par la suite. Tandis qu’il n’avait toujours pas répondu au blond, celui-ci pris de nouveau la parole et Duncan arqua un sourcil en l’écoutant, se demandant sur quoi il n’avait pas été franc. Peut-être qu’il le saurait si Alek se décidait à lui parler. « Très bien, j’accepte ton aide… » Il ne savait pas vraiment ce que l’autre garçon comptait faire pour l’aider mais il devait avoir une idée, sinon il ne lui aurait pas proposé ça.
copyright crackle bones





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Dun'-Alek'

Tu es le seul qui peut me faire mal à ce point... Même la douleur physique fait moins mal que celle que tu infliges à mon coeur.

  by Wiise


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Mar 15 Mar - 15:01

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Aleksi se demandait bien ce qui l’avait poussé à faire demi-tour, il aurait mieux fais de rentrer au bungalow et profiter de cette nuit pour réfléchir calmement à tout ce qui venait de se dérouler. Mais non au lieu de ça, il était parti le rejoindre, s’inquiétant sans doute pour le jeune brun. Cette situation entre eux le frustrait, il en avait marre de cette ambiance. Surtout qu’il savait qu’il en était le responsable, c’était lui qui avait ouvert les hostilités et Duncan n’avait fait qu’y répondre pour se défendre. Au début, il n’avait pas compris ce qu’il ressentait pour le brun, la première fois qu’il l’avait vu, il aurait pu exactement décrire cette sensation de papillon dans le ventre. Papillon qui s’était vite détruit en comprenant que c’était le fils du copain de sa mère. Peut-être qu’il aurait agi autrement si Alek’ avait pu remarquer une faille dans le couple mais les voir si heureux, il n’avait pas pu faire le moindre geste. Alors comme pour se protéger, il avait joué au type froid, repoussant Duncan du mieux qu’il pouvait, se détruisant le cœur en même temps. Le destin trouvait sans doute  qu’il n’en avait pas assez bavé comme ça, il fallait qu’il le fasse tomber amoureux de la seule personne qui lui était interdite. Qui sait, peut-être qu’il pourrait écrire un livre sur ça. Un roman du genre Roméo et Juliette mais de la même famille. Un amour impossible qui les détruisait et qui ne connaîtrait guère de fin heureuse. Après tout, lui non plus n’aurait sans doute pas le droit à une bonne fin même s’il pouvait encore ressentir ses lèvres sur les siennes. Cela ne voulait absolument rien dire. Seulement faire affoler les battements de son cœur lorsqu’il y repensait. « Il ne le mérite pas, tu ne devrais pas te mettre dans cet état pour un idiot pareil… Pourquoi j’arrêterais ? Je n’ai pas raison ? Je sais qui je suis Duncan et crois-moi lorsqu’il s’agit de toi, j’ai l’habitude d’agir comme un parfait idiot. » dit-il en secouant les épaules. Avec lui, Aleksi perdait ses moyens et son cerveau prenait souvent congé dès qu’il devait ouvrir la bouche. Le blondinet se sentait mal à l’aise en sa compagnie, il se devait jouer la comédie pour qu’il ne puisse pas deviner ses sentiments. Il n’osait imaginer les drames qu’il y aurait si cela se savait. Ce serait catastrophique et l’ambiance de la maison en subirait les conséquences. Alek’ devrait quitter sûrement la maison pour ne plus avoir à supporter les regards.  

Un léger soupir franchit ses lèvres rien qu’en y pensait. Néanmoins, en le voyant dans cet état, son cœur prit le dessus sur sa raison et il lui proposa son aide. Bien entendu, Duncan refusa, que ce soit par fierté ou par orgueil, Alek’ ressentit un léger pincement au cœur. Ne comprenait-il pas que ce n’était pas simple pour lui ? Ou bien n’avait-il rien compris et pensait que sa fuite n’était juste que l’effet du dégoût de sa personne ? Tant de théories qui tournaient en boucle dans son esprit. Il mit ses mains sur ses hanches, l’incendiant du regard. Si monsieur voulait jouer à la tête de mule alors Aleksi ferait de même. Il était hors de question qu’il le laisse dans cet état sur cette place seul. « Oui dommage pour toi, tu vas devoir supporter ma présence et qui peut-être, que tu vas te montrer raisonnable et vouloir de mon aide par la suite ! Tu ne me fais pas peur Dunkie, si tu veux te battre très bien, je suis ton homme. De toute façon, j’ai l’habitude d’avoir des bleus avec toi, je suis doué pour les cacher puis si ça te permet de te défouler, n’hésites pas. Évite seulement le visage, si je dois me promener sur la plage à la recherche de quelqu’un, vaut mieux que j’ai l’air potable. » Loin de lui l’idée même d’aller draguer quelqu’un. Mais il n’allait pas lui dire, il se moquerait sûrement de lui le connaissant. Le blond se mit à soupirer, levant les yeux au ciel. « Et bien, continue si ça te fait plaisir. Ce n’est pas ça qui me fera partir, désolé pour toi ! » dit-il en le regardant droit dans les yeux, déterminé. Il n’allait pas bouger d’un millimètre. Es ce qu’un jour, ils allaient pouvoir avoir une conversation sans dispute ? Alek’ l’ignorait et cela lui pesait grandement. Mais il n’avait pas le choix, il ne pouvait pas faire ce qu’il avait réellement envie de faire. Il avait les pieds et mains liés.

Ses sourcils froncés, il s’inquiétait pour le brun, sa jambe devait sûrement le faire souffrir. Mais en même temps quelle idée, il avait eu de se battre en duel avec une falaise. Et lui qui refusait son aide, Duncan pouvait vraiment être borné quand il le voulait. Certes, ils n’étaient pas les meilleurs amis du monde mais il pourrait au moins le laisser l’aider une fois. Ce n’était pas grand-chose. Surtout qu’il était vraiment nul pour cacher sa douleur. « Et si je n’ai pas envie, qu’est ce que tu vas me faire ? Me donner un coup de pied ? Laisse-moi rire ! » dit-il en haussant la voix, clairement agacé par le comportement qu’il jugeait plutôt enfantin. Puis, il l’avait insulté de tête de cochon, ce qui n’était pas un mensonge. Dunkie en faisait vraiment qu’à sa tête malgré les efforts que faisaient Aleksi. Ce n’était pas simple pour lui de rester neutre. « Oui tu es une sacré tête de cochon et ne le nies pas ! » Son ton était sans appel, il ne voulait guère de réponse à cette phrase même s’il se doutait que Duncan une fois encore allait lui répondre. C’était toujours comme ça entre eux. Chacun voulait avoir le dessus sur l’autre. Finalement, il fut surpris de le voir remonter son jean jusqu’à la hauteur de sa blessure et il ne put que grimacer en voyant son état. Certes, il n’y avait pas de sang ni de blessure mais une très joli bleu commençait peu à peu à faire son apparition. « Et bien, tu ne t’es pas loupé. » Il secoua la tête, il était tout de même soulagé de remarquer qu’il n’y avait pas de plaie. Il aurait sûrement tourné de l’œil de le voir avec du sang sur la jambe. Le blondinet leva les yeux au ciel alors qu’il se mit accroupir juste devant lui, écoutant ses remarques. « Maintenant, je le sais. Comment voulais-tu que je le sache sachant que je n’avais pas vu ta jambe avant ? Tu aurais pu avoir plus de dégâts que ça. Je m’en doute oui, j’espère juste qu’on aura de la crème pour ta douleur à la maison. » dit-il en se mordillant la lèvre. Finalement, Duncan accepta son aide et il ne put que le regarder surpris pendant quelques secondes avant de laisser apparaître un faible sourire. « Je vois que tu peux être raisonnable quand tu veux. » il se redressa, s’éloignant du brun de quelques pas. Il fallait qu’ils retournant à la voiture mais avec sa jambe, il se doutait que cela ne serait guère évident. Déjà il pourrait apaiser un peu la douleur avec de l’eau froide. Par chance, ils étaient prêts de la mer mais comment faire ? Son cerveau tournait à plein régime. Et bien entendu, il n’avait pas de paquet de mouchoir sur lui. Un peu gêné, il se mit de dos à Duncan retirant sa veste et son t-shirt avant de mettre en vitesse de nouveau sa veste, la refermant jusqu’en haut. Hors de question qu’il ne voit son corps maigre, une minute de plus. Puis, il allait tremper son haut avant de le poser sur sa jambe. « Juste pour apaiser la douleur le temps du chemin. Je vais t’aider à marcher, tu penses pouvoir y arriver ? Tu t’appuieras sur moi.. » dit-il en le regardant alors que ses mains enroulait son tissus sur sa jambe pour refroidir la douleur.


© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 35
► célébrité : Dylan O'Brien
► nationalité : Franco-Écossais aux origines Américaines
► métier : Batteur (musicien)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Sam 23 Juil - 23:51


Alek' & Dun' en vacances à Marseille
Tout finit par se savoir un jour !

Duncan était vraiment fatigué de se battre avec Alek. De ce fait parfois il lui arrivait de dire des choses sans vraiment s’en rendre compte. Comme si en étant à bout aussi bien mentalement que physiquement les barrières qu’il avait installées étaient en train de céder une à une. Et ce même s’il n’y tenait pas. Dun écoutait Aleksi qui semblait se rabaisser tout seul. C’était assez surprenant venant du blond, assez pour que le brun le remarque en tout cas. Et d’ailleurs même si ce dernier lui avait déjà demandé d’arrêter de s’insulter lui-même, il continuait. Le Franco-Ecossais soupira avant de prendre la parole. « Depuis quand tu parles de toi à la troisième personne ? » Oui après tout c’était assez bizarre pour soulever ce sujet. Puis il continua. « Pourquoi ? Parce que ce n’est jamais bon de se dévaloriser de la sorte et qu’ensuite… » Il ne termina pas sa phrase à voix haute, se contentant de la penser simplement. *Ça me fait mal de t’entendre parler de toi comme ça.* Cependant le jeune Carter était d’accord sur le fait qu’Alek agissait souvent comme un idiot lorsqu’ils se trouvaient dans la même pièce. Mais avec le temps le brun avait compris pourquoi l’autre faisait ça. Même si jamais le blondinet n’avait voulu le reconnaître.

Le caractère de feu du brun n’avait pas tardé à remonter à la surface pour essayer de protéger son cœur qui ne cessait de saigner depuis tout à l’heure. Il n’avait trouvé que ce moyen pour éviter de se sentir trop mal face au blond. Et ce dernier avait beau essayer de lui venir en aide, Duncan refusait en bloc. Il ne voulait absolument pas de son aide et encore moins qu’il ait pitié de lui. Il commença à rire en voyant Aleksi faire mine de jouer au mec viril et en colère. Sauf que si c’était censé faire peur à Duncan c’était raté. Le voir ainsi lui lancer des regards noirs en posant ses mains sur ses hanches ne l’impressionnait pas du tout. Bien évidemment le jeune musicien était tiraillé entre ce que son cœur et sa tête lui dictaient. Il avait beau jouer au gros dur en disant au petit blond de partir, son cœur lui criait tout l’inverse… Mais rien à faire son mental avait le dessus. Il pouffa de rire. « Ouais comptes là-dessus ! » Bien sûr cette phrase était ironique puisqu’il ne pensait pas du tout qu’il accepterait son aide d’ici quelques minutes. Étrangement les mots « je suis ton homme »n’avaient pas du tout le même sens dans la tête du brun que ceux qu’ils devaient avoir vu le contexte dans lequel ils avaient été dits. Mais ça il allait encore le garder pour lui. Et il ne répliqua pas malgré le fait qu’Aleksi lui dise qu’il n’avait pas peur de lui et qu’il était prêt à se battre. Cependant il se mit à ronchonner quand le blond lui rappela la fois où il lui avait fait un bleu en le poussant contre un meuble de la cuisine. « Roh ça va hein je me suis déjà excusé pour ça ! On va pas encore revenir là-dessus ! » Une fois encore il jouait au mec en colère alors qu’en fait il s’en voulait vraiment pour ça et qu’il n’aimait pas beaucoup que le jeune McLachlan relance le sujet sur ça. Ce que ce dernier avait dit juste après ne lui avait guère plu. Pour cause ça avait eu l’effet d’un nouveau coup de poignard en plein cœur. Et il soupçonnait le blond de faire exprès de lui avoir dit ça juste pour lui faire encore un peu plus mal. « Ben vas draguer au lieu de me faire chier ! Comme ça tout le monde sera content ! » Bon sang ce que ce mec pouvait réussir à jouer avec ses nerfs en très peu de temps. Il essayait autant que possible de faire partir l’autre garçon mais ça ne fonctionnait pas malheureusement pour lui. C’était donc en soupirant qu’il avait décidé de lui tourner le dos.

S auf que très vite il s’était rendu compte que c’était vraiment une mauvaise idée qu’il avait eue là. Et évidemment la douleur intense était réapparue lorsqu’il avait voulu se tourner sur le côté pour une fois de plus essayer de faire partir Aleksi. Ce dernier s’était empressé d’accourir afin de savoir s’il allait bien et Dun l’avait envoyé promener mais encore et toujours ils s’affrontaient à coups de piques verbales. Il n’y avait rien à faire, le blond ne comptait pas se rabaisser face à Dun qui lui voulait juste qu’on lui fiche la paix suite au râteau qu’il s’était pris. C’était dingue ce qu’Alek pouvait être agaçant quand il s’y mettait. Dun n’avait pas pour habitude qu’on lui tienne tête autant que lui le faisait. Tout se mélangeait, aussi bien la souffrance physique que morale. Ce qui lui fit de nouveau monter le ton alors qu’il était sur le point d’exploser. « Mais putain tu comprends pas ! Je veux juste être seul c’est trop difficile à comprendre ? Et pourquoi t’es encore là d’ailleurs puisque tu n’en as rien à faire de moi ? » Il avait terminé son intervention d’un ton plus bas qu’il ne l’avait commencée. Ce qui trahirait peut-être le fait qu’il était plus blessé qu’en colère en réalité. Et Aleksi qui le traitait de tête de cochon en disant qu’il ne devait pas le nier. Certes Dun savait qu’il avait un sale caractère mais il n’était pas le seul dans l’histoire. « Ouais ben t’es pas mal non plus hein dans ton genre ! »

Dun avait tout de même fini par se calmer car il n’en pouvait vraiment plus de cette sempiternelle guerre entre eux et que la douleur ne l’aidait vraiment pas non plus à continuer à se battre contre Aleksi et contre ce que son cœur lui dictait. Il fit donc ce que l’autre garçon lui demandait de faire, à savoir montrer l’état de sa jambe qui n’était franchement pas belle à voir. C’était d’ailleurs ce que le blondinet lui avait confirmé en disant qu’il ne s’était pas loupé. Ce à quoi Dun avait essayé de répondre en faisant de l’humour. Il écoutait calmement ce que lui disait Aleksi sans chercher à se confronter à lui. Même s’il n’avait pas pu s’empêcher de penser. *C’est déjà fait.* Lorsque l’écrivain lui avait indiqué qu’il aurait pu avoir plus de dégâts qu’il n’en avait. Tout en continuant à l’écouter il ne pouvait s’empêcher de fixer ses lèvres. Lèvres qu’il avait envie d’embrasser juste pour l’empêcher de les mordiller comme il venait de le faire avec celle du bas. Il prit tout de même la parole pour lui répondre au sujet de la crème. « Je, j’en sais rien si on en a à vrai dire. » Si Duncan avait accepté l’aide que le blond lui offrait c’était uniquement car ce dernier lui avait dit qu’ils pourraient discuter et qu’il lui indiquerait qu’il n’avait pas été franc à propos de quelque chose. Duncan ria doucement en écoutant ce que lui disait Aleksi. « Ne me fais pas regretter d’accepter ton aide. Et puis ce n’est pas gratuit… J’attends de savoir ce que t’as à me dire. » Car oui il comptait bien en savoir davantage et ne laisserait pas Alek tranquille avec ça. Le brun arqua un sourcil en voyant Aleksi enlever sa veste puis son haut avant de remettre sa veste. Il ne comprenait pas où il voulait en venir en faisant ça mais comprit bien vite en le voyant aller tremper son t-shirt dans l’eau salée de la mer. Il ne broncha pas et laissa le jeune homme s’occuper de sa jambe. Il le regardait même faire en écoutant ses questions. « J’en sais franchement rien du tout Alek… On verra bien. »  Il laissa le blond terminer d’enrouler son t-shirt sur sa jambe et faire un nœud. Duncan regarda Aleksi. Il était gêné de devoir lui demander son aide. « Tu.. Tu peux venir à ma droite s’il te plaît pour m’aider à me relever ? »
copyright crackle bones





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Dun'-Alek'

Tu es le seul qui peut me faire mal à ce point... Même la douleur physique fait moins mal que celle que tu infliges à mon coeur.

  by Wiise


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Ven 5 Aoû - 15:16

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Aleksi était fatigué de cette éternelle guerre entre eux mais il n’avait pas le choix, il devait rester éloigné de lui afin de ne pas craquer. Duncan était dangereux pour lui, non pas parce qu’il avait subi ses foudres il y a quelques temps mais plutôt parce que le blond ressentait des choses qu’il ne pouvait guère avoir. Il ne voulait pas avoir le cœur brisé et pourtant c’était bien le cas, tomber amoureux ne lui arrivait pas souvent et il avait fallu que cela tombe sur le fils de son beau-père. Le destin pouvait parfois être cruel et il se demandait ce qu’il avait bien pu faire au monde pour qu’on lui en veuille autant. « Cela m’arrive parfois… » dit-il en secouant les épaules. Surtout lorsqu’il était en pleine écriture d’un roman. Vu qu’il écrivait à la troisième personne parfois son cerveau restait fixé sur ça. Parce que oui, il avait beau être en vacances, cela ne l’empêchait pas de bosser. Dès qu’il avait une idée en tête, il fallait qu’il l’écrive vite afin d’être sur de ne pas la perdre. « Je ne vois pas en quoi ça peut être mauvais surtout pas lorsqu’il s’agit de la vérité. » Il le regarda, se mordillant la lèvre avant d’ajouter. « Et ensuite quoi ? Tu as une drôle de façon de terminer tes phrases.. » Pour un écrivain, lorsqu’il faisait arrêter ces personnes en plein dialogue, c’était soit parce qu’un autre l’avait interrompu ou bien qu’il voulait dire quelque chose mais qu’un blocage se faisait. Mais qu’est ce qui pouvait bien le bloquer dans cette situation ?  

Ils avaient tous deux un caractère bien trempé et aucun ne voulait se laisser marcher sur les pieds. C’était sans doute pour ça qu’entre eux, la moindre conversation finissait en dispute mais à force Alek’ s’y était habitué. Même si cela lui faisait mal de devoir se comporter ainsi. Cependant, c’était le seul moyen pour refouler en lui ses sentiments. Mais il ne pouvait s‘empêcher de laisser place à l’inquiétude quand quelque chose arrivait à Duncan. Surtout que pour le coup, il devait être fautif. Il l’avait laissé tout seul après une dispute, il n’avait pas eu le courage de partir et de retourner à la maison. Non, l’attraction avait été trop forte pour lui et il avait vite fait demi-tour. Et il avait plutôt bien fais, qui sait ce que Duncan aurait fait sinon ? Es ce qu’il serait resté sur la plage, espérant que quelqu’un vienne. Peut-être qu’il aurait téléphoné à son père ? Il aurait surement réveillé les deux parents ce qui n’était peut-être pas une bonne chose. Sa mère était en pleine grossesse et ses réactions pouvaient parfois surprendre les trois hommes. Mais cela faisait toujours rire par la suite le jeune blond. « Arrête d’être têtu ok ? Je pense que tu n’es pas en situation idéale pour jouer au monsieur je suis un gros dur qui n’a pas besoin d’aide. » dit-il en roulant des yeux. Ce qu’il pouvait être agaçant parfois. Autant il se retenait de l’embrasser, autant parfois il se retenait de sauter sur lui pour l’étrangler. Comme quoi, l’amour et la haine ne faisaient réellement qu’un pas entre eux. Bien qu’il était loin de le haïr. « Je ne compte pas revenir sur le sujet, juste te faire rappeler ce détail, c’est tout. Restes calme hein ! » Qu’il pouvait être soupe au lait ce type. Lui qui n’avait pas l’habitude de parler autant, il se retrouvait à discuter avec un garçon qui semblait le détester. Il poussa le soupir le plus long après qu’il lui a avoué vouloir chercher quelqu’un. Tissus de mensonge. Comme si Aleksi avait la tête à ça, il n’avait que lui à l’intérieur. Il aimerait pouvoir être comme tous les autres jeunes, oublier vite leurs relations et passer à autre chose sauf que lui, il n’y parvenait pas. Encore un détail sur lui qui était différent. « Sauf que tu sais très bien que si tu me dis ça, je vais faire l’inverse ? J’ai tout le temps pour draguer, puis de nuit, je ne peux pas voir qui est potable ou pas. » Excuse bidon. Il aurait très bien pu le premier garçon qui venait à lui mais il était hors de question qu’il agisse de cette manière. Il se respectait suffisamment pour ne pas faire subir ça à son corps comme à son cœur.

Aleksi serra les dents quand il se fit presque agresser par Duncan alors qu’il tentait juste de l’aider. Pour une fois, qu’il était sympathique avec lui, monsieur l’envoyait sur les roses. Qu’il pouvait être incompréhensible ce type. « Tu sais très bien pourquoi, ne fais pas l’idiot ! » Demi aveux ? Peut-être que oui, peut-être que non. Le blondinet n’était pas doué pour dévoiler ses sentiments aux autres. Il avait toujours vécu dans une petite bulle où il avait fais entrer que sa mère et quelques amis. D’ailleurs, ceux-ci pouvaient être comptés sur les doigts d’une seule main mais il avait une confiance aveugle en eux. « T’es mon demi-frère, normal que je veuille t’aider. Surtout que si les parents apprennent que j’étais là alors que tu étais blessé, je risque de m’en prendre plein la tête donc non merci. » Encore une excuse bidon. Il devrait peut-être se lancer dans l’écriture d’un livre de recueil rien que pour ce thème ? Il marcherait sans doute sachant qu’il ne devait pas être le seul à avoir ces sombres petits secrets. « Il faut bien avoir ce caractère avec toi… cela ne m’amuse pas de me comporter comme ça avec toi mais je n’ai pas le choix. » dit-il d’une petite voix avant qu’il ne se concentre sur l’état de sa jambe afin d’oublier ses propres paroles. Il avait parlé plus pour lui-même que pour le brun pour le coup. Cela ne semblait pas si grave que ça, Duncan aurait surement un très beau bleu à la jambe par la suite. Néanmoins, il fut soulagé de voir que Duncan se décidait d’être enfin raisonnable et d’accepter son aide ce qui lui tira un léger sourire. « Je regarderais ça… au pire il doit bien y avoir une pharmacie de garde sur la route. » Il n’avait que très peu fais attention aux paysages mais vu que c’était touriste, il lui semblait logique qu’il puisse en trouver une, au pire peut-être que là où ils dormaient, l’accueil avait ça ? Aleksi se figea un peu, il aurait du s’en douter que ce n’était pas passé dans l’oreille d’un sourd, qu’il se souviendrait qu’il devait lui confier quelque chose. « Je m’en doutais… Mais qui sait, peut-être que d’ici là, tu auras oublié ce détail. » Il l’espérait en tout cas puis il alla juste rafraichir un peu sa jambe afin d’empêcher un gonflement un peu trop important. Il fut un peu surpris de sa demande mais hocha la tête. « Oh oui, d’accord… » dit-il en se déplaçant vers sa droite où il passa son bras autour de la tour du brun. Les frissons qu’il ressentait à cette proximité devraient être interdits. C’était le froid, oui tout montre sur le dos du froid.

© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ceux sur qui on peut compter ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 35
► célébrité : Dylan O'Brien
► nationalité : Franco-Écossais aux origines Américaines
► métier : Batteur (musicien)
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Jeu 18 Aoû - 2:26


Alek' & Dun' en vacances à Marseille
Tout finit par se savoir un jour !

Le grand brun avait été intrigué par le fait qu’Aleksi parle de lui-même à la troisième personne et le lui avait fait savoir. Ce à quoi le blondinet lui avait répondu que ça arrivait. Duncan fit une tête un peu surprise mais ne releva pourtant pas davantage sur ce sujet, même s’il trouvait ça assez étrange. Jamais il ne lui viendrait à l’idée de parler de lui à la troisième personne. Mais après tout chacun faisait comme il le voulait. Dun avait du mal à supporter l’idée qu’Alek s’autodénigre comme il le faisait. Certes ils ont toujours eu du mal à s’entendre à cause de leurs caractères mais ce n’était pas pour autant qu’il venait à penser que le blondinet était un idiot. Et pourtant il le pourrait vu la manière dont ce dernier l’avait toujours traité depuis qu’ils se connaissaient. Mais non ses sentiments pour lui l’empêchaient de le voir comme tel. Et d’ailleurs il lui avait demandé d’arrêter d’agir ainsi mais le blond continuait malheureusement. Le brun soupira doucement. « Arrête c’est tout. » Mister Carter aurait dû se douter que le jeune McLachlan lui demanderait la suite de la phrase qu’il avait prononcée mais le musicien ne comptait pas lui dire. Pas question qu’il confie à nouveau ses faiblesses ce soir. « Rien laisse tomber… C’est pas important. » Pour une fois Duncan espérait qu’Aleksi n’allait pas insister plus longtemps.  

Le calme avait bien vite disparu comme souvent lorsque les deux garçons se parlaient. Et là c’était clairement Duncan qui avait ouvert les hostilités afin de se protéger. Et il ne comptait pas baisser sa garde face au blond. « Et pourtant je n’ai absolument pas besoin d’aide et encore moins de la tienne Aleksi ! » Ce dernier avait beau lui dire qu’il était têtu ça n’atteignait aucunement le brun qui s’en fichait comme de sa première chemise. Là tout ce qui comptait pour lui c’était de blesser mentalement Alek comme il l’avait blessé lui quelques minutes auparavant. Sauf que le seul qui semblait vraiment déguster ce soir, autant psychologiquement que physiquement c’était Duncan… En effet le blond venait de lui reparler d’un incident malheureux qui avait eu lieu quelques semaines auparavant alors qu’ils étaient encore et toujours en train de se disputer. Le ton était monté, Aleksi était allé trop loin et Duncan un brin alcoolisé avait montré au petit blond qu’il devait se calmer en le poussant contre un meuble un peu trop fort. Ce qui lui avait laissé une belle marque. Dun n’appréciait pas le fait que le blondinet remette ce sujet sur le tapis alors qu’il se sentait toujours coupable pour ce léger dérapage. « Pourtant c’est ce que tu fais là, tu reviens clairement sur le sujet... Et je suis calme ! » Du moins aussi calme qu’il pouvait l’être en ayant mal au cœur. D’autant plus qu’Alek avait encore rajouté une couche en parlant de draguer. Ce à quoi Dun avait très mal réagi en lui disant qu’il devrait partir le faire pour lui fiche la paix. Et voilà que le blond lui indiquait qu’il ne ferait jamais ce qu’il lui demandait mais qu’il ferait tout l’inverse. Ouais ça on ne pouvait nier qu’il marquait un point là et que Dun aurait mieux fait de réfléchir avant de lui dire de partir. « Oh mais alors si c’est ça viens te coller à moi je t’en prie. » Lui rétorqua le brun en lui faisant un grand sourire peu sincère. Certes il aurait bien aimé que ça se passe ainsi dans le fond mais là non il n’écoutait pas son cœur et voulait juste être seul. Puis il roula des yeux en entendant la nouvelle réplique du blond. Et là il allait dire tout l’inverse de ce qu’il pensait, comme bien souvent. « Ouais faudrait déjà qu’eux aussi te trouvent potable et là c’est pas franchement gagné ! » Dieu sait à quel point le brun ne pensait pas un traître mot de ce qu’il venait de dire mais là c’était à celui qui ferait le plus de mal à l’autre. Et il ne comptait pas se laisser faire. Bien que ça le détruisait de savoir qu’Alek était prêt à aller draguer après ce qu’il lui avait avoué un peu plus tôt dans la soirée. Serait-ce possible que le brun se soit trompé à propos d’Aleksi et que celui-ci n’ait jamais rien ressenti pour lui contrairement à ce qu’il pensait ? Pour le coup là le batteur commençait à douter…

À cause de la douleur intense qui était revenue suite à un mouvement qu’il avait voulu faire pour échapper au regard d’Alek, le brun s’était emporté en voulant faire comprendre à l’autre garçon qu’il voulait vraiment être seul. Il lui avait d’ailleurs demandé pourquoi il se trouvait encore près de lui s’il ne tenait pas à lui. Il aurait vraiment préféré que le blond ne soit pas là pour pouvoir craquer de la manière dont il le voulait. Sauf que là il ne pouvait guère le faire en sa présence. Il ne le pouvait pas et ne le voulait pas non plus. Pas question de se montrer faible devant lui, il avait encore sa fierté. Il arqua un sourcil en entendant les propos du blond. Non il ne savait pas, il avait cru le savoir pendant un temps, mais là il n’en savait franchement plus rien. Et là il était tellement surpris et en train de réfléchir à ce qu’il venait de dire qu’il n’avait rien trouvé à redire. Mais voilà il dégringola de plusieurs étages lorsque Aleksi lui expliqua pourquoi il était là. En même temps pourquoi il avait osé imaginer qu’il était là pour autre chose… « Ils ne le sauront pas donc tu peux te tirer ! » Oui là il était clairement vexé et ça devait sûrement se voir. Enfin sauf si Alek n’avait pas encore compris comment il fonctionnait. Rah et puis ce terme demi-frère qu’il ne supportait absolument pas. Combien de fois il lui avait dit d’arrêter de l’appeler ainsi et pourtant l’autre persistait à le faire comme pour l’énerver davantage. Sauf que cette fois il resta calme même s’il ne manqua pas de lui rappeler ce détail. « Et pour la centième fois je ne suis pas ton demi-frère. On n’est absolument pas liés par le sang. » Et plus Alek continuerait à le nommer ainsi et plus il lui rappellerait ça. Pour cause s’ils étaient vraiment demi-frères Duncan ne ressentirait sûrement pas cette attraction pour le blond. Du moins c’était ce qu’il pensait, et donc se voir nommer ainsi c’était hors de question. Et en prime le jeune écrivain lui reprochait son caractère. Sauf que là Mister Carter avait renchéri en disant que lui aussi avait un foutu caractère. Cependant la réponse du blond le fit arquer un sourcil. En quoi était-il obligé de se comporter pareillement avec lui ? Tout se mélangeait dans l’esprit du brun même si son ancienne hypothèse revenait une nouvelle fois à la surface. Celle où il pensait qu’Alek agissait comme ça avec lui pour se voiler la face sur le fait qu’il avait des sentiments pour lui ou au moins une attirance physique. Tout aussi calmement que le blond lui avait répondu, le brun lui avait demandé. « Et pourquoi tu n’as pas le choix ? » Il n’était pas franchement certain qu’Aleksi daignerait répondre à sa question mais au moins il aurait essayé d’en savoir plus.

Dun avait laissé de côté son sale caractère pour que le blond s’occupe de lui puisque ça avait l’air de vraiment lui tenir à cœur même si le musicien ne comprenait pas encore vraiment pourquoi. Duncan n’arrivait pas à s’empêcher de regarder Aleksi même s’il espérait que celui-ci ne le remarque pas. Après tout il était assez occupé à regarder la jambe du brun pour ne rien voir. Du moins c’était ce que le musicien se disait en tout cas. Et puis le blond lui demanda s’ils avaient de quoi soigner tout ça dans leur logement de vacances. Ce à quoi l’autre garçon lui avait répondu qu’il ne savait pas. À nouveau Alek prit la parole et Duncan l’écouta hochant un coup de la tête pour montrer qu’il avait bien entendu ce qu’il avait dit puis haussant les épaules lorsqu’il parla de pharmacie de garde. Alors que le blondinet avait dit à Duncan qu’il était raisonnable, ce dernier lui avait rappelé qu’il attendait quelque chose. Visiblement le blond espérait que le brun oublierait mais c’était clairement mal le connaître. Il ria un peu. « Nope aucune chance pour ça ! C’est mal me connaître que de penser le contraire… » Et puis Aleksi s’en alla mouiller son haut qu’il plaça autour de la jambe de Duncan pour calmer la douleur ou tout du moins essayer de l’apaiser quelque peu. Dun garda le silence tout ce temps, laissant faire son infirmier improvisé. Puis il lui demanda de l’aide pour se relever car il le savait seul ça serait l’échec à coup sûr. Aleksi se plaça donc à sa droite et aida le brun à se mettre debout même si ce n’était guère chose facile vu l’état de sa jambe droite. Le petit blond soutenait du mieux qu’il le pouvait le brun qui avançait lui aussi comme il le pouvait à cloche-pieds mais vu la distance qu’ils avaient à parcourir, ça ne se ferait sûrement pas d’une traite. Ça aurait été probablement mieux s’il y avait eu quelqu’un d’autre à la gauche de Duncan pour l’aider à avancer. Mais là ils n’étaient que tous les deux et Duncan ne se voyait pas franchement demander de l’aide à des étrangers qui faisaient la fête sur la plage. Il soupira à plusieurs reprises, n’aimant pas se sentir diminué comme il l’était actuellement. Quelle idée il avait eu aussi de se défouler en mettant un coup de pied dans la falaise… Nul doute qu’il aurait dû y réfléchir à deux fois avant de faire ce geste impulsivement tout ça parce que son cœur était blessé. « Bon écoutes je sais pas si je serai capable d’aller jusqu’à la voiture comme ça… À moins qu’on fasse plusieurs pauses d’ici là… On pourrait se reprocher du muret ? Comme ça je pourrais au moins m’assoir de temps en temps ou m’appuyer le long le temps de reprendre mon souffle. » Et puis si ça pouvait lui permettre de faire cracher le morceau à Aleksi avant qu’ils rentrent ça serait bien aussi.
copyright crackle bones





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

Dun'-Alek'

Tu es le seul qui peut me faire mal à ce point... Même la douleur physique fait moins mal que celle que tu infliges à mon coeur.

  by Wiise


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
on se voit peu mais on est toujours là ♥
avatar
Informations
► à Paris depuis ? : 05/12/2015
► paroles rapportées : 38
► célébrité : thomas brodie-sangster
► nationalité : française
► métier : écrivain qui commence peu à peu à se faire connaître
me contacter
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   Mer 29 Mar - 0:11

i can't have you
but i don't have a choice to fall in love with you.
Duncan ✧ Aleksi
Tu ne pouvais guère t’empêcher de rouler des yeux en entendant les mots que prononçait Duncan. De quel droit se permettait-il de te donner un ordre. Surtout à ce sujet. Il aurait dû être ravi de voir à quel point tu t’auto-dénigrais mais non. Mais qui sait, peut-être qu’il souhaitait le faire soi-même. Vu la relation que vous entreteniez, cela ne serait guère étonnant. De vrai chien et chat, tout ça à cause de votre famille recomposée. Es ce que tu aurais réagi autrement si ta mère s’était marié avec un homme sans enfant ou bien avec un plus jeune ? Peut-être, tu ne saurais guère répondre à cette question, il faut dire que tu n’imaginais pas devenir subitement le frère d’un garçon qui aurait pu potentiellement te plaire. Enfin potentiellement était sûrement à rayer de tes pensées, certes tu venais de t’insulter d’idiot et c’était ton comportement dès qu’il s’agissait de Duncan mais c’était de sa faute. Il avait ce don de te perturber, de brouiller toutes tes pensées. Un soupire franchit tes lèvres et tu croisas les bras, en le regardant un petit air de rebelle sur le visage. Celui qui voulait dire clairement, cause toujours, je fais ce que je veux. « Tu es incompréhensible, parfois. » Souvent. Tout le temps ne pus-tu t’empêcher de penser avant qu’il n’ouvre de nouveau la bouche pour prononcer une phrase avec aucun sens. Alors toi, tu étais peut-être un idiot mais lui, clairement il ne savait plus s’exprimer. Tu penchas ta tête sur le côté avant de prendre la parole. « Voilà que tu recommences. Je vais vraiment finir par me demander si tu n’as pas un souci pour t’exprimer parce que clairement, là c’est un problème. Soit tu commences ta phrase et tu la termines, soit tu te tais d’entrer, c’est aussi simple que ça. »

Tu secouas la tête avant que les tensions ne reviennent entre vous. Cette pause « amicale » semblait avoir pris fin alors que tu proposais simplement ton aide. Pour une fois, que tu te montrais sympathique avec lui, il venait de te rembarrer en beauté. Vraiment incroyable ce garçon. Et après, il allait sans doute dire que c’était de ta faute. « Alors ne va pas te plaindre après, j’essaye d’être sympa avec toi une fois et voilà comment tu réagis. Très bien, débrouille-toi tout seul monsieur qui est trop fier d’accepter mon aide. » Ok, clairement là tu étais vexé. Certes, votre relation était plus ou moins compliquée mais tu n’allais tout de même pas le laisser ici, tout seul. D’une part parce que vos parents seraient inquiets en ne le voyant pas rentrer et ils te disputeront, croyant que tu y étais pour quelque chose. Et de l’autre, la principale raison mais que tu ne dirais jamais à voix haute, tu te ferais sûrement du souci. On ne sait jamais sur qui on peut tomber et même si le coin avait l’air sage, un fou était toujours possible. « On ne doit pas avoir la même définition du mot calme. » dis-tu en levant les yeux au ciel. Qu’il pouvait être exaspérant cet homme. Es ce qu’ils étaient tous comme ça ou seulement lui ? Après, on s’étonnait que tu sois encore célibataire, il faut dire que les hommes que tu rencontrais étaient clairement dérangés. « Désolé, t’es pas mon genre. » Faux cria une alarme dans ta tête. C’était clairement un mensonge mais il n’avait pas besoin de le savoir. Le jeune brun était clairement ton type et c’était ça le plus agaçant. Tu étais le genre de garçon qui était rarement attiré par une autre et là, pour le coup tu étais tombé sur un membre de ta nouvelle famille. Il y avait de quoi être frustré. C’était toujours plus facile dans les livres. Il y avait souvent une happy end. Tu te figeas en entendant ses mots et tu ne pus que baisser le regard. Douleur. Mal-être. Duncan savait frapper là où cela faisait le plus mal. Ce n’était pas pour rien que tu étais écrivain. Tu étais mieux avec la compagnie des livres qu’avec celles des hommes. « Ce n’est pas parce que toi, tu n’as pas de goût que tous les autres sont pareils. Et heureusement parce que tu crains sur ce sujet. »

Peut-être que pour l’effacer de tes pensées, ce serait la solution. Trouver quelqu’un d’autre. Sauf que ce n’était pas ton genre. Rien que l’idée même d’y avoir pensé te dégoûtait. Cet idiot ne pouvait tout simplement pas accepter ton aide et se taire ? Ce serait tellement plus simple pour eux deux. Finalement, tu regrettais de ne pas être resté dans ta voiture, à surveiller s’il débarquait ou non. Tu allais devoir supporter sa mauvaise humeur. Comme si c’était de ta faute si sa blessure existait. Certes, tu t’étais disputé avec lui juste avant et il allait bien quand tu étais parti en furie. Puis, ce cri et voilà qu’il était blessé. « Ils finiront par le savoir, ils ne sont pas stupides non plus.. » dis-tu en roulant des yeux. L’excuse des parents semblait marcher et tu en étais plutôt fier. Hors de question qu’il sache que tu... Non, tu ne pouvais pas te permettre ça. Pas quand cela risquait de gâcher le bonheur de ta mère si jamais ça s’apprenait. Elle avait trop souffert pour que tu lui brises ça à cause d’une fichue attirance pour le fils de ton beau-père. Tu soupiras bruyamment à ses mots. « Et comment tu appelles ça alors ? Je suis le fils de ta belle mère, crétin. Alors, oui si tu veux on n’a pas de lien de sang mais ça revient au même. Nos parents sont mariés et ils vont avoir un enfant. Enfant qui aura ton sang et le mien. » Pourquoi il rendait ça si difficile ? A croire que cela le perturbait que tu lui dises ça à chaque fois. Tu avais parlé trop vite, ça t’avait échappé. Tu fis un geste de sa main comme pour ignorer sa question. Tu devais te persuader que c’était ça mais tu ne pouvais pas lui dire. Il se moquerait sans doute et ça briserait tout. Que ce soit le cœur de ta mère, comme le tien. Tu serais considéré comme le fils qui gâche tout juste parce qu’il ne supporte pas de voir sa mère heureuse avec un autre que lui. Enfant unique. Enfant trop gâté. Non. Tu préférais rester peut-être une ordure que de te dévoiler.

Que Duncan se laisse faire te fit froncer les sourcils. Il abandonnait un peu trop vite à ton goût, à croire qu’il voulait vraiment la réponse à cette question. Il était naïf s’il pensait avoir une chance de te faire ouvrir la bouche. « Bon courage pour y arriver. » murmuras-tu avant de pouffer de rire. Cependant, tu repris vite ton sérieux quand tu te mis à t’occuper de sa plaie. Au moins calmer un peu la douleur et empêcher que cela ne gonfle trop. Tu n’étais pas doué en médecine, les seules choses que tu savais, tu les avais lues pour un bouquin. Mais c’était bien connu, la théorie et la pratique était deux notions bien différentes. C’était sans doute la première fois que tu étais si proche de lui, hors des disputes. Et cela brouillait tes sens. Cette proximité entre lui et toi te procurait une douce chaleur en toi et tu aurais souhaité juste en profiter encore plus. Juste se loger dans ses bras et tout oublier. Tu te giflas aussitôt mentalement après avoir réalisé cette pensée. « D’accord, ce sera mieux en effet, au moins tu auras un appui. » C’est sûr que tu étais loin d’être le type le plus costaud pour pouvoir supporter le jeune homme. Ta main tenant sa hanche, tu avanças prudemment jusqu’au muret. Cela te permettait aussi de prendre ton souffle de nouveau. Tu allais devoir peut-être songer à reprendre le sport. « Dis-moi quand tu es prêt à repartir. Mais prends ton temps. » Tu n’avais pas non plus envie qu’il s’épuise. Il manquerait plus qu’il fasse un malaise là devant toi. Ce serait la panique la plus totale.  

© Starseed





►◄►◄►◄►◄►◄►◄

    love me like you do
    When you love someone, it's not for a second or a minute. It's forever. △ some things never end and some things never die. i'll take the wind for company, because you and me will never be one. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations
me contacter

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: tout finit par se savoir un jour. (dunksi)   

Revenir en haut Aller en bas
 

tout finit par se savoir un jour. (dunksi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
memories in the city :: LEAVE PARIS :: Autres villes françaises-